10
oct

Le parc (the come back)

Le dimanche 7 mars dernier, je découvrais Aurélie Dupont, Le parc et ce sublime morceau de Mozart.

La semaine dernière, au FIFF, j'ai réentendu ce morceau et toujours ressenti la même émotion.

Et ce dimanche, je retrouve la scène, jouée par Aurélie Dupont.

Vu que ce blog est désormais ma mémoire (Mostek le confirmera, elle qui l'utilise pour y rechercher des titres de films qu'elle a aimés), je le stocke ici, avec votre permission.  C'est à partir de la 4e minute que ça devient fabuleusement fabuleux.

27
aoû

Le hérisson

J'aime le hérisson.

J'aime le film, puisqu'il m'a inspiré "cinq minutes", une nouvelle que vous êtes nombreux à avoir aimée.

J'aime la chanson, puisque je l'ai souvent (tout le temps, grrrrr) en tête "c'est un hérisson qui piquait, qui piquait, et qui voulait qu'on l'caresse resse resse, on l'carressait pas pas pas pas pas, non pas passqu'il piquait pas, mais passqu'il piquait" (na, comme ça vous l'aurez aussi en tête).

Et j'aime l'animal, sa petite bouille trognon comme les pommes qu'il aime.

Sans doute ai-je un peu le caractère du hérisson...

24
jui

Mika, l’homme de toutes les situations

Mika est mon antidépresseur naturel.

Mika est mon dynamiseur naturel.

Mika est mon Dieu.

Mika est mon gourou.

Quand j’ai pas le moral, je me mets une tranche Mika et le blues s’envole.

Quand j’ai une vaisselle à faire, je me mets une dose Mika et je lave et essuie en dansant et chantant.

Quand j’ai pas le moral passque j’ai une vaisselle à faire (ces deux situations étant souvent extrêmement liées), je me mets un zeste de Mika et c’est que du bonheur.

Mika, c’est la version anglophone de Christophe Willem, qui a quasi le même effet sur mon moral et ma vaisselle.

Le souci, c’est que j’écoute toujours les premiers morceaux, c’est le problème des CD.  Du temps des cassettes, quand on s’interrompait, ben on redémarrait au même endroit.  Du temps des CD, Anaïs écoute systématiquement les quatre premiers morceaux…  et elle aime ça.  Elle bondit sur Relax, elle s’extasie sur Grace Kelly, elle vénère Big girl you are beautiful, elle se déhanche sur Lollipop.

Mais là, tout récemment, j’ai enfin écouté l’intégralité du premier album de Mika.  Toujours une guerre (dans ce cas un album) de retard.  J’ai le second, qu’une âme charitable m’a gravé, mais pas encore écouté.  J’ai tout écouté, car la vaisselle était énorme et le moral très bas.  Très très énorme, et très très bas.

Et j’ai découvert Any other world.

My god, so beautiful.  Et ces passages au violon, que du bonheur de chez bonheur.

Mika est vraiment un dieu, capable de tout chanter, de me faire danser et sautiller, de me mettre la larme à l’œil, de me faire laver ma vaisselle avec joie, de faire remonter la température de mon thermoralètre ou de me donner envie de voir la mer (toujours envie de voir la mer quand la musique est bonne).

Mika.  En plus c’est quasi comme Milka, donc ça rime presque avec chocolat.

Bon, je m’en vais écouter enfin son second opus.

PS : en plus, à la fin du premier, y'a un titre caché, trop beauuuu.

5
jui

Jour de pluie

Pas du tout de circonstance, mais c'est le hasard... et c'est le titre du morceau.  Je viens de commencer à l'apprendre, donc il est encore à améliorer, mais je l'aime bien.

3
jui

Allez, je vous emmène en bord de mer

Avec ce morceau intitulé "les marins de Douarnenez".

Vous connaissez Douarnenez ?  Moi oui, j'y suis allée en 1999, pour une semaine.  Petit endroit sympa, un tantinet désert.  Souvenir d'un réveil à 5 h du mat pour aller voir le retour des pêcheurs.  Souvenir d'un repas crêpes et cidre.  Souvenir d'une chambre avec vue sur mer.  Souvenir d'une chambre au cinquième étage sans ascenseur.  Souvenirs souvenirs...

Notez que pour améliorer ma façon de jouer, je me suis coupé les ongles le plus possible.  Adieu mes jolis ongles.  Adieu le "pétage de boutons" et l'arrachage de cheveux.  Je suis nue sans mes ongles.  Et je joue toujours avec les doigts raides, rien à faire, titchu.  Tout ça pour rien.