23
fév

23/2/2017 : si je reste – Gayle forman

Ça fait un temps fou que j’ai cette histoire en tête, me disant que c’était sans doute un livre que j’avais aimé, mais mes souvenirs ne revenaient pas.

J’ai regardé le film tiré du livre de Jojo Moyes, avant toi, que j’avais aussi adoré, pensant que c’était ça mon souvenir, mais l’histoire ne collait pas.

Puis, regardant le film « the vow », que j’avais déjà vu et aimé, je tombe par hasard après sur le début du film intitulé « si je reste », et là, la pièce tombe immédiatement avec le titre, sans besoin de lire le résumé ni rien : c’est ça !!!!!!!!!!!!!

Direction internet, pour trouver la couverture : ça me confirme que je l’ai reçu (merci aux maisons d’édition qui m’envoyaient plein de choses avant) et que je l’ai lu, je découvre d’ailleurs ma critique de la suite du livre sur Babelio, que je vous copie (écrite par bibi en 2012, lien http://www.babelio.com/livres/Forman-La-ou-jirai/209615 - ma page Babelio avec les livres que j’ai aimés, parfait pour m’aider ça http://www.babelio.com/auteur/Anais-Valente/93433)

Copie de ma critique sur Babelio : « le dimanche, on lit au lit ».
Il y a quasi pile trois ans, j'avais découvert Si je reste, j'avais adoré, même si par la suite bon nombre d'étudiantes m'avaient confondue avec Wikipédia, comme si toutes les écoles leur avaient demandé de rédiger un exposé, sacrebleu.
Et j'avais répondu à la question « Y aura-t-il une suite », « Non je ne pense pas, cela n'aurait aucun sens ».
Comme je me trompais.
Je viens de lire, d'une traite, enfin, la suite de Si je reste, intitulée Là où j'irai. J'ai un méga retard, je sais, ce livre étant sorti il y a un bail emphytéotique déjà. Mais que voulez-vous, mon stock de livres à lire pourrait combler mes soirées jusqu'à la pension (la retraire, pour les frenchies).
Donc, je l'ai lu d'une traite, et ce fut un immense plaisir de retrouver Mia, mais surtout Adam, puisque cette fois l'intrigue tourne plus autour de lui qu'autour de son amoureuse… euh de son ex amoureuse, je veux dire, puisque nous le retrouvons, ce cher Adam, riche, célèbre, rockeur adulé, mais largué par Mia, peu de temps après sa sortie du coma.
Keskisépassé donc pour qu'ils en arrivent là ?
C'est ce qu'il va tenter de comprendre lorsque, par hasard, il découvre Mia sur une affiche de concert. Il la retrouve alors, elle le retrouve, et durant quelques heures, une nuit, ils vont revivre le passé, analyser, décortiquer. Elle va enfin s'expliquer. Il va enfin s'exprimer.
Je viens de comprendre, là, en rédigeant cette critique, pourquoi j'avais tant attendu avant de lire Là où j'irai : j'avais peur d'être déçue. Après la somme d'émotions découvertes dans Si je reste, allais-je pouvoir ressentir la même chose dans cette suite à laquelle je ne m'attendais pas ?
Et bien oui oui oui, trois fois oui ! Oh que oui !
Qu'ajouter après tous ces « oui » ? Et bien rien…

Copie de ma bio sur Babelio :

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Namur le 05/12/1972
Biographie :

Anaïs Valente est née à Namur dans les années 70, elle n’est pas tombée dans l’écriture durant l’enfance, mais grâce à la création de son blog en 2006 (http://le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.skynetblogs.be/).
Rapidement, elle collabore à un journal belge, 7dimanche, puis à la Meuse Namur. Elle écrit ensuite un premier guide édité chez Marabout (« la célib’attitude des paresseuses »), suivi du « Savoir écrire pour les filles » et des « Bons plans pour les filles », parus chez MAéditions. Elle se consacre ensuite durant une année à une chronique dans un hebdomadaire féminin, Flair.
En 2011, elle participe à un livre à vocation humanitaire, Nunya, et crée le blog Planète célibataire, agenda virtuel illustré, dont la durée de vie est limitée à un an. Elle propose également une chronique et un horoscope décalé mensuel dans un journal belge, le 7mag.
En 2012 sort son prochain ouvrage, Manuel de survie : célibataire et fière de l'être. Elle écrit aussi Drôle de famille.
Hospitalisée de décembre 2014 à septembre 2015 en revalidation) car elle a été renversée par une voiture et a failli mourir, elle rentre chez elle fin 2015 mais est incapable de retravailler, elle remarche avec un rolateur et elle réapprend le français.

 Chuis contente, finalement, Facebook m’aide, mon blog m’aide, internet m’aide, chouette.

si je reste.jpg

 

14:16 Écrit par Anaïs | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Commentaires

oui, c'est mieux que le journal intime d'autrefois, qu'on pouvait perdre ou brûler ou que sais-je ;-)

Écrit par : Adrienne | 23-02-2017 à 16:03:32 Hr

Répondre à ce commentaire

Merci pour cet article.
Au passage, j'adore l'expression "La pièce tombe" :)

Écrit par : Emilie | 26-02-2017 à 15:45:45 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.