16
sep

Ecrit en 2012 : Des cornichons au chocolat - Stéphanie/Philippe Labro

Si je vous disais, là, tout de suite, qu’en réalité je ne suis pas une jeune (voire très jeune) belge, namuroise, brune et célibataire. Mais que je suis mariée, deux enfants, vivant avec un labrador dans une belle maison quatre façades en brique sur un terrain de dix ares (maison typiquement belge). Ou encore que je suis un mec de cinquante piges. Ou, pire, sacrilège ultime, que je suis blonde. Ou enfin, que je suis réellement, comme j’en ai été accusée, une équipe de douze personnes chargées de faire croire que mon blog est réel alors qu’Anaïs n’existe pas.

Que feriez-vous ?

Crieriez-vous au scandale ? Demanderiez-vous à être remboursés ? Quitteriez-vous mon blog à jamais ? Porteriez-vous plainte pour escroquerie ?

Et bien voilà comme je me sens. Escroquée. Grugée. Arnaquée. Trompée sur la marchandise. Avec comme un goût aigre de cornichon en bouche.

Car, je l’ai appris en 2007…. Stéphanie. Cette chère Stéphanie. Cette drôle de Stéphanie. Cette émouvante Stéphanie. Cette ado à laquelle je me suis associée, qui m’avait comprise, qui couchait sur papier mon ressenti exact. Cette ado qui avait eu le talent d’exprimer les angoisses et les rêves de tous les ados. Et qui avait été éditée. Qui m’avait fait rêver (et, pour la petite histoire, ébaucher quinze journaux intimes indignes d’être publiés un jour, même par le journal de l’école). Stéphanie, donc, qui avait écrit « des cornichons au chocolat ».

Stéphanie n’existe pas.

Stéphanie était en fait Philippe Labro. Un mec. Un adulte. Pas une ado. Pas la jolie ado de la couverture du livre.

Un homme.

Mes illusions s’effondrent.

Je suis anéantie. Stéphanie est morte. Elle n’est jamais née.

Moi je pensais lire Stéphanie l'ado, je lisais Labro l'adulte. Cela fait toute la différence. Ma vie aurait peut-être été différente si je n’avais lu le livre de « Stéphanie ». Ma vie aurait sans doute été différente. Tout bien réfléchi, je n’aurais pas lu ce livre, s’il avait été écrit par un homme. Un homme qui écrit le journal d’une ado, ça ne rime à rien. Et si je ne l’avais pas lu, je l’aurais regretté. Enfin, pas vraiment regretté, peut-on regretter une chose que l’on ne connaît pas ? Mais cela aurait été dommage, de manquer les « Cornichons au chocolat ».

Parce que les Cornichons au chocolat, c’est mon adolescence, et sans doute la vôtre, tellement bien écrite, drôle, tendre, sensible, émouvante. Et tellement vraie. Offrez-le à votre fille. Lisez-le, même si vous avez quitté votre adolescence hier… ou avant-hier.

Ce livre est devenu culte.

Alors, tout compte fait, je ne porterai pas plainte.

Il faut absolument que je relise ce livre… ABSOLUMENT...

Alors je l'ai acheté, et relu...

Et bien, il n’a même pas vieilli, ce livre. Mais pas du tout. Certains livres, certains films, vieillissent mal. Ou plutôt nous ne vieillissons pas avec eux, et en les revoyant, les relisant, quelques années plus tard, on se demande comment ils ont pu nous toucher, nous faire rire ou pleurer.

Les cornichons au chocolat, ça n’a pas vieilli.

J’ai retrouvé les émotions de l’époque. Le chat Garfunkel. L’Autre. Les parents faussement indifférents. La tristesse. Les rêves. La solitude. L’espoir. Tout ce que j’avais ressenti à l’époque, quant j’avais l’âge de Stéphanie, à quelques années près.

Et bien finalement, j’ai pris 24 ans, mais je n’ai pas changé. J’ai aimé. J’ai ressenti sa tristesse, ses rêves, sa solitude, son espoir. Que je partageais à l’époque. Que je partage encore maintenant. Et j’ai pleuré. A la fin. Comme avant.

D’ailleurs là je pleure encore. Alors je vais me moucher, si vous permettez.

cornichonlabro.jpg

Commentaires

héhé je l'ai eu de nouveau en main récemment, celui de la photo de droite, le LdP avec juste le nom de Stéphanie comme auteur, et je me suis dit que je le relirais bien... ou le ferais lire à mes élèves. Et en même temps, je me demandais si je leur dirais la vérité ou si je leur laisserais l'illusion que ça a été écrit par une ado ;-)
(pour moi aussi cette illusion a été essentielle)

Écrit par : Adrienne | 17-09-2015 à 17:50:00 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.