29
nov

29/11/2014 non 2017 (tchu, pourquoi je tape toujours 2014 ?) : vaut-il mieux être handicapée de naissance ou en cours de vie ?

C’est la question que je me pose sans cesse, et je n’ai pas de réponse. Finalement c’est comme la question « mieux vaut-il vivre avec des remords ou avec des regrets ? »

 

Vaut-il mieux pour moi avoir vécu plein de trucs et ne plus savoir les faire (comme aller à Paris, prendre le train, monter des marches, gérer des dossiers au taf…), en être conscience et avoir de la tristesse MAIS réaliser la chance que j’ai eue de les faire.

 

Je n’ai pas la réponse, et ça ma hante, comme Casper.

Résultat de recherche d'images pour "casper"Résultat de recherche d'images pour "casper"

29
nov

29/11/2017 : déformation professionnelle

Dans le véhicule Handicap et Mobilité qui me conduisait au Ressort, je n’arrêtais pas de me dire que si j’étais morte suite à l’accident, ça aurait été mon boss, notaire, qui aurait géré mon dossier de succession et mes collègues qui auraient tapé ses lettres. Ça m’a rendue triste mais triste…

choco.JPG

10:34 Écrit par Anaïs dans Anaïs bosse... parfois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

29
nov

29/11/2017 : chute de neige et de petits pois

Ce jour, mon baromètre est sur plein soleil et il neige, va comprendre.

 

Mais j’ai surtout causé une chute de petits pois dans ma cuisine… J’ai renversé un plat tupperware et paf les petits pois sur le sol. Heureusement, ça n’attire pas les chats, j’ai pu tous les ramasser à l’aise. Heureusement (bis) je n’ai pas fait choir la purée et ke bout de saumon préparé par Delhaize, que j’avais aussi sortis du congel et mis dans le plat, mon repas est sauf. Ouf.

 

Ça prouve, si besoin en est, comme j’ai pu le dire à l’assistante sociale de la mutu qui est venue me voir, que ma dextérité est toujours bof bof.

Résultat de recherche d'images pour "petits pois"

27
nov

27/11/2017 : texte écrit pour le nano (le reste de mon récit suivra)

Nanowrimo 2017 : second life

Je suis née le 5 décembre 1972.

 Je suis née une seconde fois le 20 décembre 2014.

 J’adore les chats, et ils ont neuf vies. Je suis donc à ma seconde, il m’en reste sept. Yes, que du bonheur.

 Mais je ne suis pas un chat, et j’ai failli perdre brutalement ma première vie, et bien sûr ne pas en vivre de seconde.

 Ce livre est donc le récit de ma second vie, avec en plus ce que j’ai écrit pour mon blog, racontant ma seconde vie, ses joies, ses peines, ses difficultés. Et en bonus le petit livre écrit en octobre 2015 pour le Nanowrimo, racontant mes vies avant et après l’accident.

 Et pour commencer en « beauté », je me dois de raconter (encore une fois, je radotais déjà, mais maintenant c’est pire) ce qui m’est arrivé :

 Le 20 décembre 2014, je ne me souviens de rien mais on me l’a raconté.  Donc ce samedi 20 décembre 2014, j’allais à pied à mon atelier d’écriture et quand j’ai traversé sur le passage pour piétons, ce fut « paf l’Anaïs », comme paf le chien. Je suis de suite tombée dans le coma et non, on ne voit pas sa vie défiler, on ne rencontre pas de défunts, que dalle de chez que dalle. J’ai été emmenée dans le coma en ambulance à l’hosto, où ils m’ont opérée du cerveau de suite. Puis je suis restée en chambre quasi un mois. Aucun souvenir je vous dis. Je suis sortie du coma, puisque là je vous écris, mais on était en janvier 2015. Fin janvier 2015, paraît que j’ai été transportée en ambulance du CHR de Namur à William-Lennox, centre de revalidation. La gloire quoi : moi dans un engin qui fait pinpon, waw. J’étais sortie du coma, mais aucun souvenir, je suis restée des semaines (des mois) dans le cake : sur une chaise roulante, tête attachée sinon elle faisait crac boume hue (comme un joujou extra), bref un légume. Ou une éponge, puisque j’ai appris bien plus tard que c’était le seul animal sans cerveau : une bestiole qui me ressemble quoi.

Petit à petit, trèèèèèèèèès lentement, j’ai récupéré un peu (certains diront beaucoup, mais c’est relatif ça). Et en avril 2015, la kiné de William-Lennox, que j’adore d’amour, je la voyais tous les jours, elle m’a beaucoup aidée et m’a vue passer d’une chaise roulante où j’étais un légume incontinent (ouiii, les légumes font pipi) à une marche trèèèèèèèèèèès lente et vacillante, en rolateur ; donc cette kiné géniale m’a proposé de descendre « vivre » au premier, ce que j’ai bien sûr accepté. Et je suis passée de « la plus jeune et la plus valide du 2e » à « la plus vieille et la plus handicapée du 1er ». Keske j’ai eu dur et keske j’ai pleuré. Car mon cerveau allait un peu mieux et je réalisais vraiment l’ampleur des dégâts et dans quelle merde je me trouvais. Avant, je ne réalisais pas trop, un légume je vous dis, je « vivais » au jour le jour, j’avais des visites, je reconnaissais un peu les gens, mais sans savoir d’où puisqu’une amie vient de me dire que je l’ai interrogée lors de sa venue « t’es une collègue c’est ça ? », et à mes deux collègues qui venaient me voir j’ai dit « oooh vous venez voir quelqu’un ici, je suis là aussi, quel heureux hasard », sans réaliser qu’ils venaient pour moi.

 

 (à suivreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee)

 

Je dors très mal et je suis réveillée toutes les nuits, alors soit je vais sur Facebook via ma tablette, soit je regarde des films ou des émissions enregistrées sur mon Voocorder, et en ce moment y’a deux téléfilms de Noël sur TF1, chaque après-midi (ouais, ça a commencé en novembre, Saint-Nicolas n’est même pas encore venu qu’on parle déjà de Papa Noël ; C’est une ordure, vu qu’il ne m’a pas protégée quand une voiture m’a renversée le 20 décembre 2014, mais que soit.)

Et quand, une nuit comme une autre, je regardais un téléfilm de Noël, où l’actrice meurt renversée par une voiture (ben voyons) et revient sue terre faire une BA pour gagner son paradis et la narratrice dit : "parfois il faut aller jusqu'à mourir pour prendre conscience de son envie de vivre".

Clair et net comme clarinette, comme disait mon ex.

Ce qui est stupéfiant c’est le nombre de personne qui me répondent « moi aussi j’ai ça, c’est l’âge », quand je parle de mon manque du mot. Le manque du mot, c’est manquer de mot, qui l’eut cru (lustucru), mais c’est manquer tout le temps de mots, ne pas savoir dire tomate, œuf (ça c’était avant) ou gobelet (ça c’était au Quick samedi dernier, heureusement j’ai deux mains pour montrer l’objet).  Donc rien à voir avec les petits oublis de mots liés à l’âge, ici c’est la cérébrolésion, mais faut le vivre pour piger. Et encore, comme m’a dit l’adooorable éducatrice du Ressort, une cérébrolésion n’est pas l’autre, les conséquences varient fort, du manque du mot au manque de concentration, en passant pas le manque de mémoire et … ah ben j’ai oublié.

 

nano 4 en 2017 - Copie.jpg

11:08 Écrit par Anaïs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

26
nov

26/11/2017 : je suis allée à l’atelier partagé de Folisabelle

Ça a ouvert ce week-end et je voulais absolument y aller. Je n’ai pas été déçue, c’est superbissime, de beaux posters, de beaux cadres, de belles cartes et une déco à tomber par terre.  Bref, un magasin génial avec deux femmes adorables, dont Folisabelle en robe de princesse.

 Allez-y, ça vaut le déplacement, c’est à Erpent, chaussée de Marche 489, près de Biocap, de cassis/Paprika. Ouvert les vendredis et samedis. Accueil génial. Attention à la dépense, mdr.

IMG_3292.JPG

IMG_3293.JPG

IMG_3294.JPG

26
nov

26/11/2017 : selfie du jour bonjour

pizapselfie26112017.jpg

12:49 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime les jolies photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

24
nov

25/11/2017 : atelier carton (article 27) à Jambes

Le début de ma création féline :

pizapcarton.jpg

24
nov

24/11/2017 : aie confiancccccccccccccccccccccccce

Activité du Ressort :

IMG_3285.JPG

IMG_3284.JPG

22
nov

21/11/2017 : deux renvois m’ont sauver (comme « omar m’a tuer »)

Je n’ai jamais su roter. Vous allez me dire : c’est bien, c’est poli. Que nenni, passque l’air est là et doit sortir. Galère.

 

L’autre samedi, je suis allée au resto avec un couple d’amis. Ils m’ont proposé un resto grec, j’ai dit ouiiiiiiiiiiiiiiii, j’adore. De toute façon, j’adore tout type de resto, tout bien réfléchi.

 

On a passé une super soirée, bien mangé, bien parlé, bref, bien amusé. On a tous pris un mezzé, feuilles de vigne farcies, agneau, calamars, scampi, divers fromages grecs, feta, c’était succulent. J’ai tout mangé mais j’ai eu dur de terminer. Faut dire aussi que j’avais été gouter au Quick de Champion, Et que j’avais pris une gaufre et trois beignets, mais tout était petit hein. Faut dire surtout que j’avais bu pleeeeein de pétillant : coca light, fanta et surtout icetea que je croyais plat mas que nenni. Le pétillant ne me vaut rien, il me ballonner et met du gaz plein mon estomac, qui ne peut pas ressortir, vu que je ne sais pas roter. Mais j’adoooooooooooooore le coca light, et comme je ne bois plus rien qui risque de me faire perdre encore plus l’équilibre, je prends un coca light comme apéro. Et la boucle est bouclée, plein de gaz dans le bidou, qui ne sort pas.

 

Déjà avant le dessert, je n’étais pas super bien : très chaud, le bide gonflé, et de l’air qui remontait dans le gossier.  Ma grosse erreur fut de ne pas prendre quelques boules de sorbet comme dessert, mais les miniatures grecques, grasses, sucrées, mais délicieuses. Vous allez me dire que j’aurais pu ne pas prendre de dessert, mais je ne voulais pas passer pour « la radine qui adoooooooooore les dessert mais étonnamment n’en prend pas ». Donc la peur du « qu’en dira-t-on » est encore là, sacrebleu. Après ce délicieux dessert dont j’arrive péniblement à bout, le reflux augmente, la chaleur aussi, et après qu’on ait payé, je propose de s’en aller (vite vite vite).

 

Bonne idée, car à peine sortie, j’ai une énoooooorme envie de vomir, et làààààààà je comprends le problème d’être en rolateur : impossible de courir me cacher pour vomir, je vais le faire là, à l’entrée du resto. Et je donne le change, je continue à écouter le couple avec lequel je suis, en rongeant mon frein. Et d’un coup d’un seul, je fais deux énooooooooooooooormes renvois, genre bien bruyants, bien effrayants, heureusement, plus au restaurant mais dehors, ouf. Et plus le choix, j’avoue enfin que je dois vomir que je vais vomir. Mais les renvois me sauvent, et je n’ai plus du tout envie de vomir, yesssssssssssss. Roter était donc la solution, yessss. Je rentre alors me coucher ;

 

Merci pour la super soirée, malgré le couac final.

21
nov

14/11/2017 : ma super déco de Noël

IMG_3283.JPG

10:24 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime les jolies photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |