11
fév

23/1/2016 – écrit le 4/10/2015 – Ranger

Hier, on m’a demandé « mais pourquoi tu ranges, pourquoi si urgemment alors que tu as super bien le temps ? »

 

On en a conclu que, comme j’avais perdu la mémoire (que j’ai retrouvée, mais très très très partiellement), je rangeais pour découvrir mes objets, me souvenir de leurs endroits, bref apprendre à connaître ma maison, mes pièces et ma façon de (dé)ranger (ouais j’ai toujours été bordélique, ça je m’en souviens).

 

Cette nuit, en plus de ranger dans ma tête (ce que je fais chaque nuit, on pige pourquoi je suis épuisée) j’ai regardé mes DVD sans titre, pour les trier. Bon, j’en ai regardé deux (sur disons au bas mot 164), mais le hasard est incroyable (y’a pas de hasard diront certains, ils ont raison), j’ai donc découvert deux DVD :

 

- le premier était « mon meilleur ami », un film avec l’acteur de Manon des sources et un autre acteur chti, un très chouette film que j’ai vu, si mes souvenirs sont bons (ah ah ah, très drôle, comme si mes souvenirs étaient parfois bons) avec mon père quand il était à Givet et que j’avais été passer le week-end là-bas. Nous allons rarement au cinéma (pour ne pas dire jamais), et je garde un bon souvenir de ce moment.

 

- le deuxième était une émission sur Pierre Rapsat, après son décès, un chanteur que j’aimais et que j’avais été voir à Forest quand j’étais jeune (qui a dit « y’a longtemps » pour que je confirme qu’il a raison), avec mon père justement (je devais aussi le voir avec ma sœur, mais il a annulé, étant malade).

 

Bien sûr, depuis lors j’écoute Rapsat sans cesse, ayant acheté à l’époque le big-CD hommage. Je pense aussi avoir acheté Scala, faut juste que je le retrouve bordel (donc que je range).

 

Ça m’a fait réfléchir à la raison de ce rangement rapide et permanent :

 

  1. Je veux en effet me souvenir de mes objets, que ma mémoire revienne, alors je range.

 

  1. Je veux pas que l’aide-ménagère, le jour où elle viendra, hurle en voyant le bordel, alors je range.

 

  1. On me dit « tu as le temps », mais cet accident m’a fait réaliser que le temps est justement une des choses très variable et dont on n’est pas sûr. Avant, je me croyais immortelle, enfin je n’y pensais pas, ou je niais ma mort potentielle, maintenant je sais, je sais que le temps est compté, je sais que j’ai eu une seconde chance et j’en suis heureuse même si c’est dur (bordel de merde). Alors je range.

 

  1. Autour de moi beaucoup de gens sont morts ces dernières années, notamment ceux qui ne sont pas venus me voir à l’hôpital, ce qui m’étonnait et m’attristait, vu que j’avais oublié leur décès : mes grands-parents et mon père. C’est seulement maintenant, des années plus tard, que je ressens le manque, comme si j’avais nié l’absence pour éviter d’y penser. La maladie et la mort m’ont toujours fait très peur, encore plus maintenant je dois dire… Mais avec le recul, heureusement qu’ils ne m’ont pas vue comme ça. Alors je range.

 

Voilà pourquoi maintenant je sais qu’on va mourir, je ne ni plus la mort, et les défunts me manquent.

 

Voilà pourquoi je range… bon j’y vais.

18:31 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.