28
sep

J’ai testé la journée du client

Ça va devenir aussi connu que la Saint-Nicolas, finalement, cette journée du client.

Je me souviens, la première fois, j’avais été si surprise en recevant mes petits chocolats…

Mais ce samedi, je savais que c’était la journée du client, ma voisine me l’avait dit…

J’ai donc commencé par aller chercher mon petit déj dans mon petit Delhéééééz habituel, pour aller au FIFF, et j’ai reçu des fruits de mer en chocolat, avec un super sourire de la Madame à la caisse.  Puis le big boss est arrivé et a dit à la caissière « n’oubliez pas les chocolats », en me tendant une seconde boîte. Naaaaaaaaaaaaaa, je l’ai pas prise, chuis hyper honnête, j’ai dit « j’en ai déjà reçu une, merci merci », et comme on était tous souriants et heureux ce matin, il m’a dit « ben en voici une deuxième ».

Ensuite, je suis allée à La magie du thé, le QG de ma voisine, qui y rameute toutes ses connaissances.  Je bois déjà le péché mignon et le thé de Pâques au chocolat (une tuerie même que quand j’en aurai plus, vu qu’ils en ont pas en stock, je les prendrai en otage jusqu’à ce qu’ils m’en fabriquent), mais ma voisine m’a incitée à tester le thé Grand-mère.  Accueil souriant, comme toujours, et pas uniquement because journée du client.  J’ai humé le thé Grand-mère, j’ai eu un orgasme gustatif, j’ai acheté le thé Grand-mère, et j’ai reçu un petit paquet de thé (même un gros en fait) en cadeau, merci Mesdames, à bientôt.

Enfin, je suis allée chez Blokker, car j’avais repéré hier des boîtes en plastique pour y ranger toutes mes peintures, mais aucun prix dessus, c’est une habitude blokkeresque ça. Hier j’avais pas le temps d’investiguer, aujourd’hui, je les ai emmenées à la caisse pour avoir les prix, vu qu’en magasin, trouver une Madame est plus difficile que de trouver un poil sur le corps de mon chaton.  A la caisse, ça a bien énervé la caissière, qui semblait avoir oublié que c’était la journée du client. Elle n’a pas su scanner ma boîte et a dû encoder son code-barre, en râlant. C’était 2,99 eur. J’ai dit « je la prends », ce qui a encore plus énervé la caissière, car elle a dû encoder à nouveau le code, qui ne passait toujours pas, en marmonnant « mais pourquoi ça scanne pas, ça va quand même pas plus rien scanner ». Dans l’intervalle une cliente a osé demander « vous savez me dire le prix du bazar à thé » (pas trop bien compris). La caissière ne l’a même pas regardée, elle a grommelé un « non je sais pas, demandez en rayon ». La madame a demandé « y’a quelqu’un en rayon ? » (elle vit d’espoir), la caissière a craché un « oui », toujours sans un regard, ajoutant un « ça scanne pas, putain », en parlant de ma boîte.  Ouais, elle a dit putain. J’ai payé, j’ai reçu mon cadeau, un truc pendant avec un cœur en savon, mais pas de bol le sachet était cassé, alors tout a glissé sur ma boîte en mettant du savon partout.  Elle m’a donc dit « oh ben le vôtre il est sorti de son sac hein », j’ai donc remis le bazar dans son sac cassé et je suis partie avec ma boîte pleine de savon, sans oser dire que la grosse caisse en carton en contenait plein d’autres, bien protégés dans leur sac, faut pas énerver la caissière, surtout quand c’est la journée du client, car c’est clair et net, elle aime pas les clients.

Verdict de ma journée du client 66,66 % de bonheur, c’est déjà pas mal.

IMG_6038.JPG

17:56 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

25
sep

La fote et le néologisme du jour

La fote d'abord :

"Ils lirent ensuite les douze messages reçus."

Ben quoi, lire, ils lirent, après tout hein...


Et le néologisme :

"je vais m'avachier sur mon canapé."

Ben quoi, s'avachier sur un canapé = s'avachir sur un canapé dans le but de s'y faire chier


J'ai besoin de repos, je sais...

20:18 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

13
sep

Croire ou ne pas croire, that's the question

Perso, j'ai pas envie de croire à un Dieu, ça me saoule de me dire qu'il fait mourir les gens (même si que c'est normal sinon on serait des milliards de milliards tout serrés, mais quand même), ça me saoule de me dire qu'il fait mourir les gens dans d'atroces souffrances, ça me saoule de me dire qu'il fait mourir les gens tout petits qu'on appelle des enfants c'est pas normal pas juste pas correct pas digne d'un Dieu, ça me saoule de me dire qu'il accepte que les hommes soient aussi cons, nuls, méchants, débiles, vilains, ignobles, infâmes (et quand je dis homme, je veux dire Homme quoi, au sens d'humanité - quoique parfois, les mecs... bon je me tais), ça me saoule.

Alors j'ai juste envie de croire qu'il y a quelque chose après, juste un chtit quelque chose quoi, avec du soleil, des éclats de rire et un chouia d'amour.  Et des séries télé.  Et les BD de Pénélope Bagieu. 

Tout ce blabla car j'ai découvert ceci sur Facebook, et ça m'a fait drôlement rire...

comment choisir une religion.jpg

18:56 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

10
sep

Je vois... ben rien !

J'ai un peu de retard de lecture de ma bible Ciné Revue, laquelle s'accumule dans mes toilettes.

Là je suis donc en train d'en lire un de janvier, et je découvre les prédictions de différents voyants belges pour l'année 2013.

Trois sur quatre prédisent une fille pour Kate et William (ah ah ah).

Trois sur quatre prédisent un bébé à Monaco (ah ah ah ah ah).

Mais le plus amusant, c'est ceci (ah ah ah ah ah ah ah) :

IMG_5469.JPG

21:20 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

7
sep

Pour 2,69 eur, t’as plus rien… mais siiiiiiii, t’as des Histoires à mourir de vivre

 

couverture definitive pt.jpg

Hé, ma bonne Dame, keskon a encore pour 2,69 eur, de nos jours ?

T’as pas un menu OK au Quick, même pas un mini Giant.  T’as un cheeseburger.  Mais t’as le gosier déshydraté.

T’as pas une place de cinéma.  T’as le droit de regarder un peu moins de la moitié du film.  La première moitié, comme ça tu restes sur ta faim (ou sur ta fin).

T’as pas une maison.  Juste la première brique pour la construire, c’est symbolique, mais que ça.  Un symbole, ça t’héberge pas.

T’as pas une casserole de moules au Lunch. Mais tu peux t’offrir la boisson et la sauce moules.  Et chercher sur les tables des casseroles abandonnées avec des moules flottant encore dedans.

T’as pas un paquet de serviettes hygiéniques.  Ou alors celles en format lange, qui grattent, qui collent pas, qui se déchirent.

T’as pas de quoi faire l’aller-retour en bus en ville pour aller te promener.  Hé, t’as qu’à revenir à pied, tu feras du sport.

T’as pas une écharpe Strelli.  Tu peux juste en extraire un confetti.

T’as pas un bouquet de roses.  Et en offrir une seule, ça fait radin quoi.  Ah ben si.

T’as pas un ballotin de manons Léonidas, passque les fleurs c’est périssable mais les bonbons c’est tellement bon bien que les fleurs soyent plus présentables.  Prends-en cent grammes, mais faudra payer un supplément.

T’as pas un livre de poche.  Ou alors un tout tout petit, tout tout plat, tout tout chez un bouquiniste ou sur une brocante.

T’as pas une frite/fricandelle.  Juste la frite.  Ou la fricandelle.  Arrange-toi avec ton voisin pour faire moit moit.

T’as pas un apéro en terrasse.  Prends un verre d’eau.

T’as pas une boîte d’aspirines (après l’apéro).  Toute façon, t’avais qu’à pas boire.

T’as pas une lasagne farniente.  Contente-toi de « far niente », c’est gratos.

Bref, pour 2,69 eur, ma bonne Dame, t’as plus rien ou presque.

Presque.

Pour 2,69 eur, tu peux t’offrir le bouquin qu’on a écrit, Rachel Colas et moi.

Rachel Colas est une blogueuse et auteure belge.  Comme moi.

Elle adore écrire des nouvelles.  Comme moi.

Elle vit à Namur.  Comme moi.

Elle a découvert mon blog.  Comme moi le sien.

Puis on est devenues amies.

Et à force de se dire « comme moi », on décidé d’unir nos plumes pour vous concocter nos « Histoires à mourir de vivre ».

Kekseksa ? 

27 histoires.

Pour frémir.

Pour rougir.

Pour rire.

Pour pleurer aussi.

Des histoires à mourir de vivre quoi.  Fantastiques parfois.  Angoissantes.  Émoustillantes aussi.  Étonnantes, toujours.  Tristes aussi, quelquefois.  Un peu de tout, comme le fromage belge (mais pas une fois, 27 fois).

Certaines de mes histoires ont été publiées sur ce blog, parfois, d’autres sont totalement inédites.  Vous connaissez mon style rigolo, vous allez découvrir une autre facette de mon écriture, que certains connaissent déjà.  Voici donc l’occasion de vous plonger dans le côté obscur de ma force.  Et de découvrir le talent talentueusement talentueux de Rachel Colas.

Un remerciement spécial pour le graphiste Castiel AiD (Rac Karol Jr) qui a fait un travail fabuleux !

Découvrez l'annonce de Rachel Colas sur son blog.

Histoires à mourir de vivre, ce sont donc 27 histoires, soit 208 pages de lecture (143 en Kindle, mais c’est bien la version intégrale, savent pas calculationner chez Kindle). 

Pour 2,69 eur. 

Prix de lancement.

En Kindle.  Vous connaître Kindle ?  C’est un format à lire sur Kindle.  Une liseuse, qu’on dit.  J’ai pu tester, c’est trop trop bien, j’en veux une.  Mais Kindle peut aussi être chargé gratuitement sur votre pc ou smartphone. Ici.

Et pis vous pouvez même télécharger un extrait gratuit, yesss, gratuit, avant l’achat, des fois que vous auriez encore un doute quant à l’utilité de dépenser 2,69 eur, bande de radins.

Et si vous êtes allergiques au numérique, passque ça rime, y’a aussi la version normale, pour ceusses qui aiment palper et respirer un livre, le corner, l’abîmer, le conserver dans une vieille bibliothèque branlante car épuisée de supporter tant d’ouvrages.  Elle est un peu plus chère, 7,62 eur, passqu’il y a du papier, mais pas tant que ça, prix d’un livre de poche, à peine.

Voilà voilà, et pis on vous prépare déjà le volume 2, que vous allez nous réclamer à cor et à cris, passque nos Histoires à mourir de vivre, c’est comme le chocolat, on en devient addict… question de vie ou de mort quoi.

Ooh ça va je rigole, je me la pète pas à ce point, mais j’espère que ça va vous plaire, passque ça rime encore.

Et si vous avez que 0,95 eur à dépenser, vous pouvez vous offrir la réédition de mon mini-roman En direct du paradis, enfer compris, avec plein de morceaux de chick lit inside, histoire de prolonger l’été.

Et pour 2,99 eur, c’est la réédition du Savoir écrire pour les filles que vous pouvez vous offrir.

Bref, que du bonheur, à découvrir ici :

Histoires à mourir de vivre version Kindle

Histoires à mourir de vivre version papier

En direct du paradis, enfer compris ! version Kindle

Le savoir écrire pour les filles version Kindle

couverture definitive pt.jpg

En direct du paradis enfer compris pt.jpg

couverture ok kindle pt.jpg

14:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |