7
aoû

Mes recettes de vacances – Valérie Duclos

« Le dimanche on lit au lit ».

En l’occurrence, c’est hier, savoir samedi, que j’ai lu, et pas au lit, vu que j’ai saisi ce tout petit ouvrage tout pas cher (premier bon point) et tout plein de recettes suite à une folle envie de me faire une lasagne et un tiramisu. 

Alors, j’ai fouillé et j’ai trouvé une recette estivale de lasagnes.  Second bon point de l’ouvrage : les recettes sont classées par saison, sympa.  Troisième bon point : elles sont faciles, ce qui est bien sûr indispensable vu mes qualités médiocres à ce niveau.  Et j’ai trouvé la lasagne à l’agneau et à l’aubergine.  Pour le tiramisu, y’avait aussi une recette, mais j’ai décidé de réitérer celle que ma collègue m’a fournie, autant ne pas troubler mes habitudes de cuisinière du dimanche.

J’ai donc foncé au supermarché faire mon petit shopping lasagnes et tiramisu, avec, pour une fois, ma liste de courses, pour rien oublié.

Bien sûr, j’ai oublié des trucs.

Comme le gruyère à mettre sur la lasagne, en plus de la mozzarella, ce qui fait que ma lasagne était bof, totalement sèche sur le dessus, la dernière couche de pâtes à lasagnes étant immangeables.  Snif, un échec que cette lasagne, clair et net.  Pas because of la recette, because of my negligence.

Par contre, petite anecdote rigolote : dans la liste d’ingrédients de « Mes recettes de vacances », oignons, ail, lasagnes, viande hachée, sauce tomate, aubergine (que je remplace par courgette), mozzarella… et tomates fraîches.  Je n’en mets jamais dans la lasagne, me contentant de bocaux.  Mais là je décide de bien faire les choses et j’achète les quatre tomates recommandées.

Une fois de retour chez moi, j’ai eu beau relire trois fois la recette, aucune trace de ces tomates.

J’ai donc fait sans. Et je me retrouve avec plein de tomates.  Pas grave, me ferai une omelette. Et une tomate mozza.  Et une crèpe farcie tomate jambon.

Mais tout de même, sur les 140 recettes, il a fallu que je choisisse celle contenant une chtite erreur.  Combien de chance de tomber sur une recettes avec un couac, hein, dites-le moi ? Quand je vous dis que mon destin est de ne pas cuisiner, mais de rencontrer un charmant homme qui adorera me préparer de bons petits plats, tandis que je ferai son repassage.

 

18
jui

Suis-je vaccinée ad vitam contre les fastfoods ?

J’ai maté Envoyé spécial l’autre jour, sur les fastfoods.  Ça n’a pas redoré le blason des Quick et autres Mac Do, après le décès de cet ado il y a quelques mois, suite apparemment à une contamination des sols.

Et le lendemain, savoir hier, après une petite marche bouffe-calories because grève des bus, je me suis offert un menu ok au Quick.

C’est nin gros un menu ok.  D’habitude, c’est juste bon pour moi.

Mais là, j’ai laissé la fin de mon cheeseburger d’été ou truc du genre et la moitié de mes frites.

Chais pas si c’est because le cheeseburger d’été, j’aimais pas trop (a-t-on idée de dire oui à un truc plein de sauce poivron quand on n’adore pas les poivrons), ou cette émission durant laquelle j’ai découvert que dans les fastfoods :

- on « nettoie » un instrument tombé sur le sol en le plongeant dans la graisse de cuisson

- on utilise de la graisse de cuisson noire

- on frit des bouts de poulet vert

- on recycle les salades en changeant les dates d’expiration

- on vend des hamburgers vieux de deux heures

- on nettoie les chiottes puis on cuit de la bidoche, sans se laver les mains entre les deux opérations

- sans oublier tout ce qu’on n’a pas vu…

Ça m’a rappelé que la dernière fois que je suis allée au Quick, avec Mostek, j’avais été dégoûtée de remarquer combien mes pauvres pieds collaient au sol, devant la caisse, et idem aux WC.  

Je me dis pourtant que c’est dans beaucoup d’endroits comme cela, même pire parfois.  Je me dis aussi, après avoir vu cette émission où on croit manger du « fait maison » alors que c’est de l’industriel sous vide réchauffé au bain-marie, qu’au moins les fastfoods ne nous mentent pas sur ce qu’on mange.

Mais ça ne m’a pas goûté, ce menu ok.

Alors, en rentrant, je me suis préparé une petite sauce à base de crème fraîche, de philadelphia thym miel, de ciboulette fraîche et d’un peu d’ail, dont j’ai nappé des pâtes fraîches mezzalune Buitoni, nouveauté en rayon, farcies de champignons.  C’était succulent.  Avec quelques champignons frais en bonus, ça aurait été nirvanesque.  J'y songerai next time. Ces nouvelles pâtes, plus chères que les Buitoni habituelles, me semblent bien meilleures, faut l’avouer.  Trop delicious, que c’était.

En dessert, une mousse au chocolat Côte d’or faite par bibi.

Voilà, ça, c’était bon.  Calorique, mais bon.

Comme quoi, rien ne vaut la bonne cuisine maison de la Mère Anaïs.

8
jui

La recette du jour : concombres aux chèvres

Trouvée sur lavenir.net, m'a fait mourir de rire...

En attendant, je vis dangereusement, après en avoir mangé un, je viens d'en racheter un nouveau. Enfin, paraît que la suspicion a migré depuis...

concombres chèvre.JPG

Source : www.lavenir.net

30
mai

Ma pizza est en carton

Connaissez-vous la chanson "il était un petit homme".  Allez, plongez dans votre passé, ça va vous revenir : « il était un petit homme pirouette cacahuète, il était un petit homme, qui avait une drôle de maison qui avait une drôle de maison, sa maison est en carton, pirouette cacahuète, sa maison est en carton, ses escaliers sont en papier les escaliers sont en papier ».

Et ben hier, j’ai fredonné cet air durant tout mon repas.

Et je vous l’assure, fredonner tout en mastiquant une pizza en carton, ce n’est pas aisé.  Non, je vous arrête de suite, je n’ai pas mangé la boîte en carton avec la pizza.  Je suis blonde, mais pas à ce point.

Mais voilà, pour me donner bonne conscience, j’ai acheté une pizza light.  Finalement c’est facile de faire du light.  Ils annoncent 50 % de gras en moins.  Et bien y’a 50 % d’ingrédients en moins, c’est aussi simple que ça.  Donc 50 % de goût en moins.  Trois bouts de jambon, deux rondelles d’ananas, quatre miettes de fromage, et on appelle ça une pizza…

Du coup, je vais devoir manger tout mon pot de Haagen Dasz pour compenser et me remonter le moral.

pizza.jpg

 

27
mai

Mon trip "régression"

Embarquez avec moi dans mon trip "régression".

 

Ou plutôt mes trips…

 

Dans la série "directement en bouche" :

- le tube de lait concentré sucré qui dégouline sur les commissures des lèvres

- la bombe de crème fraîche pas light du tout, directement dans la bouche

- la boîte de "crottes" en chocolat avec bec verseur métallique comme dans le temps

 

Dans la série "ça mange pas de pain" :

- pain + beurre salé + crottes en chocolat

- pain + fraises de Wépion écrasées (avec des fraises espagnoles, c'est moins bon… mais faut venir jusque chez moi pour tester ce trip-là)

- pain + gros morceaux de chocolat blanc

 

Dans la série "délices et supplices pour les cuisses" :

- le gâteau de petits beurres macérés

- les petits beurres couverts de nutella

- le choco maison, recette ancestrale de ma mère-grand

 

Dans la série "sus (suce) aux caries" :

- les longs lacets à l'anis à dérouler (et on peut séparer en brins)

- les lacets acidulés roses qui font saliver rien qu'à les voir

- le moëlleux au chocolat du Pâtanthrope

 

Dans la série "du sel sinon rien" :

- la cuisse de poulet avec les doigts

- le cheeseburger avec du ketchup plein les doigts

- les chips trempés dans du chèvre frais

 

Dans la série "les trips du lectorat" :

- vos trips rien qu'à vous... vous avez la parole, je suis toute ouïe ou plutôt toute vue...