11
fév

opérée

Le 15 janvier j’ai été opérée.

En hôpital de jour, mais tout de même sous anesthésie totale.

J’ai toujours en la trouille des opérations, et « non non rien n’a changé, tout tout à continué », comme chantait l’autre.

On m’a pourtant dit « m’enfin, t’as été plus gravement opérée après l’accident ». Ouais, j’ai été trépanée, parait. J’ai bien dit « parait », vu que j’étais dans le coma, j’ai pas eu peur. CQFD.

En plus, chais même pas ce qu’on fait quand on « trépane » quelqu’un. Et je préfère ne pas savoir, comme je préfère ne pas savoir comment on m’a opérée des deux yeux, n’en déplaise à tout ceux qui m’ont demandé « et il a fait comment pour enlever les yeux, le chirurgien » ? Dingue, comme les gens sont curieux. J’ai gardé mes cheveux (pas comme après l’accident où j’ai été rasée, maintenant j’ai les cheveux courts et non teints, avant ils étaient longs et teints, mais pas trop blancs sans teinture, c’est déjà ça), on n’est pas passé par le cerveau, je n’ai pas de cicatrice, donc tirez-en la conclusion qui s’impose…

Donc je suis arrivée à l’hôpital à 7h15, première opérée, youpiiiiiiiiiiiie, sous la première neige, youpiiiiiiiiiiie (bis).

J’avais pas déjeuné, très obéissante moi être.

Je me suis mise en robe d’opération sur le lit et j’ai attendu (attendu elle n’est jamais venue zaï za¨za¨zaï na na na na na), ben si l’infirmière est venue me donner un calmant pour l’anesthésie, à faire fondre sous la langue, ce que j’ai fait, puis bzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz, dodo, après avoir dit, avec mon humour fou, après avoir croqué le calmant « aaaah, j’ai bien déjeuné ». Et donc après, bras de morphée, zzzzzzzzzzzzzzzhhhhhhhhhhhhhhh, je me souviens de rien, j’ai rouvert les yeux comme j’ai pu, et pigé que j’avais été opérée en salle de réveil.

A 16h, j’avais faim, le meilleur sandwich de ma vie que j’ai eu, et puis une danette vamille miam miam. J’ai pas eu de nausées, donc j’avais faim. Très faim. Comme Grosse Bouffe (mes référence sont restée les même, ma culture aussi).

Vers 18h, après avoir vu le chirurgien, super sympa et content de lui, même s’il faudra un mois pour voir le résultat, j’ai pu partir et j’ai acheté des modules de paix en sortait (c’est pas comme si c’était mes premiers, j’ai de quoi faire le tour de ma cour en modules, mais ça sera ses souvenirs de cette journée mémorable du 15 janvier où il a neigé).

Depuis, je vois six chats et non trois.

 

18:40 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.