22
mai

« C’est énorme ! »

J’ai passé deux heures avec Christophe Willem.

Pas vous ?

Rhôô ça va, j’avoue, c’était à la TV, mais qu’importe, l’essentiel est d’être en sa compagnie, isn’t it ?

En plus d’avoir déjà un méga beau autographe avec mon prénom et tout et tout (dans cinquante ans, il vaudra une fortune), j’ai pénétré son intimité.

Et bien, j’adore vraiment ce mec. Il ne se prend pas la tête. Il délire en permanence. Il est humain. Il est sensible. Il m’a offert un défilé de mode digne de la scène culte de Pretty Woman. J’ai ri, tellement ri que j’en ai frôlé la mort par étouffement.

Il dit « c’est énorme » chaque minute, et dans sa bouche aux dents blanchies par procédé complexe, ça sonne bien.

Pour pallier les critiques dont j’ai récemment été victime lorsque j’ai osé avouer que j’avais téléchargé les morceaux de Christophe sur le net, ô sordide trafiquante de MP3 que je suis (que celui qui n’a jamais téléchargé une chanson me jette le premier écouteur – j’en ai besoin, mon mien est quasi foutu), j’ai acheté son CD, en vrai, en plastique, avec un beau livret plein de photos et tout et tout. Je rentre ainsi dans le clan bien vu des consommateurs qui claquent leur fric au profit de l’industrie du disque, youpie. Je vais dormir avec. Finalement, c’est pas cher payé pour avoir Christophe Willem dans mon lit …

Alors pour vous, pauvres lecteurs qui n’avez pas eu l’immense chance d’être tout tout tout près de lui et d’avoir un zoli autographe, voici le génialissime dessin que Flo vient de me faire, pour moi rien que pour moi. Dément non ? La grooooossse gâââââtéééééée que je suis. Ze l’ai vu, zai son autographe et zai maintenant un dessin rien que pour moi. Qué bonheur.

Merci Flooooooooooooooooooo.christoooooooophept

15
mai

La leçon de Docteur Maison

La leçon de piano ce soir à la TV.

Je l’ai en DVD.

Mais après les tribulations de Docteur Maison, j’ai zappé pour me saouler de la fin de ce film que j’adore et dont je me délecte à chaque rediffusion.

Passer de House à ce film, on appelle ça passer de la tempête à la tornade.

Docteur Casa, c’est mon idole. Je sais, je sens, que sous son caractère monstrueusement monstrueux se cache un cœur d’or. D’ailleurs, ses collègues le savent aussi. Ils ne sont pas dupes de sa carapace. Docteur Huis c’est moi en femme. J’ai juste l’intelligence et les compétences en moins, faut bien l’admettre. Mais pour le caractère, je suis comme lui. Et j’ai un rat comme lui.

Ce soir il s’est dépassé, notre cher médecin. D’abord il a reçu en consultation une fillette soi-disant épileptique, mais qui en fait prenait son pied dans sa poussette. Oh ne criez pas au scandale, appelons un chat un chat, ou plutôt une chatte… enfin vous avez compris. La façon dont Haus annonce la « maladie » à la mère m’a fait m’écrouler sur le vinyle de mon salon en poussant des petits cris délirants (que voulez-vous, House me fait un effet bœuf) : « votre petite, Madame, elle fait simplement guili guili gouzi gouzi, (puis comme la mère ne réagit pas) bonjour la petite fleur, (et comme la mère est toujours sceptique comme la fosse, ah non, pas comme la fosse, plutôt comme la moue) pouet pouet le miaou ». Bon, écrit par Anaïs, c’est pas drôle, je l’admets. Et puis House joue mieux que moi, c’est clair. Vous l’avez pas vu ? Dommage. Zavez qu’à aller voir l’épisode sur internet, na.

Ensuite, notre bon docteur a tenté de rendre malade ce pauvre Steve Mac Queen (ledit rat), pour ensuite lui ôter une tranche de cerveau et l’analyser. Le tout pour sauver son collègue mourant. Sacrifier Steve pour sauver un bête collègue, ben moi ça je ferais pas ! D’autant que le collègue est noir. Ooooooooh rangez vos protestations, je rigole, je la joue à la Docteur House. Si vous le connaissiez (ou connaîtriez ?) vous comprendriez. Humour. Ne m’envoyez pas de suite la lutte contre la discrimination ou SOS Racisme. Heureusement, le rat n’a pas été malade, n’a pas mouru, n’a pas eu sa cervelle étalée au vu et au su de tous, et le collègue a été sauvé in extremis par Super House. Happy end.

Je zappe ensuite sur La leçon de piano pour quelques émotions fortes.

La première fois que j’ai vu ce film, j’avoue que les premières minutes m’ont laissée perplexe. C’est quoi cette drôle de petite bonne femme qui débarque sur cette île, flanquée de cette fillette et de ce piano ? C’est quoi ce film lent ? C’est quoi cette musique ? Cette belle musique. Cette poignante musique. Cette belle femme qui tombe amoureuse sans s’en rendre compte, objet d’un jeu pourtant sadique … Petit à petit, je me suis laissée envahir par l’ambiance glauque, sinistre mais tellement érotique du film. Je n’ai pu me détacher d’elle, de lui, d’eux. Jusqu’au dénouement final. Dénouement que je viens de manquer en vous écrivant ce billet, of course. Tchu.

Enfin, pas grave, je l’ai en DVD. Vous pas ? Dommage… Zavez qu’à vous l’offrir en DVD. Na.

13
mai

Requête

A cause du Télévie, sacrebleu, j'ai loupé l'épisode de samedi dernier de Ghost Whisperer (Mélinda) sur Plug. Je constate aujourd'hui que c'était le premier de deux épisodes sur un crash, fin de la saison un. Il me manque donc l'épisode 21. J'ai cherché partout sur le net, pas moyen de le trouver.Si qq'un pouvait m'aider à l'avoir... Pas envie de regarder le 22e sans avoir vu le 21e.Désespoir, pitiééééé help meeee

6
mai

Campagne de pub !

Une pub que je vois chaque matin et qui m'intrigue. Je découvre que c'est mon nouvel ami Zecca qui est représenté. Je deviens bigleuse (c'est vrai, je le suis de naissance) ou vous êtes comme moi, vous ne l'aviez pas reconnu ? Je lui trouve plus un air du bel André de la Nouvelle Star. Non ? Zen pensez quoi oh lecteurs vénérés ?zecca Add. du 7/5, je trouve ma trouvaille tellement extra que je vous la mets dans le post : Zecca se prend pour le nombril du monde, et Julie Taton est son piercing. Choli non ?

5
mai

Une sacrée soirée en perspective (c’est mon dernier mot Jean-Pierre)

Je vais me la jouer hyper opportuniste sale gamine pourrie gâtée, pour changer (qui a dit « ça ne changera pas ? », que je le frappe).

J’ai regardé les programmes dans ma Bible. Aujourd’hui. Ce jour. Soir. Sur air thé aile. Télévie (oh ça va, promis, je ne vais plus vous bassiner avec les dons que vous DEVEZ faire, mais si mon blog a convaincu un belge de donner alors qu’il n’en avait pas l’intention, mes divagations quotidiennes auront été d’utilité publique, je le revendique, na).

Je le jure je le crache si je mens j’irai pas au paradis, j’ignorais totalement que la big méga soirée aurait lieu dans ma big petite ville. J’ai accepté le bénévolat bien avant de savoir que j’allais y croiser Zecca et sa zamoureuse Julie Taton, Alain Simons (tiens il vit toujours ?), Anne Quevrain, la miss météo prête à pondre son petit neuneuf, et toute la clique de notre grande pourvoyeuse de séries vénérées.

Mais maintenant que je le sais, je fais des bonds de grenouille (dont j’ai les cuisses) depuis des jours. J’ai déjà assisté au Télévie, dans le public, la fois ousque c’était à la citadelle (comment, vous ne connaissez pas ma citadelle ? quelle lacune à votre culture). C’était long, comme émission, mais c’était chouette. Ambiance sympa. Et puis, parmi les centaines de participants, j’avais été choisie pour être interviewée sur une radio NATIONALE. Je vous jure. Sans doute Bel-RTL. L’interview fut longue, mon accent diffusé sur antenne fut aussi long à oublier… : « Essque le Télévie vous touche Ma’moiselle ? » « Oui, passque j’ai connu un cas dans ma famille et le cancer ça peut tous nous atteindre faut se mobiliser alleye une fois ensemble la leucémie on doit la vaincre ». Fin de mon moment de gloire NATIONALE.

Revenons à nos centrales téléphoniques (« Télévie, Anaïs pour vous servir, la bourse ou la vie, bonsoir »).

Pour demain, on m’a dit de porter des vêtements pétants, pour attirer l’attention lors des interviews. Anaïs à la TV. Lors des connexions avec le centre d’appel de la capitale de la Wallonie, repérez simplement le ver luisant. C’est moi. Vêtements pétants qu’ils ont dit !

Je vais voir les stars de air thé aile, nananère. Je vais kisser la tortue-new-star, j’ai nommé Christophe, nananère. Je vais tailler les hanches d’Olivia à la hache, nananère. Je vais étendre de la brillantine sur Danny, nananère. Je vais nederlands spreken avec Helmut, nananère. Je vais voir la vie en rouge avec Axelle, nananère.

Vivement ce soir sur Télé Luxembourg. Oups, ça m’a échappé. Je vieillis. Vivement ce soir sur RTL TVI (non je n’ai pas d’actions dans cette boîte, mauvaises langues).