21
jui

Le jour où j'ai eu deux rois et trois reines

(photo Vincent Luycks)

noirjaunerouge.jpg

Ce 21 juillet 2013 :

- j'ai vu Mathilde et Paola engoncées dans des rideaux made by Vermeulen, mais où est passée la fluidité, les robes qui volent au vent comme celles de Marilyn ?  Jolie quand même, la Mathilde

- j'ai vu le prince Laurent ne pas enlever ses lunettes de soleil durant le Te Deum

- j'ai vu la princesse Claire habillée en poussin, toute fragile qu'elle est

- j'ai vu Albert et Paola recevoir des tas de cadeaux et verser une larmichette, enfin Paola (elle devait se demander "mais oùsqu'on va mettre tout ça")

- j'ai entendu la Branbançonne et j'ai eu la larmaloeil

- j'ai vu quelqu'un avec un chapeau en ballons noirs jaunes rouches en forme de couronne, je veux le même

- j'ai pas vu les petits princes et les petites princesses habillés en rideaux, dommage

- j'ai vu le Roi Albert déclarer son amour à la Reine Paola d'un "gros kiss"

- j'ai vu Philippe mal à l'aise et j'ai eu mal au coeur pour lui, on choisit pas ses parents on choisit pas sa famille on choisit pas d'être né pour régner

- j'ai vu Mathilde pleurer quand son époux et son beau-père se sont presque pris dans les bras l'un l'autre, j'aime bien quand elle est émue, elle est belle

- j'ai vu un énorme lustre en cristal au-dessus du futur ex roi (enfin toujours roi mais ex quoi) et du futur roi, et comme d'habitude avec les grands lustres, je l'ai imaginé se détacher, aaaaaaaah non pas çaaaaaaaaaaaaa

- j'ai halluciné en entendant Albert dire à Paola "gros kiss"

- j'ai encore entendu la Branbançonne et cette fois j'ai pas pleuré

- j'ai repensé à y'a vingt ans, quand ma bonne-maman était si triste du décès de Baudouin

- j'ai repensé à y'a dix ans, quand j'étais à Bruxelles, amoureuse, pour voir la fête des dix ans de règne et découvrir le plus joli feu d'artifice de toute ma vie

- j'ai vu les petits princes et princesses, enfin, habillés de tapisseries rouge et noire (où est le jaune ?); mon dieu quand cesseront-ils d'habiller les gamines pareil, à deux ans c'est mignon, à dix ça devient limite

- j'ai vu de koning, le roi, der könig, tout ému, et Mathilde pleurer encore, et puis je l'ai entendu (mon dieu je voudrais pas être à sa place)

- j'ai vu Albert tout émotionné de chez émotionné, premier roi qui assiste à la prestation de serment de son fiston dans l'histoire de notre plat pays, hé, nom d'une frite-mayo

- j'ai vu le coq wallon, tiens, zont pas encore mis les jolis furoncles points noirs ?

- je me suis surprise à ronfler durant le blabla philippal, pas mon truc, les discours, sauf quand y'a du gros kiss dedans

- j'ai entendu une troisième Brabançonne, digne de la marche funèbre, pour que je m'endorme encore plus...

-j'ai vu une standing ovation et entendu des applaudissements nourris, je me suis crue à un concert de Calo

- j'ai entendu le premier coup de canon (on nous en annonce 101)

- j'ai entendu Hakima dire à Edouard Vermeulen "les petites princesses, vous les trouviez toutes mignonnes, très jolies, évidemment", et j'ai imaginé Edouard répondre "ah ben non, je les trouve vraiment pas jolies, mais je fais avec hein, je les habille comme je peux"

- j'ai vu des dizaines de lourds drapeaux s'agiter (sont fous ces romains belges, par cette chaleur, porter un si lourd fardeau, pire que les galères)

- j'ai vu du chapeau, du chapeau et encore du chapeau

- j'ai vu Elisabeth faire signe au balcon, et je me suis dit que son sort était déjà joué, future première reine, merci la loi salique

- j'ai entendu la pire connerie du jour "c'est une nouvelle Belgique, une Belgique de l'ouverture et de la tolérance", c'est cela oui, et pour fêter ça, suppression de toutes taxes et impôts en 2013, enjoy, peuple belge, une fois

Allez, vive le roi Philippe et la reine Mathilde.

10:44 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

14
jui

Pauvre Lampil

Moi : "j'ai trop de cholestérol"

Mon neveu, tout sérieux : "ah oui, Lampil il a ça aussi".

Conclusion : les traditions se perpétuent, les références nazes sont déjà passées à la génération suivante de la famille, qui dira tout bientôt "on ne laisse pas bébé dans un coin" et "cette connasse de Cendrillon".

00:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

10
jui

La pensée du jour

Les raisins sans pépins, c'est comme l'amour sans préavis, keske c'est bon !

22:51 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

9
jui

Silence

Un silence de mort, serais-je tentée de dire.  Mais non.

Un silence reposant.

22h53.

The cranberries ont cessé de me susurrer que There's no need to argue.

Le silence envahit l'espace.  Le ciel.  L'air. 

A ma droite, le soleil déjà couché laisse passer encore un fin filet de lumière.

A ma gauche, un mur.

Tout autour de moi, des tas de petites lumerottes que j'ai installées, solaires, qui n'éclairent rien sinon le bonheur d'avoir un petit coin de presque paradis pour y passer mes soirées d'été.

Tchu, la poésie m'envahit, je deviendrais presque gnangnan.

Dans ma bouche, une pêche.  Plaisir redécouvert de manger des fruits.

Mon carillon de bambou ne carillonne plus, cerné qu'il est par les fleurs de fuschia qui s'ouvrent enfin.

Mon HLM pour insectes est déserté, mais kessepassetil ?

Une porte claque, derrière moi.

Pas une seule étoile dans le ciel.  Mais où sont-elles ?  Ah si, une.  La seule.  Etoile Polaire ?  Etoile du Berger ?  Jamais su retenir la différence, déjà qu'il y a un an je pensais qu'elles n'étaient qu'une seule et même étoile.

Un chat miaule comme s'il était poursuivi par une souris, et pourrit le silence de ses cris si peu félins.

Six petites flammes vacillent au gré de la légère brise.  Fait plus frisquet, ce soir, non ?

Fragile odeur d'herbe ou de plantes ayant eu trop chaud.  Mon hortensia me le crie, désespéré : j'ai eu trop chaud !

Un petit pastis, un massage des pieds, une étoile filante, et tout serait parfait.

22h58.  Silence. 

23:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

3
jui

Blog d'un condamné, the end, the reveal

Voilà tout est clair maintenant.  Depuis 18 h, j'ai compris qui était notre condamné, dont le silence effraie encore ses fans en ce moment.

Mais moi j'ai compris.

J'ai compris que le condamné, c'est Philippe, le prince Philippe, devrais-je déjà dire le Roi Philippe.

Non mais allez, ça peut pas être un hasard hein, que le J0 du con damné soit le jour où le Roi Albert annonce qu'il abdique.

Relisez le blog dans cette optique, il symbolise bien le décès virtuel de notre roi, en tant que roi, sa critique de notre société, de l'inutilité de l'existence, aprfois, et puis l'arrivée de son fils sur le trône.  Siiiiiiiiiiiiii, je vous jure.

Bon, faut que j'arrête les frites à la sauce alcoolisée, je sais.  Mais avouez que ça se tient, chronique d'une mort d'un règne annoncée.  Chronique d'un remplacement décrié, par le con damné auto-proclamé, condamné à régner...

Et D. c'est Di Rupo (copyright mon assistant en chef).

Et R. Reynders.

Tout prend son sens.

(Le vrai reveal du 16/7)

19:25 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |