28
sep

L'avant après de mon living cosy

En janvier, après ma "cuisine par temps de grippe", j'ai juré de ne plus faire de travaux.

Alors, j'ai fait des travaux en avril.

J'ai fait des travaux en août.

J'ai fait des travaux en septembre.

Et je ferai des travaux en octobre.

Qui a dit que les femmes étaient synonymes de contradictions ?

Là, je sors de l'épreuve "living" et de l'épreuve "placards", qui devaient se suivre, mais se sont chevauchées, yéhé, que du bonheur de ne plus être chez soi nulle part.  Mais le résultat vaut le coup.  Pour mes cholis placards à la Carrie Bradshaw, faudra attendre que ça soit tout rangé, mais je vous montre déjà le living...

Pas beaucoup de photos avant, mais en voici une durant ce week-end que j'ai passé à tout enlever, tout tout tout.  Là, j'avais commencé, et je faisais des tests pour réaménager le coin TV, que j'ai finalement centrée, ça donne super bien de chez super bien, ça élargit la pièce, alors qu'avant, avec la TV à gauche et les deux clubs ensuite, ça faisait un chouia étriqué.  Vue sur le vieux vinyl imitation "chaispaskwa" :

living avant.jpg

Autre vue, une fois le sol posé :

living pendant.jpg

Et voilà le résultat final avec le nouveau sol :

living apres.jpg

Et ce jour, à mon retour du boulot, un chouette cadeau :

living arc.JPG

Durant la remise en peinture, qui m'a fait réaliser combien le blanc vire au pas blanc avec le temps, argh :

living couleur.jpg

Et en bonus, ce que j'attendais depuis dix ans : découvrir ce qui se cachait sous cette bosse du living : une mygale momifiée ?  Un mini lingot d'or ?  Un nid de bestioles étranges ?  Juste un petit bout de bois...

living bosse mystère avant.jpg

living bosse mystère pendant.jpg

living bosse mystère apres.jpg

17
aoû

Un visiteur typiquement namurois

J'adore les voir déambuler, presqu'autant que j'adore les manger...

IMG_4362 pt.JPG

12:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime les jolies photos | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : escargot, namur |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

17
aoû

J’ai testé « lutte contre les forces de la nature »

Hier, j’ai testé « lutte contre les forces de la nature », et j’ai perdu la bataille.

J’étais avachie sur mon transat, profitant de la visite improptue et tellement attendue du soleil, à lire Maxime Chattam, In tenebris.  Pour l’anecdote tiens, et passque j’adore passer du poulet au mulet (ça rime mieux que du coq à l’âne, non ?), ça me rappelle un groupe de discussion lecture où j’étais inscrite y’a quelques années et où je m’étais exprimée « ça doit être dingue de vivre avec un auteur de thrillers genre Maxime Chattam, ça doit faire peur de savoir tout ce qu’il a dans le cerveau », à quoi un autre membre m’avait répondu « ah ben, en fait, c’est mon ex ».  Toujours la reine des gaffes moi.

Bon, revenons à nos agneaux, à ma lecture au soleil.  Je lisais donc, lorsque, aaaaaaaaaaargh, je repère une énorme toile d’araignée entre deux branches.  Pas grave, je laisse faire la nature, du moins à l’extérieur.  Sauf que dans cette toile, une petite boule d’un brun orangé.  Je m’approche, sachant qu’il est inutile de lutter contre ma myopie.  Et je réalise l’ampleur du désastre : cette petite boule brun orangé est en fait une coccinelle.

Et là, mon sang ne fait que deux tours : je ne peux laisser mourir une bébête à bon dieu.  Alors, je récupère la petiote, l’arrachant à la toile qui la tue à petit feu, au grand dam de miss araignée, qui attendait à deux pas de là et qui s’enfuit aussi vite que ses huit pattes le lui permettent.

Une fois la coccinelle en sécurité dans la paume de ma main, j’ai la confirmation qu’elle est vivante.  Je lui propose donc de continuer sa vie.  Sauf qu’elle ne peut bouger, elle est entourée de toiles.  Alors, délicatement, tout en douceur, je la débale.  Et ce n’est pas un euphémisme, elle est comme dans un cocon de toile d’araignée, au point que ses deux pattes inférieures ne peuvent plus bouger.  Je parviens à totalement la libérer et la joie me remplit le cœur lorsqu’elle se met à se balader sur ma main.  Elle tente même une envolée, mais n’y parvient pas.  Je soupçonne que ses étrilles soient encore un tantinet collées, bigre.  Une coccinelle qui ne vole plus, ça ne va pas.

Je décide alors de la laisser se reposer, et l’installe sur mon appui de fenêtre, histoire de surveiller sa convalescence.

(pour l’anecdote bis, j’écoute en boucle la comédie musicale Roméo et Juliette.  Paroles du moment : « elle est tombée sur la villecomme une araignée tissant son fil ».  Tchu, de circonstances.)

Elle s’installe paisiblement.

Deux heures plus tard, je la retrouve sur le dos.  Morte. 

RIP, petite coccinelle.  Je t’offre un joli enterrement mauve.

Bref, pour résumer, clore le débat rapidement et conclure enfin : la coccinelle est décédée, et l’araignée a été privée de souper. 

Morale de l’histoire : Anaïs, ne te mêle plus jamais du fonctionnement de la nature.

IMG_4367 pt.JPG

10
aoû

Le bonheur du jour

Acheté cette année et déjà une fleur, c'est une première, d'habitude je dois attendre minimum une saison.  Que du bonheur, jaune en plus, une grande première.  Un peu de soleil dans mon ciel morose.

nenuphar 9 8 11 pt.JPG

3
aoû

Une rencontre qui ne manque pas de piquant

Après avoir croisé un écureuil roux il y a quelques mois, souvenir de mon enfance, voilà que j'ai croisé deux hérissons pas farouches pour un sou... ça m'a fait penser à Martine, y'avait un hérisson dans Martine, hein ?

Que du bonheur que cette rencontre.

herisson2pt.jpg

herisson3pt.jpg

21:48 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime les jolies photos | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |