9
mai

Après Jésus, vlà le téléférique ressuscité

Le téléférique, tous les Namurois de mon âge et plus encore l'ont connu.  Ces petits oeufs jaunes et rouges qui ont bercé les paysages de mon enfance.  J'ai dû le prendre une ou deux fois, plus peut-être mais j'ai oublié.  La dernière fois, j'étais déjà une ado, et ça m'a traumatisée, je déteste la hauteur et le vide.  Mais bon, c'est mon enfance quoi.  Avant, avec le téléférique, c'était Pâques chaque jour d'été à Namur.  Grâce à ces petits oeufs qu'on nous a enlevés, décision à la con, comme d'habitude, alors que cette attraction aurait pu encore avoir de beaux jours.

Mais voilà, je ne suis pas la seule à être nostalgique, et un namurois nous offre à nouveau un mini téléférique.

Il a acheté son oeuf à 621 eur sur Ebay.  J'aurais aimé en acheter un aussi tiens, mais ça tiendrait mal sur ma petite terrasse.  J'aimerais aussi racheter mes anciens escargots, ceux de la fontaine, que la ville a enlevé et basta adios, encore une décision à la con.

Ben moi je dis bravo.  Merci Monsieur pour ce petit bout de rêve que vous nous offrez à nouveau.

14
mar

P(ing)oint noir... espoir ? Ours brun... chagrin ?

Mon rêve de cette nuit.

Moi en train de percer des points noirs que j'ai sur l'omoplate. 

Et ils sont gros.  Et longs.

Et le dernier, surpriiiiise, ben c'est un bébé pinguin. Tout mimi.  Tout noir.  Et je dois en prendre soin, de mon chtit pinguin.  Le mettre au chaud, vu qu'il a pas de maman.  Enfin, sa maman, c'est moi, vu qu'il sort de ma chair.

L'autre fois, je rêvais que j'étais en croisière et qu'on me confiait un bébé ours tout tout petit (voire deux, je sais plus), que je devais maintenir contre moi, debout (l'ours, debout, pas moi), car en une heure, l'imprégnation était en ordre (je me souviens de ce terme, "imprégnation").  Ma soeur, quant à elle, se chargeait de bébés suricate.

Promis, j'en parle à un docteur psy dès que possible. 

Vous faites aussi des rêves bizarres ?

20:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

14
mar

Adopte-moi, ô Sarkozie (© Somebaudy)

Ce terme, Sarkozie, je l'ai trouvé un jour sur le blog de Somebaudy... J'aime.

Et c’est décidé, je veux être Française.  Je veux chanter « Ô France, ô mère patriiiie », ou apprendre la marseillaise, je vous laisse le choix des armes. 

Françaises, français, voulez-vous de moi ?  Je vous implore, je vous supplie, je me roule en boule à vos pieds, petite chose subjuguée par l’appât du gain.

Parce que, y'a quelques mois, élections obligent (mouahaha, la bonne blague belge, une fois), ma boîte fut envahie de tracts, qui subirent illico un classement vertical.  L’un d’eux a cependant éveillé mon attention « journal de la Wallonie française ».  Kekseksa ?  J’ai pas trop lu, je l’avoue, le charabia politique, mais c’est un parti qui propose un rattachement à la France.  Ceci dit j’ignore si la France a envie de se coltiner un nouveau département nommé Wallonie…

Un big tableau a retenu mon attention.  Il démontre que vivre en France c’est, à salaire brut égal, gagner plus, beaucoup plus…

Exemples.  Le cas d’une célibattante totalement seule (bibi, quoi).

Qui gagne 15.000 eur bruts par an : 19 % d’impôts en Gelbique, 4,74 % en France adorée (plus de 2.000 eur de gain)

Qui gagne 20.000 eur bruts par an : 25 % d’impôts en Gelbique, 7,71 % en France courtisée (plus de 4.500 eur de gain)

Qui gagne 25.000 eur bruts par an : 29,30 % d’impôts en Gelbique, 10,33 % en France chérie (plus de 5.000 eur de gain)

Qui gagne 30.000 eur bruts par an : 32 % d’impôts en Gelbique, 12,38 % en France idolâtrée (plus de 6.500 eur de gain)

Bon, mon cas n'est pas représenté, of course, vu que je gagne, c'est bien connu, largement plus que 30.000 eur, mais tout de même.  Rassurez-moi, les fransozichs, l'ISF, c'est à partir de combien ?

Bon.  Un calcul rapide.  Je veux devenir française.  Je veux devenir riche.  Que dis-je, richissime.  Pitié, Sarko, adopte-moi.   Je promets de parler en chiffres français (adieu septante et nonante).  Je promets de manger des endives et pas de chicons.  Je promets d’acheter des baguettes et non plus des pains français.  Je promets d'utiliser des torchons et pas de lavettes.

Je promets...

Alors...

Adjugé ?

07:55 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

31
jan

La suite

La suite de mon billet 'quatre fois dormir" est enfin en ligne... là, plus bas... bonne lecture, et sorry pour les mésaventures liées aux coupures de courant notamment...

29
jan

Quatre fois dormir...

Dans quatre dodos, je découvrirai ma cuisine.  Le pire, c'est que pour une cuisine équipée, on choisit un peu au hasard : le coloris sur base de 20 centimètres carrés de contreplaqué, le motif du plan de travail sur base de 5 centimètres carrés d'échantillons, les électros sur catalogue, et l'évier... ben j'ai même pas pensé à demander si je pouvais choisir mon évier, donc j'ignore totalement comment il sera, mon évier. 

Par contre, pour les luminaires sous les meubles, on m'avait mis un néon, j'ai donc poussé des cris de porc frais, passque les néons et moi, on est fâchés.  J'aime pas la couleur néon, ça donne l'air blafard et ça me rappelle de moches souvenirs d'enfance dans une cuisine puant le café et la transpiration, que je n'imagine qu'éclairée par des néons sinistres. J'ai donc opté pour des halogènes, qui s'allument d'une simple pression, sans interrupteur, waw, ça va en jeter grave.

Et,

Sorry les petits zamis, j'ai été privée d'électricité après ce "et," puis j'ai dû ranger, nettoyer, frotter, aspirer et tutti quanti.

Ce que je voulais vous dire, c'est donc :

Et, depuis que je raconte qu'on va bientôt m'installer une new kitchen, les gens adooooorent me raconter leurs anecdotes sordides en matière de travaux :

- unetelle n'a pas eu son velux au bon endroit... horreur et putréfaction

- untel a eu sa salle de bains placée à l'envers, sans logique avec les frises du carrelage (bon, ça, c'est une vieille anecdote qu'on m'a pas racontée mais qui me haaaaaaaaaaaaaaaante)

- unetelle a eu les mauvais électroménagers mis en douce

Bref, je cauchemarde je cauchemarde je cauchemarde...

D'ailleurs, cette nuit, j'ai vécu l'enfer :

J'ai rêvé d'un vilain pas beau tueur en série qui puait du bec (important : preuves que les rêves sont aussi olfactifs) et qui tuait mon amie, puis moi, en soufflant son haleine fétide, puis en nous mordant, puis en nous tuant je sais pas trop comment (Twilight et Vampire Diaries, sortez de ma tête) mais on était mortes.

Puis, je ressuscite (cool, les rêves hein) et je mène l'enquête. Avec chais plus qui.  Et nous avertissons tous les gens qui campent seuls, vu qu'on est dans une forêt, d'un coup d'un seul, qu'un tueur puant sévit actuellement.  Nous nous rassemblons tous.  Le frère jumeau du tueur nous aide, jusqu'à ce qu'il se mette derrière moi et me morde, ce qui nous fait comprendre que c'es pas son jumeau : c'est le tueeeeeeeeeeeeeeeeeeur qui pue de la gueule.  Dédoublement de personnalité.  Je l'assomme avec mon talon aiguille (ah ah ah, jamais mis de talons aiguille moi) puis je le fais tomber dans l'escalier, mais pas sûre qu'il soit mort...

Et je me réveille.  Angoisse folle.  J'écoute tous les bruits.  Sensation de n'être pas encore sortie du rêve et qu'il va surgir et poluer mon air avant de me bouffer.  Argh.

Quand je vous disais qu'il est temps que cette histoire de cuisine soit terminée !  A l'heure où j'écris ces lignes, je suis encore au bureau... Dans une heure, je verrai le résultat de cette première journée d'installation.  Je me sens tranquille tranquille tranquille... j'imagine des tuyaux qui traversent la pièce because abus de substances illicites, j'imagine des meubles bleu layette au lieu d'anthracite, j'imagine un évier sans bouchon, j'imagine j'imagine j'imagine...