2
aoû

La citation du jour

« Quand on est comique, en général, c’est pour cacher quelque chose. On a souvent une part de sensibilité très affirmée. »

Kad Merad

07:52 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

21
jui

Pourkwa je fais pas de zolis rêves, moi ?

L’autre jour une amie me raconte qu’elle faisait un rêve hyper drôle, dans lequel, vu que c’était drôle, logique, elle se marrait comme une baleine ayant inhalé des gaz hilarants.  Et qu’elle riait riait riait, dans son sommeil, puis, basculant doucement de sommeil à veille, dans un état de semi-conscience.  Fameux fou rire.

Alors je me demande pourquoi, moi, je fais pas des rêves qui font rire sans devoir fumer de l’herbe magique, hein ?

Passque ma nuit à moi elle fut bof bof.

Ça commençait pourtant bien, il avait fait beau toute la journée, j’avais donc profité de ma terrasse, surtout en soirée, en arrosant sur le coup de 22 heures, tentant par la même occasion de voir l’éclipse de lune.  Mais rien vu, logique non, si c’est une éclipse, on la voit plus, ou me trompe-je ?  Bon, j’ai bien dû affronter une armée de hannetons mâles tournoyant autour de moi et faisant un bruit d’enfer avec leurs ailes.  Que des mâles, d’après internet.  Et même qu’il y en a eu un qui s’est posé sur moi et m’a fait hurler de peur.  J’ai beau savoir, maintenant, qu’ils sont inoffensifs, ça me fiche la trouille, cherchez pas à comprendre.

Sur le coup de 23 heures je suis allée rejoindre Morphée.

En plein sommeil, je suis réveillée en sursaut par un bruit infernal.  Mais infernal.  J’émerge lentement du sommeil pour entendre un bruit énorme de moteur d’avion.  Tellement énorme que l’avion, ben, il doit être juste au-dessus de ma tête.  Non, pire, il doit être en train de se crasher, je ne vois que ça.  Sur cette pensée, j’émerge totalement du sommeil alors que le bruit se fait plus fort encore.  Dans un vain réflexe pour sauver ma peau, je mets mes bras devant mon visage en guise de protection.  Et je hurle.  J’ai toujours trouvé ça bête, dans les films, les ceusses qui se protègent de leurs bras.  Bon, ça peut servir pour éviter des brulures ou des projections d’objets dangereux en plein visage, mais c’est bien souvent inutile.  Surtout si on reçoit un avion sur la tête, ce qui me pend au nez.  Mais j’ai compris hier soir que c’est un réflexe inné.  Je l’ai fait sans réfléchir, et j’ai hurlé hurlé hurlé.  Puis l’avion passe et le silence revient.  Il continue sa route ou il se crashe plus loin, je n’en sais trop rien.

Dans le pesant silence qui suit, je n’entends plus que les battements de mon cœur survolté.  Hausse intense et totale d’adrénaline.  Il est 00h43 sur mon réveil.  Impossible de me rendormir durant une bonne demi-heure, ma bonne Dame.

Puis je me rendors, mais j’ai été tellement traumatisée que j’en rêve, encore et encore et encore.

Voilà que, dans mon rêve, le crash a bien eu lieu, plus loin.  Et dans le GSM d’une des victimes, ils ont retrouvé mon numéro.  Je suis convoquée dans un lieu étrange, genre FBI à la belge une fois.  Une victime me connaissait, mais je n’ai pas le droit de savoir qui elle était.  J’ai beau chercher dans mon gsm, je ne vois.  Je pense à Rachel, mais non, je lui ai parlé, elle va bien.  Pourtant, l’enquêtrice tique sur ce prénom.  La victime s’appelait-elle aussi Rachel ?  Je ne connais qu’une Rachel.  J’ai beau faire ou dire, refus total de me donner le nom de la victime.  Va comprendre pourquoi.

Alors, en attendant je ne sais pas quoi (absurdité des rêves), mes deux accompagnatrices mangent d’énormes glaces.  En forme de nuages.  L’une avec du chocolat, à 3,80 eur mais 11 et des poussières le litre, l’autre avec du spéculoos, à 3,80 eur aussi mais 13 et des poussières le litre.  Désolée, je manque de précision pour les chiffres après la virgule, je ne les vois plus distinctement.

Le temps passe, je peux partir, sachant toutefois que je devrais revenir, je ne sais toujours pas pourquoi, plusieurs fois la semaine prochaine.  Je me dis que ça va être galère au bureau de devoir m’absenter ainsi, avec tous ces dossiers à gérer.

Je me réveille à plusieurs reprises, mais chaque fois que je me rendors, je replonge dans ce rêve de crash aérien.

Au matin, je suis à l’état de loque angoissée.

J’enquête auprès de mon voisinage.

Personne n’a entendu le moindre avion cette nuit, sur le coup de 00h43. 

Personne.

 

PS : Dix minutes plus tard, j'ai été rassurée, quelqu'un avait enfin entendu ce bruit stupéfiant, ouf, chuis pas folle, enfin pas complètement.

07:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

9
mai

Après Jésus, vlà le téléférique ressuscité

Le téléférique, tous les Namurois de mon âge et plus encore l'ont connu.  Ces petits oeufs jaunes et rouges qui ont bercé les paysages de mon enfance.  J'ai dû le prendre une ou deux fois, plus peut-être mais j'ai oublié.  La dernière fois, j'étais déjà une ado, et ça m'a traumatisée, je déteste la hauteur et le vide.  Mais bon, c'est mon enfance quoi.  Avant, avec le téléférique, c'était Pâques chaque jour d'été à Namur.  Grâce à ces petits oeufs qu'on nous a enlevés, décision à la con, comme d'habitude, alors que cette attraction aurait pu encore avoir de beaux jours.

Mais voilà, je ne suis pas la seule à être nostalgique, et un namurois nous offre à nouveau un mini téléférique.

Il a acheté son oeuf à 621 eur sur Ebay.  J'aurais aimé en acheter un aussi tiens, mais ça tiendrait mal sur ma petite terrasse.  J'aimerais aussi racheter mes anciens escargots, ceux de la fontaine, que la ville a enlevé et basta adios, encore une décision à la con.

Ben moi je dis bravo.  Merci Monsieur pour ce petit bout de rêve que vous nous offrez à nouveau.

14
mar

P(ing)oint noir... espoir ? Ours brun... chagrin ?

Mon rêve de cette nuit.

Moi en train de percer des points noirs que j'ai sur l'omoplate. 

Et ils sont gros.  Et longs.

Et le dernier, surpriiiiise, ben c'est un bébé pinguin. Tout mimi.  Tout noir.  Et je dois en prendre soin, de mon chtit pinguin.  Le mettre au chaud, vu qu'il a pas de maman.  Enfin, sa maman, c'est moi, vu qu'il sort de ma chair.

L'autre fois, je rêvais que j'étais en croisière et qu'on me confiait un bébé ours tout tout petit (voire deux, je sais plus), que je devais maintenir contre moi, debout (l'ours, debout, pas moi), car en une heure, l'imprégnation était en ordre (je me souviens de ce terme, "imprégnation").  Ma soeur, quant à elle, se chargeait de bébés suricate.

Promis, j'en parle à un docteur psy dès que possible. 

Vous faites aussi des rêves bizarres ?

20:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

14
mar

Adopte-moi, ô Sarkozie (© Somebaudy)

Ce terme, Sarkozie, je l'ai trouvé un jour sur le blog de Somebaudy... J'aime.

Et c’est décidé, je veux être Française.  Je veux chanter « Ô France, ô mère patriiiie », ou apprendre la marseillaise, je vous laisse le choix des armes. 

Françaises, français, voulez-vous de moi ?  Je vous implore, je vous supplie, je me roule en boule à vos pieds, petite chose subjuguée par l’appât du gain.

Parce que, y'a quelques mois, élections obligent (mouahaha, la bonne blague belge, une fois), ma boîte fut envahie de tracts, qui subirent illico un classement vertical.  L’un d’eux a cependant éveillé mon attention « journal de la Wallonie française ».  Kekseksa ?  J’ai pas trop lu, je l’avoue, le charabia politique, mais c’est un parti qui propose un rattachement à la France.  Ceci dit j’ignore si la France a envie de se coltiner un nouveau département nommé Wallonie…

Un big tableau a retenu mon attention.  Il démontre que vivre en France c’est, à salaire brut égal, gagner plus, beaucoup plus…

Exemples.  Le cas d’une célibattante totalement seule (bibi, quoi).

Qui gagne 15.000 eur bruts par an : 19 % d’impôts en Gelbique, 4,74 % en France adorée (plus de 2.000 eur de gain)

Qui gagne 20.000 eur bruts par an : 25 % d’impôts en Gelbique, 7,71 % en France courtisée (plus de 4.500 eur de gain)

Qui gagne 25.000 eur bruts par an : 29,30 % d’impôts en Gelbique, 10,33 % en France chérie (plus de 5.000 eur de gain)

Qui gagne 30.000 eur bruts par an : 32 % d’impôts en Gelbique, 12,38 % en France idolâtrée (plus de 6.500 eur de gain)

Bon, mon cas n'est pas représenté, of course, vu que je gagne, c'est bien connu, largement plus que 30.000 eur, mais tout de même.  Rassurez-moi, les fransozichs, l'ISF, c'est à partir de combien ?

Bon.  Un calcul rapide.  Je veux devenir française.  Je veux devenir riche.  Que dis-je, richissime.  Pitié, Sarko, adopte-moi.   Je promets de parler en chiffres français (adieu septante et nonante).  Je promets de manger des endives et pas de chicons.  Je promets d’acheter des baguettes et non plus des pains français.  Je promets d'utiliser des torchons et pas de lavettes.

Je promets...

Alors...

Adjugé ?

07:55 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |