23
mai

23/5/2016 : les fraises de Wépion !

Comme le moral était un peu bas, mon beau-père me demande ce que j’aimerais manger dimanche chez eus, et comme d’hab, ne sachant pas, je réponds « n’importe ».

C’est là qu’il me propose des fraises de Wépion, écrasées, avec du sucre et que je réponds « ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii », vu que j’adore ça.

Le jour venu, il ma prépare mes fraises écrasées au sucre et me les donne. Miam miam.

Ça sent super bon, et je le dis. Je dis aussi plusieurs fois que c’est hyper bon.

Quatre heures plus tard, il se prépare la même chose et commence à les manger, puis pousse un cri d’effroi « arghhhhhhhhhhh, j’ai mis du sel au lieu du sucre ».

Et je réponds « c’était donc ça… qu’elles étaient si dégueulasses ».

Je n’ai rien dit sur le moment car :

- je pensais que mon goût (ou ma bouche, suite à l’accident) avait gravement changé ;

-si c’était vraiment du sucre, je ne voulais pas le décevoir vu qu’il était allé exprès à Wépion pour mes beaux yeux ;

- si c’était du sel, idem, je ne voulais pas parler de son erreur, même si je serai demandé longtemps « c’étai ça ??????????????? »..

Donc, je me suis répandue en « miaaaaaaaaaaaaaaaam » alors qu’au fond je pensais « beeuuuuuuuuuuuuuuuuuuuurk »…

Après nos aveux respectif, et quelques fous rires, j’ai eu droit à nouvelle assiette avec du sucre, et c’était (vraiment) bon.

J’ai comme ça eu confirmation que ma bouche n’a pas changé, ouf.

Ps : après-midi, je vais chez l’ophtalmo-chirurgien pour mes yeux, pourvu que son verdict ne soit pas trop dur, niveau goût…

1
mai

1/05/2016 : cuberdon cassis

Comme on me l’a proposé ici, j’ai mangé le cuberdon au cassis.

Il était succulent, je vous dis pas…

Je mange quoi maintenant ?

IMG_0875.JPG

IMG_0876.JPG

23
avr

23/4/2016 : cuberdonsssssssssssss

Cuberdon est un mot que je ne sais prononcer qu’en joignant le geste à la parole, donc en faisant un gros… cuberdon avec les mains (et là le mot me revient).

Je n’aime pas les cuberdons, du moins j’ai dit ça mais le mot était mal choisi : en fait, j’aime, mais ça m’écœure si vite que j’en mange à peine un. Un bonbon qui m’écœure, c’est rarissime.

Et là surpriiiiiiiiiiiiise, j’ai acheté… une boite de cuberdons, va comprendre…

Mais pas n’importe lesquels : 16 différents ! 16 goûts ! 16 bouts de bonheur !

Bon, j’ai besoin de vous : je commence par quel goût ??????????????

IMG_0843.JPG

6
mar

6/3/2016 : copie du billet du 07/01/2007 (nutellaaaaaaaaaaa) :

Ce fut dur mais j’ai enfin retrouvé ce billet où je parlais du méga pot de Nutella, reste à voir si j’avais pris une photo J

« Bon, on me demande de participer à une chaîne. D’habitude je ne participe jamais à ce genre de truc glauque. C’est ainsi que je n’ai pas gagné trois GSM Nokia en envoyant 333 SMS à mes amis (les privant eux aussi des mêmes GSM, je suis égoïste), j’ai perdu tous mes amis en ne transmettant pas un mail dégoulinant de bonnes intentions dans les 5 minutes de la réception, je n’ai pas gagné les 5 milliards de milliards d’euros qui m’étaient promis, je n’ai pas fait don de mon sang à quelqu’un qui se meurt depuis 1986 déjà, je n’ai pas diffusé la photo d’une ado disparue le 1/1/97 retrouvée le 2/1/97 mais dont la photo circule depuis le 3/1/97 sur tout le globe, j’ai par contre subi toutes les conséquences de mon irrespect vis-à-vis de ces chaînes monstrueuses (invasion de cafards volants, célibat jusqu’à la fin de mes jours, prise de poids illimitée comme dans le sidérant roman de King dont j’ai oublié le nom, et j’en passe !).

Cette fois, je veux en finir avec cette malédiction qui me frappe, voici donc les cinq choses que vous ignorez sur moi :

- je vérifie mes mails et les commentaires sur mes blogs à chaque moment du jour et de la nuit, c’est devenu un toc

- j’ai un jour acheté un énoooooorme pot de Nutella dans l’intention de faire une orgie, et je me suis payé la gêne du siècle quand la caissière m’a demandé « vous avez beaucoup d’enfants ? », « euh, non, juste un rat, pourquoi ? »

- j’ai 45 contacts MSN, j’ai 70 numéros de téléphone dans mon GSM, et plus de la moitié sont de parfaits inconnus. Mon Dieu, comment en suis-je arrivée là

- j’ai tenté un record du monde et je l’ai perdu de justesse, je n’en suis toujours pas remise (grosse blessure d’amour propre)

- le cadeau que je me suis offert à Saint Nicolas, que j’avais refusé de vous révéler : un petit poisson bleu qui trône dans ma salle de bain (et il ne fait pas qu’y trôner). »

27
fév

écrit le 27/02/2014 : étude comparative du comportement félin pendant la préparation d'une mousse au chocolat et d'une brouillade

Comme Facebook me propose de revoir les publications d'il y a un, deux, trois... ans, je dis oui et je vois ceci : bonne lecture :)

Toujours suivant les conseils de mes zamis FB, j’ai préparé une brouillade pour souper. Une brouillade, c’est une omelette version brouillée, à l’aspect vomitif, mais au goût pas vomitif.

J’ai donc préparé une brouillade aux pommes de terre, tomate, gruyère, jambon.  Voilà, vous avez la recette. C’était bon. Mais tout aussi pénible, félinement parlant, savoir Iguaïement parlant.  Sinon plus pénible…

Au sortir des ingrédients du frigo, faire descendre Iguaï du plan de travail. Désormais, il ne descend plus seul en entendent ma voix stridente, il s’aplatit comme une crêpe et me jette des regards assassins que je traduis par « pourquoi je peux y aller quand t’y es pas et je peux pas y aller quand t’y es alors que j’aime y aller quand t’y es et que ça sent bon ».

En mélangeant mes œufs et mon gruyère, pousser Iguaï en vain, puis le faire descendre, en évitant qu’il ne se brûle les pattes sur la plaque halogène qui commence à chauffer. Note que ça me ferait des vacances, une petite convalescence féline. J’ai qu’à pas me plaindre car j’avais qu’à pas lui donner les trucs gluants des œufs (qu’on appelle, euh attendez j’ai pas retiendu, je vais voir sur FB, les chalazes, voilà un mot que je ne retiendrai pas, dommage, je l’aime bien), maintenant Iguaï il adoooore les œufs.

En coupant le jambon, mettre des bouchons d’oreilles pour ne pas entendre les cris de désespoir de ce fauve. Conclusion : l’odeur du jambon attire plus Iguaï que l’odeur du chocolat.

En laissant mijoter les pommes de terre, surveiller Iguaï qui tente par tous les moyens de monter voir de plus près ce qui se passe dans son QG privé que j’envahis exceptionnellement.

Laisser mijoter.

Laisser mijoter.

Laisser mijoter.

Pourquoi ça cuit pas ?

Accroitre le rayon de la taque halogène pour que ça cuise (blonde).  Tout cela en portant Iguaï, câlinant Iguaï, criant sur Iguaï, riant du comportement d’Iguaï, râlant du comportant d’Iguaï (aucune mention inutile).

En ajoutant les œufs, jambon, fromage, plaquer Iguaï au sol du pied gauche, afin de lui apprendre la brasse sur carrelage. Ne pas prêter attention à ses hurlements, tout ça c’est rien que de la comédie.

Déposer le plat ayant contenu le mélange au sol, pour nourrir Iguaï, fan absolu de l’œuf. Ça l’occupera quinze secondes maximum.

En laissant cuire la brouillade, se servir un verre de coca light, afin de détourner l’attention d’Iguaï.

Servir la brouillade un peu baveuse, pour tester ça, et la manger avec Iguaï à dix centimètres, œil culpabilisant, queue culpabilisante, oreilles culpabilisantes.

Conclusions de l’étude :

- la brouillade baveuse, c’est super bon

- Iguaï préfère la brouillade à la mousse au chocolat

- la brouillade, contrairement à la mousse au chocolat, ça sent bon

- la mousse au chocolat titille le côté pot de colle du chat

- la brouillade titille son côté pot de colle, son côté hurleur qu’on égorge, son côté gourmand, son côté chieur total

- le toutnu est silencieux durant la préparation chocolatée, hystérique niveau cris durant la préparation euh, comment skon dit oeuf en adjectif ?

- alors que la mousse au chocolat n’attire que les toutnus, la brouillade attire aussi les bouclés

- vivement l’été que je l’enferme dehors