5
avr

Senkys, une boutique sexy à découvrir… mais réservée aux grands, savoir les plus de 18 ans, petits polissons

disclaimer

Ça faisait un bail que j’avais plus parlé chenilles ou autres animaux vibrants, non ?  Si si, un bail, depuis la Saint-onledirapoint.

Et bien, je vous invite à découvrir Senkys, un site qui vous propose, outre les traditionnels sex toys, de la lingerie fine ou plus sexy, des films et surtout cette petite collection de livres que je trouve très chouette : « Osez ! » (souvenez-vous, j’ai déjà osé la chasse à l’homme – sans résultat à ce jour – et vivre nue – en grelottant mais ce fut appréciable).

Je vous conseille particulièrement la rubrique « idées cadeaux sexy» , qui regorge d’idées sympas, drôles et coquines, comme ce kit week-end à la fraise pour un mini-trip à la fois culturel et sensuel (ainsi que des tas d’autres kits qui me donnent vraiment envie d’avoir un amoureux, là, de suite, ô destin cruel), ou le coffret nuits coquines comprenant des biscuits chinois à déguster pour y découvrir des messages très explicites (regard lubrique), ou encore la double sucette, pour rejouer la scène de la Belle et le Clochard (souvenez-vous, le spaghetti qui les fit s’embrasser, so romantic). 

Les célibataires ne sont pas oubliées, puisque les désormais bien connus canards sont disponibles en diverses couleurs et/ou déguisements.

Info sympa et utile : les commandes sont faisables par téléphone (mieux vaut ne pas être trop timide), tant de France que de l’étranger…

Avec l’approche des beaux jours, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

14:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs et le classé X | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

15
fév

La vilaine petite chenille

Il était une fois une petite chenille qui, par erreur, était née rose.  Elle était en soi très jolie, mais ne s’en rendait pas compte, car toutes ses camarades étaient vertes.  Sa maman avait beau la rassurer en lui disant « un jour tu seras un beau papillon rose, ma chenille adorée », rien n’y faisait, la petite chenille rose était malheureuse et rejettée par ses camarades.

Un jour où elle était très triste car sa meilleure amie chenille s’était moquée de sa couleur, la petite chenille rose décida de partir afin de découvrir le monde et de rencontrer d’autres chenilles roses.  Elle voulait se sentir moins seule et moins différente.

Elle ne fit même pas ses bagages, ne prévint personne et s’en alla en pleurant. 

Après deux jours de marche sans avoir croisé le moindre congénère, la chenille réalisa qu’elle avait faim.  Elle dont la maman avait toujours songé à lui fournir de délicieux repas se retrouvait perdue, à la merci des oiseaux gourmands, et affamée.  Elle regrettait amèrement d’être partie, mais n’osait pas faire demi-tour.

Elle arriva enfin sur un marché en plein air, et découvrit un stock phénoménal de salades : des laitues, des frisées, des feuilles de chêne…  De quoi faire un festin.  Même les tomates étaient bien rouges et les courgettes bien vertes.  La petite chenille reprit du poil de la bête et dévora tant qu’elle put.

Fatiguée, elle décida ensuite de se reposer à l’ombre d’une caisse de fraises.

C’est là qu’Anaïs, faisant son marché, la découvrit.  Une chenille route rose, aux couleurs de son blog.  Une chenille endormie et solitaire.  Une chenille qui ne demandait qu’à être adoptée et aimée.

Anaïs la recueillit immédiatement et en fit sa compagne de jeu.  L’histoire ne dit pas si la petite chenille rose devint un jour un beau papillon, mais ce qui est clair, c’est que cette chenille ravit sa propriétaire et… lui donna des ailes !

Merci à Steph de Moulin Rose pour ce joli cadeau de Saint-Valentin… qui est tout mignon, idéal pour moi et qui m’a largement inspirée… la séance photo au supermarché fut mémorable, croyez-moi !

chenille5

06:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs et le classé X | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27
jan

La perversion et la perversité perverties de façon perverse

Perversion ou perversité ?  Qu’importe, c’est ce dont on m’a tout récemment accusée sur ce blog.  Vous ne vous en êtes sans doute pas rendus compte, dans cet amphigouri de commentaires étranges et absurdes envahissant ce blog à l’époque encore non modéré.  Mais c’est un fait.  Ce qui m’a bien sûr fait réfléchir (oui, même avec deux neurones, on peut réfléchir ma bonne Dame) : suis-je vraiment une grosse perverse, moi à qui on donnerait le Bon Dieu sans confession ?  Ou sont-ce mes propos qui peuvent prêter à confusion sur ma chaste personne ?
J’en étais au tout début de cette remise en question, lorsque je l’ai vu.  Lui.  Et j’ai fondu.  J’ai oublié toutes mes bonnes résolutions encore en gestation : tu ne seras plus jamais perverse, tu ne tiendras plus de propos fangeux sur ton blog, tu ne parleras plus de choses que la morale réprouve, tu réciteras tes prières.
Je l’ai vu.  Et j’ai fondu.  Et j’ai foncé sur lui.  Sans plus réfléchir.  Oubliées mes résolutions.  Je l’ai léchouillé.  Effrontément.  Je l’ai suçoté.  Lentement.  Je l’ai titillé.  Vicieusement.  Je l’ai mordillé, jusqu’à l’inciter à me fournir sa substance délicate et légèrement sucrée, qui s’est répandue dans ma bouche tel du miel.  Le plaisir est monté en moi par vagues successives et d’une intensité croissante.  L’orgasme est arrivé presque sans crier gare, au moment où je l’avalais… ce macaron cassis-violette de chez Ladurée.

Il est dit qu’Anaïs se vautrera jusqu’à la fin de ses jours dans le stupre et la luxure.   C’est un fait.  Indéniable.  Je ne suis que perversion.  Et perversité.  Gustatives.

(texte écrit dans le cadre du défi-mot des bloggeuses du forum VIB)

si vous aimez ce genre de défi, souvenez-vous de celui-ci

Défi VIB

Recommandé par des Influenceurs

17:32 Écrit par Anaïs dans Anaïs et le classé X | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

29
déc

Deux guerres de retard…

Et oui, à tous niveaux, j’ai toujours deux guerres de retard.  Voilà pourquoi je n’ai pas un blog sur l’actualité, vous l’aurez compris.  Ça marcherait pas un blog d’actu quand on n’est jamais au courant de l’actu.  Ça ferait un blog tout blanc tout vide avec rien à lire. 


Ainsi, j’ai appris aujourd’hui que Miss France 2008 resterait Miss France 2008.  Ah bon, Miss France 2008 a risqué de perdre sa couronne ?  Première nouvelle.

Heureusement, pour les ignares de mon espèce, y’a internet.  Trois petits clics et je sais tout du scandale de la scandaleuse : elle a posé pour des photos qui n’ont pas plu à la Mère Supérieure, j’ai nommé Geneviève de Chais plus quoi.  Trois petit clics supplémentaires et je découvre les photos.  Ben ma bonne Dame on n’est pourtant pas avant guerre (même si j’en ai deux de retard), et je vois pas ce qu’il y a de choquant sur ces photos.  A la rigueur le crucifix peut heurter les sensibilités chrétiennes, mais à part ça, pas de quoi fouetter une Miss France.

J’apprends ensuite que la championne de natation Laure Trucmuche (là je me dis que je devrais mettre les vrais noms, ça rameuterait le lectorat à la recherche d’infos croustillantes, comme je l’ai été y’a à peine quelques heures – bon tant pis), ben elle a fait des choses que la morale réprouve avec son namoureux, un italien dont j’ignore bien sûr le nom (c’est d’ailleurs grâce à cette idylle que je sais que la Laure est championne de natation, passque vous savez ce que je pense de la natation hein, non ?  Allez réviser ici), que ces choses ont été filmées par le namoureux et qu’ensuite ledit namoureux devenu ex-namoureux a diffusé les images sur internet, provoquant un buzz d’enfer et un scandale scandaleusement scandaleux.  Geneviève a dû en faire une crise d’apoplexie.  Car croyez-moi,  Miss France en photos outrageusement outrageuses, c’est rien à côté de Laure Trucmuche à poil dans des positions suggestivement suggestives…

C’est un scandale ! Oups non, c’est deux scandales !

Zavez envie de voir les photos dont je parle ?  Zavez qu’à cliquer sur internet, comme je l’ai fait.  Non mais.  Faut pas en plus que je vous les envoie par mail tout de même ? L’est pas marqué « service presse » ici, non mais.  Des fois.  Y’a de l’abus ici.

20:56 Écrit par Anaïs dans Anaïs et le classé X | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
oct

Le papa pingouin le papa pingouin le papa le papa le papa pingouin

pingouin
Stef, la gérante d’Au Moulin Rose, dont j’ai déjà parlé, passque je teste des vibros pour elle et je vous en parle dans ces pages, dans la rubrique pas chaste que j’assume pleinement, a eu vent de ma dernière mésaventure.  Souvenez-vous, au lieu d’un joli ver mauve, j’ai reçu un immonde pénis rose (à lire ici).

Afin d’éviter que je pleure jour et nuit devant ce truc que je n’ose approcher, elle m’a offert, je dis bien offert (soyez pas jaloux, je sais que je suis une super grosse gâtée de chez gâtée) un pingouin pour décorer ma salle de bains.  

Et accessoirement tenir compagnie à mon poisson.  

Et accessoirement m’envoyer au septième ciel, inutile de vous faire un dessin.

Il est craquant comme tout, et j’hésite à en faire usage, par respect pour lui.  Mais bon, après tout, il est fait pour ça, c’est son job, et puis il a plusieurs vitesses et fonctions, alors ça serait bête, tellement bête de ne pas en profiter… de cette petite bête totalement à mon service.

J’y cours immédiatement…

Mais auparavant, big méga nouvelle de la mort qui tue !

Vous le savez sans doute, mon blog fêtera son anniversaire à la fin de ce mois.  Le 28, pour être précise.  Un an déjà.  Tout jeune le petit hein, comme moi, finalement (qui a dit « bof » ?).

Et qui dit anniversaire dit … cadeaux !  

Vu que vous ne m’en ferez pas, bande d’ingrats devant l’éternel, j’ai proposé à Stef de s’associer à moi pour offrir un cadeau à mes lecteurs chéris, alias vous, et ce via un concours.  

Voici donc bientôt venu le jour de la vengeance sordide d’Anaïs, qui n’a jamais gagné le moindre concours…

Moi j’adore les concours avec tirage au sort, au moins le hasard fait son choix.  J’ai une sainte horreur des concours avec question subsidiaire du genre « combien serez-vous à répondre entre le 21 et le 28 de ce mois » ou « combien pèse Anaïs lorsqu’elle rentre le dimanche de la boulangerie, son 7dimanche dans la main droite, deux croissants dans la gauche ».

Je proposerai donc un concours fait de questions en rapport avec ce blog.  Les plus assidus auront le plus de chances de gagner.  Avec une question subsidiaire bien complexe, cela va de soi, vengeance vengeance.  

Mais keskon gagne me direz-vous ?  Un animal, pardi.  Vibrant, pardi. C’est qui maintenant les super gros gâtés de chez gâtés ?  Elle est pas belle la vie ?  

Et c’est là que ça devient encore plus intéressant.  Car c’est un concours interactif, faut vivre avec son temps : ce sera à vous de voter pour choisir votre cadeau.  L’animal ayant remporté le plus de succès via le sondage lancé le 21octobre sera offert, je dis bien offert, à l’internaute ayant le mieux répondu aux questions qui seront proposées le jour J, soit le 28 octobre.  

Est-ce bien clair ?  En résumé : dès le 21 vous votez pour votre animal fétiche, dès le 28 vous répondez au concours et vous gagnez…

Alors à vos agendas.

06:45 Écrit par Anaïs dans Anaïs et le classé X | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |