26
jui

Billet posté et écrit le 26/7/2013, comme quoi on n’a pas chaque fois de la chance…

chatproblèmes.png

J'ai testé mourir pour arriver plus vite à l'hosto (ou presque)

Nan, je ne vais pas vous faire l'affront de vous faire croire que ce billet est programmé et que je suis au paradis (ou en enfer, voire au purgatoire, si tout espoir n'est pas perdu pour mon âme pervertie), d'où je vous ai concocté cette bafouille.

Le suspense n'est dès lors pas à son comble, puisque vous savez que je ne suis pas morte.

Réjouissez-vous.

Ou pas.

Mais j'ai failli.

Vraiment cru que ma dernière heure avait sonné.

Mourir en partant à l'hôpital, c'est un comble non ?

Récit.

Je pars prendre le bus qui m'emmènera à la (re)découverte de Sainte-Elisabeth.  Après Saint-Luc en mars, le CHR en avril, Mont-Godinne en mai et juin, je tente le dernier hôpital de la région.

Ensuite, j'écrirai un guide comparatif pour Test Achats (ou un billet pour ce blog).

Chemin faisant, plongée dans mes pensées toujours réjouissantes et pleines d'optimisme, je me mets à imaginer que je trébuche sur le trottoir, me casse une jambe, l'ambulance arrive, et je supplie de m'emmener plutôt à Sainte-Elisabeth, histoire de faire d'une pierre deux coups : ma visite programmée + le plâtrage de la guibole.

Mais je ne trébuche pas, alléluia, y'a un dieu pour les maladroites.

Et faut croire qu'il y a également un dieu pour les piétons et les piétonnes…

Me vlà arrivée là oùsqu'il faut traverser, en plein centre de ma petite ville.  Peu de voitures, ce qui ne simplifie pas les choses, car elles roulent comme si elles avaient un train à prendre, en général, et je risque ma vie chaque matin en allant bosser, j'en ai conscience.  Pire que de traverser une autoroute, niveau danger.  Pire que de traverser les voies du chemin de fer en dehors des passages à niveau.

Alors je suis prudente.

Et je fais bien, car à peine ai-je entamé la traversée du carrefour qu'une voiture surgit derrière moi et amorce son tournant sans regarder une seule seconde si par le plus grand des hasards un piéton ne se trouverait pas sur le passage pour piétons, passque c'est finalement le but d'un passage pour piétons, de laisser passer les piétons.  Môssieur est dans sa grosse bagnole noire, il n'a pas de temps à perdre, surtout pas avec une chtite piétonne de rien du tout, donc il tourne et fonce, pendant que je m'interromps brusquement dans ma traversée et attends, droite comme un i, le passage de la tornade noire.

Première montée d'adrénaline, mais toute petite, juste le cœur qui batouille un peu plus fort et un coup de chaud (mais ça j'ai l'habitude), donc pas de quoi fouetter un chat, passque j'avais senti l'oignon et repéré la voiture du coin de l'œil gauche, même si j'éspérais qu'en gentleman galant serviable brun ténébreux adorable poli respectueux prudent le môssieur s'arrête.

Ben non.

Je continue ma traversée, et c'est alors que j'en suis à la moitié de la chaussée que le drame dramatiquement dramatique se produit.

Passque, si j'avais repéré du coin de l'œil gauche le véhicule noir arrivant par l'arrière pour tourner à droite, j'avais pas remarqué le véhicule blanc arrivant par l'avant pour tourner à gauche, soit dans ma direction.  Un schéma serait sans doute utile, mais peu importe, imaginez une petite chose fragile (moi), tentant de traverser, et assaillie par une grosse bagnole noire puis par une énorme camionnette blanche, lesquelles se font face dans le carrefour.

Seconde montée d'adrénaline, donc, mais également petite, avec cœur qui batouille un peu plus fort qu'à la première montée, dont je ne suis pas encore remise (elle est vieille de trois secondes), et coup de chaud un chouia plus intense, qui doit me faire ressembler à un feu tricolore quand il est sur le rouge, ce qui devrait alerter le conducteur de la camionnette, non ? 

Ben non (bis).

Et moi je suis confiante, j'ai amorcé ma traversée, j'en suis à la moitié, il tourne et m'a indubitablement vue, il va ralentir, me laisser passer, en gentleman galant serviable brun ténébreux adorable poli respectueux prudent.

Ben non (ter).

Et c'est là que l'adrénaline, jusqu'alors encore relativement calme, monte dans les tours, parce que je réalise que le conducteur ne me voit pas du tout, tout perché qu'il est dans sa camionnette aux sièges bien hauts.  Il devrait m'avoir vue en tournant, s'il était attentif, mais j'imagine qu'il a les yeux partout pour pas faire emboutir son joli véhicule par un autre véhicule, alors qu'emboutir une chtite piétonne n'aurait finalement que peu d'incidence sur ledit véhicule, à part un peu de sang.  Mais là, il est si près de moi déjà qu'il ne peut plus me voir, chuis dans son angle mort avant gauche, ah ah ah, qui a inventé cette expression que je le torture.

La poussée de stress est énorme, mais elle me fige au sol, dans l'attente de l'impact, que j'attends, au lieu d'agir.  La camionnette est si près de moi, et si haute, que je me vois, durant une fraction de seconde, en bouillie sous ses roues.  Je ne vois plus le conducteur, trop haut.  Je vois uniquement la carrosserie, proche, si proche, encore plus proche, limite si je distingue pas les insectes écrabouillés sur le pare-choc, les pauvres, et je réalise ce qui m'attend : être spotchie comme une mouche estivale l'est par une tapette agressive.

Puis mon cerveau semble enfin se réveiller, je pousse un cri strident, genre hurlement de hyène effarouchée par un chasseur, et je fais un bond de gazelle (Bienvenue dans la jungle routière, ma petite Anaïs), donc un bond sur le côté, genre un mètre, qui me met hors de portée du conducteur.  Ouf. 

Lequel conducteur, alerté par mon cri ou par le déplacement d'air que mon saut de gazelle a provoqué, réalise enfin qu'il a failli me transformer en crêpe.

Et ralentit enfin.

Ben c'est pas trop tôt.

C'était presque trop tard.

Et je continuer à me la jouer hyène, sous le choc j'imagine, car mon cœur a migré dans mon cerveau et ça pulse ça pulse ça pulse. Mais hyène polie, pas grossière, mais en mode hystérique ascendant colérique.  Je ne sais plus ce que j'ai dit, mais je jure qu'il y avait pas de mots orduriers inside, juste des trucs du genre "mais hé ho, ça va pas non ?  mais arrêtez-vous, attention, quoi".  Version suraiguë niveau de décibels interdit même en discothèque.

Et le môssieur hésite entre le courroux et la honte, pour finalement adopter le courroux, en me hurlant un "ben je suis désolé hein".

Ben tu peux l'être.

Non mais attends, limite s'il est pas exaspéré que je l'aie ralenti dans son trajet de livraison de produits d'entretien.  Ouais, passque sa camionnette elle est pleine de produits d'entretiens, pratique pour nettoyer les passages pour piétons après qu'il ait explosé les piétons en déchets sanglants, espèce de rustre pas galant serviable brun ténébreux adorable poli respectueux prudent.

Mais que fait la police namuroise, que fait la ville de Namur, merde quoi, y'a des piétons qui se font écraser sans cesse, si si, sans cesse, regardez aux abords des passages piétons, tous ces cadavres et ces taches de sang, et on fait rien pour les protéger, rien de rien.  Je rigole mais pas tant que ça…

Je l'ai vraiment échappée belle, j'ai déjà failli me faire renverser plusieurs fois, mais là c'était moins une, vraiment moins une.

Note que s'il m'avait blessée, juste un petit peu, le môssieur, j'aurais pas dû me farcir deux bus, j'aurais eu mon transport privé à sirènes, tant qu'à faire.

Je pars ensuite vers l'hôpital, saine et sauve, en mode hyène survoltée rouge transpirante… mais en bus.

 

 

19:59 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Écrire un commentaire