24
jui

Laguna beach, la série télé réalité, ou la télé réalité en série…

Je suis tombée sur ce truc par hasard, avant ou après (chais plus) avoir regardé un film vraiment étrange avec Cristina Ricci, dénommé Miranda.  C’est Cristina qui m’avait attirée, vu que je l’avais adorée dans Penelope.  Drôle de film que ce Miranda...

Mais pas aussi drôle que ce truc, Laguna beach.  Ils appellent ça « Newport beach en vrai ».  Moi j’appelle ça un truc.

Un truc parce que c’est un genre de série télé, mais avec des vrais gens dedans.  Un peu comme des frites avec de la vraie patate dedans (ça y est, je l’ai déjà ressortie, ou presque, copyright Lenny).  Un peu comme de la télé réalité avec des vrais déneuronés dedans.

Donc ça se présente comme une série télé, avec un générique plein de jolies blondes à forte poitrine, de jolies brunes à joli fessier et de beaux gosses au sourire pepsodent.  A les voir, on croirait des acteurs, sauf que ce ne sont pas des acteurs.

Ce sont des vrais gens.  Et on filme leur vraie vie.  Enfin vraie vie… faut savoir qu’il s’agit de l’élite de la côte ouest, of course, on va pas se contenter des petites gens.  Dans Laguna Beach, les filles rêvent de Ferrari, conduisent des Porsche, portent des lunettes de soleil Chanel totalement démesurées et dépensent au bas mot 6000 dollars par mois pour leurs accessoires de mode, merci la carte gold de papa et maman. Dans Laguna Beach, les quartiers où vivent ces pseudo stars sont similaires à ceux de Desperate Housewives ou Côte Ouest (ça tombe bien, c’est le même, euh, comment ça s’appelle, c’est pas un département, ben oui, stupid Anaïs, un état, cf les Etats-Unis, bref c’est le même état).

Déjà, tout ça frise l’indécence.  Un étalage de pognon et de fêtes sur la plage, comme si la vie n’était que ça.  On ne les voit jamais à l’école, on ne les voit que chez les uns, chez les autres, à des fêtes, des bals typiquement américains, dans des restos ou sur la plage à se faire des repas en tête-à-tête.  Enfin de ce que j’en ai vu, of course.

Ensuite, ça ne raconte que leurs histoires d’amour.  Et je vous prie de croire que, du peu que j’ai compris, savoir rien du tout, pour piger faudrait regarder tous les épisodes à mon avis, leurs histoires d’amour sont aussi complexes que dans les séries télé.  Logique, imaginez qu’on ait fait une télé réalité sur ma vie d’ado, ben un seul épisode aurait suffit, pathétique.  Mais pour ces personnes aux noms étranges comme Kyndra, Raquel ou Cameron, il semble que les romances et les couples se fassent et se défassent comme un pull mal tricoté.  Et que je te largue, et que je te trompe, et que je sois jaloux, et que je t’offre des fleurs et que je te fasse une déclaration d’amour sur fond d’océan bien bleu et de coucher de soleil doré, et que je te refasse la même déclaration en retour sur même fond d’océan encore plus bleu et de coucher de soleil encore plus doré… Le summum de l’horreur : la rupture au bord de la piscine, sur une superbe terrasse pleine de colonnes presque grecques.

Tout cela est tellement scénarisé que si ce n’était pas doublé en laissant les voix américaines en arrière-plan, on croirait à une véritable série télé.  Ou presque.  Ce n’est pas possible que ce soit filmé spontanément, la caméra ne tremble pas, les plans sont variés, avec un joli décor, important le joli décor.  Et lorsque les personnages se parlent, et bien on les voit tour à tour en gros plan, laissant supposer qu’il doit y avoir plusieurs caméras. Tenez, au moment de la rupture, après les gros plans sur le visage stupéfait de la larguée et celui plus insipide du largueur, plan large sur la piscine et les fauteuils luxueux dans lequel nos protagonistes sont assis, puis se lèvent, en un seul mouvement.  Que c’est beau…  Difficile d’y croire… difficile d’imaginer que ce soit un tant soi peu spontané…

Je n’ai regardé que dix à vingt minutes de ce truc (oui, ça restera un truc pour moi, c’est tellement indéfinissable), et j’en reste sciée, estomaquée, soufflée…

Comment ces ados ont-ils pu se fourvoyer au point de se laisser filmer de la sorte ?  Laisser filmer l’humiliation d’une rupture, l’intimité d’une déclaration d’amour, leur quotidien si luxueux qu’il en est indécent.  Keski les motive ? L’attrait d’un moment de gloire ?  L’exhibitionnisme ?  Et mon côté mère-grand me fait m’interroger sur les séquelles d’un tel truc sur ces ados, sur leur avenir, sur leur quotidien après être ainsi passés à la TV… Je dois être démodée, car il paraît que certains se font filmer en train d’organiser leur fête d’anniversaire de plusieurs centaines de milliers de dollars, dixit Mostek (j’avais vu une minute ou deux de cet autre truc, sans vraiment piger).  Ça doit être une mode américaine…

En vous cherchant un extrait sur le net, je réalise que cette série existe depuis 2006, my god, c’est encore pire que ce que j’imaginais (et j’ai vraiment du retard dans mes infos, cette série a l’âge de mon blog ah ah ah), et le personnage principal d’origine, une certaine Lauren a quitté la série par manque d’intimité… ben voyons.

En tout cas, ça me stupéfie et me glace d’horreur, pas vous ?

Incroyable, mais pourtant vrai…

c’est Truman show devenu réalité.

Et le pire… depuis que je sais plus qui a plaqué Kristin au bord de la piscine, je suis en train de me demander : mais que va-t-il se passer ?  Damned, réveille-toi Anaïs, sinon tu vas être contaminée…

 

lagunabeach.jpg

 

10
jui

Secret Story is back, et mon neurone repart en vrille

Histoire de ne pas permettre à mon cerveau de se remettre à bosser trop vite après la fin de Dilemme, prévue pour jeudi prochain (ouiiiii, j'avoue, au grand dam de Mostek qui n'en revient toujours pas, j'ai fini par prendre goût à cette émission hautement sociologique, avec sa Barbie belge, ses hommes en rouge adorant montrer leurs attributs masculins, son homo-Flo-gaga qui se prend réellement pour une femme, au point qu'il couvre ses seins d'un essuie lorsqu'il se balade torse nu so ridiculous -love that, enfin non, pas love that, il me tape sur le système, comme tous d'ailleurs, va comprendre pourquoi je persiste et signe, ses couples étranges et ses neurones inexistants), TF1 lance la saison 4 de Secret story.

Va falloir faire fort, pour dépasser les années précédentes en matière de secrets déjantés et captivant.  Passque ressortir des secrets déjà proposés, ça la foutrait mal.

La maison a été redécorée.  J'adore la piscine en forme de pièce de puzzle, c'est trop chouette et ça donne trop envie d'y plonger.  Pour le reste, de la couleur et de quoi les voir le plus possible à poil, ou presque.  Cela va de soi.  Rien de bien original.  Du kitsch, du noir, du rose, et des énigmes.

Castaldi me paraît bien calme ce soir, les délires débiles viendront sans doute plus tard.  A moins qu'il n'ait été sermonné et contraint à se tenir à carreau ?

Bon.  Entrons directement dans le vif du secret.

Alors, pour surfer sur la vague Twilight, on aura droit à un vampire.  Ah ah ah ah ah.  Et pourquoi pas à Michaël Jackson, aussi ?  Un vampire, non mais non mais, n'importe quoi.  C'est peut-être simplement un humain atteint d'une maladie finalement (je veux dire une vraie maladie, pas une maladie mentale qui le ferait se prendre pour Edwaaaard), ça existe une maladie qui impose de devoir boire du sang humain ?  Enfin bon, si c'est un vrai vampire, ça va être l'émeute, toutes les filles (dont moi) rêvant d'être mordues afin de devenir immortelles (ça me tente vachement, j'ai encooore trouvé des cheveux blancs sur ma tête, le désespoir me guette, je vis un enfer, je hais vieillir, je hais ça).

Ensuite, secret suivant, un loup-garou.  Naaaaan, je rigole.

Le véritable secret suivant est une phobie dont j'ai oublié le nom, mais en français facile, il a peur du surnaturel.  Du chiffre 666. Et des vampires, of course.  En espérant qu'il n'a pas oublié son ail et sa verveine, ça pourra servir.

Ensuite, le désormais (trop) classique de Secret Story, le faux couple.  Mais là, ce sont les internautes qui décident.  Deux hommes, dont un très très homo, une fille.  Trois possibilités. Ça me rappelle un film.  Au moment où je vous écris, je ne sais encore rien du choix des internautes.  Aaaaaaaaaaaaargh, un énorme faucheur, cousin, moustique géant vient de passer devant mes yeux, horreur et damnation.  Je hais les insectes moi, plus que le surnaturel.  Mais je les hais moins que Flo gaga, je vous rassure...

Les candidats suivants semblent Belges, et c'est pas des cadeaux. Deux amies.  Que rien ne peut séparer.  Seul un ex commun les a séparées, durant deux heures.  Et qui voilà qui arrive, hein, on l'aurait pas deviné une seule seconde : leur ex commun.  En cerise sur le gâteau, on apprend que les deux filles ont eu une aventure ensemble.  Ben voyons.  Cette fois, c'est deux filles, un gars, trois possibilités.

Existent aussi des « complices » qui ont un pouvoir très particulier, octroyé par Castaldi, j'y pige que dalle (nan, chuis pas bête, je joue à Bubble town et je tchatte sur msn en même temps, donc difficile de me concentrer aussi sur Secret Story). Ils s'appellent « les élus de la voix » (ça fait très religieux, voire secte, non ?) et virent allègrement les candidats, investis d'un pouvoir quasi surnaturel.  J'en connais un ou une qui va encore frémir : celui ou celle qui souffre de hexakosioihexekontahexaphobie, le nom m'est revenu, car je me suis souvenue que lors d'un quizz au bureau (oui, parfois, on se marre comme des canards au bureau), nous avions dû le trouver, ce nom imprononçable, qui représente la peur du chiffre 666 (d'ailleurs y'a trois fois hexa, comme dans hexagone, six côtés), et non la peur du surnaturel, Castaldi revois tes copies ! Je pressens aussi (car j'ai aussi des pouvoirs surnaturels) que ces candidats évincés vont réapparaître un jour... wait and see.

Encore de la belgitude une fois, avec une blonde dont je n'ai retenu qu'une chose : « si mon secret serait dévoilé ».  Sic sic sic sic sic. Je meurs de désespoir, pourquoi ces gens représentent-ils la Gelbique ?

Suit un alien.  Enfin une. Après le vampire voilà ET version rouge.  Damned.  A moins qu'il ne s'agisse de l'incarnation de Satan (666 is back) ?  En tout cas, la chose parle et dit « je ne suis pas un extra terrestre ».  Aaaah, bien essayé, comme si on allait te croire.  Elle a l'air belge, une fois.  Notre réputation va encore en prendre un coup, c'est vraiment pas bien TF1 d'aller recruter à ce point dans mon petit pays.

Nouveau secret... une Miss à mon avis.  Pitiééééééé pas une Miss Belgique.  Pitiééééé pas une Miss Boudinblancducoindelarue.  Ah ben non, c'est « le plus bel homme de France ».  Bon, je pense qu'on ne l'a pas encore vu, passque si à l'heure où je vous écris, il est déjà là, moi je suis Claudia Chou Fleur hein.  Le plus bel homme... le plus modeste aussi et surtout.

Un Don Juan féminin...  Mon dieu c'est d'un banal banalement banal ça.

Puis un ou une miraculé(e).  De quoi, seul Dieu le sait à cet instant.

Ensuite un secret attribué illico : j'ai été otage de « Human bomb ».   Ben c'est pas ça, être miraculé ?  Ah non, apparemment non.  J'ai suivi récemment le docu-fiction relatant cette prise d'otages, ou le téléfilm, je ne sais plus trop.  TF1 adore les survivants, après le Tsunami, Human Bomb.

Secret suivant.  Je suis le petit-fils du père des Schtroumpfs.  Oh ben ça j'aime.  C'est fun.  Et s'il pouvait agir pour, enfin contre, le film abominable qui se prépare aux States.  Non ?  Non ?  Impossible de le reconnaître, il est pas bleu, dommage, vraiment dommage.  Va-t-il trouver sa Schtroumpfette à l'intérieur ?

Ah, puis y'a un musicien.  Ah non. Une oreille absolue.  J'aurais aimé que ce soit moi, pense-je en matant mon piano si sadique.  Mais ce ne sera pas moi.

Vient ensuite un mentalist. Moins craquant que celui de la série, dont je ne vous ai jamais parlé, mais qui me fait un effet de malaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaade, avec son charme de diiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiingue et son petit sourire qui me fait foooooooooooooooooooooooooooooooondre (rhaaaaa, je veux le revoir, Patriiiiiiickk tu reviens quand à la TV ??????????????????)  Voilà, je fantasme, c'est parti, il a quelque chose d'incroyable, ce Patrick Dane, non ?

Ah ben voilà, les internautes ont tranché, le faux couple sera un couple homo.  Comme c'est original.  Un des deux est tout de même mignon, trop jeune pour moi of course, mais mignon.  L'autre est homo, très homo.  Cette manie de nous sortir chaque fois des caricatures de l'homo, c'est pas bien TF1. 

Ah ben voilà bis, je l'avais dit, les trois virés sont déjà récupérés.  Comme c'est original.  Comme je suis dotée d'un sixième sens (666).  Comme je suis intelligente hein, je comprends totalement le mécanisme de Secret Story.  Quéén perspicace, cette Anaïs.

Bon ben ça promet une nouvelle saison pleine de rebondissements débiles, de journées inutiles, de secrets même pas drôles, de destruction de neurones (pour autant qu'il en existe au départ) et d'analyses sociologiques captivantes.  Je sens que je vais aimer... Même j'ai pas repéré le plus bel homme de France hein... mais oùsqu'il est ???

secretstory

17
jui

Gros dilemme : regarder ou pas « Dilemme » ?

Vous connaissez Dilemme, cette nouvelle téléréalité de W9 (apparemment, c'est la petite sœur de M6, suffit de retourner lettre et chiffre pour passer de M6 à W9, comme c'est futé), diffusée en Gelbique sur Plug ? 

L'émission aurait plutôt dû s'appeler : Défi.  Car le défi a été relevé rapido presto : réunir dans un « cube » (entendez l'équivalent d'un loft, dix ans plus tard) des personnalités dont la moyenne de QI surfe en dessous de tout.

Pour atteindre ce chiffre, tout le monde s'y est mis, même l'animatrice, au demeurant fort sympathique, mais tout de même un peu bébête.  Et je me permets de le dire, car je trouve ses blagues fort similaires aux miennes.  Exemple : « vous avez le cube entre deux chaises en ce moment ».  ça c'est digne de moi, hein.  Moi aussi je suis bébête, clair et net comme clarinette.

En plus de l'animatrice donc, pour encore faire baisser la moyenne, ils ont engagé ce qu'ils appellent « les hommes en rouge ».  Et pour cause, ils sont en rouge.  Mais pas en costume cravatte ou en Tshirt pantalon.  Non.  Ils ont un genre de combinaison latex moule couilles moule fesses moule gras, version mate.  Et rouge.  Et quand je dis combinaison, c'est combinaison, savoir que l'intégralité du corps (bien souvent grassouillet) des hommes en rouge est emballée dans ce « vêtement ».  Orteils et oreilles inclus.  Et ce sans trou pour respirer ni pour voir.  A se demander comment ils déambulent dans le cube.  Enfin, déambuler est un bien grand mot, vu qu'on leur a imposé une chorégraphie du plus haut ridicule. 

Et ces hommes en rouge, contrairement aux candidats qui sont choisis pour leur physique, ne sont pas « bien foutus », au sens magazinesque du terme.  Ils sont gras.  Petits.  Pas musclés pour un sou.  Et sans doute dotés d'un QI au ras des pâquerettes, car qui accepterait de se fourvoyer dans une combinaison rouge moule couilles.  Enfin bon, ils sont anonymes, donc mettent moins en jeu leur réputation que les candidats.

Parlons-en des candidats.  Ils sont tous américains : Jason, Kevin, Cindy...ah non pardon, ils sont français, je m'ai trompettée.  Enfin sauf Cindy, qui représente si bien ma petite Gelbique (sic).  Cindy est gentille, c'est clair, mais c'est tout.  Elle est juste gentille.  Et fan de Barbie.  Et gonflée comme Pamela Anderson.  Et obsessionnée par son maquillage.  Pour les autres candidats, je ne sais trop que vous dire, chacun est pire que les autres, c'est un fait.  Le mieux est que vous jugiez par vous-mêmes, si vous en avez le courage.  Fabian vaut le déplacement, en super caricature homosexuelle.  Quant aux filles et bien... ce sont des filles, caricaturalement parlant aussi.

Ce samedi matin donc, j'étais réveillée à 5 heures (pas de bol, pour un samedi ou la grasse mat était possible).  Je décide de regarder « Entretiens avec un vampire », que j'ai enregistré récemment.  Je l'avais vu à sa sortie, et pas aimé.  J'ai voulu retenter, j'ai aimé.  A la fin du film, je tombe sur Dilemme.  En plus des quotidiennes (que je ne regarde jamais) et du praïme du jeudi (que je regarde), on peut voir les candidats ne rien faire pendant des heures, c'est passionnant.

Là, ils se sont lancés dans un jeu qu'apparemment ils pratiquent régulièrement.  Tous sont vautrés autour de la piscine.  L'un d'entre eux choisit une lettre de l'alphabet, est les autres doivent, à tour de rôle, donner un mot qui commence par cette lettre.  Simple, en apparence.  C'est vrai quoi, ils auraient pu complexifier la chose : lister des fleurs commençant par ladite lettre, des professions, des adjectifs uniquement, des prénoms... mais là, simplement des « mots », c'est fastoooooche.

Fastoche ?  Euh.  Ça commence bien : avion, anticonstitutionnellement, amour, amitié, attention (j'invente, vous pensez, je n'ai pas mémorisé, sauf pour le mot le plus long de ma langue chérie), anneau, analyse... Le premier bug se produit avec « habile ».  Je tique.  Et je suis la seule.  Second bug avec « amputer ».  Je ne tique pas.  Et je suis la seule.  Ils tiquent tous, car bien sûr, on écrit « emputer », c'est bien connu, m'enfin, que tu es bête, allez, trouve un autre mot.  Long débat jusqu'à ce qu'une candidate explique « ben non, on dit amputation, donc amputer ».  Alléluia, ils ont réussi.  Ça me rappelle vaguement un « je vous emmerde avec un grand A », devenu culte dans le monde de la téléréalité.

A-t-on idée aussi de choisir une lettre si complexe pour le jeu.  Avec le B, cela aurait été bien plus simple.  Par contre, je déconseille le C, objet de bien des confusions (cil ou sil ?  session ou cession ? - ouf, dans ce cas les deux sont bons - silos ou cilos ?), le E (emputer ou amputer, bis), le F (fare ou phare (fard) ? fantasme ou phantasme ? phalange ou falange ?).  Non décidément, bien trop complexe, comme jeu.  Mais keske j'ai rien.  Tellement stupéfiant qu'on penserait assister à un sketche.  Mais non, c'est la vraie vie.  Vraie de vraie.

Pourquoi je regarde Dilemme, me demandez-vous, si c'est pour critiquer ?  D'abord, j'aime critiquer, vous le savez. Ensuite, c'est la première télé réalité (francophone hein, je ne regarde jamais les versions en anglais mal doublées) que je ne suis qu'épisodiquement, tellement j'ai peur pour l'intégrité de mon neurone orphelin.  Je ne parviens pas à la regarder trop souvent, ça me fatigue le neurone (à moins que ça ne le déprime).  Mais tout de même, je trouve que c'est passionnant à regarder, sociologiquement parlant.  Et quand je regarde ça, bien sûr je me trouve grosse (ils les paient au kilo, les filles du cube), bien sûr je me trouve vieille (interdit aux plus de 25 ans, le cube), mais keske je me sens intelligente.  Donc j'adore regarder, mais au centième degré, of course.

La seule qui sorte du lot : Joëlle Goron, qui participe aux grands débats du vendredi.  Mais que fait-elle dans cette galère ?  Faut-il qu'elle soit super bien payée...

11
jui

Drames en série dans les séries télé aux states

Je vous parlais récemment de tous ces drames dans les séries télé.  J'en parlais récemment, mais dans un billet écrit y'a un bail, donc concernant d'anciennes saisons de ces séries.  Des prises d'otages, des fusillades en veux-tu en voilà, bref du drame à l'état pur (et non de l'orgasme, comme avec le gel douche au nom oublié mais dont les pubs étaient si ridicules).

Et là, nous sommes en juin.

Et donc, en juin, c'est la fin de toutes les séries aux Etats-Unis.

Faudra donc attendre septembre pour la suite.

Et je vous jure qu'attendre, ça va être dur.

Bien sûr, je ne peux pas vraiment vous en parler, surtout si 1. vous n'avez pas encore vu les derniers épisodes, 2. vous regardes les infectes VF à la TV avec un an de retard.

Mais, dans les séries que je regarde, y'en a une, non deux, non trois, non quatre... et peut-être même cinq dont le dernier épisode finit en drame dramatiquement dramatique.  Et dans drame... y'a arme...  Je n'en dirai pas plus, mais ces fins de saisons furent pleines de frissons (bon, c'est décidé, je me recycle dans la poésie).

Ainsi, rien ne change, y'a quelques années, des drames, cette année, des drames.  Et moi, je ne change pas non plus : j'adore ça, les séries télé.

Si vous avez vu ces épisodes et que vous avez envie d'en parler, n'hésitez pas, passque c'est si dur de savoir et de pas pouvoir en parler, de peur que l'interlocuteur ne sache pas le drame qui s'est noué.

Bon, la rentrée des séries aux States, c'est pour quand ?

 

 

9
jui

Elle l'a diiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit

Oui, je l'ai entendu, entendu de mes oreilles entendues (comme vu de mes yeux vus quoi).

Virginie Guillaume (y'a un H quelque part, mais où ?) l'a dit : "francofolies".  Avec un "s" à la fin, un peu à la flamande.

Chais pas pourquoi, j'ai toujours dit ça aussi, moi, "francofolieeeeesssssss".  Et on m'a regardée comme si je revenais de Pluton, avec mon "s" prononcé.

Enfin, je ne suis plus seule à le dire de la sorte, ouf, trois fois ouf.