19
avr

Les secrets d’une shoe addict - Beth Harbison

« Le dimanche... on lit au lit ».

Le danger, lorsqu'on lit la suite d'un livre qu'on a avoré et dédoré, oups, adoré et dévoré, c'est d'en attendre trop et, par conséquent, d'en être déçue...

Oups, j'ai le vague sentiment de radoter, sur ce coup-là...

C'est le pur hasard, mais cette semaine, j'ai lu deux « suites ».

La suite de Rebelles, dont je viens de vous parler, et la suite de « Shoe addicts », j'ai nommé « Les secrets d'une shoe addict ».

Ici aussi, l'intrigue se focalise sur de nouveaux personnages, sans tout à fait quitter ceux du premier tome.  « Shoe addicts », c'était l'histoire de trois dépensières chroniques, passionnées de chaussures, qui créent un club de soutien, à la manière des alcooliques anonymes.  Une comédie hyper drôle mais toutefois touchante par certains côtés.  Dans cette suite, Sandra, une des shoe addicts, qui finançait ses achats compulsifs par le biais d'un job secret de téléphoniste rose, vient au secours de sa sœur, auparavant bien sous tous rapports, qui, sur un coup de folie, s'est endettée à hauteur de 5000 euros.  Accompagnée de deux amies également endettées, elle va se lancer, à l'aide de Sandra, dans la téléphonie rose, histoire d'éponger sa dette en vitesse.  Un club de soutien sera bien nécessaire pour aider ces jeunes femmes en déroute...

Toujours aussi drôle, toujours aussi touchante, cette suite, qui n'en est pas totalement une, puisqu'elle nous fait découvrir de nouveaux personnages, est une totale réussite.  Dès la première page, le livre est captivant et drôle.  A dévorer dans votre jardin au soleil ou au bord d'une piscine (mon grand fantasme actuellement : tout plaquer pour aller m'avachir au bord d'une piscine dans le Sud de la France, et ne rien avoir à penser si ce n'est « que vais-je lire aujourd'hui » et « que vais-je manger aujourd'hui », rhaaaaaaaaaa).

 

shoeaddictsshoeaddict2

19
avr

Rumeurs - Anna Godbersen

« Le dimanche... on lit au lit ».

Le danger, lorsqu'on lit la suite d'un livre qu'on a avoré et dédoré, oups, adoré et dévoré, c'est d'en attendre trop et, par conséquent, d'en être déçue...

J'avais adoré et dévoré « Rebelles », sorte de saga à la chick lit se déroulant dans le Manhattan de 1899 (et je vous en avais parlé ici.)

Allais-je adorer Rumeurs ?

Alors que Rebelles s'était concentré sur l'aînée de la famille, Elizabeth, et ses amours impossibles, ou presque, Rumeurs permet à la lectrice de découvrir la cadette, Diana, et ses amours aussi impossibles, ou presque.  Difficile pour moi de vous donner un aperçu de Rumeurs sans trahir l'intrigue de Rebelles...  Et comme, personnellement, je hais les personnes qui osent donner des informations sur un livre ou un film (elles se reconnaîtront), je préfère m'abstenir, au cas zoù vous n'auriez pas encore lu le premier volet de cette saga qui va faire parler d'elle.

Je vous dirai seulement que ce second volet ne déçoit pas le moins du monde, qu'il est tout aussi captivant que le premier, tout aussi romantique, tout aussi plein de mesquinerie, de méchanceté, de gens bien comme il faut en apparence et d'amour toujours.

J'ai été un tantinet déçue de la fin, mais bon, ça c'est mon sentiment personnel, et la big méga compensation de la mort qui tue, c'est que cette fin laisse présager un troisième tome... que du bonheur !

Si vous aimez la chick lit, si découvrir le Manhattan d'avant le 20e siècle vous tente, si l'amour, les grands sentiments et les rivalités vous passionnent, je n'ai qu'un conseil : lisez Rumeurs.  Mais avant de lire Rumeurs, si ce n'est déjà fait, lisez Rebelles !  Des heures de bonheur en perspective...

 

rebellesRumeurs

22
mar

Spéciale chasse aux mecs !

"Le dimanche, on lit au lit"

J'ai reçu récemment quelques livres ... subliminaux.  Ah ben oui, passque recevoir en deux jours tous ces titres, ça ne peut être qu'un message subliminal, jugez plutôt :

- Mettez tous les hommes à vos pieds, de Marie Forled, ou comment se sentir bien avec soi pour se sentir mieux avec les autres et comment séduire puis avoir une vie amoureuse de qualité

- Ô mon prince charmant, te trouver, te garder, de Papaya, ou comment trouver et séduire un prince presque charmant, et apprendre ensuite à vivre au quotidien avec lui sans péter une durite

- L'homme, mode d'emploi pour les filles, de Camille Anseaume, ou comment comprendre enfin les mecs... vaste programme

- Le plaisir, mode d'emploi pour les filles, de Gaëlle Zimmerman, ou comment, un fois le poisson enfin ferré, atteindre facilement le septième ciel en sa compagnie

Non, sérieusement, je pense que mon éditrice (passque tous ces livres sont édités par MA Editions, alias mon éditrice) a voulu me faire passer un message sur ce coup-là, c'est clair et net comme clarinette.

Un gros message presque pas subliminal finalement, passqu'avec de tels titres, c'est du brut de décoffrage, ce message (et ça rime).

Bon, je lis tout ça, puis je mets en pratique immédiatement...  Messieurs, je vous aurai prévenus !

 

22
mar

Oscar et la dame rose

« Le dimanche, on lit au lit ».

Ce titre de livre, je le connaissais depuis longtemps, sans plus. J'ignore pourquoi, j'avais en tête que c'était un livre intellectuello-chiant.

Puis je n'avais jamais rien lu d'Eric-Emmanuel Schmitt, ça ne m'inspirait pas. Va comprendre.

C'est Rachel qui, à la foire du livre, me parlant de sa présence sur place, a évoqué « Oscar et la dame rose », m'invitant fortement à le lire.  J'ai donc pris l'ouvrage en main, l'ai retourné et ai lu la quatrième.

J'ai alors su que j'allais aimer.

Vu la finesse du livre, inversement proportionnelle à son prix, je ne l'ai pas acheté, pensant le trouver en poche ou en édition moins chère.

Je l'ai finalement reçu en prêt pas plus tard que la semaine dernière.

Et je l'ai lu vendredi soir, très tard, pensant le dévorer d'une seule traite.  Dès la première page, j'ai été aspirée dans l'histoire de ce gamin de dix ans, leucémique, qui décide d'écrire à Dieu, chaque jour.  Ça m'a rappelé « Quand vous lirez ce livre », dont j'ai parlé ici. 

Je voulais donc le terminer vendredi soir, mais c'était sans compter le marchand de sable, qui, à la page 79, s'est lâchement attaqué à moi.  Je pense avoir lu cette page une bonne quinzaine de fois, en m'endormant systématiquement.  Je me réveillais, je lisais, après quelques mots, je me rendormais.  J'ai donc abandonné, bien contre ma volonté.

Le samedi dès l'aube, j'ai terminé ma lecture, en déjeunant (enfin en petit-déjeunant, pour les français).

Quel livre !

Court, mais tellement rempli de choses.  Touchant et drôle à la fois.  Ecrit dans un langage enfantin, mais que l'on s'approprie rapidement.  Et rassurez-vous, Oscar écrit à Dieu, mais l'ouvrage n'a rien de bigot. Que du contraire.  J'ai bien sûr versé ma petite larme.

Un livre dont toute bibliothèque devrait se doter, c'est indéniable...

 

oscar

15
mar

Les assistants - Robin Lynn Williams

« Le dimanche, on lit au lit. »

L'auteur des « assistants » a elle-même été assistante de plusieurs stars hollywoodienne, et ça se ressent dans son premier ouvrage.  Ça sent le vécu, comme on dit...

Parce qu'être assistant(e) de star, c'est encore pire que d'être assistant(e) tout court, soit assistant(e) d'un boss « classique ».  C'est bien pire.  Si, je vous le jure.  La star est capricieuse.  La star est hautaine.  La star est paresseuse.  La star pète des câbles régulièrement.  Et le pire de tout : la star est convaincue d'être une star.  Alors, les assistants, Rachel, Michaela, Jeb, Griffin et Kecia, se réunissent par solidarité, pour discuter, pour s'entraider... et pour échafauder des plans pour prendre la place des stars.  Car les assistants aussi ont les dents longues.

Comme je le disais en introduction, on sent que l'auteur parle en connaissance de cause, et ce livre à la « chick lit » permet de découvrir l'envers du décor d'Hollywood, qui semble parfois caricatural, même si on sait qu'il est horriblement réel.  Un livre drôle et captivant, qui permet de s'attacher à tous ces assistants, bien différents les uns des autres mais pourtant fort semblables.  Un très chouette moment de détente que je vous conseille pour les prochains dimanches ensoleillés. 

 

assistants