24
mai

Je le ferai pour toi - Thierry Cohen

 

« Le dimanche, on lit au lit ». (enfin vu la météo du jour, sur un transat sous parasol).

D'un côté, Daniel.  Heureux en famille.  Une femme aimée.  Deux fils.  Puis tout bascule.  A cause du fanatisme religieux.  Son fils ainé est déchiqueté dans un attentat.  Colère.  Tristesse.  Culpabilité.  Puis désir fou de vengeance qui va emmener Daniel aux portes de la folie.  Aux portes de la mort, aussi.

De l'autre côté, Jean.  Malheureux seul.  SDF alcoolique.  Lui, il attend la mort.  Comme une délivrance, sans doute. Lorsque des terroristes le kidnappent et font passer un seul message « quelle est la valeur de cet homme ? » 

Deux hommes.  Deux destins.  Deux vies.  Transformées par un événement.  A tout jamais ?

Voilà un livre au résumé bien mystérieux, qui m'a de suite intriguée.  Et j'ai bien fait.  « Je le ferai pour toi » captive dès les premières lignes et entraîne dans un mystère qui mettra du temps à se résoudre.  Dans plusieurs mystères, tout bien réfléchi.  Une sorte de thriller couplé à une quête effrénée de la vérité, la vengeance, la vie et l'amour.  Un livre qui, au-delà de son histoire déjà passionnante et de cette envie de connaître au plus vite le dénouement, fait réfléchir à l'essentiel.   Fait se poser les bonnes questions : Faut-il aimer les morts à la folie, quitte à en oublier les vivants ?  La vengeance doit-elle tout autoriser ?  La solitude est-elle la solution ?  Est-on plus forts à plusieurs ?  Sans oublier une réflexion latente sur l'absurdité des « guerres de religion », quelles qu'elles soient.

Je n'ai toujours pas lu le premier ouvrage de Thierry Cohen, qui m'attend patiemment sur ma table de nuit... clair que maintenant que j'ai terminé celui-ci, je n'ai qu'une envie : me précipiter sur « J'aurais préféré vivre ».

jeleferaipourtoi

17
mai

Si je reste - Gayle Forman

« Le dimanche, on lit au lit ».

« Si je reste » c'est une histoire toute simple, qui peut arriver à n'importe lequel d'entre nous.  Rien de rocambolesque, rien de thrillant, rien de merveilleusement romantique.  Une simplicité qui fait froid dans le dos.

L'histoire commence un beau matin, lorsque Mia et sa famille partent rendre visite à des amis.  Soudain, le drame.  L'accident.

Mia est dans le coma et a conscience de tout ce qu'il se passe autour d'elle.  Elle sait tout.  Elle voit tout.  Ses amis angoissés.  Les médecins incertains.  Ses grands-parents torturés.  Elle ne souffre pas.  Elle doit juste faire un choix : partir ou rester.

A travers de flash-back, le lecteur découvre la vie de Mia, tandis qu'il découvre également le choix auquel elle est confrontée, heure par heure.  Un choix qui changera tout, pour elle comme  pour ceux qui l'entourent.

Voici un livre dont l'adaptation en film est d'ores et déjà prévue.  C'est dire si le succès est au rendez-vous.  Mais avant d'attendre le film, il est bon de lire le livre.  Passqu'un livre, c'est tellement différent.  Je l'ai reçu en même temps que le dernier Musso.  J'ignore si le destin veut me faire un clin d'œil en ce moment, mais tous les livres que je reçois touchent à la mort, à l'au-delà, à la vie après la mort, à l'absence de vie après la mort... étrange non ?  Si, moi je trouve ça particulièrement étrange.  Mais au-delà du fait que le sujet du livre ne peut que me toucher actuellement, j'aime la façon qu'a l'auteur d'aborder avec simplicité et sans pathos un sujet gravissime et douloureux.  J'aime son personnage attachant qui ne peut que faire réfléchir au sens de la vie, de l'amitié, de l'amour, à notre présence ici bas qui peut être interrompue tellement inopinément et sans pouvoir dire au revoir à quiconque.  Vous savez que j'en ai fait les frais récemment.  Vous savez alors combien le thème de l'ouvrage n'a pu que me toucher.  Mais je pense qu'il touchera tout un chacun, à sa propre échelle.  Car peut-être, ou sans doute, est-ce là la seule chose importante de notre existence : profiter du moment présent et des personnes qui nous entourent.  Un livre émouvant mais pas larmoyant.  Un livre qui devrait susciter quelques remises en question, c'est clair...

 

sijereste

10
mai

Confidentialité assurée - Jessica Brody

« Le dimanche, on lit au lit ».

Elle s'appelle Jennifer pour les intimes.  Mais quand elle bosse, elle s'appelle Ashlyn.  Son job, c'est testeuse de fidélité.  Engagée par des épouses suspicieuses, elle met à l'épreuve les hommes soupçonnés d'infidélité.  Lorsqu'ils craquent, elle les abandonne à leur sort mérité, avec pour seule signature une carte de visite toute noire les aiguillant sur un répondeur qui leur expliquera le pourquoi du comment.  Un métier qu'elle cache à son entourage et dans lequel elle s'est lancée pour sauver un maximum de femmes... mais sans doute également pour se sauver elle-même d'un passé douloureux.

Voilà une brique (620 pages tout de même) que j'ai dévorée presque d'une seule traite.  Passqu'une fois les premières lignes lues, j'étais totalement accro à cet ouvrage dynamique, drôle et pourtant touchant à un point inimaginable.  Passqu'on n'est pas testeuse de fidélité par hasard ou pour le fun.  Passque Jennifer est une écorchée vive, une sorte de Zorro au féminin, un tantinet traumatisée, et qui refuse d'aimer.  Passque la vie va bien sûr en décider autrement... en mettant sur sa route, tour à tour, une meilleure amie voulant faire appel aux service d'Ashlyn (sans savoir qui elle est réellement), un infidèle rancunier bien décidé à se venger et un brun ténébreux bien sous tous rapports... enfin en apparences peut-être...

Ce petit bijou de livre traite d'un sujet finalement peu abordé dans les romans, d'une façon légère et amusante en apparence, mais qui pousse à la réflexion et à la méditation.  Pour ma part, je l'ai avalé, comme je le disais, presque d'une traite, durant cette belle journée ensoleillée, allongée sur un transat, jusqu'à ce que la pluie me force à terminer ma lecture à l'intérieur.  Limite si je n'ai pas continué à lire durant les quelques mètres qui séparaient mon transat de mon canapé.  C'est dire si vous courez un risque en vous plongeant dans la lecture de Confidentialité assurée : être totalement mordue.  Autre risque, bien plus grave celui-là : ne plus jamais regarder votre conjoint du même œil.  Je vous aurai prévenues...

 

confidentialite

3
mai

Que serais-je sans toi ? - Guillaume Musso

« Le dimanche, on lit au lit »

Ce qu'il y a de génial, lorsque l'on s'apprête à lire « le nouveau Guillaume Musso », c'est cette certitude qu'aucune déception n'est possible.  En lisant un livre d'un auteur jamais lu encore, d'un auteur conseillé par autrui, ou tout simplement un premier ouvrage, le doute est permis : vais-je aimer, être charmée, conquise, ou... m'emmerder ferme.  Mais lire un Musso, c'est comme une rencontre avec un très vieil ami : on sait qu'on va passer un bon moment, que c'est inévitable... et que c'est tant mieux.

Et quand je sais que je vais bientôt lire le nouveau Musso, je suis comme le Petit Prince et le Renard dans une séance d'apprivoisement : je me prépare le cœur.  Je me réjouis comme pas deux.  C'est comme un rendez-vous immuable, d'année en année... un rendez-vous qui, je l'espère, va durer.

Trêve de théorie de lectrice, ça parle de quoi, ce nouveau chef-d'œuvre, me direz-vous...

Et bien ça parle, ô hasard de la vie, de l'édition, ou voulu par Dieu (j'ai des envies de croire en Dieu, pour le moment, je l'avoue), d'un sujet qui colle, par certains aspects, à ma propre vie.  D'abord, c'est une histoire d'amour.  Bien sûr.  On veut de l'amour.  Mais ce n'est pas que cela.  Bien sûr aussi.  Avec Guillaume Musso, il y a toujours cette part de fantastique, de rêve et de quête de l'absolu qui fait la force de l'ouvrage et surtout qui scotche dans le canapé (ou dans le lit, ou dans le transat au soleil...), jusque qu'à ce que la toute dernière page soit avalée... et les larmes ravalées.

Bon, je m'égare encore dans mes théories.

L'histoire.  Gabrielle vit seule, mais elle a deux hommes dans sa vie.  Son premier amour.  Et son père.  Ils l'aiment.  Sans toutefois faire partie de sa vie.  Mais, eux, se haïssent.  A tel point qu'ils pourraient mettre plusieurs vies en danger...

Je n'en dirai pas plus, car en dire plus, c'est trahir l'histoire.  Juste que la dernière partie du livre m'a totalement bouleversée.  Tout le livre est bouleversant, mais la dernière partie, rhaaaaaaa.  Et cette dernière partie, je veux y croire, tellement tellement.  Ce livre, il rassemble tant de choses : un thriller, plusieurs histoires d'amour, des conflits, des réconciliations, de l'émotion, du suspense, du surnaturel parfois... tout ça en 300 pages environ.  Alors chapeau Monsieur Musso.

Et comme chaque année, je n'aurai qu'une chose à dire : à l'an prochain !

 

que serais je sans toi

26
avr

La princesse Anaïs au royaume des couleurs perdues

« Le dimanche... on lit au lit ».

Ne vous ruez pas sur Amazon, cet ouvrage n'existe qu'en un seul et unique exemplaire : mon mien.

Oui, bon, j'ai passé l'âge de lire un livre personnalisé dont je suis l'héroïne, mais j'avoue que lorsque je l'ai reçu et parcouru, j'étais un tantinet surexcitée, malgré mon âge déjà avancé.  C'est hyper rigolo de « me voir » en personnage de livre, de découvrir les prénoms que j'ai fournis repris comme autres personnages, et de lire mon histoire de princesse.

J'imagine dès lors aisément combien les fillettes et les gamins doivent adorer recevoir un tel livre.  Un livre rien que pour eux, avec des vrais morceaux d'eux et de leurs amis dedans.  Trop top.

J'avais un peu peur de la qualité de ce type d'ouvrage, dont j'ai souvent vu des publicités sur le net, et je suis agréablement surprise, tant par les coloris que par la qualité de la couverture et de l'histoire.

Vous ne connaissez pas le principe ?  Il est simple : vous choisissez parmi différents titres, dont certains conviennent plus à des garçons, d'autres à des filles, vous établissez le physique du héros et de l'héroïne, vous insérez quelques données supplémentaires, une dédicace, et le tour est joué.  Quelques jours plus tard, le livre est imprimé et prêt à être offert.  Voilà un livre rigolo comme tout, qui donnerait l'envie de lire même au plus réfractaire, et moi je dis tant mieux.

Moi, maintenant, j'ai mon livre de princesse, avec ma tronche en couverture (dommage qu'il n'y ait que des lunettes rondes, car les miennes ne le sont pas), et j'ai trouvé ça ultra fun. 

Jugez plutôt.

Bon, oui, la qualité de la photo est médiocre, la cause à mon appareil médiocre également, mais vous découvrirez les possibilités d'ouvrages et les photos sur www.livrepersonnalise.com.

princesseanais