14
avr

Le string nouveau est arrivé

J’ai découvert sur Madmoizelle, le site féminin que vous connaissez tous puisque j’y ai ma chtite chronique, une nouveauté nouvellement nouvelle qui a provoqué chez moi un fameux fou-rire.  

Je ne peux dès lors résister à l’envie de vous présenter le string nouveau, savoir le string plus bas que fesse.  J’ai la nette impression que la mode est tombée d’un coup beaucoup plus bas que terre…

Je n’ai jamais aimé les strings.  

D’abord c’est moche, sauf à avoir un popotin magnifique, dénué de peau d’orange, rebondi juste comme il faut et bronzé, ce qui ne représente pas, vous l’admettrez, la majorité des popotins (et pas du tout le mien, argh) !

Ensuite, c’est inconfortable.  Si, ça l’est, ne dites pas le contraire.  Avoir un bout de tissu qui (excusez-moi cette expression indigne de mon souhait de ne jamais dire de gros mots sur ce blog – même si en-dehors du blog, je me laaaaaaache), donc un bout de tissu qui rentre dans le cul, c’est pas nirvanesque, loin de là.

Enfin, j’ajouterais que je trouve ça très peu hygiénique, ce bout de tissu qui rentre dans le cul (je profite de l’occasion pour placer deux fois un gros mot, ça fait un bien fou).  Vous trouvez ça hygiénique ?  Faites une proute (mouillée), vous m’en direz des nouvelles…

Bon, je l’avoue, j’ai acheté quelques strings.  Ils sont tous monstrueux.  Même le joli Passionata acheté une taille trop petite et qui transforme mes hanches en paquet cadeau bien serré, il est monstrueux.  Et surtout ces monstrueux strings couleur chair, supposés être invisibles sous un pantalon clair.  C’est vomitif à souhait.  Un véritable remède contre l’amour.

Et pourtant, je les mets à l’occasion, même si j’ai dorénavant opté pour les shortys, qui évitent le phénomène double fesses propre à la culotte basique, sans être moches et inconfortables comme les strings.

Mais pour celles qui ne peuvent vivre sans leur ration de string quotidienne, voici venu le temps de la révolution du string : le string plus bas que fesse (photo ci-dessous, issue du site Madmoizelle.fr).

Je croyais l’horreur atteinte avec les strings classiques, surtout ceux qui dépassent du jeans taille basse, que j’ai toujours trouvés d’une vulgarité crasse (et comme lu sur Madmoizelle, je cite « le string n'est plus un objet à exhiber, et ficelle qui dépasse rime désormais avec tout un tas de mot en ‘ass’ » - pour ma part, le string n’a JAMAIS été un objet à exhiber, mais soit). Mais il existait une horreur encore plus horrible avec cette nouvelle version du string.

Ça m’a l’air inconfortable à souhait, ça doit donner l’impression de ne pas « tenir au corps », et ça risque de couper la circulation et de provoquer des phlébites, j’en suis convaincue (mais non je ne tombe pas dans la paranoïa aigue, m’enfin).

Comble de l’horreur encore plus horrible, tenez-vous bien, asseyez-vous pour éviter tout malaise : cette chose existe en version homme.  

Alors là, j’en tombe dans les pommes !

Et vous, ça vous tente ?
 
Dans quelques heures sur ce blog... un autre type de string à découvrir (je deviens experte es strings et culottes, je vous le dis !)

Plus d’infos et une vidéo à ne manquer sous aucun prétexte sur Madmoizelle.
stringbas

06:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs est une beauté fatale | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

18
mar

Clair de lune… Moon Sparkle

Un clair de lune, sur fond de Clair de Lune de Debussy, une rencontre, un coup de foudre. Un pur moment de bonheur. Malheureusement, point de clair de lune, point de Clair de lune, et point de rencontre en perspective.

Par contre un coup de foudre. En testant ce nouveau parfum que j'ai reçu : Moon Sparkle de Escada.

Un véritable coup de foudre !

Un parfum qui correspond totalement au parfum de mes rêves : "mélanges de notes fruitées et fleuries qui crée un parfum pur et envoûtant, à l'image de la star qui le porte", qu'ils disent. La star, c'est donc mouaaaaa.

Pour être encore plus précise : association de la fraise et du cassis, des agrumes et de la pomme rouge, auxquels s'ajoutent le pois de senteur et le freesia, le jasmin et la rose.

Un parfum très sucré mais point écoeurant. Mon idéal. A déconseiller cependant en plein été caniculaire ou à celles qui préfèrent les parfums très très légers.

Je l'ai sur moi, là, en ce moment même… Aaaaah si l'internet olfactif existait, vous en profiteriez un tantinet… Kss kss (onomatopée que je découvre à l'instant, servant à narguer autrui – je me suis mise au scrabble depuis peu, zallez voir les mots que je vais vous sortir à l'avenir).

escada

13:16 Écrit par Anaïs dans Anaïs est une beauté fatale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

9
mar

Grosse gâââââââââtééééééééééée


 
C’est une expression que j’utilise lorsque j’estime l’être, gâtée, il est indispensable d’insister énormément sur le âââââââ et le éééééééééé et de prendre un accent belch’ à couper au couteau.

Lorsque j’ai été invitée par Buzzparadise à participer à la nouvelle campagne Biotherm « rides repair », pour les femmes dans la fleur de l’âge, j’ai réalisé à quel point il était temps que je m’occupe de cette ride-là, et puis de celle-là aussi, et encore plus de celle-là.  Et oui ma petite Anaïs, faut pas se voiler la face, t’as une vieille peau (et non « t’es une vieille peau », bande de malpolis).

J’ignore ce que signifie exactement la fleur de l’âge... mais il est clair que je ne suis plus au stade bourgeon (même si je bourgeonne encore régulièrement), mais pas encore au stade fruit mûr, ouf, trois fois ouf.

Me vlà donc cataloguée blogueuse dans la fleur de l’âge qui va tenter d’anéantir ses rides en deux coups de cuillère à pot, ou plutôt en deux coups de cuillère dans le pot de crème.

Le colis est arrivé.

Et là.

Stupéfaction.

Je m’attendais à un pot de crème et basta.

Que nenni.

Mirez plutôt...

Quand Biotherm prend en charge les bloggueuses dans la fleur de l’âge, clair que c’est du sérieux de chez sérieux.

J’ai donc de quoi me tartiner matin et soir, sur le visage et autour de mes doux yeux de biche.

Moi qui suis plutôt habituée aux marques bas de gamme, je me sens comme une princesse, là, d’un coup.  Le design est superbe, la couleur toute douce.  Mais ce qui importe, soyons réalistes, c’est ce qui se trouve à l’intérieur et l’effet que cela aura sur ma peau dans la fleur de l’âge.  De prime abord, la texture est épaisse et je crains qu’elle ne laisse sur mon visage un film bien gras bien plaquant.  Et bien non, contre toute attente.  Mon visage semble aspirer la crème aussi rapidement que j’aspire un milkshake chocolat.

Seul regret, qu’il n’y ait pas une petite spatule fournie pour prélever la crème sans devoir enfoncer ses gros doigts pleins de bactéries, de germes et autres acariens.  J’ai tenté d’en acheter, sans succès.  

Depuis quelques jours donc, je me tartine consciencieusement matin et soir, afin de rendre à mon visage sa jeunesse en partie perdue.  Sus aux rides... et verdict dans quelques semaines !
biotherm2
biotherm3
biotherm

13:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs est une beauté fatale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
fév

Un parfum annonciateur de printemps…

Je suis super gâtée en cette période pré-Saint-Jeledirainin.

J’ai reçu un parfum à tester : Soleil de Rochas.

Comme quoi on peut être célibataire et recevoir du parfum, na.  Comme quoi aussi, on peut être célibataire et adorer se parfumer.  Moi j’adore ça, les parfums.  Même si c’est cher… pour de l’eau.  Evidemment, je sais que ce sont des essences chères, un flacon au design rare, et des créateurs qui se sont penchés sur la chose et tout et tout, mais ça reste tout de même un liquide parfumé qui s’évapore, en d’autres termes, des zeuros qui s’évaporent.

Mais c’est si bon, de se parfumer, non ?  C’est si agréable de sentir bon, rrrhhhhââââ.

Bref, j’ai chez moi une petite collection de parfums (en majorité sucrés), et chaque matin, je fais mon choix en fonction de mon humeur du jour (comme dirait notre bonne amie Raphaëlle Ricci, de la Star Ac, vous savez, cette émission qui marchait il y a six ans et qui est presque tombée en désuétude).

Vient maintenant s’ajouter à ma collection le petit nouveau.  Soleil de Rochas.  Tout un programme.

Il vise la femme de 25-34 ans (aaaaargh, c’est quoi cette limite d’âge, titchu), authentique, spontanée et énergique (tout moi, sauf quand je glande dans le canapé ce qui n’arrive que quelques heures par soirée, rassurez-vous), qui aime la mode française et son héritage (ah, oui, je veux bien hériter de la mode française, volontiers) et se décrit comme le soleil capturé dans un flacon (jolie interprétation) avec des notes fruitées (poire, vanille, fleur d’oranger) et vanillées.

Et bien pour être franche, voilà un parfum qui me convient parfaitement.  Et qui convient parfaitement pour le printemps.  Il est suffisamment sucré pour que j’aime, mais suffisamment léger pour ne pas intoxiquer mes collègues lorsque le soleil montrera le bout de son nez.  Le flacon est sobre mais le breuvage est d’une jolie couleur miel.

En résumé : j’adore j’adhère.

 
soleilrochas

14:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs est une beauté fatale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

28
jan

Avant-après

J’avais envie de vous offrir un billet glamour, basé sur un avant-après.

J’ai donc longuement hésité…

Un avant-après tignasse ?  Ou comment transformer une chevelure indisciplinée en jolie petite coupe nickel et qui me rende jolie comme tout.

Un avant-après french manucure ?  Ou comment transformer une main munie d’ongles dédoublés, jaunis par le temps et l’irrespect dont je fais preuve à leur égard, en petites mimines féminines à souhait.

Un avant-après du buste ? Où comment rendre ma progéniture mammaire rebondie mais néanmoins rebelle, fière et droite.

Un avant-après œil de biche ?  Ou comment transformer un œil bovin et triste en œil-drague-bruns-ténébreux, aux cils longs comme un jour sans lasagne Farniente.

Un avant-après global ?  Ou comment une Anaïs mal coiffée, mal maquillée, mal onglée, mal nichonnée peut devenir une Claudia Choufleur en devenir en deux temps trois mouvements.

Finalement, j’ai dû faire avec les moyens du bord…

Voici donc mon avant-après à moi rien qu’à moi tout à moi, de circonstance après la crève qui m’a terrassée tout récemment : ou comment transformer une boîte de mouchoirs en magma infâme et plein de miasmes.

Ça vous plait ?

Illu de Galourde, découverte toute récemment au hasard de mes voyages d’internautes, et dont je suis déjà fan.
avantapres
mouchoirs

06:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs est une beauté fatale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |