12
mai

Coïncidence ?

Trouvée sur Facebook, vlà une photo souvenir de Will and Kate, pardon, William et Katherine, qui change du bisou au balcon et qui m'a fait rigoler comme un égout...

Alors, coïncidence ?

coincidence.JPG

 

20:07 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

4
mai

Opération "luttons contre l'envahisseur"

Les envahisseurs sont parmi nous... enfin "parmi moi".  A savoir le lierre, cette plante somme toute jolie mais qui s'accroche aux murs comme la vérole sur le bas clergé.  Et comme les propriétaires de ce lierre, savoir mes voisins pas jardiniers pour un sou, ne font rien, j'ai pris mon courage à deux mains pour :

- couper tout ça, passque ça devenait vraiment "trop", d'abord avec un petit sécateur puis, trois cloches et six crampes plus tard, avec un coupe branches acheté avec mes sous à moi

- décrasser le mur des "pattes" de lierre qui le squattaient

- jouer à l'artiste pour camoufler les dégâts

Dont coût : 22 euros de peinture, 7 euros de coupe branches...

Vous pensez que je peux envoyer la facture à mes voisins ?

Résultat en images :

Avant : joli lierre, mais les branches deviennent trop épaisses et envahissent tout, risquant de bousiller mon mur. 

mur avant.JPG

 Pendant : une fois le lierre parti, c'est encore pire, vu l'état du mur.

mur pendant.JPG

 Après : un chtit coup de peinture pour façades, deux jolis lampions solaires Ikéa et il n'y paraît plus.  Résultat : la terrasse semble élargie grâce à l'effet d'optique des triangles.  Un reste de lierre persiste sur le haut, pour la verdure et la protection du haut du mur.

mur apres.JPG

 

08:06 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

29
avr

Rhoooooooooooo, vive les mariés

Je deviens gâteuse, voilà que j'ai eu la larme à l'oeil en regardant les zamoureux que sont William et Kate, enfin Katherine, se donner des bisous au balcon, devant la foule en délire.  Zavaient l'air heureux non ? Trop meugnon.

Pire, et je ne l'avoue qu'à vous, j'ai enregistré la diffusion sur mon Voocorder, je la regarderai ce week-end.

Pire encore, je l'ai enregistrée deux fois, sur RTBF et sur RTL...

Même pas honte.

19:08 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20
avr

J’ai testé « fais-toi bouffer les panards par des pêchons »

biotiful, fish therapy

Ma vidéo est iciiiii


Grâce à Groupon, ce site web controversé pour les problèmes qu’il cause aux pigeons qui ont vendu quasiment à perte des offres alléchantes pour les internautes, j’ai eu le loisir de tester, avec Mostek et une autre collègue, la fish therapy. 

Vous connaissez ? 

Moi non plus.  Je connaissais pas.

Mais maintenant, je connais.

La fish therapy, ce sont des piranhas végétariens, en quelque sorte.  Ou des piranhas au régime, plutôt, vu qu’ils mangent tout de même de la bidoche.  Et la bidoche, c’est bibi.

Bon, je rigole.

C’est pas des vrais piranhas, of course.

Mais c’est vraiment moi leur repas.

Ces petits poissons, dénommés, Garra rufa ou Cyprinion macrostomus, sont des poissons docteurs, qui se gavent de peaux mortes et aident à soigner diverses maladies de peau, comme le psoriasis.

J’ai point de maladie de peau, ma bonne Dame, mais l’idée de tester ça, pour 3 eur la séance au lieu de 15 eur (notez qu’à Paris, j’ai vu qu’il vous en coûterait 35 eur, ah, comme la vie en Gelbique est douce et bon marché), ben ça me tentait vachement.

Alors, on a testé.

Et approuvé.

Chez Biotiful (j’en profite pour leur faire un peu de promo, car sont super sympas, chez Biotiful, et ne s’étonnent même pas quand trois excitées débarquent et s’extasient devant des péchons carnivores, à grands cris hystériques).

Nous débarquons donc en pleine après-midi et découvrons trois bacs cubiques, remplis de minuscules poissons avides de chair fraîche de vieux panards pleins de peaux mortes.

Je les imaginais plus gros, ils sont tout petits, mais vaillants, car lorsque, après quelques cris stridents et quelque hésitation, nous osons enfin entrer nos pieds dans l’eau, ils se ruent sur nos pieds comme la mérule sur une poutre.  Ça chatouille.  Ça fait bizarre.  Ça pince aussi, une fois ou l’autre, zont des dents ou quoi ces bestiaux ?  Et ça fait une sensation de mini jacuzzi, comme on nous l’avait promis.  Fascinant.  Nous réalisons photos et films, en bonnes touristes que nous sommes.  Faut cependant avouer qu’il est 14 heures, et, étant donné qu’ils ont déjà vu, au bas mot, 20 paires de pieds, on sent qu’ils n’ont pas spécialement faim.  Mais à la fin de la séance, je réalise qu’ils ont tout de même vachement entamé le cor que j’ai au pied gauche, les petits filous.

Pour la séance suivante, nous décidons alors de prendre rendez-vous du matin, afin que les petits voraces soient affamés.  Et en effet, ils le sont, c’est à mourir de rire à quel point ils le sont.  Même en plongeant simplement le doigt, ils se ruent dessus afin d’y trouver leur pitance.

Une expérience à tenter, surtout à plusieurs, amusement garanti. 

(La petite illu est de Kanako Kuno.)

biotiful,fish therapy

biotiful,fish therapy

biotiful,fish therapy

 

07:49 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : biotiful, fish therapy |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
avr

J’ai le bourdon… et ça me met de super super bonne humeur

Passqu’avoir le bourdon, c’est un bonheur du jour.

UN BONHEUR DU JOUR.

Pas le meuble hein, un vrai bonheur, vrai de chez vrai.

Car le bourdon, je l’ai dans mon HLM pour insectes.  Enfin dans ma résidence de luxe pour insectes, on va dire, passque finalement, HLM, ça a une connotation péjorative, non ?

Pour que vous compreniez, je me dois de faire un flash-back.

Abracadabra, flash-back.

Nous sommes en septembre dernier, et Mostek et moi nous rendons chez Coin Vert, le magasin de jardinage devenu entre-temps O’green, vu que tout change tout le temps de nom en Gelbique.  J’y achète je ne sais plus quoi (hé, ça date hein).  Et je repère un truc étrange, au milieu des maisonnettes pour oiseaux : une résidence pour insectes.  Mostek et moi, grandes fans de la nature, inspectons la chose avec un vif intérêt.  La maisonnette est jolie et se compose de divers éléments : bouts de branches, bouts de bambous creux, emplacement accessible via des rainures…  Le mode d’emploi explique que les insectes seront super heureux de la mort qui tue dans leur petite résidence.

Je trouve ça mimi, mais je suspecte une arnaque.  Donc j’achète pas cette résidence pour insectes, qui est, cela se confirme, de luxe et non HLM, vu son coût.

Ensuite, nous nous offrons une virée à Namur, où la place d’Armes nous offre, outre un joli soleil, plein de choses à déguster.  Des trucs oubliés, des trucs fruités, des trucs légumés.  Chouette ambiance.  Chouette mini-repas.  Et, au détour d’une allée, entre divers stands pleins d’infos, surprise : des HLM pour insectes.  Dingue.  Pas à vendre, non, juste à découvrir.  En bonus, un charmant monsieur prêt à tout nous expliquer.  Je l’interroge « c’est pas de l’arnaque, ça ? »  Et lui de vanter les mérites de ces HLM, m’enjoignant à les fabriquer moi-même avec du petit bois, des morceaux de bambous, c’est hyper simple, ma bonne Dame.  C’est cela oui.

Nous apprenons plein d’infos au sujet de ces HLM.  J’aime.  J’aime apprendre que l’abeille solitaire y pond ses œufs et que son instinct lui fait pondre, tout le long de son tunnel de bambou ou de bois creux, d’abord les mâles, puis les femelles, passque les premiers, grands paresseux, mettent plus de temps à éclore que les secondes, ce qui fait qu’ils sortiront ensemble de leur tunnel (si ça tombe, les femelles sont pondues en premier, en grandes paresseuses, mais j’aime à croire que les mâles sont les plus fades).  J’aime.

J’aime tant que je retourne chez Coin vert devenu O’cool et que je m’offre un HLM pour insectes, que j’installe sur mon appui de fenêtre.

Puis j’attends le printemps.

Et l’autre jour, je lisais tranquillement mon Musso sur mon transat, lorsque j’entends un bourdonnement.  Je scrute, angoissée, les alentours, craignant une zébrée de type guêpe.  Je découvre un adorable bourdon velu qui a élu domicile dans mon HLM et y fait d’incessants va-et-vient…

Que du bonheur, ça y est, j’ai le bourdon !

Preuve en image... bon, faut scruter, mais on le voit, en haut, mon bourdon.

Photo 085.jpg