7
déc

Dis-moi comment tu lis...

Un petit questionnaire sympa et de circonstance, en ce jour de lectures dominicales, trouvé sur ce blog.

Le principe, si vous souhaitez y répondre sur votre propre blog, est d'y ajouter une question bonus (ce qui fait que dans deux ans, le questionnaire fera trois cents pages, et c'est cool).  Si vous n'avez pas de blog, votre avis, vos réponses, vos questions, sont bienvenues ici.  Parlons lecture !

- Plutôt corne ou marque page ? Je déteste corner les pages, surtout sur les « éditions de luxe ».  J'ai des dizaines de marque page achetés de ci de là, mais perdus dans mon bazar, donc j'utilise ce qui me tombe sous la main : bon de réduction, enveloppe vide, présentation presse jointe au livre, parfois même un mouchoir en papier (non utilisé, rassurez-vous)

- As-tu déjà reçu un livre en cadeau ? Oui bien sûr, des dizaines.  Moins maintenant, mais je me les offre, on n'a que le bien qu'on se fait.

- Lis-tu dans ton bain ? J'adoooore ça, lire dans le bain, mais je le fais moins, car je prends moins de bains que quand je vivais chez môman, passque à cette période, ça me permettait de glander en douce durant un temps fou.  Là, je suis plus « douche », c'est écologique, rapide, et ça lave mieux.  Je suis donc devenue adepte de la lecture dans le bus.

- As-tu déjà pensé à écrire un livre ? Et oui, c'est chose faite.  Plutôt deux fois qu'une, voire plutôt trois fois qu'une.

- As-tu un livre culte ? Mon livre culte d'enfance : le Petit Prince.  Mon livre culte d'adolescence : L'écume des jours.  Le livre culte de jeune adulte : Le journal de Bridget Jones.  Le livre culte de vieille adulte, me demandez vous (bande de vilains) ?  A venir, encore à venir...

- Aimes-tu relire ? Il fut un temps où cela m'arrivait régulièrement.  Maintenant moins, car je n'ai déjà pas assez de temps pour lire tout ce que j'ai en stock.  Mais je garde tous les livres que j'ai aimés, pour les relire... un jour.

- Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu'on a aimés ? J'aimerais oui, en particulier Marc Levy et Guillaume Mosso (message subliminal), mais j'ignore ce que je leur dirais à part « j'adooooore vos livres », d'un air débile.

- Aimes-tu parler de tes lectures ? Oui, mais en général, parler de ce qu'on a aimé à quelqu'un qui ne l'a pas lu est saoulant pour cette personne, donc j'essaie de m'abstenir.  Par contre, je tente de convaincre les autres de lire ce que j'aime (vous l'aurez constaté sur ce blog).

- Comment choisis-tu tes livres ? Soit je connais les livres précédents de l'auteur donc j'ai confiance, soit le résumé me tente et je prends le risque.

- Une lecture inavouable ? Des nouvelles érotiques, en trèèèès trèèèès charmante compagnie.  Argh, quel souvenir.

- Un livre idéal pour toi serait : Lorsque le sentiment de vide à la lecture du dernier mot de la dernière page est tellement intense qu'il faut du temps pour émerger.

- Lire par dessus l'épaule ? Un livre se lit d'un bout à l'autre, donc c'est inutile.  En plus, je suis myope alors...

- Télé, jeux vidéos ou livre : Entre télé et livre, mon cœur balance.  Jeux vidéo, nan, à part Pet society et autres débilités de facebook.

- Lire et manger ? Ah c'était mon plaisir enfantin, car autorisé certains jours seulement.  Je ne le fais plus, sauf avec des magazines, car tenir ses couverts ET un livre ouvert, c'est un challenge.

- Lecture en musique, en silence, peu importe ? Silence absolu.  Dans le bus, je parviens à m'isoler dans ma bulle, malgré la radio, de plus en plus souvent présente, mais je déteste le bruit lorsque je lis.

- Lire un livre électronique ? Pas trop mon truc, ou alors je l'imprime au préalable.

- Le livre vous tombe des mains ? De longues secondes pour retrouver l'endroit précis où s'est arrêtée ma lecture, bisque bisque rage.

- Le livre que vous ne pouvez pas voir en peinture ? La science fiction et tout ce qu'on m'a fait ingurgiter à l'école qui contenait le mot « vipère ». 

- Que lisez-vous en ce moment ? « Le guide du bien Mourir ».

- Votre prochaine lecture ? « Very Important Pénélope B. ».  Je suis également tentée par « Où on va, papa ».

 

7
déc

Very Important Pénélope B - Anne-Solange Tardy

"Le dimanche, on lit au lit"

L'an dernier, ou presque, je vous avais parlé de cette blogueuse hypra célèbre (et malgré tout hypra simple et sympa), Anne-Solange Tardy, laquelle, comme dans un conte de fées, s'était vu proposer d'écrire un roman, abracadabri abracadabra.   La double vie de Pénélope B. était née.

Je me vois encore le dévorer dans mon bain moussant, un dimanche (je vous le dis, le dimanche on lit au lit... ou dans son bain, parfois).  J'avais adoré.  Et bavé devant un tel talent (passque moi, tout le monde me bassine avec « quand eske tu nous écris un roman ma petite Anaïs, hein, quand quand quand ? », mais j'ai pas d'idée de roman moi, keske j'y peux - vos suggestions seront bienvenues, par mail, partage de droits d'auteur assuré, ou presque).

Quand j'ai appris, il y a quelques mois, que la suite se préparait, et que la sortie était prévue pour le 4 décembre, soit presque mon anniv', j'ai su que je le lirais.  Qu'il me le fallait à tout prix.

J'ai donc reçu Very Important Pénélope B. la semaine dernière (youpie trois fois youpie) avec une chouette dédicace de l'auteur (youpie quatre fois youpie).

Croyez-le ou pas, shame on me, je ne l'ai pas encore lu.  Pourtant il me fait de l'œil chaque fois que je passe devant lui, j'en bave d'envie.  Mais je suis actuellement plongée dans une brique très étrange, dont je vous parlerai sans doute dimanche prochain, pour autant que je l'aie finie.  J'ai déjà envie de vous en parler, mais je préfère arriver à la dernière page avant de vous livrer mes sentiments, très partagés, à la lecture de ce livre.

Bon, là, je m'écarte de mon sujet : Very Important Pénélope B.  Voici donc la suite tant attendue des aventures de Pénélope B., qui, je vous le rappelle pour autant que de besoin, n'a rien à voir avec Pénélope Bagieu, l'illustratrice. 

Le pitch ?  Pénélope est célèbre via son blog, elle est parisienne, elle est aimée, et en plus elle devient auteure (y'en a quand même qui ont du bol titchu) ... mais un cheveu va tomber dans la soupe, l'engrenage va se bloquer, la méchante fée va jeter un sort, le disque va se rayer, l'oiseau de mauvais augure va arriver.  Bien fait !  Non mais.  Je vois pas pourquoi ces héroïnes devraient toujours avoir une vie idyllique.  Titchu.

Vous me « connaissez » depuis deux ans maintenant, même un chouia plus.  Vous pouvez me faire confiance.  Vous devez me faire confiance.  Alors faites-moi confiance.  Même sans l'avoir encore lu, mais au vu des souvenirs que je garde du premier volume, je vous confirme que vous pouvez vous ruer sans aucune réticence sur Very Important Pénélope B.  D'ailleurs, si vous avez lu La double vie de Pénélope B., j'imagine que c'est déjà chose faite.  Et si vous n'avez pas lu La double vie de Pénélope B., je vous conseille de vous offrir les deux (soyons fous, c'est décembre, mois festif, mois des étrennes, des primes de fin d'année et des treizièmes ou quatorzièmes mois), afin de vous plonger durant de longues heures dans ces romans amusants, distrayants, captivants et glamour.

 

veryimportant

30
nov

Les petits secrets d’Emma - Sophie Kinsella

« Le dimanche on lit au lit... » - Illu de Petit Bordel

lirelit

Ce livre, je l'ai emporté lors de mon escapade parisienne de début octobre.  Passqu'avec un Sophie Kinsella, je suis sûre de ne pas être déçue et de passer quelques bonnes heures de détente et de rire.  Alors, à la perspective de voyager seule à Paris, de me déplacer seule à Paris et de loger seule à Paris, il est claire que « Les petits secrets d'Emma » était la lecture idéale.

Et ce le fut, au point que je l'ai lu d'une traite, ou plutôt de deux : une première fois dans le Thalys (20 pages), une seconde dans mon lit (le reste des pages) durant la nuit.  Durant toute la nuit.  Jusqu'à la dernière phrase de la dernière page.

Et bien je vais vous dire : j'ai encore préféré ce livre aux célèbres « Accro du shopping ».

Outre l'humour et les histoires habituellement rocambolesques, j'y ai découvert une sensibilité, une émotion, du genre qui donne un peu la chair de poule, introuvable dans les « accro », que j'adore cependant.

Ça raconte quoi, me direz-vous ?

Emma a tendance à avoir des petits secrets.  En d'autres termes, elle ment.  Oh, sur des petites choses : sa taille de fringues, ce qu'elle aime, ses sentiments envers son petit ami.  Rien de grave, quoi.  Un jour, pourtant, dans un avion, croyant sa dernière heure arrivée (comme je la comprends), voilà qu'elle ressent une irrésistible envie de déballer sa vie, et surtout ses mensonges, à l'inconnu assis à côté d'elle, histoire de se confesser avant la mort.  Sauf qu'Emma ne meurt pas, et que l'inconnu s'avère ne pas être si inconnu que ça...

Envie d'une lecture légère, drôle et captivante pour vos soirées au coin du feu ?

La voici.

En plus, il est sorti en poche, ce qui ne gâche rien.

petitssecretsemma

30
nov

Les madeleines de nos auteurs - Apolline Elter

« Le dimanche on lit au lit... »

Apolline Elter m'a habituée a des ouvrages « multiples effets ».  Effets multiples que j'avais déjà décrits après lecture de son livre « Cadeau ».

Effets multiples que je découvre à nouveau, avec un plaisir non dissimulé, dans son nouveau-né : « Les madeleines de nos auteurs ».

« Nos » auteurs ?

Hé, oui les auteurs belges.  Parce que nous le valons bien, nous les belch', une fois.

Ainsi, « Les madeleines de nos auteurs » permet au lecteur de découvrir pas moins de 27 auteurs belges, ce qui est en soi déjà passionnant.  Passque moi, je l'avoue, les auteurs belges, je les connais mal (shame on me).  Bien sûr, je connais Nicolas Ancion, Jacques Mercier ou Xavier Deutsch, de noms, ou pour avoir lu leurs œuvres, mais il en est un tas dont les noms me sont encore inconnus et que je me suis fait un plaisir de découvrir durant ma lecture.  Parce qu'il n'y a pas que Guillaume Musso ou Sophie Kinsella dans ma vie.  Enfin si, mais ça peut changer.  Ça doit changer.

De plus, outre des passages de leurs œuvres et une biographie détaillée, chaque auteur est invité, dans le cadre d'une grande tablée virtuelle, à plonger dans son passé pour en extraire ses « madeleines proustiennes », soit ses meilleurs souvenirs gourmands.  J'en ai déjà l'eau à la bouche.

Enfin, en guise de conclusion, chacun nous offre sa recette secrète ou favorite.  Sensation étrange et bien agréable d'entrer dans la vie privée de ces célébrités.  

Je vous le disais, encore un livre « multiples effets » : découvrir des auteurs belges, leurs vies, leurs goûts, leurs envies, leurs recettes.  Et puis cuisiner... si vous le voulez.  Un livre parfois ludique, parfois régressif, parfois drôle, parfois touchant. 

Mon seul regret : n'y avoir pas découvert Amélie Nothomb, et une recette genre « fruits pourris au vomi macéré »... absence peut-être expliquée par le fait que sa sœur vient de sortir un ouvrage intitulé « la cuisine d'Amélie »...

Quoi qu'il en soit, voici une très bonne idée de cadeau pour les fêtes, qui plaira à tous les amateurs de littérature, de cuisine, de belgitude... ou des trois.

Bon, je file, j'ai bien envie de tenter la recette de Nicolas Ancion, moi.  Indubitablement, celle qui m'a fait le plus rire, c'est l'essentiel.

Au fait, vous voulez connaître mes madeleines à moi ?  Bon, avant toute chose, je ne me considère pas comme une auteure belge, parce que, pour moi, écrire des guides, ce n'est pas être auteure, mais plutôt scribouilleuse.  Mais puisque vous me lisez régulièrement, on dira que je suis auteure belge... de blog.  Alors mes madeleines : le lapin du jardin câliné le matin mangé le midi, la tarte au sucre sans sucre ou presque, les madeleines (et oui, moi aussi), le chocomousse bien frais sur les tartines ou directement en bouche et l'osso bucco avec kilos de moelle.  Le tout préparé par mes ancêtres, of course, jamais par moi.

madeleine

 

30
nov

Vie de merde : tout sauf merdique

« Le dimanche on lit au lit... »

Et bien les miracles arrivent : je l'ai reçu !

Oui vous lisez, bien, je l'ai reçu.

Mon "vie de merde" que j'attendais depuis un mois, au point que c'en devenait en effet une véritable vie de merde à la belge.

Je l'ai reçu mercredi.  A croire que mon billet de dimanche dernier a ému l'éditeur, le facteur, le voleur, que sais-je...

Quoi qu'il en soit, je l'ai reçu, et c'est que du bonheur : des textes bidonnants, des illus made by Pénélope Bagieu, que je vénère vous le savez.  Bref, de quoi passer quelques bonnes heures dans la bonne humeur.  Que du bonheur.  Ce livre fait déjà un carton, et je le comprends aisément. 

vdm