10
avr

Pourquoi je vais épouser Guillaume Musso

Passqu'il est tout mignon.  Et que s'il avait 80 ans et avait un look qui fait peur, je lirais tout autant ses livres, bien sûr, mais je ne l'épouserais pas.

Passque ses livres, c'est que du bonheur.  Mais du vrai bonheur, celui qui fait chaud au cœur, qui émeut et qui fait rire, tout ça à la fois.

Passqu'il a un peu grossi, mais moi aussi.  Et comme on le dit « qui se ressemble s'assemble ».

Passqu'il aime le piano, et que je pourrai lui jouer des morceaux (dans vingt ans, quand je me débrouillerai mieux).

Passqu'il est brun ténébreux.

Passqu'il aime Amy Mac Donald.  Je connais peu.  Mais j'aime aussi.

Passqu'il croit en l'amour qui dure toujours.

Passqu'il a une grande part de féminité en lui.

Passque s'il n'avait plus que deux jours à vivre, il emmènerait celle qu'il aime à New-York.  Ça tombe bien, je rêve de découvrir New-York.  Faudra juste m'assommer de médicaments pour le vol, mais qu'importe.

Passqu'il aime et aime offrir « Lettres à D », symbole du véritable amour. 

Passqu'il est d'une simplicité rare, malgré son succès tout aussi rare.

Passqu'il cuisine.

Passque les écrivains sont toujours un peu torturés.  Ça pimente l'existence.

Passqu'il me fera découvrir la musique classique, celle qu'il écoute quand il écrit.

Passqu'il dit je t'aime.

Passqu'il dort trois heures par nuit.  Ça me laissera le lit pour moi toute seule durant toutes les autres heures.

Passque grâce à lui j'ai enfin compris le pourquoi du nom de son éditeur.  XO. Je le prononçais « kso ».  Il doit se prononcer « ikso », comme Bernard Fixot, son créateur.  CQFD.  Et ça change une vie.

Passqu'il écoute « Avec le temps » uniquement quand il est vraiment très très en forme. Ça contrebalancera le fait que moi, j'écoute des airs tristes quand je suis très très pas en forme, histoire d'être encore plus pas en forme après.

Passque je pourrai lire ses livres en avant-première mondiale.  Avant le million de lectrices qui attendent ça avec la même impatience qu'un loup face à une brebis.  Na.

Passque je les lirai blottie dans ses bras.

Passqu'il m'en lira des extraits.

Passque je vais l'épouser, c'est ainsi et voilà.

 

20:54 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

7
avr

falling in love

Souvent, il y a la rencontre cérébrale.  Réfléchie.  Terre-à-terre.  Ouiiiii, mmmh, mignon.  Pas con.  Bien sous tous rapports.  Parfait pour moi.  Je l'intéresse peut-être un peu en plus, enfin pas sûre, enfin si, je pense.  Et si je l'intéresse vraiment, est-ce que ça m'intéresse vraiment ?  Pas sûre.  C'est cérébral, je vous dis.  Réfléchi.  Terre-à-terre.  Essai de me convaincre qu'il serait bien pour moi, qu'il est parfait.  Seul le cerveau travaille.  Les neurones s'entrechoquent.  Mais ça se limite à ça.  Et même si c'est l'homme idéal, ce n'est pas lui.  Rien n'y fera.  Ni la raison, ni la passion.

Et puis il y a l'autre rencontre.  La rencontre viscérale.  Inattendue.  Qui fait pulser l'organe qu'on a là, un peu à gauche, enfin paraît que c'est au centre mais que ça pointe juste un peu à gauche.  Dans la poitrine.  Sous la poitrine.  Il bat.  Il bat plus.  De plus en plus.  Parfois, il commence à pulser alors même que le ressenti du neurone n'a pas encore démarré.  Alors que l'attirance est à peine en train d'éclore.  Mais lui, le palpitant, il sait déjà.  Puis le bide s'y met.  Je vous le disais, c'est VIS-CE-RAL.  Avec les tripes.  Et là, mignon ou pas, bien sous tous rapports ou pas.  Parfait ou pas.  Crapaud ou prince, peu importe.  C'est lui.  Définitivement lui.  Merdiquement lui, parfois (chez moi, c'est systématiquement merdiquement lui, mais keske c'est bon, quand même).  C'est lui, que vous dire de plus ?  Le bide vibre.  Les joues s'enflamment.  Et c'est parti mon kiki.  Parti pour un tour de manège.  Un tour d'espoir.  Va-t-il m'appeler ?  Me mailer ?  Me MSNer ?  Me Facebooker ? Me SMSer ?  (titchu, super hein, les moyens de communication modernes... de mon temps, y'avait que le téléphone fixe hein, ma bonne Dame).  Chaque message entraîne un flot de papillons dans le bidou.  Chaque rencontre procure une ivresse sans alcool.  Regarder sa main donne une folle envie de la prendre.  De la tenir.  De la contempler.  Le regarder est plus érotique que le plus érotique des films érotiques. L'imagination s'emballe.  Les violons jouent dans ma tête. Et je ne vous parle pas de ses lèvres (en l'écrivant, j'écoute Mozart, l'opéra rock « tatoue-moi sur tes seins, fais-le du bout de mes LEVRES », c'est un signe non, écrire lèvres, entendre lèvres, c'est un signe, un bon signe, un très bon signe).  Non, je ne vous en parle pas.  Je ne fais que les regarder, ses lèvres.  D'avoir envie de toucher.  De me blottir.  De me sentir protégée.  Bien au chaud, entre ses bras.  Aucune pensée lubrique, non (pffff, vous ne changerez jamais) juste de la pure tendresse.  Un corps contre un autre.  Un besoin de se lover.  Une pulsion presque irrépressible.  Une envie de toucher.  De caresser.  De sentir.  De regarder.  De frôler sa joue d'un doigt et d'en frémir du bout de l'orteil à l'extrémité du cheveu.  D'être là, ensemble.  Se regarder.  Se sourire.  Ressentir.  Se taire et ressentir.  Parler et ressentir.  Rire et ressentir.  Une folle envie de ça.  De vivre.  De faire vivre chaque cellule de mon corps.

Et jour après jour, heure après heure, minute après minute, seconde après seconde, microseconde après microseconde (on peut aller loin ainsi...), ne penser qu'à ça.  Ne penser qu'à lui.  Ne plus penser qu'à lui.

C'est ça, la rencontre viscérale et incontrôlable.  C'est ça.  Et c'est lui.

09:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

8
mar

Journée de la femme

En cette journée de la femme, je ne suis pas inspirée pour vous parler des femmes.  Vu que ce blog a déjà connu la journée de la femme 2007, 2008 et 2009 (déjà là, j'étais plus inspirée), je vous propose de relire ces billets, passqu'il n'y a rien de plus triste que de savoir qu'à côté du billet du jour, il y a plus de 1000 billets en hibernation, que plus personne ne lit, sauf ceusses qui tombent dessus au hasard de leurs passionnantes recherches sur Google...

2007

2008

2009

Et puis, tout de même, une petite pensée pour les excisées, les violées, les assassinées, les tabassées, les traumatisées, les sous-payées, les pas bien nées, les décédées, partout dans le monde.  Et puis les autres.

07:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

23
fév

C'est quoi l'amour ?

En écrivant ce titre, je me demande si c'est pas le titre d'une émission de TF1.  Tant pis, ça me fera des centaines de visites via Google, tant qu'à faire.  C'est mon titre, je l'ai choisi comme ça.

Pour ceusses qui sont pas sur Facebook, tout a commencé quand j'ai posté " ça sent le printemps... porte ouverte, brise fraîche, envie d'aimer (normal, la sève), envie de nettoyer (pas normal, mais vu un intérieur nickel ce matin, et voilà le résultat...)".  Bon, la partie nettoyage n'a bien sûr intéressé personne (pourtant Anaïs qui sort son aspirateur un dimanche, c'est mieux qu'un miracle à Lourdes).  Mais pour la partie amour, j'ai reçu un commentaire qui disait, en substance "ooooh, t'es chaude comme la braise".  J'adooore ce genre d'expression, c'est d'un vulgaire intense, ça me transformerait en glaçon en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, surtout venant de quelqu'un que je ne connais même pas (ou presque).  Bref, j'ai jugé bon d'ajouter " et quand je dis "envie d'aimer", c'est "envie d'aimer", pas "envie de baiser", ne pas confondre please...", comme ça c'est clair.

Et donc, surgit, comme Zorrette sur son fidèle destrier dont j'ai oublié un nom (le cheval de Zorro a-t-il un nom, comme celui de Lucky Luke ?), Naila, fidèle commentatrice du blog, qui me demande : "si tu nous faisais un post sur la définition de l'amour".

Sept minutes plus tard, je lis le commentaire sur Facebook, et je prends immédiatement ma plume virtuelle pour répondre, passque les désirs de mon fidèle lectorat sont des ordres.

Et parce que, justement, j'ai envie de parler d'amour.  Ça doit être de saison.

Donc, ma définition de l'amour (et pas LA définition, car je n'ai pas la prétention de savoir définir ce qu'est l'amour, juste d'évoquer ce que c'est pour moi).

Donc, je disais, ma définition de l'amour.

Pas facile, y'a tellement de formes d'amour sur cette boule bleue...

L'amour, pour moi, c'est un regard échangé, un espoir, des papillons dans le ventre rien qu'à l'idée de le voir, une envie de toucher, toucher et toucher encore, un bisou dans le cou, juste comme ça, des bisous partout voire plus si affinités, une connivence sans même se parler, un respect, une fleur qui nait, un sourire, une admiration, oser, être heureuse seule et très heureuse à deux, des rougeurs au visage quand je croise son regard aimant, même après des années, un gâteau au chocolat, des bouffées de tendresse, l'envie d'un bébé, donner, mettre un DVD et ne pas le regarder (détails censurés), penser à lui, ne pas être jalouse, un élan, un enfant qui rit, une envie, un sms qui confirme tout, un petit plat cuisiné en pensant à lui (oui, bon, j'extrapole, moi pas savoir cuisiner, mais un petit plat mis au micro-ondes, ça compte aussi), une couette séchée au soleil, être en manque après une heure sans lui, penser à nos noces de diamant sans la moindre peur, recevoir, l'insécurité qui sécurise, se disputer mais s'aimer encore, un ballon qui s'envole, s'émouvoir de le voir ému, rêver, être fous, ne plus l'être, être jalouse mais juste un peu un tout tout petit peu, une main, se regarder et oublier les rides, souffrir lorsqu'il souffre, avoir confiance, offrir, s'offrir, une douce torpeur, le laisser pleurer, ne pas l'épouser, être à nu, la simplicité, prendre sa main, savoir que c'est lui viscéralement, un baiser doux, un baiser tendre, un baiser langoureux, un baiser passionné, un baiser torride, ne jamais s'ennuyer ensemble, partager, la plénitude, dormir, ne pas dormir, un petit cocon douillet, rire, rire, rire, aimer et le dire.

Et pour vous, c'est quoi l'amour ?

Illu de Cyberbv.

enviecyberbv

06:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

19
jan

Quand Anaïs se la joue rebelle

J'adore parler de moi en disant Anaïs, ça fait vraiment celle qui se la pète grave de la mort qui tue la vie.  Amusant.

Pour le reste, le titre est criant (mettez des bouchons ou des boules Quiès - à prononcer comme cuillère mais avec s à la fin - dans vos orifices auriculaires) de vérité : je vais faire ma rebelle.

Le 20 décembre dernier, pour la première fois depuis deux ans, j'ai fait mon sapin de Noël.  Je l'avoue, l'an dernier, je l'avais pas fait, jugeant inutile de décorer un intérieur aussi bordélique qu'une île après un séisme (même pas drôle, mais ça m'est venu ainsi, et je me moque pas, comme disait Popeck, même si je relance le grand débat « peut-on rire de tout ? » dont la réponse est non), donc je répète, inutile de décorer un intérieur aussi bordélique que le repère d'une souris boulimique, là, ça va mieux ?  Bref (ah ah ah, Anaïs, brève, comme c'est drôle), j'avais pas décoré. 

Mais cette année, j'ai décoré.

Enfin, j'ai descendu un de ces cônes design en bois foncé tressé, orné d'ampoules, que l'on appelle un sapin moderne, je l'ai branché, j'ai mis un petit nœud sur le dessus et j'ai installé la crèche, avec le petit Jésus même si on peut le mettre que le 24 à minuit (je suis rebelle je vous ai dit), tout ça dès le 20 décembre.  J'ai ajouté un genre de déco lumineuse, ça doit porter un nom, vous savez, c'est un tas de fausses bougies lumineuses, qu'on met devant une fenêtre et ça fait comme un chandelier.  Ici, c'était une version moderne, grise, où les fausses bougies sont remplacées par des tiges de métal piquées dans une base en bois peint, et où les lumerottes se fixent dans lesdites tiges.  Une galère totale à monter, pire qu'un meuble Ikéa, c'est dire.  Il m'aura fallu une heure, mais j'ai réussi.  

Donc, le 20 décembre, ma déco de Noël était fin prête.

Mais là, on est presque le 20 janvier, et je continue, quotidiennement, à brancher ma petite déco chaque jour (oups, pléonasme, quotidiennement et chaque jour, c'est pour ceusses qui auraient foiré la question dans le test de français).

Là vous vous dites « je reconnais bien là cette chère Anaïs, fade comme un bol de riz trop cuit, paresseuse comme le bestiau du même nom et aussi dynamique qu'un escargot namurois en pleine grève ».

Et bien non.

Car, croyez-le ou pas (zavez intérêt à le croire), cet état de fait (savoir, pour rappel, ma déco de Noël toujours en place le 20 janvier ou presque) est la conclusion d'une longue réflexion.

Une réflexion qui m'a amenée à me pencher très fort (même que j'en ai toujours mal au dos) sur le problème des décos de Noël abandonnées près de onze mois par an, dans le fond d'un grenier surchauffé ou au fond d'une cave aussi humide que des catacombes. 

Y avez-vous déjà pensé, bande d'ingrats ?

Ces boules, ce sapin, ces guirlandes, ces lumières, ce Jésus, cette Marie, ce Joseph, cet âne gris, ce bœuf, ce Balthazar, ce Melchior, ce Jesaisplussonnomçavamerevenir (me vient « Wathelet » en tête, la faute à Melchior), ce berger, ce mouton, ce mouton, ce mouton, ce mouton, ce mouton et ce mouton, qui se dévoue durant des jours pour égayer vos vies, et que vous laissez lâchement choir sans songer à ce qu'ils vont devenir en attendant le prochain Noël.

Bande d'ingrats.

Alors moi, par respect pour ma crèche naïve que j'adore d'amour et pour mon cône, j'ai décidé de les laisser en permanence chez moi.  Passque je les aime.  Passque je me moque du qu'en dira-t-on.  Passqu'une ambiance de Noël en plein été par 30 degrés j'ai jamais encore connu, et j'en ai bien envie, tout bien réfléchi.

Voilà, c'est décidé, ce sera comme ça.

Et puis en décembre prochain, c'est qui qui n'aura pas à fouiller le grenier encombré ou la cave pleine d'araignées pour retrouver ses décos et les réinstaller, comme l'année précédente et l'année précédant l'année précédente et l'année précédant l'année précédant l'année précédente et l'année (à vous de compléter si le cœur vous en dit)... ?

C'est moua !

Franchement, c'est une idée génialissime, non, de jouer la rebelle de Noël ?

J'en créerais bien un groupe Facebook tiens...

 

06:45 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |