12
fév

Spéciale anti Saint-Valentin : Etre en couple…

(Paru dans l'ouvrage anti Saint-Valentin, donc à prendre au second degré, of course)

Quand vous êtes en couple, Madame, vous ne pouvez pas, ou alors avec force difficultés, et après de longues négociations et supplications, voire en vous cachant honteusement :

- faire la grasse mat' nue devant Lost et tenter de séduire le superbe Sawyer

- surfer toute la nuit en lisant des blogs de femmes futiles (parce que vous adhérez à ce club)

- avoir un orgasme à coup sûr avec mister vibro (ce qui n'est nullement garanti avec mister mec, avouez-le)

- partir avec votre meilleure amie, sans prévenir personne, faire un shopping à New-York, ou monter dans le premier vol disponible, sans vérifier la destination

- vider la réserve de votre carte de crédit sans devoir rendre de comptes (sauf à banquier vénéré)

- ne vous disputer avec personne en choisissant le programme du soir

- vous peser le matin sans subir un regard lourd de reproches (sauf celui de la balance)

- pleurer comme une gamine devant une rediffusion d'Autant en emporte le vent

- laisser des dizaines de vieux mouchoirs sous votre oreiller

- vous raser le matin, dans une position aussi sexy que celle de la crevette grise, sans vous cacher

- danser en pyjama pilou et pantoufles à têtes de chat dans votre cuisine

- vous offrir un long bain moussant à souhait, en lisant un ersatz de Bridget Jones

- vous alimenter, un WE durant, exclusivement de chocolat, de chips et de soda light

- vous asseoir sur des méga piles de romans à l'eau de rose

- écouter votre musique préférée sans être traitée de has been

- zoner sur des sites de rencontres interdits aux casés heureux ksssss kssssss

 

Et vous Monsieur, vous ne pouvez pas, ou alors avec force difficultés, et après de longues négociations et supplications, voire en vous cachant honteusement :

- aller vous chercher une pizza à deux heures du mat

- draguer une fille différente chaque soir et tenir un hit-parade des meilleurs coups de votre existence

- hurler « goal ! goal ! goal ! » en tournant trois fois autour de la table du salon, sans qu'elle ne vous jette un regarde empreint de pitié

- faire la vaisselle lorsque la dernière cuillère du dernier tiroir est couverte de poils d'une couleur indéfinissable

- inviter vos potes à dîner, tâcher le canapé de sauce épicée, laisser les canettes de bière sur le sol jusqu'à nouvel ordre

- garder le même slip durant quatre jours (ou sept ?)

- admirer vos coussins d'amour, oups, vos abdos, durant des heures

- jouer à la console jusque 5 heures du mat', dormir 2 heures, jouer à la console jusque 5h de l'aprèm', dormir deux heures, jouer à la console...

- frimer en voiture, toutes fenêtres ouvertes, musique à fond, lunettes de soleil sur votre nez bronzé

- demander à maman de faire votre lessive, et surtout votre repassage, sans aucune honte (votre maman aime tant ça, en plus)

- avoir une haleine de bière sans craindre qu'un reproche ne vous tombe dessus (paf)

- draguer au bureau sans passer pour l'ordure qui envisage de tromper sa chérie

- voir vos copains où vous voulez quand vous voulez comme vous voulez, et rentrer à demi imbibé d'alcool (voir totalement imbibé) à cinq heures du mat, sans risquer qu'elle vous attende, un rouleau à pâtisserie dans la main droite

- laisser la cuvette des toilettes relevée en permanence, car vous ne comprendrez jamais l'utilité de l'abaisser... puisqu'il faudra la remonter tout à l'heure

- écouter votre musique préférée sans être traité de dégénéré pathologique

- zoner sur des sites de rencontres interdits aux casés heureux ksssss kssssss

 

Alors, toujours partant(e) pour la vie à deux ?

 

06:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
fév

Spéciale anti Saint-Valentin : les dix commandements

Les dix commandements de l'homme à la femme

Chaque matin au saut du lit jolie tu la trouveras

Jamais sur sa peau d'orange un commentaire tu ne feras

La fidélité pour toujours tu vénéreras

Jamais son anniversaire tu n'oublieras

Souvent au restaurant tu l'inviteras

Ses lectures people jamais tu ne blâmeras

Ô grand jamais le divorce tu n'évoqueras

Des massages sans arrière-pensée tu lui feras

Ses racontars du bureau consciencieusement tu écouteras

Ses disputes avec sa meilleure amie toujours tu aplaniras

 

Les dix commandements de la femme à l'homme

Chaque matin au saut du lit une gâterie tu lui feras

Jamais sur ses bouées d'amour un commentaire tu ne feras

Son linge chaque samedi tu laveras

Sa façon de jardiner jamais tu n'analyseras

Ses envies scabreuses récurrentes souvent tu satisferas

Ses petits bobos avec ardeur tu soigneras

Ses gros muscles saillants toujours tu vénéreras

Les mots doux pour l'intimité tu garderas

Ses meilleurs potes avec le sourire tu accueilleras

Sa mère à tout jamais tu aimeras

 

12:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
fév

Spéciale anti Saint-Valentin : Les petits noms

(Paru dans l'ouvrage anti Saint-Valentin, ne me frappez pas, par pitié)

Au début, il y eut ceci : mon cœur, mon amour, mon lapin, ma moitié, ma caille, ma chérie, mon tiloup, ma dinde, mon roudoudou, mon bébé, mon loulou, mon oiseau, mon chaton, mon bouchon, ma choutte, mon nounou, mon doudou, mamour, mon ticoeur, ma douce, mon bijou, ma déesse, ma belette, mon lapinou, ma chatte, mon autre, ma fleur, mon poussin, mon ticha, mon sucre d'orge, mon loup, ma biche, mon trésor, mon chou, ma puce, ma rose, mon bâton de chocolat, ma blonde, ma poulette, my love, mon cœur de beurre, ma perle, mon ange, mon zhomme, mon tibébé, mon nhomme, mon titange, mamour, honey, ...  Glamour, très glamour.

 

Quelques années plus tard, vint cela : « par jugement du vendredi 13 avril, le tribunal autorise le divorce entre Loulou Dupont et Roudoudou Durant »...   Bien moins glamour, non ?

 

09:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

10
fév

Spéciale anti Saint-Valentin : Cœur, cuore, heart… et j’en passe

(Paru dans l'ouvrage anti Saint-Valentin)

Le cœur.  Que me dit mon bon ami le Petit Robert sur le « cœur » : n.m. : organe central de l'appareil circulatoire, viscère musculaire conique situé entre les deux poumons. 

Qui peut me dire, dès lors, pour quelle raison absurde, une fois les guirlandes et le gui rangés dans les greniers, on appose des viscères partout sur les devantures des commerces, dans nos magazines féminins, dans les publicités, dans la rue ?  Partout.  C'est écoeurant, sans mauvais jeu de mots.

Pourquoi ?  Simplement pour avertir les passants, les lecteurs, les clients, au cas où, par un hasard sidérant, ils l'auraient oublié, que le 14 février approche...  Qu'il va falloir fêter ça, à grands coups de parfums, de roses, de bijoux et de déclarations enflammées.  Faut bien faire marcher le commerce.  Le français lambda ayant dilapidé son épargne en cadeaux sous le sapin, il est de bon ton de lui rappeler qu'il devra faire pleurer sa carte bancaire pour la Saint-Valentin.

La Saint-Valentin.

Mais c'est qui, d'abord, ce Saint-Valentin ?  D'une part, nous trouvons Valentin, Prêtre romain du IIIè siècle, Valentino (Valentinus en latin) dont l'histoire et le martyre ne se rapportent nullement à l'amour ou aux amoureux. D'autre part, nous trouvons Valentino, évêque de Terni, du côté de Rome, martyrisé et décapité.  Ainsi donc, il est impossible de trouver le Valentin à l'origine de la fête, mais il est également impossible de trouver le lien entre ces différents Valentin et l'amour.

C'est à se demander ce qu'il vient faire dans tout ça, l'amour ...  Ben quelle question !  Rien.  L'amour, c'est autre chose.  L'amour ce n'est pas claquer du fric pour l'être aimé, le 14 février, parce que ça se fait, parce que c'est politiquement correct.  Moi je dis que l'amour, c'est claquer du fric tous les jours pour l'être aimé, na.

 

06:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

9
fév

Spéciale anti Saint-Valentin : Un samedi comme les autres

(Paru dans l'ouvrage anti Saint-Valentin, donc à prendre au second degré, inutile de le préciser...)

8h00 :

Célibattante se réveille tôt, son horloge biologique étant déréglée par le réveille-matin qui la harcèle toute la semaine.  Elle glande dans son lit durant quelques heures aux fins de se délecter de séries débiles style Desperate Housewives (ou « quel sera son avenir ?»), Sex and the City (« mais où trouvent-elles si facilement tous ces amants ? »), Greys Anatomy (Docteurs Glamour et Mamour, fantasmes faits hommes) ou Docteur House (« du sang, du cerveau, de la rate et des boyaux ») et des tas d'experts (Les Experts à la Ferme, Les Experts au cirque, Les Experts au zoo), et j'en passe.

Mariée-heureuse se réveille tôt.  Elle a six lessives de retard, elle ne comprendra jamais comment Mari-chéri salit tant de chemises sur quelques malheureux jours.  Sa maison ressemble à une zone sinistrée d'après guerre, elle se met directement au travail : nettoyer, balayer, aspirer (ça lui rappelle vaguement une chanson, mais ça fait tellement longtemps qu'elle n'a plus pris la peine d'écouter de la musique).

10h00 :

Célibattante s'habille pour commencer enfin sa journée : tenue d'intérieur en pilou, grosses pantoufles en forme de vaches, un vrai remède contre l'amour.  Après un petit déj' bien gras (elle doit manger gras pour survivre à l'hiver - elle pensera à son corps de déesse en bikini plus tard, bien plus tard... trop tard ?), soit elle reprend une position couchée, mais dans le canapé cette fois, pour continuer à visionner diverses séries et films (30 % de chances), soit elle bosse un peu dans la maison - ménage, repassage, lessive (0,00000 % de chances), soit elle fait un peu de shopping pour embellir son corps déformé par les petits déj' (50 %), soit elle se plonge dans un bain bouillant qui n'a d'autre vertu que de la relaxer encore plus et de ramollir son corps déformé par les petits déj' (20 %).

Encore essoufflée d'avoir tant frotté, Mariée-Heureuse va prendre une douche rapide, avec en fond sonore les ronflements de Mari-chéri, exténué par sa semaine de travail.  Elle a à peine le temps d'enduire son corps de déesse d'une crème hydratante.  Un coup de brosse, un soupçon de maquillage, et basta.  Sur la pointe des pieds, elle sort en vitesse chercher des croissants et lui prépare un pantagruélique petit déj'.  Après d'âpres négociations, elle parvient à le faire sortir du lit, et il dévore son petit déj' amoureusement préparé en feuilletant le journal, tandis qu'elle termine ses quelques tâches ménagères.

12h00 :

Après cette matinée harassante, Célibattante s'octroie une pause repas.  Comme Célibattante ne cuisine pas, elle hésite entre quiche, pizza, lasagnes.  Parfois, mais très rarement (chaque 2 de l'an, bonne résolution oblige), elle se met à cuisiner : sa cuisine devient un champ de mines envahi de plats, spatules et casseroles poussiéreuses faute d'avoir jamais travaillé (pourtant, Célibattante est super équipée niveau matos de cuisine).  Résultat des courses : une omelette en bouillie, mangeable mais non présentable.  Bravo, elle est sur la bonne voie.

Mari-Chéri se remet de sa matinée en s'adonnant à son sport favori : la console de jeux.  Il sait que Mariée-Heureuse aimerait qu'il répare la fuite d'eau dans la salle de bains et termine enfin la pose du placard du dressing, mais le week-end commence à peine, il a bien le droit d'en profiter.  Mariée-Heureuse ronge son frein en réfléchissant aux menus de la semaine à venir : que va-t-elle pouvoir encore inventer pour combler l'estomac dilaté de son tendre époux ?  La liste de course s'allonge, s'allonge, s'allonge, on se croirait dans Pinocchio.  Elle prépare vite fait un petit casse-croûte, qu'ils mangent silencieusement en songeant à l'après-midi à venir.

14h00 :

Pour Célibattante, après ce frugal repas, une petite sieste s'impose.  Après, tout est permis : balade, shopping, nouvelle sieste ... Célibattante est ouverte à toute proposition, qu'on se le dise.   En général, elle cumule : une balade pour la bonne conscience (« je fais du sport, je fais du sport, je fais du sport »), suivi d'un shopping qui déprimerait la carte bancaire la plus motivée (Célibattante, a une garde-robe digne de la Princesse de Monaco, parce qu'elle le vaut bien).  La sieste est nécessaire, en prévision de la soirée qui s'annonce.

Mariée-Heureuse parvient à traîner Mari-Chéri au supermarché : la carte bancaire déprime, mais un homme, un vrai, ça se nourrit.  De retour à la maison, Marie-Chéri propose une sieste (qu'il envisage crapuleuse).  Mariée-Heureuse accepte avec joie, et s'endort avant même que son époux la rejoigne.  Il tentera quelques bisous tout doux, osera quelques mordillements significatifs, et, en l'absence de réaction, la rejoindra dans les bras de Morphée.

 19h00 :

La soirée de Célibattante est consacrée aux amis.  Ici aussi, tout est permis : ciné (de préférence bien romantique bien dégoulinant d'amour), resto (de préférence bien gras bien dégoulinant de fromage/sauce/crème), dancing (de préférence bien peuplé dégoulinant de propositions), et autres loisirs sympas style bowling, verre entre amis, jeux, balade si le temps le permet.  En général, Célibattante va faire dodo très tard car elle s'octroie souvent un supplément de TV à son retour, à moins qu'il ne s'agisse d'une partie de jambes en l'air, en fonction des propositions indécentes dont elle aura fait l'objet en discothèque...

Chez Mariée-Heureuse et Mari-Chéri, la soirée est consacrée aux amis.  Mariée-Heureuse préfère de loin sortir au resto, ce qui lui permet de profiter pleinement, sans surveiller le rôti ou la montée du soufflé (ne parlons pas de la vaisselle monstrueuse qui suivra).   Mari-Chéri est plus pantouflard, surtout lorsqu'il y a foot à la télé.  Quelquefois, ils vont au cinéma, mais finissent systématiquement par se disputer sur le choix du film.  Alors, ils louent deux DVD, un pour elle, un pour lui.  Ils se rejoignent ensuite pour une nuit de sommeil réparateur.  A l'occasion, leurs ébats nocturnes réveillent les voisins.  A l'occasion.

Dimanche :

Pour Célibattante, le dimanche est une journée consacrée au repos.  Il faut bien se remettre de cette journée de samedi si chargée, et se préparer à la semaine épuisante qui se profile à l'horizon.  Dodo, pipi, TV, manger, pipi, dodo... 

Pour Mariée-Heureuse, le dimanche est une journée consacrée au repos.  Elle se contente de terminer son repassage, préparer et congeler les repas de la semaine, payer les factures, classer les papiers qui encombrent la table basse, désherber les parterres, et, parfois, feuilleter rapidement un magazine.  Marie-Chéri tond la pelouse, s'interrompt, se lamente sur ses maux de dos, termine de tondre la pelouse, s'avachit en geignant sur le divan.  Plus tard, il ira régler la fuite de la salle de bains et terminer le placard, plus tard... Il doit se reposer, demain, une nouvelle journée de travail l'attend.

 

06:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |