8
mai

Maigrir pour les nuls - Michel et Sybille Montignac

"Le dimanche, on MAIGRIT au lit".

Restons dans le régime, puisque c'est dans l'air du temps et de saison, avec ce choli soleil.  Enfin moi, je ne suis pas adepte des régimes, déjà je n'y parviens pas, et puis je ne trouve pas ça sain, je pense qu'adopter une bonne hygiène de vie est préférable à s'affamer.  Bien sûr, je n'adopte pas de bonne hygiène de vie, j'essaie mais c'est tellement difficile tout ça... Disons donc qu'en théorie, je trouve qu'adopter une bonne hygiène de vie est préférable à s'affamer.

Cette brique rédigée par Michel et Sybille Montignac va donc m'aider à appréhender cette méthode dont j'ignore tout et à perdre du poids sans me priver, c'est pas du bonheur ça ?  Avec, en cadeau bonux, un petit livre de recettes express contenant 50 recettes en moins de 15 minutes... je me demande si je vais pas commencer par tester les recettes express, ce sera plus simple pour la piètre cuisinière que je suis.  Ensuite, je me plongerai dans Maigrir pour les nuls et j'apprendrai à adopter une nouvelle hygiène de vie.

Bon, je ne la fais pas longue, vu le beau temps, petit déjeuner jus d'oranges frais et croissants à la confiture, puis barbecue m'attendent.

Mais promis, demain, je m'y mets.

8
mai

Recettes à moins de 300 calories - Carole Nitsche

"Le dimanche, on MAIGRIT au lit".

Ce que j'aime dans ce petit libre de recette, c'est d'abord sa taille.  Tout petit, au point qu'on peut le coincer dans un tiroir de sa cuisine et en faire un usage fréquent.

Ensuite, son prix, tout petit, 2,90 eur, quasi le prix d'un magazine.  Moins que le prix d'un magazine, j'ai acheté le Gaël vendredi, car on y parle de ce blog (yessss, la gloire en avant dernière page, sur quatre lignes), ben 3,5 eur ma bonne Dame.

Petite aussi, la liste des ingrédients nécessaires pour chaque recette, et ça j'apprécie, passque dans certains bouquins, faut tout un caddie pour une simple recette.

Petit, le temps nécessaire à chaque recette, maximum 20 minutes.  Des recettes faciles comme tout, et savoureuses, et variées.  Exemples : crumble de courgettes et amandes en entrée, pennes au saumon et citron vert en plat, tartelettes aux framboises en dessert.

Enfin, tout petit, le nombre de calories ingurgitées, et c'est bien là le but.

Conclusion : il est temps que j'adopte ce petit livre, pour que mon poids devienne tout petit, lui aussi.

 

8
mai

American clichés - Sophie Simon

"Le dimanche, on lit au lit."

Sophie Simon est parisienne, mais quand elle prend sa plume, c'est aux States qu'elle voyage.

Au gré de ses nouvelles, elle nous emmène aux quatres coins de l'Amérique profonde, à différentes époques, pour y découvrir le quotidien parfois banal de ses personnages.  Parce que de la banalité sortent des histoires extraordinaires : il veut vivre son "americain dream" à Hollywood, il est rongé par la culpabilité, sa vie se voit transformée par la gloire... tant de personnages différents mais réunis par le destin que Sophie leur a choisi... le choix de Sophie... ce qui me rappelle ce film que j'aimerais beaucoup voir, jamais vu encore, mais j'aimerais, bon je digresse.

Comme quoi, preuve en est que les nouvelles, ça peut être édité, ça peut plaire et ça peut être moderne.

1
mai

Tout sur moi - Stéphane Ribeiro

"Le dimanche, on lit au lit".

Voilà un livre à mourir de rire que j'apparenterais à un "journal intime prérempli".  Ou bien, version morbide, à un testament dont vos héritiers se délecteront... et qui leur permettra d'apprendre plein plein de choses que la morale réprouve.  Ou alors une version "adulte" du "livre de mes amis", vous avez connu ça, vous, ce petit carnet où chacune de vos amies collait sa photo et inscrivait quelques renseignements passionnants sur elle-même ?  J'en ai encore un quelque part caché, ça serait cool que je le retrouve...  

Evidemment, pour ce genre de carnet, fallait avoir des amies, ou à tout le moins une.

Tandis que pour remplir Tout sur moi, vous n'aurez besoin que d'une seule personne : vous.  Ce qui ne sera peut-être pas plus aisé, entendons-nous bien.

Mais je fais le pari que ce livre rigolo finira par vous en apprendre sur vous-même, tout en douceur, tout en humour.  Ainsi, vous devrez vous présenter, lister ce que vous aimez en matière de bouffe, de lecture, de films, parler de vos ex, de vos amis, de votre famille, évoquer le seeeeeeexe, le boulot, le sexe au boulot peut-être aussi, vous confesser, parler de votre passé, de vos rêves, de vos angoisses, de votre avenir.  Bref, de vous, encore vous et toujours vous.  Avec une dose d'humour, cela va de soi, même si j'ai l'impression que, malgré le côté fun de la chose, remplir ce livre peut servir de thérapie, puisque vous devrez par exemple y faire un choix entre Closer et Voici, entre Chihuahua et Rottweiller, entre Ladurée et Hermé, mais également indiquer ce qui vous angoisse au plus haut point, genre manger un testicule de porc ou coucher avec un prof de gym bedonnant.  Je vous le dis, une thérapie que cet ouvrage.  Et de quoi donner le melon à votre ego.  Mais voilà un carnet, une fois rempli, à ne pas mettre entre toutes les mains, mais plutôt à placer dans un coffre-fort sécurisé.  

Question finale de bibi : j'ai remarqué que l'auteur a prévu que le lecteur puisse parler de ses trois enfants maximum, de ses cinq amis maximum et de ses dix ex maximum...  Bon.  Il va de soi qu'il ne pouvait prévoir vingt pages par rubrique.  J'ignore les critères dont il a fait usage pour ce faire, mais ça m'a bien fait rire, passque j'imagine que certaines personnes ont cinq enfants, d'autre dix amis et d'autres encore cent cinquante ex, voire plus si affinités.  Nan, j'ai pas dit que je parlais de moi, voyons.  D'ailleurs j'ai pas d'enfants, vous le savez.  C'était la question à cinq balles, pour l'anecdote quoi. 

 

24
avr

So ! Londres - So ! Paris

"Le dimanche, on lit au lit, et chaque jour, avec l'été précoce, on lit sur le transat".

Il y a quelques semaines déjà, une de mes collègues était surexcitée, que dis-je, survoltée, à l'idée de partir en week-end à Londres.  Dieu que j'aurais aimé être à sa place.

Tous les matins de la semaine précédant son départ, donc, elle arrivait au bureau, sourire banane, oeil pétillant et me répétait à quel point elle était excitée.

Alors, je lui chantais : "I'm so excited, and I just can't hide it..."

Rituel immuable durant toute une semaine que cette chanson, qui nous mettait de bonne humeur dès le matin, ce qui n'est pas toujours gagné quand on commence une journée de taf, je vous le dis...

Sa seule déception était de n'avoir pu réserver une table dans le resto de Jamie Oliver, cet anglais qui a révolutionné les cantines et dont Mostek m'avait fait découvrir le talent lorsque ses émissions passaient en Gelbique.  Ah ben ça, on réserve pas chez Jamie Oliver une semaine à l'avance, qu'on se le dise.

Mais nous continuions à chanter, chaque matin, rituel immuable pré-voyage-à-Londres.

La veille de son départ, la joie fut encore plus intense, car j'avais reçu, ô heureux hasard postal So ! Londres (mais également So ! Paris).

Quelle meilleure opportunité de tester ce petit guide So ! pratique que de le lui confier pour son séjour ?

Entre "I'm so excited" et "and I just can't hide it", je lui ai donc prêté So ! Londres, qu'elle a immédiatement ouvert pour y tomber, ô vilain hasard, sur la page parlant du resto de Jamie Oliver.  Juré craché gerbé, j'invente pas, elle pourra vous le confirmer.  Et la boucle était bouclée.

So ! Londres a dès lors déjà fait son premier voyage à Londres, pour le plus grand bonheur de ma collègue adorée.  Quant à So ! Paris, j'attends impatiemment mon prochain séjour pour, moi aussi, profiter de ces guides hyper bien conçus, foisonnant d'infos indispensables et qui proposent, vive le monde moderne, également des infos complémentaires disponibles via les GSM (oui, bon, pour moi c'est rapé, vu que j'ai qu'un vieux GSM de l'an dernier, ce qui, en 2011, équivaut au siècle dernier).

Disponibles en So ! Londres, So ! Paris, So ! Berlin, et tout bientôt en So ! Marseille, So ! New-York (bouhouhouhou, je veux zaller à New-York, bordel de Dieu) et So ! Bruxelles/Anvers.  A quand So ! Namur, ma bonne Dame ?