20
fév

copie d'un ancien billet : Appelez-moi Dori

Postant ceci sur Facebook :

birdsdessines_perso.png

On m'en parle sur Facebook toujours, et je cherche le livre que je pense avoir parlant des poissons rouges. Je le trouve et oh surprise, il vient de mon blog, mais l'ancienne adresse, maintenant à vendre, je vous ai donc retrouvé le billet où j'en parlais...

livre poisson rouge.jpg

(Nan, j’ai pas oublié que j’avais déjà publié un billet de ce nom hier, voici juste le texte que j’avais oublié…)

Il y a un petit temps déjà, boss chéri m’a dit « vous avez une mémoire de poisson rouge ».  Ça aurait pu être pire, il aurait pu dire « vous avez une mémoire de poisson rouge, et c’est limite une insulte pour le pauvre poisson rouge ».  

Nan, je n’ai pas porté plainte pour propos vexatoires ou diffamatoires.  

Car malheureusement, c’est la triste réalité.

Si je n’étais pas si jeune (mais si, chuis jeune, et jolie, et sexy, et mince, et drôle, et intelligente), je penserais à un Alzheimer très précoce.

Depuis pas mal d’années déjà, les post-it sont mes meilleurs amis.  J’oublie tout, sans être pourtant en vacances (« vacances j’oublie tout, plus rien à faire du tout… »).

Quand j’ai un client au téléphone, si je n’écris pas ce que je m’engage à faire pour lui, il suffit que j’en aie un autre entre-temps et paf, oublié.

Quand un collègue me demande de lui commander trois bics rouges, si je passe par la cuisine dans la foulée, pouf, oublié.

Vous allez me dire que c’est peut-être dû à une démotivation professionnelle, petits filous.

Que nenni.

Même chez moi, c’est kif.

Je me dirige vers la cuisine.  Une fois sur place, j’ai oublié ce que je venais y chercher.  

Et pour ce blog, kif kif.

J’ai une super idée de billet sur ma mémoire de pêchon rouge, j’allume mon pc, j’ai oublié le thème du billet.  Je vous jure que c’est véridique.  Fort heureusement, après réflexion, ça m’est reviendu.  Heureusement pour vous, qu’auriez-vous fait, hein, je vous le demande.

Bref, quand boss chéri m’a dit « vous avez une mémoire de poisson rouge », j’ai acquiescé en riant, et j’ai ajouté « appelez-moi Dori ».  Pour tout vous dire, j’ai dit « appelez-moi Dora », ne retrouvant pas le prénom exact de cette attachante Miss poisson qui oublie tout.  Comme moi quoi.

Depuis lors, quand j’oublie quelque chose, je ressors un chtit « appelez-moi Dori », vu qu’avec le temps j’ai enfin retenu son prénom.

19:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

18
fév

un concours de bannières que j'avais organisé

 

 

super talentueuses, les illustratrices ! 

 

bannieres.jpg

 

 

18:44 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

18
fév

18/02/2016 : Calogero, ça rime avec vélo

J’ai fait dix minutes de vélo pour mes jambes. Ne rêvez pas, il s’agit d’un beau vélo d’appartement que mon beau-frère (que je surnommais… Anus, au début de mon accident, mais qui n’est pas rancunier) m’a prêté, non pas un vélo d’extérieur : d’abord, j’en ai pas, ensuite, j’ai pas d’équilibre, enfin, je vois double donc... J’écoute toujours de la musique quand je roule, et là j’ai écouté Calogero, que j’aimais beaucoup (mes goûts n’ont pas changé, heureusement, si je devais changer tous mes disques, prendre des chiens au lieu des chats, changer ma déco, ma bouffe, et j’en passe, ce serait l’enfer).

 

Donc j’ai écouté Calogero, chanté un peu comme une casserole (un peu car le vélo me fatigue, je veux pas en plus perdre ma respiration, comme une casserole ça c’est clair), et pleuré, vu que depuis l’accident, je pleure beaucoup, mais keske les paroles sont tristes !

 

« Et danser encore.

Avancer toute voile dehors.

Et danser encore.

Envoyer valser la mort,

Dans le décor. »

Musti_.gif

14:23 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

17
fév

Un texte que j'avais écrit contre le racisme : Charbon veut devenir un ours blanc

Depuis quelques semaines, Charbon est très triste à l’école car ses camarades se moquent de lui et chantent « pas question de jouer avec toi, car comme nous tu n’es pas, aie un pelage blanc, et nous serons contents ». Même son meilleur ami Flocon ne veut plus lui parler.

 

Ses parents s’inquiètent car Charbon ne fait plus ses devoirs, pleure chaque soir et mange de moins en moins. Il ne veut même plus dévorer les succulents desserts au miel de Maman. 

 

« Que se passe-t-il, mon petit ourson en sucre ? », interroge Papa.

 

« Personne ne plus jouer avec moi. Ils disent que je suis différent, car je ne suis pas un ours blanc.  Je veux être un ours blanc comme tous les autres ours. Pourquoi ne suis-je pas comme tous mes camarades ? »

 

« Charbon, quand tu es né, nous vivions au Pays des Arbres, où tous les ours sont noirs, comme nous », raconte Papa.

 

« Puis nous sommes venus vivre au Pays des Glaces, pour le travail de Papa. Ici les ours sont blancs », ajoute Maman. 

 

« Tu as deux pays maintenant, celui d’où tu viens et celui qui t’a accueilli. Tous les ours n’ont pas cette chance. Bien sûr, ici, notre apparence est un peu différente, mais à l’intérieur, sous notre pelage, nous sommes tous des ours identiques.  Et dans nos cœurs, nous sommes tous pareils. »

 

« Mais je me moque d’avoir deux pays, moi je veux être un ours blanc et jouer avec Flocon comme avant ! »

 

Charbon est très malheureux. Il aimerait qu’une fée apparaisse et, d’un coup de baguette magique, le transforme en ours blanc.  Mais il n’y a pas de fée au Pays des Glaces.

 

Alors, pendant les vacances, papa et maman invitent Flocon à accompagner toute la famille au Pays des Arbres.

 

Au milieu des tous les ours noirs, ce n’est plus Charbon qui se sent un peu différent, c’est Flocon. Mais ils s’amusent tellement qu’ils oublient bien vite ce détail peu important.

 

Charbon et Flocon passent le meilleur été de leur vie. Ils ne prêtent plus aucune attention à leur pelage, et lors du grand bal, Charbon se déguise en Flocon avec du talc et Flocon se déguise en Charbon avec de la suie.  Papa et Maman rient, car ils ressemblent tous deux à des pandas !

 

Après les vacances, les deux amis retournent à l’école

Ils racontent à leurs camarades leurs aventures un peu folles

Et les entrainent en chantant dans une grande farandole

 

« Ours noirs, ours blancs

On se moque des différences

On a choisi la tolérance »

 

je n'ai pas de phot d'ours mais je mets une photo de moi un lémurien blanc et noir (vu cette photo) :), tiens je pourrais mettre un panda...

2577068747.JPG

17:33 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

17
fév

rêver

"Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence, aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite surtout d'être vous."

(Brel)

anaisphotonb.jpg

16:41 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |