23
aoû

Un dimanche chez moi, le soleil, un petit déj, des chats, des photos (on ne change pas une équipe qui gagne)

Mon succulent petit déj at home :

IMG_0178.JPG

Quelques fleurs survivantes :

IMG_0180.JPG

Praline colée à moi :

IMG_0183.JPG

Gribouiile, plus indépendante, grosse et solitaire, fait dodo :

IMG_0186.JPG

Iguaï, fidèle à lui-même, montre son cul :

IMG_0189.JPG

IMG_0195.JPG

Partage de genoux :

IMG_0201.JPG

13:10 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

19
aoû

Mes chats et mon texte sur mon accident à William Lennox

On m'a (Sylvie) proposée de créer alors j'ai dit oui.

Et j'ai créé un char noir, un char qui se prend pour un Marsupilami et un jaguar et une peinture avec non texte racontant mon accident, les voici...

Photo 2015.jpg

15:47 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

15
aoû

Pleurs (quand le moral est bas)

2015-07-19 004.jpgHier, le jeudi 13 août (ce n'était pourtant pas un vendredi 13) j'ai pleuré devant l’ascenseur de Lenox et ai été consolée par l'infirmière (Virginie) qui m'a beaucoup aidée et m'a reboosté le moral.  Faut dire qu'il en avait besoin vu que je hurlais "on n'avait qu'à me laisser crever en décembre, je serais tranquille et avec le temps tout le monde s'en serait remis". Elle m'a dit une phrase qui fait réfléchir mais cesser de se poser 36000 questions à chaque seconde (qui suis-je où vais-je dans quel état j’erre) "VIS, TU VERRAS".

Alors j'ai cessé de pleurer, je suis rentrée dans ma chambre, j'ai pris ma douche et lavé mes cheveux et j'ai attendu le coup de fil de 19h30 qui n'est jamais venu (zaï zaï zaï zaï là là là là là, comme chantait Dassin ou, plus neuf, J 'attend l'amour de mes rêves j'attends l'amour la douceur et la fièvre, comme chantait Jenifer). J'ai beau pleurer sans cesse comme un veau pour le moment, j'ai toujours une chanson en tête malgré tout,ce qui énerve beaucoup de monde et en fait rire d'autres. Comme le coup de fil n'arrivait pas et que suis très très sensible désormais, j'ai à nouveau pleuré comme un veau (pauvre bête, quesqu'elle pleurniche) puis j'ai fait dodo de 20 à 7 h, en rêvant que le téléphone sonnait (mais non).

Quand ça va mal donc, ce qui arrive souvent, même si les autres malades croient que je suis toujours de bonne humeur car c'est l'impression que je donne, je me dis que la solution pour moi aurait été d'être morte : pas de coma, pas de rééducation, pas de médecins et pas ses huit mois dans une chambre qui est moi d'être la mienne même si j'ai fini par l'appeler "ma chambre". Le bonheur quoi, si tant est que la mort puisse être le bonheur.

Puis quand ça va bien (si on peut aller bien dans mon état), bon quand ça va mieux dirons-nous, je me dis que si je suis là c'est pour une raison, que j'ai un truc à dire, à écrire, à raconter, bref une vie à vivre, même si elle est différente de ce que je pensais. Très différente. Au matin, j'ai encore pleuré (dingue comme le corps humain a en stock des larmes) puis j'ai séché lesdites larmes pour déjeuner, la neuropsy et la kiné.

13:22 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

8
aoû

chat (Sylvie)

Avec Sylvie l'aide soignante, j'ai créé quelques chats pour survivre à l'absence des miens... Merci pour son aide précieuse.

Voici le chats en papier mâché je l'adooooooooooore :

 

Photo 2015 018.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Et voici la bestiole près de la photo de mes chats et de moi presque sans cheveux...

 

Photo 2015 017.jpg

10:33 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

30
jui

Prisme

Il y a quelques mois, le médecin a décidé de me cacher un œil puis l’autre avec un scotche, appelé un orthopad ou par moi « un oeil ».

ça avait pour but d’améliorer ma vue, comme celle des jeunes enfants qui ont parfois ça.  Car en plus d’avoir bousillé ma jambe gauche et mon bras gauche, cet accident a aussi bousillé mon œil gauche, sans parler de mon cerveau, gauche et droit cette fois (enfin ça j’en ai déjà parlé). Comme ça ne marchait pas, à part me faire ressembler à un panda de Pairi Daiza, j’ai vu un super Ophtalmo hyper spécialisé dans la cervelle, à Gembloux qui, avant de m’opérer (bisque bisque rage on m’avait promis que je ne passerais pas par l’opération) a voulu, sans grande conviction il est vrai, essayer le prisme, savoir un ajout sexy come tout sur mon œil droit, de – 12 de dioptrie.

Ce qui fut commandé chez l’opticien de chez Dieu qui a ouvert sa boutique et s’est marié, rien n’est parfait. Et est fermé le lundi (jour où j’y suis allée) rien n’est décidément parfait.

Je ne l’ai donc pas vu me fabriquer mon prisme mais maintenant je l’ai. Et c’est pire. Je vois double et de travers. Hyper dangereux, quand on marche déjà comme un canard  (c’est pas moi qui le dit c’est ma kiné).

Va falloir m’habituer il parait. Mais je vois que dalle avec ce truc. Je marche mal, je porte mal, je vois encore plus mal. Y a de la joie ma parole.

Patience patience m’a-t-on dit. Voilà le mot le plus entendu depuis mon accident.

Je hais la Patience, pas de bol.

Enfin, il me reste un bel opticien pour rêver, c’est déjà ça.

 

11:38 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |