3
jan

Ami, amour, amant

Evelyne me pose la question : devient-on plus difficile, plus exigeant avec le temps ?

Mon avis est mitigé. Si on est « difficile » au départ (terme péjoratif alors que finalement, n’est-il pas normal de savoir ce que l’on recherche, ce dont l’on ne veut pas), on le reste. Si on cherche à tout prix à se caser, par peur d’être seule, on le reste. Avec certaines nuances. Au fil du vécu, on peut savoir ce dont on ne veut absolument plus (même si parfois, inconsciemment, on continue à l’attirer), être plus strict de ce point de vue, mais revoir sa position sur d’autres exigences (exemple : s’il cuisine, pas besoin qu’il bricole ; s’il est fabuleux, tant pis s’il mesure 15 cm de moins que moi ou pèse 10 kg de trop ; si je l’aime, tant pis s’il est systématiquement en retard – ainsi sur des choses nettement plus importantes bien sûr). J’ai pu constater que quand je suis amoureuse j’accepte beaucoup de choses, et j’aurais soutenu mordicus un mois avant que jamais ô jamais je ne ferais ça pour un homme (exemple rigolo : moi qui ne connaît du sport que sa définition du dictionnaire, j’ai limite accepté des randonnées, des descentes en rappel – non j’image la situation bien sûr, descente en rappel, quéén horreur ; exemple moins rigolo : j’ai accepté qu’il me traite comme une moins que rien en permanence, me rabaisse, me critique, et sacrilège suprême, me néglige au lit, en d’autres termes, plus crus, qu’il tire son coup, se retourne, et s’endorme, sans un regard, sans un mot, sans un geste tendre). Donc je ne me respectais plus, je ne m’écoutais plus. Relation destructrice pour moi. Qui m’a prouvé que j’ai beau sembler déterminée, difficile, exigeante, voire froide parfois, je peux changer du tout au tout (et pas en bien) quand je suis aveuglée par mes sentiments.

Pour ma part, ma conclusion est la suivante : pour qu’une relation soit épanouissante et durable, il faut que l’autre, l’être aimé, soit à la fois l’amour, l’ami et l’amant. Sans l’un de ces ingrédients, c’est voué, à court ou long terme, à l’échec. Sans l’amour, soit les sentiments, la relation s’étiole très rapidement. Sans l’ami, soit la complicité, l’ennui menace en permanence. Et sans l’amant, soit l’épanouissement sexuel, un manque se fait sentir. Une des composantes manque ? Le risque est grand que les partenaires aillent cherche ailleurs ladite composante : un amant réel, une complicité amicale (avec le risque que cela engendre) ou des sentiments forts. Enfin c’est ma théorie, que je partage avec moi seule, mais j’y crois très fort et c’est mon ambition pour cette année, croiser l’incarnation faite homme de ces trois chaînons.

22:41 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

2
jan

L'amour moderne

grenouille

11:29 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jan

Choix multiple... à vous de voir !

voeux

17:35 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

31
déc

Je vous souhaite...

Je l'ai déjà publié, mais pour ceux qui n'ont pas le courage de lire toutes mes élucubrations, pour ceux qui ont besoin d'un joli petit texte à la veille de l'an neuf, pour ceux qui n'aiment pas ce que j'écris (et donc qui préféreront ceci), je vous réitère les souhaits du Grand Jacques :

Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence, aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite surtout d'être vous.Jacques Brel

17:45 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

29
déc

2007

Que 2007 vous comble de petits bonheurs, car c’est l’ensemble de ces petits bonheurs qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. Chacun choisira les petits bonheurs qu’il aime, voici les miens, sans ordre de préférence, en vrac, petits ou grands :

enfoncer mon doigt dans le nutella et le déguster lentement
Gagatiser devant un bébé et le voir me répondre d’un sourire
regarder le soleil se coucher sur la mer du Nord
regarder le soleil se lever en Floride
voir un chat se rouler au sol de bien-être sous les premiers rayons du soleil
mon nénuphar qui m’offre une fleur, rare, éphémère, mais parfaite
jouer à Pretty Woman dans un magasin de fringues
un massage
avoir des papillons plein le ventre quand je LE vois
un client qui m’offre des fleurs en remerciement
un amoureux qui m’offre des fleurs sans raison
une assiette de spaghettis pleine de gruyère
un film au cinéma qui me coupe du monde et me plonge dans cette ambiance si particulière
un pot de Haagen Dasz mangé sur une soirée (praliné and cream de préférence)
une déclaration d’amour
ma filleule
les illuminations de Noël
une promenade en bord de Meuse
une pizza mangée avec les doigts
toujours avec les doigts, décortiquer et dévorer des crevettes, assise sur le sable
un orgasme
regarder la mer, méditer, méditer, méditer
mon nid tout rangé tout beau (c’est si rare)
ma balance qui me dit « tu as maigri » (c’est si rare)
frites, fricadelle et mayonnaise (voilà pourquoi la balance me parle rarement gentiment)
un bain chaud, bougie, musique, bouquin
une brocante avec des affaires à faire
les chevaux de bois
les bêtisiers de fin d’année
le ronronnement d’un chat
le printemps
boire un verre en terrasse à l’automne, quand rien ne laissait présager qu’on pourrait encore profiter du soleil
une heure de jacuzzi
une croisière
dans la série luxe, une nuit dans un palace
gratter un billet de la loterie (et frémir d’espoir)
gagner à la loterie
gagner à la loterie de l’amour
un DVD, un coca, un bout de chocolat, un plaid, un moment cocoon parfait
le même moment à deux, double petit bonheur
un fou rire
un diamant
une demande en mariage
un SMS inattendu
faire la grasse matinée (avec un petit déj au lit : deux bonheurs pour le prix d’un)
une nuit crapuleuse
un champ de coquelicots
une marguerite effeuillée qui me confirme qu’il m’aime à la folie (pas du tout ?)
une soirée entre amis
me sentir belle.

Voilà, j’en oublie, heureusement, chaque jour permet de découvrir d’autres petits bonheurs. C’est tout le mal que je vous souhaite pour 2007.

22:37 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |