25
mar

J'ai testé la lasagne de luxe

ww_logo_120x120


Voor de nederlandstalige : bedank voor uw bezoek !
 
Hier.  Folle envie de pâtes.  De lasagnes, pour être précise. A l'instant même où je me trouve, en compagnie de collègue chérie (alias la Pétasse rebaptisée Moustique, souvenez-vous), chez un fromager super bon super luxe super tout qui fait également, ô hasard suprême, dans la charcuterie et la lasagne (la Petite Ferme, pour ne pas le citer, que tout namurois connaît sans doute – ils n'ont pas besoin que je leur fasse de la pub, mais tant qu'à faire – spécialités fromagères et plateaux fromages à damner un saint).

Je décide donc de casser ma tirelire et de m'offrir une lasagne de luxe.

Plus de 10 eur le kilo ma bonne Dame, ça fait cher la bouchée de plaisir.  Mais comme une lasagne pèse en moyenne 400 grammes, et que cette barquette là me semble même un tantinet plus petite que mes habituelles Farniente, le calcul est vite fait : pour 4 eur, je vais avoir l’immense plaisir de déguster une lasagne sans nul doute succulente.

Vlà mon tour venir.  « Une lasagne siouplait », articule-je, la bave déjà au coin de la bouche.

« 5,99 eur ma bonne Dame ».  Aaaaaaaaargh.  Comment ai-je pu me tromper à ce point dans mes savants calcul.  6 eur la lasagne !  N’osant bien sûr pas dire « c’est trop cher, finalement je ne prendrai rien », je paie gentiment ma lasagne au caviar et je quitte ce lieu de perdition.

Je scrute attentivement mon ticket, et je réalise que cette lasagne pèse en réalité… 600 grammes.  Crétonnerre, ils ont lesté la barquette avec des briques ma parole !  J’ai de quoi me faire quasi deux repas, maigre consolation.  Et puis elle va être extra cette lasagne, je la pressens comme la meilleure lasagne jamais mangée.

Et bien non.  Déception encore plus fulgurante que mon étonnement face au prix de la chose.  Elle ne casse rien, cette lasagne de luxe.  Rien.  Pas mauvaise, bien sûr, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.  Mais pas meilleure qu’une autre.  Meilleure qu’une Come a Casa, c’est un fait.  Mais pas meilleure que mes traditionnelles (et moins chères) Farniente.

Bon.  Evidemment, ça en jette grave de manger de la lasagne de la Petite Ferme, mais force est de constater que leur spécialité, c’est le fromage, pas la lasagne.

Alors la prochaine fois, je prendrai du fromage.

Et pour les lasagnes, retour aux sources : Farniente, me voilà !  (ceci dit en passant, sur Google, en tapant « lasagnes farniente », on tombe sur mon blog, je mériterais une médaille d’honneur et des lasagnes à vie de cette société, vous trouvez pas ?)
 
N'oubliez pas d'aller lire le billet de la Sudinette et celui d'Angie et aussi celui d'Amandine.
Vous pouvez aussi découvrir tous les textes sur le blog (attention majorité en néerlandais) 
 

20
mar

Macaron Day

RAPPEL RAPPEL RAPPEL RAPPEL

Today is the Macaron Day,

Filez chez Larurée

Courez chez Hermé...

Et les belges, allez vite chez Darcis, partout en Gelbique, déguster vos macarons gratuits.

Pensez à moi en le faisant, qui n'ai pas de boutique à proximité.

J'ai reçu trois macarons chez Carrément Bon à Namur, griotte, praliné et vanille.

J'en ai profité pour faire une formation accélérée à la vendeuse, qui n'avait jamais entendu parler ni de Hermé, ni de Ladurée ni de Darcis, stupeur et tremblements. 

Maintenant, elle sait.

Bon appétit, et n'oubliez pas de venir raconter votre dégustation en commentaires... avec photos, ça serait encore mieux.

Photo issue du site de Monsieur Darcis, meilleurs macarons au monde (et non, je ne suis pas sponsorisée, j'aime, tout simplement)

macarons2

19
mar

Journée du macaron

Demain, 20 mars, c'est la journée du macaron, avec des dégustations gratuites, notamment chez Darcis Liège, Hermé Paris, et Carrément Bon Namur.  De plus, les bénéfices sur les ventes iront à des oeuvres... qu'on se le dise... et surtout, n'hésitez pas à aller en chercher pour me les envoyer, ô vous liégeois ou parisiens...

Photo issue du site de Jean-Claude Darcis.

macarons

12
fév

Cette fois c’est sûr

Enfin, pour tout vous dire, c’est plutôt sucré, mais c’est sûr, dans le sens de « certain » : les macarons Darcis sont les meilleurs du monde et de l’univers.

Je m’étais dit que peut-être je n’étais pas dans de bonnes dispositions au moment de la dégustation des Ladurée : estomac barbouillé, moral en berne (sans que j’en eus pleinement conscience), esprit perturbé par mes questions sur Louis-Auguste, Marie-Antoinette et l’histoire de France… que sais-je.

