1
sep

Saint mi-aou

Le 15 août dernier, j'ai fait dodo toute seule chez moi : grande  première depuis le 19 décembre 2014, dingue comme le temps passe vite  (non je rigole), On m'a fait remarquer que c'était la fête des chats,  à quoi j'ai répondu avec mon cerveau déneuroné (ce qui date de bien  avant l'accident) "aaaaaaaaah bon pourquaiiiiiiiiiii " "Parce que c'est  le 15 août, la mi aout" J'ai trouvé que c'était une super date, de  circonstance et porte bonheur.
Ce jour là vers 15h30 me voilà donc seule chez moi avec mes trois  félins, mon souper, de bonnes choses à manger, de quoi boire et de  quoi faire dodo et me laver (ça, j'ai pas apporté, imaginant, qu'il y a  du stock chez moi, en bon écureuil que j'ai toujours été).
Directement, je me mets à ranger (là ça donne l’impression « fée du  logis », ce qui est loin d’être le cas mais j’ai envie de bouger et  surtout de me prouver que j’en suis capable.)
Donc je range je range je range, jusqu’à ce que je remarque le  porte-journaux cassé. Il appartenait à mon père, ne contenait pas de  journaux chez moi, mais c’est une valeur sentimentale qui me force à  le réparer. En fait c’est surtout car j’ai trouvé le bidule à bloquer  entre les quatre planches et en face de l’autre bidule, qui avait  disparu depuis des mois. Je fais le montage, c’est beau, je suis super  fière de moi et de ma réussite, je porte le porte-journaux réparé pour  le ranger, j’entends un bruit strident, et paf il se casse en six,  sans compter les deux bidules dont le second, celui que je venais de  retrouver, a à nouveau disparu. Tchu, je hurle, je râle, je crie, mais  personne ne vient à mon secours vu que je suis seule, logique. Suant  deux litres, je retrouve le bidule et je remonte tant bien que mal le porte-journaux, plutôt mal que bien d’ailleurs, donc je ne prends plus  de risque et je le range sans le porter.  Je continue on rangement  dont je vous épargne le détail puis je décide de manger.

Il pleut des cordes et j'ai trois chats qui me collent, contents de me voir revenir. Ou plutôt croyant que je suis revenue mais je repars demain (et je reviens bientôt pour toujours - message subliminal).
Je m'installe à table pour manger et Iguaï essaie de me piquer à manger, je vais lui montrer qui est le maître ici : bon ben c'est lui, je réessayerai plus tard.
 
Je monte au premier comme une fleur et je pense dormir mais je range encore puis à 22 h je m'effondre devant "Jeme sens pas belle" un film que j'adore et que j'ai acheté par hasard un soir d'ennui (les souvenirs reviennent comme l'œuf, la tomate et le marron).
 
Le lendemain partent ma vieille grosse TV et mes deux lecteur cassés (K7 et CD) aux grosses poubelles merci ma soeur, et je continue à ranger ranger ranger : appelez-moi fée du logis finalement.
 
Je me sens à l'aise chez moi même si tout prend un temps de fou, mais il me faut un rollator dehors c'est plus sûr. Je suis hyper contente d'avoir retrouvé ma maison et de l'avoir un peu mise à ma mode...
 
Finalement, j'ai dormi 5 à 7 h, alors que mes proches (Véro, maman, JM, Béa) bien moins que moi (angoisse quand tu nous tient).

J'apprends ensuite, durant la semaine, que mon hall est squaté par une maman souris et ses six marmots. Ne dit-on pas 'les chats partis mes souris dansent", ici ça serait plutôt "la bipède partie les souris dansent et les félins s'en moquent". Soit, il ne reste que la mère souris qui m'attend au tournant, sa vengeance de maman dont on a tué les marmots crotteurs et dévoreurs de "tunnel en mousse" et de relax blanc sera terrible.
 
Le lendemain, je dis par erreur "j'ai tenté de réparer le porte-journaux qui n'était pas cassé avant... ma mort". "Avant mon accident" aurais-je dû dire, grossier lapsus, suivi d'on bon fou-rire et ça sera le mot de la fin "mieux vaut rire que pleurer" (même si j'ai beaucoup pleuré, mais aussi beaucoup ri, la faute à mon trauma crânien qui accentue les sentiments) - et voilà Toni chante Maria (west side Story - Maria, I never stop saiying Mariaaaaaaaaaa) sur mon Ipod (maintenant je sais ce que c'est) et je pleure...
 
Bientôt, nouvelles aventures...

Copie de bbcygneetmaman.JPG

16:45 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

23
aoû

Un dimanche chez moi, le soleil, un petit déj, des chats, des photos (on ne change pas une équipe qui gagne)

Mon succulent petit déj at home :

IMG_0178.JPG

Quelques fleurs survivantes :

IMG_0180.JPG

Praline colée à moi :

IMG_0183.JPG

Gribouiile, plus indépendante, grosse et solitaire, fait dodo :

IMG_0186.JPG

Iguaï, fidèle à lui-même, montre son cul :

IMG_0189.JPG

IMG_0195.JPG

Partage de genoux :

IMG_0201.JPG

13:10 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

19
aoû

Mes chats et mon texte sur mon accident à William Lennox

On m'a (Sylvie) proposée de créer alors j'ai dit oui.

Et j'ai créé un char noir, un char qui se prend pour un Marsupilami et un jaguar et une peinture avec non texte racontant mon accident, les voici...

Photo 2015.jpg

15:47 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

15
aoû

Pleurs (quand le moral est bas)

2015-07-19 004.jpgHier, le jeudi 13 août (ce n'était pourtant pas un vendredi 13) j'ai pleuré devant l’ascenseur de Lenox et ai été consolée par l'infirmière (Virginie) qui m'a beaucoup aidée et m'a reboosté le moral.  Faut dire qu'il en avait besoin vu que je hurlais "on n'avait qu'à me laisser crever en décembre, je serais tranquille et avec le temps tout le monde s'en serait remis". Elle m'a dit une phrase qui fait réfléchir mais cesser de se poser 36000 questions à chaque seconde (qui suis-je où vais-je dans quel état j’erre) "VIS, TU VERRAS".

Alors j'ai cessé de pleurer, je suis rentrée dans ma chambre, j'ai pris ma douche et lavé mes cheveux et j'ai attendu le coup de fil de 19h30 qui n'est jamais venu (zaï zaï zaï zaï là là là là là, comme chantait Dassin ou, plus neuf, J 'attend l'amour de mes rêves j'attends l'amour la douceur et la fièvre, comme chantait Jenifer). J'ai beau pleurer sans cesse comme un veau pour le moment, j'ai toujours une chanson en tête malgré tout,ce qui énerve beaucoup de monde et en fait rire d'autres. Comme le coup de fil n'arrivait pas et que suis très très sensible désormais, j'ai à nouveau pleuré comme un veau (pauvre bête, quesqu'elle pleurniche) puis j'ai fait dodo de 20 à 7 h, en rêvant que le téléphone sonnait (mais non).

Quand ça va mal donc, ce qui arrive souvent, même si les autres malades croient que je suis toujours de bonne humeur car c'est l'impression que je donne, je me dis que la solution pour moi aurait été d'être morte : pas de coma, pas de rééducation, pas de médecins et pas ses huit mois dans une chambre qui est moi d'être la mienne même si j'ai fini par l'appeler "ma chambre". Le bonheur quoi, si tant est que la mort puisse être le bonheur.

Puis quand ça va bien (si on peut aller bien dans mon état), bon quand ça va mieux dirons-nous, je me dis que si je suis là c'est pour une raison, que j'ai un truc à dire, à écrire, à raconter, bref une vie à vivre, même si elle est différente de ce que je pensais. Très différente. Au matin, j'ai encore pleuré (dingue comme le corps humain a en stock des larmes) puis j'ai séché lesdites larmes pour déjeuner, la neuropsy et la kiné.

13:22 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

8
aoû

chat (Sylvie)

Avec Sylvie l'aide soignante, j'ai créé quelques chats pour survivre à l'absence des miens... Merci pour son aide précieuse.

Voici le chats en papier mâché je l'adooooooooooore :

 

Photo 2015 018.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Et voici la bestiole près de la photo de mes chats et de moi presque sans cheveux...

 

Photo 2015 017.jpg

10:33 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |