23
nov

J’ai testé la call TV

L’autre jour, enfin l’autre nuit, je me réveille à 1 h du mat.  Parfois, j’ouvre un œil, je zieute le réveil et je replonge dans un gros gros dodo.  Mais l’autre nuit, ben il est 1 h du mat, et c’est comme s’il était 6 h, l’heure de me lever pour aller bosser.  Sauf que si je me lève pour aller bosser, ben il sera trop tôt, j’aurai pas de bus et c’est pas raisonnable.

Mais pas moyen de retourner dans les bras de Morphée, donc j’allume la télé.  Je sais, c’est très mauvais la télé dans une chambre, ça brise la libido du couple.  Mais bon, enfin, vous savez, quoi.

Je zappe : un concert sur France 2, une émission en hommage à Georges Brassens sur France 3, j’adopte.  Ah, ben ça fait trente ans qu’il est mort, Georges.  Ensuite, plus rien, alors je mate une énième rediffusion du JT, passionnant.  Ça ne m’assoupit pas, malheureusement.

A la fin du JT, je zappe à nouveau et je tombe sur la call TV de RTL TVI.  D’habitude, quand je repère ce micro-studio avec un énergumène mâle ou femelle qui s’agite pour racoler, je m’en vais rapido presto, mais là, mue par une pulsion d’autodestruction, je décide de regarder.

Il est 2 h et ça vient de commencer.

Le but du jeu, d’après l’animateur brun presque ténébreux qui présente (le pauvre, il a dû être vilain dans une vie antérieure pour hériter d’un tel karma), est de trouver 7 séries télé, qui rapporteront de 30 à 500 eur.  Pour ce faire, y’a un numéro surtaxé à 2 euros l’appel, et si je pige bien, faut appeler plein de fois pour avoir la chance d’être premier et de passer à l’antenne faire sa proposition. 

En bas de l’écran, quelques recommandations légales « règlement disponible sur www.rtl-tvi.be », « jouez avec modération », « interdit aux moins de 18 ans ».

Bien sûr, aucun indice, faut juste proposer des séries.  Euh, il existe combien de séries télé au monde depuis que la télé existe (c’est pour mes statistiques) ?  Bref, autant trouver une praline succulente dans un ballotin sans manon, mais ça ne semble pas décourager les insomniaques, puisque, dans le coin de l’écran, s’affiche le nombre d’appels en temps réel, qui oscille entre 4 et 21. 

Donc, avec 21 appels en attente, ça fait 1 chance sur 21.

 

 

Ça me rappelle ce concours-arnaque sur la RTBF, passque bon, je voudrais pas qu’on pense que je ne critique que RTL-TVI.  Donc le concours « gagnez deux coffrets la saison de The mentalist en envoyant un sms à 1 eur le sms envoyé et reçu maximum 2 eur » (enfin un truc du genre).  Vu que la saison compte 24 épisodes, diffusés par 2, si je joue chaque semaine, soit 12 fois, à 2 eur, je mise 24 eur pour peu de chances de gagner.  Autant mettre ces 24 eur sur le coffret.  Mais, outre ces statistiques, le plus ignobles c’est que la RTBF mette en jeu deux coffrets, soit une valeur de 34,99 eur x 2 sur Amazon.  Donc si 35 pigeons jouent, ops, remboursé.  Et je fais le pari que bien plus de 35 pigeons ont joué.

Arnaque, vous avez dit arnaque ?

Oui, arnaque, sans sur la Retebef que sur Eretéèlletévéi.

Mais je m’accroche, j’ai dit que je voulais tenter l’expérience, je tente.

Et je pensais que l’ennui profond allait m’endormir, et bien que nenni.  Je suis exaspérée, énervée, horripilée, de voir ces gens, pauvre pigeons insomniaques, téléphoner, encore et encore et encore.  Passqu’il y a les habitués, qu’on entend trois fois sur l’heure que dure l’émission, c’est dire s’ils appellent souvent, les pauvres.

Et c’est le défilé des séries télé, dont aucune ne fait bien sûr partie de la liste.  Zont été chercher des séries quasi inconnues, le seul pigeon qui remporte 50 eur (waw, mieux que l’Euromillions) gagne grâce à Docteur House.  Les autres séries sortent de nulle part, je le comprendrai lors de la révélation en fin d’émission (suspens suspens).

Et l’animateur de blablater durant de longues minutes, dans un monologue interminable qui déprimerait même le clown Zapata.  On doit lui souffler dans l’oreillette de faire traîner les choses, de ne prendre qu’un appel toutes les trois minutes.  A quoi bon, finalement, puisque les séries sont à la limite de l’impossible à trouver ?

Et il tente d’entamer des conversations avec les téléspectateurs.  Pas facile, certains provenant d’un milieu semblant vraiment défavorisé, ou alors ils sont tombés dans un premier sommeil, ou alors ils ont pris six somnifères, en vain, ou trois verres de Cognac, voire plus si affinités.  Et y’a même des néerlandophones, tant qu’à faire. My god, c’est pathétique.  Et le pompon est atteint lorsqu’une dame à la voix âgée propose Les feux de l’amour, ne gagne rien, mais tend ainsi le bâton pour se faire battre à l’animateur, qui l’interroge sur les derniers potins de la série.  Elle annonce la nouvelle du jour : Victor et Nicky ont rompu.  Le drame intersidéral.  Le brun pas ténébreux au mauvais karma prend ensuite un malin plaisir à se moquer d’elle, en répétant, genre vingt fois, « Nicky n’est plus avec Victor », d’une voix désespérée.

Et moi, qui pensais m’endormir lourdement au son de ces bêtises, j’ai juste envie de lui crier « mais ta gueule, t’as pas honte de gagner ta vie en arnaquant de pauvres gens ? ».  Et ma colère monte encore plus quand j’imagine les tarots télévisés, où le « pigeonnage » est similaire, si ce n’est qu’il profite encore plus de la détresse des gens, de leurs angoisses, de leurs peines.

Mais que font les superviseurs de chaînes télé, qui autorisent ces arnaques en bonne et due forme ?

Tchu.

08:04 Écrit par Anaïs dans Anaïs est une enfant de la TV | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : call tv, rtl tvi |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

22
nov

Joyeux Noël à tous !

Dingue comme le temps passe vite, nous vlà déjà à l’aube de Noël.

Ah bon, c’est pas le réveillon Noël ce soir ? 

Tiens, bizarre, car la Retebef diffuse « A la maison pour Noël », avec Virginie Effira, alors je croyais moi…

Suis-je bête, de nos jours, les fournitures de rentrée sont en magasin en juillet, les bonbons de Saint-Nicolas envahissent les rayons en octobre et les décos de Noël s’achètent dès le 2 novembre et sont soldées dès le 10 décembre.  Ça doit être because le réchauffement climatique, tout tourne à l’envers, même le calendrier.

Trêve des confiseurs de plaisanterie, ce soir je vais mater « Histoires en série », sur France 2, une émission dont j’avais beaucoup aimé le premier volet, sur les secrets, si mes souvenirs sont bons.  Ici, ce sera sur les ceusses qui ont tout perdu, notamment Philippe, qui a inspiré, enfin bien plus qu’inspiré, ce film absolument fabuleux : Intouchables.

Comment, vous pas encore l’avoir vu ?  Zou, filez immédiatement.  Je l’ai vu, moi, m’imaginant un film touchant et émotionnant au possible.  Il l’était, mais il était également drôlissime, ça faisait un bail que j’avais pas tant ri.  Et rire en se sentant envahi d’une émotion incroyable, c’est le top.  François Cluzet, que j’adore depuis toujours, y est fabuleux, de même que Omar Sy.  Un film à voir impérativement.

intouchables.jpg

J’ai vu aussi, dans la foulée, Mon pire cauchemar, avec Benoît Poelvoorde, Isabelle Huppert et Virginie Effira, encore, et j’ai été un tantinet déçue de ce film que j’avais loupé au FIFF, en VIP que je n’étais pas suffisamment.  Un film inégal, qui passe trop vite de la grosse comédie au sérieux, où Poelvoorde passe lui aussi trop vite du gros beauf au mec touchant.  Pas mal, parfois drôle, parfois mignonnet, mais pas transcendant.

monpire.jpg

Et puis La couleur des sentiments aussi, titre initial The help, tiré d’un livre qui raconte l’histoire des bonnes noires dans l’Amérique des années 50-60, de la ségrégation qu’elles subissaient, de l’ignominie des femmes blanches, avec elles, mais aussi entre elles… et surtout de l’amitié entre noires et blanches, envers et contre tout.  Magnifique film. (Je vous mets l'affiche US, car j'adore la phrase du dessus, très représentative du film).

thehelp.jpg

Quant à Twilight, pas vu.  Adoré le premier, détesté le second, bof le troisième alors pour le quatrième, y’a pas le feu.

twilight.jpg

21
nov

La peste de L’amour est dans le pré

101-Dalmatiens-Cruella.jpg

Elle a dit dans Ciné Revue « je ne suis pas une peste », et pourtant si, Geneviève est une vraie peste.

Déjà, elle a tout fait pour séduire Marc et évincer ses concurrentes, alors qu’il ne lui a jamais plu.  Elle avait d’ailleurs ratissé large en contactant plusieurs concurrents, « comme si que » la seule chose importante pour elle était de passer à la télé.  Argh.

En cerise sur le gâteau, ce séjour à l’étranger tourne au fiasco.

Morceaux choisis :

 « je regarde la fleur, elle est jolie… elle » (garce sans nom),

« tu n’es absolument pas mon genre d’homme » (ben ça on l’avait compris),

« n’hésite pas à poser des questions hein », sachant qu’il ne parle pas un mot d’anglais et est donc incapable de poser la moindre question (opération humiliation).

"T'as une grosse tête hein.  Comme ça je ne te vois plus", en lui posant une casquette sur la tête (et s'il la foutait à l'eau, ça nous ferait des vacances).

« Je voulais te faire le privilège de partir avec toi » (oufti, ça serre pas trop, là-haut ?)

Elle prend un malin plaisir à critiquer tout ce que fait ce pauvre Marc : mettre ses coudes sur la table, son manque d'éducation (et rabaisser autrui, c'est pas un manque d'éducation des fois ?) mettre des chaussettes avec des sandalettes (même si c’est vrai que c’est moche, qu'elle lui foute la paix), bref remettre en cause tout ce qu’il est, dit et fait, sa nature profonde.

Et puis paraît qu'elle a mis son adresse mail sur un Tshirt avec "contactez-moi" (bonjour l'affront), j'avais pas vu, trop occupée à réfreiner mes envies de lui flanquer une tarte virtuelle.

Je n’ai qu’une chose à dire, cette Geneviève est ignoble.

Et puis moi, mon bon-papa, il avait les ongles noirs, mais le coeur plein d'amour, et c'était pour nous préparer de bons légumes de son jardin, voilà.  Geneviève, elle a pas les ongles noirs, mais c'est son âme qui est noire.  Tchu.

D’un autre côté, la prétendante du gentil Ben n’est pas très cool non plus, elle râle sur tout, n’apprécie pas ses vacances, veut rentrer, trouve les pâtisseries trop grasses, la file trop longue.

Et puis le premier homo de l’émission, qui préfère son pc et son gsm à son gentil prétendant, y’a des baffes qui devraient se perdre.  

Heureusement, dans l’histoire, Anne-Michèle et son chéri Christophe sortent du lot, de l’amour plein les yeux, des déclarations plein la bouche, c’est trop mimi.  So romantic, so émotionning.

18
nov

L’amour est aveugle a trouvé son naze de la saison

On l’attendait depuis quelques épisodes : le cas.  Bien sûr, à chaque épisode ses cas, mais jusqu’à ce jour, c’était des « sous-cas ».  Ici, voilà le vrai cas, le naze absolu.

Morceaux choisis :

« Ce que j’aime en moi, c’est ma troisième jambe ».  Subtil, très subtil.

« Moi, la fille, je veux entrer en elle, enfin si affinités », rire gras.  Très très très subtil.

« Celle-là, elle est charpentée », dit-il après avoir allègrement palpé son popotin et sa poitrine, seul leitmotiv de sa présence sur le jeu, c’est clair comme un pif au milieu d’une tête à claques, « très bien pour tac tac un soir, mais pas pour la vie ».  Comble de la subtilité.  J’ignorais qu’on choisissait sa copine sur le volume de son fessier.  Sur son visage, son caractère, sa douceur, son intelligence, son allure générale, ok, mais l’éliminer because son cul, allons, sérieusement, d’un autre côté ça ferait un cul inversement proportionnel à un QI, alors elle a rien perdu, la fille.

"Femme qui rit dans mon lit, elle m'a fait beaucoup d'effet, j'ai sorti mon côté animal, bestial".  Non mais ça va hein, on a pigé ce que tu cherchais, n'insiste pas, tu es animal et bestial au naturel.

 

(A la demande de Julien de la première saison de L'amour est aveugle, les propos le concernant ont été supprimés).

 

7
nov

Regarder TF1 est-il dangereux pour ma santé mentale ?

Je commence sérieusement à m’interroger, après avoir regardé une cassette vidéo sur laquel j’avais enregistré l’intégralité de la soirée de vendredi sur TF1.

Ça commence avec Koh-Lanta où, après le départ de l’abominable Maxime des neiges de Belgique, je m’attends à m’ennuyer ferme.  J’avais oublié l’existence des colliers d’immunité et leur fonctionnement, que j’avais mal pigé.  Ainsi, celui qui a le collier voit annuler les votes contre lui, au détriment de la personne arrivant en seconde position. Moi je pensais que les candidats revotaient.  Mais là, au lieu de revoter pour un autre membre de l’équipe maudite car en sous-nombre, clair que c’est un membre de l’équipe adverse qui va sauter.  Je ne me sens plus d’excitation à l’idée de voir Olivier décamper, et me réjouir autant me fait me dire que je deviens aussi mauvaise que Maxime, ma parole.  Le pire, c’est que j’aime ça, les engueulades sur l’île, les mesquineries, les alliances et les trahisons.

Ensuite, revoilà L’amour est aveugle et son lot de candidats qui veulent tous prouver qu’ils peuvent être aimés pour autre chose que leur beauté.  Pour leur modestie, peut-être ?  Chais pas vous mais moi, chaque fois que je vois surgir le quatrième mec ou la quatrième meuf, ceux censés incarner la beauté fatale et à laquelle on ne résiste pas, ben je les trouve pas top.  Bien souvent, je préfère les candidats « classiques ».  En plus, cela fausse la donne, car tout le monde sait que les derniers arrivés sont censés être beaux, donc bonjour le non respect du principe de l’amour aveugle.  Enfin soit.  Hier, par exemple, je trouvais la petite jeune qui craquait pour le super beau je veux je veux je veux papa de deux enfants vachement plus craquante que Shérazade, oh que oui.  Petite jeune mignonne, mais débile, car ayant refusé ce jeune papa so mignon so super beau je veux je veux je veux et so fou de sa petite famille, si c’est pas craquant ça, je vous le demande, keske c’est.  Ajoutez à cela un débile à la recherche du sosie de sa mère, une femme qui ne devra pas refuser de cuisiner et repasser, précise-t-il.  Ensuite, il insulte presque la candidate qui l’élimine, la traitant de vieille (non mais, goujat) et ajoute que de toute façon il ne l’aurait pas présentée à maman, et la boucle est bouclée.  Je lui conseille d’épouser maman, ce sera plus simple.  Ah la la, heureusement que, parmi cette faune uniquement soucieuse de son image se cachent quelques perles rares, qui me rassurent sur la race humaine.

Enfin, le hasard fait que, après L’amour est aveugle, je découvre Confessions intimes. Tiens, ça faisait un bail.  Enième rediffusion ?  Chais pas, mais le premier reportage est stupéfiant.  On y découvre une sorte de sorcière de la maniaquerie, qui hurle 24 heures sur 24 sur son pauvre mec, hurlements entrecoupés d’insultes, c’est plus mieux.  Chaque matin, après son ménage, il est contrôlé, notamment quant à la symétrie des coussins sur le canapé.  Siiiii, je vous jure.  Et elle de hurler de plus belle s’ils sont de travers.  Et de hurler à nouveau car le tube de je sais pas quoi, qu’elle avait rangé droit dans le placard, se retrouve couché par un malheureux concours de circonstances. Non mais sérieux, rassurez-moi, ce sont des acteurs hein ?  Non.  Bon.  J’abandonne cette émission, le premier reportage m’ayant suffi, et me rassure en me disant que, jeudi prochain, Koh Lanta is back, et vendredi, c’est le tour de L’amour est aveugle. 

TF1 est sans doute dangereuse pour ma santé mentale, tant pis, je cours le risque, j’aime trop ça.