14
mai

Un si touchant portrait de famille

Papa, maman, les cinq petiots de même pas 24 heures et le petit retardataire, toujours au chaud.

Si c'est pas émouvant, je vous le demande, keske c'est !

cygnes.JPG

 

20:48 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime les jolies photos | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cygnes, namur, naissance |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

5
mai

Envie de cuisiner ?

Moi aussi, en ce moment, envie de cuisiner, après l'envie de peindre (faut que j'en parle à mon psy, ce dynamisme m'inquiète).  Alors j'ai mon mini-potager à herbes aromatiques.  Sympa non ?

Si vous avez un remède écolo pour sauver un basilic mangé par je sais pas quoi, je suis preneuse...

divers 091.jpg

 

21:23 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime les jolies photos | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

13
avr

Pour Magali, et puis pour les autres aussi

Elle l'a demandé, et vous le savez, ce que le lecteur, en l'occurrence la lectrice, veut, Anaïs donne.

Alors, voici quelques morceaux choisis de ma terrasse que j'aime d'amour, malgré ses défauts, c'est ma mienne pour la vie, mon bout de paradis, mon bout de calme, mon bout de soleil, mon bout de bonheur estival.

 

Copie de divers 083.jpg

Copie de divers 078.jpg

 

neterable.jpg

Copie de divers 079.jpg

 

Copie de divers 088.jpg 

bassin8juingp10h30.jpg

Et, puisque vous aimez les avant-après, voici celui de ma terrasse :

2001

cour.jpg

 2011

Copie de divers 081.jpg

 

12
avr

De l'avantage d'en avoir fini avec Carré Viiip à la folie Barbiiie

L'an dernier, on m'a annoncé que la Belgique tentait une expérience écologique : fournir des hamsters à des familles, afin qu'ils produisent de l'électricité.  J'ai trouvé ça génial, j'en voulais.  Poisson d'avril.

Cette année, on m'a annoncé que les Black Eyed Peas réservaient Walibi pour une semaine.  J'ai trouvé ça irrespectueux pour les abonnés à l'année qui seraient privés de leur parc durant sept jours.  Poisson d'avril.

Cette année encore, on m'a annoncé la fin de Carré Viiip.  J'ai trouvé ça abominable, comment allais-je pouvoir poursuivre mon expérience sociologique préférée, découvrir les pires melons de France et les pires aspirants melons ?  Poisson d'avril... ah ben non, merde alors.

Mais avant d'en terminer définitivement avec cette aventure aussi brève que ridiculement passionnante, je m'en voudrais de ne pas vous livrer une dernier petite Viiipade, émanant de je sais plus qui, mais on s'en moque : "j'ai la franchise d'être franc".  Et dans Carré Viiip, on pouvait remplacer par n'importe quels adjectifs et substantifs : j'ai la bêtise d'être bête, j'ai la stupidité d'être stupide, j'ai l'intelligence d'être intelligent (mouahahah), j'ai la melonnade d'avoir le melon...

Bref, Carré Viiip, c'est bel et bien fin. 

Mais en matière d'expérience sociologique, nous n'avons pas perdu au change, chers téléspectateurs de TF1, car Carré Viiip est remplacé par Confessions Intimes, ce summum de l'aveu de bêtise absolue, cette télé-réalité directement chez l'habitant ma bonne dame.

Ce vendredi, nous avons partagé la vie d'une fada des majorettes et d'une obsédée du tuning.  Inoubliable.  Mais pire encore fut notre "candidate" du vendredi précédent, celui où Carré Viiip est mort de sa moche mort.  J'ai nommé celle qui rêve d'être Barbie, de vivre comme Barbie, de se vêtir comme Barbie et d'évoluer dans le monde de Barbie.  Le summum du summum de Confessions Intimes... quoiqu'il faut avouer que dans cette émission, chaque fois qu'on pense avoir atteint le pire du pire, y'a toujours le pire du pire du pire qui reste à venir, ça maintient le suspense.

Mais ce qui m'angoisse, c'est que je pense avoir chopé le virus de la Barbiïte aigue, j'ignorais que c'était contagieux, mais voilà, c'est ainsi.  Regardez ce que j'ai acheté rien que ce samedi.  Promis, si je m'offre de l'électro rose layette, si je fonce au rayon Barbie de mon supermarché pour m'offrir toute la collection et si je me fais des mèches roses, j'appelle un psy.  Si vous pensez que je dois déjà l'appeler maintenant, tapez 1.

Je vous propose donc :

Pour le jardin, le lampion solaire et le bac à nénuphar surmonté de sa libellule métallique.

 

Copie de divers 087.jpg

Copie de divers 088.jpg

Pour l'intérieur, le plaid douillet, les bougeoirs chaleureux et la lampe-E.T. (passque l'ampoule, je vous jure, on dirait l'oeil d'une bestiole descendue du ciel).

 

Copie de divers 085.jpg

Copie de divers 086.jpg

Copie de divers 084.jpg

11
avr

J’ai le bourdon… et ça me met de super super bonne humeur

Passqu’avoir le bourdon, c’est un bonheur du jour.

UN BONHEUR DU JOUR.

Pas le meuble hein, un vrai bonheur, vrai de chez vrai.

Car le bourdon, je l’ai dans mon HLM pour insectes.  Enfin dans ma résidence de luxe pour insectes, on va dire, passque finalement, HLM, ça a une connotation péjorative, non ?

Pour que vous compreniez, je me dois de faire un flash-back.

Abracadabra, flash-back.

Nous sommes en septembre dernier, et Mostek et moi nous rendons chez Coin Vert, le magasin de jardinage devenu entre-temps O’green, vu que tout change tout le temps de nom en Gelbique.  J’y achète je ne sais plus quoi (hé, ça date hein).  Et je repère un truc étrange, au milieu des maisonnettes pour oiseaux : une résidence pour insectes.  Mostek et moi, grandes fans de la nature, inspectons la chose avec un vif intérêt.  La maisonnette est jolie et se compose de divers éléments : bouts de branches, bouts de bambous creux, emplacement accessible via des rainures…  Le mode d’emploi explique que les insectes seront super heureux de la mort qui tue dans leur petite résidence.

Je trouve ça mimi, mais je suspecte une arnaque.  Donc j’achète pas cette résidence pour insectes, qui est, cela se confirme, de luxe et non HLM, vu son coût.

Ensuite, nous nous offrons une virée à Namur, où la place d’Armes nous offre, outre un joli soleil, plein de choses à déguster.  Des trucs oubliés, des trucs fruités, des trucs légumés.  Chouette ambiance.  Chouette mini-repas.  Et, au détour d’une allée, entre divers stands pleins d’infos, surprise : des HLM pour insectes.  Dingue.  Pas à vendre, non, juste à découvrir.  En bonus, un charmant monsieur prêt à tout nous expliquer.  Je l’interroge « c’est pas de l’arnaque, ça ? »  Et lui de vanter les mérites de ces HLM, m’enjoignant à les fabriquer moi-même avec du petit bois, des morceaux de bambous, c’est hyper simple, ma bonne Dame.  C’est cela oui.

Nous apprenons plein d’infos au sujet de ces HLM.  J’aime.  J’aime apprendre que l’abeille solitaire y pond ses œufs et que son instinct lui fait pondre, tout le long de son tunnel de bambou ou de bois creux, d’abord les mâles, puis les femelles, passque les premiers, grands paresseux, mettent plus de temps à éclore que les secondes, ce qui fait qu’ils sortiront ensemble de leur tunnel (si ça tombe, les femelles sont pondues en premier, en grandes paresseuses, mais j’aime à croire que les mâles sont les plus fades).  J’aime.

J’aime tant que je retourne chez Coin vert devenu O’cool et que je m’offre un HLM pour insectes, que j’installe sur mon appui de fenêtre.

Puis j’attends le printemps.

Et l’autre jour, je lisais tranquillement mon Musso sur mon transat, lorsque j’entends un bourdonnement.  Je scrute, angoissée, les alentours, craignant une zébrée de type guêpe.  Je découvre un adorable bourdon velu qui a élu domicile dans mon HLM et y fait d’incessants va-et-vient…

Que du bonheur, ça y est, j’ai le bourdon !

Preuve en image... bon, faut scruter, mais on le voit, en haut, mon bourdon.

Photo 085.jpg