Parce que, comment était-il possible que je n’aie pas craqué comme une allumette rien qu’en les reniflant, qu’en les zieutant, qu’en les dégustant, ces macarons Ladurée dont tout le monde parle, que tout le monde aime et vénère.  J’ai craqué pour le design à l’ancienne de la boutique, j’ai craqué pour son côté glamourous-chic, j’ai craqué pour ces centaines de macarons qui s’alignaient poliment (un macaron parisien est toujours poli) sous mes yeux, j’ai craqué pour les jolis emballages.  Et puis je n’ai pas craqué, telle une allumette mouillée, en les mangeant.  Pas du tout. Aucune sensation, aucun orgasme.

De quoi se poser énormément de questions.  Vu les orgasmes gustatifs répétitifs que j’avais vécus en mangeant mes premiers Darcis rapportés de Liège.  Etais-je à jamais dégoûtée des macarons, quels qu’ils soient ?  Mon organisme était-il arrivé à saturation en moins de deux mois depuis la découverte de mon tout premier macaron, le jour de mon anniversaire ?

Maintenant je sais.

J’ai mangé mes macarons Darcis livrés par Macarons-man, en provenance de Bruxelles, et je sais.  Je sais que le cassis-violette, enfin découvert après tant d’attente (33 jours), est mille fois meilleur que le cassis-violette Ladurée, déjà relativement bon, je l’admets, sans être toutefois transcendant.  Je sais que le pouvoir d’un seul petit macaron est tel qu’il devrait être remboursé par la mutuelle : remède contre la morosité, antidépresseur, idéal pour toute déclaration d’amour, orgasmisque à souhait, antidouleur, anti-tout ma bonne Dame.  Je sais que ces macarons ronds doivent envahir les rues de Belgique, d’Europe et du monde entier, et qu’ils feront la renommée de mon pays, après les frites, la bière et le chocolat.

Je sais que ces macarons ronds sont les meilleurs au monde et que le monde doit le savoir.

Je me propose dès lors de devenir l’attachée de presse officielle de Monsieur Jean-Philippe Darcis, parce que personne mieux que moi n’est à même de décrire le feu d’artifice des sens que représente un seul petit macaron rond de Monsieur Darcis, c’est maintenant indéniable (« toi Darcis moi Jane Austen », me dis-je à l’instant, après avoir dégusté un macaron praliné, c’est dire s’il doit contenir des substances clairement hallucinogènes).

Je me propose de faire découvrir au monde entier les macarons ronds belges, de parcourir les routes de France et de Navarre afin de présenter les macarons ronds à tous les futurs macarons-addicts.  De devenir l’ambassadrice des macarons Darcis, tout simplement.

Je me propose de réfléchir à de jolies boîtes de présentation, des coffrets glamour, des boîtes cadeau à faire tomber en pamoison toute femme qui se respecte, parce que là est la grande lacune des macarons Darcis : les sachets en plastique ne les mettent définitivement pas en valeur.  Il faut que ça change.

Et pour tous ces services rendus à la patrie, je ne demanderai aucune rémunération.  Rien. Juste des macarons à volonté.

Tope là, Monsieur Darcis ?

Je dédie ce billet à Alex, à qui j’ai tant pensé en mangeant mes macarons cassis-violette.  
darcis9208

11
fév

Un monde, des filles et des macarons

Hier, découvrant une visite sur mon blog en provenance d’un blog que je ne connaissais pas (Sacrebleu), je découvre que Mlle Gilma a réalisé, sur son blog, une semaine « blog de fille » très sympathique d’ailleurs, dans laquelle elle disait notamment en avoir marre du foin qu’on fait autour des macarons Ladurée, qui ne sont pas les meilleurs, et de loin.  Avis que je partage, vous le savez (et vous le saurez encore plus prochainement avec le récit de ma dernière dégustation de macarons livrés par Macarons-man – mercredi sur ce blog, teasing teasing).

J’ai alors proposé que nous créions une bannière influenceurs, du genre de ma bannière anti-saint-valentin.  Ou plus précisément, j’ai lancé l’idée et Gima a tout fait, passque c’est une pro de chez pro !  Puis, l’idée d’un blog a été évoquée pour que, à la manière des sacs de filles, chacun puisse parler de ses macarons favoris, en magasin ou home made…  Ici aussi, Gilma s’est occupée de tout, rapidement, talentueusement.  En deux coups de cuiller à pot, le blog était lancé.

Voici donc la bannière influenceurs, que je vous invite à relayer sur votre blog si le sujet macarons vous passionne autant que moi en ce moment.

Et puis voici notre blog commun à Gilma et moi, "un monde, des filles et des macarons", qui se veut collaboratif… donc n’hésitez pas à participer, photos, récits, anecdotes…