30
jui

Prisme

Il y a quelques mois, le médecin a décidé de me cacher un œil puis l’autre avec un scotche, appelé un orthopad ou par moi « un oeil ».

ça avait pour but d’améliorer ma vue, comme celle des jeunes enfants qui ont parfois ça.  Car en plus d’avoir bousillé ma jambe gauche et mon bras gauche, cet accident a aussi bousillé mon œil gauche, sans parler de mon cerveau, gauche et droit cette fois (enfin ça j’en ai déjà parlé). Comme ça ne marchait pas, à part me faire ressembler à un panda de Pairi Daiza, j’ai vu un super Ophtalmo hyper spécialisé dans la cervelle, à Gembloux qui, avant de m’opérer (bisque bisque rage on m’avait promis que je ne passerais pas par l’opération) a voulu, sans grande conviction il est vrai, essayer le prisme, savoir un ajout sexy come tout sur mon œil droit, de – 12 de dioptrie.

Ce qui fut commandé chez l’opticien de chez Dieu qui a ouvert sa boutique et s’est marié, rien n’est parfait. Et est fermé le lundi (jour où j’y suis allée) rien n’est décidément parfait.

Je ne l’ai donc pas vu me fabriquer mon prisme mais maintenant je l’ai. Et c’est pire. Je vois double et de travers. Hyper dangereux, quand on marche déjà comme un canard  (c’est pas moi qui le dit c’est ma kiné).

Va falloir m’habituer il parait. Mais je vois que dalle avec ce truc. Je marche mal, je porte mal, je vois encore plus mal. Y a de la joie ma parole.

Patience patience m’a-t-on dit. Voilà le mot le plus entendu depuis mon accident.

Je hais la Patience, pas de bol.

Enfin, il me reste un bel opticien pour rêver, c’est déjà ça.

 

11:38 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27
jui

coucou

coucouuuuuuuuuuuuuuu cheveux propres, lavée, rasée foufoune, épuisée, mais prête pour Quick, dermato et william lennox au soir............

13:16 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20
jui

I have a dream that one day ... one day (ML King) - I have a dream a song to sing ( Abba)

Hier, après avoir mangé un spaghetti (j'adore) puis une glace haagen dasz (j'adore j'adore) et regardé un film (j'adore j'adore j'adore) - je crois que c'était "Love actualy" (avec Leam Neeson et une fillette qui chante comme une déesse, et plein d'autre acteurs et actrices connus dont j'ai oublié les noms - on s'en fout), j'ai fait un rêve.

J'ai rêvé que je me réveille le 20 décembre 2014 après un très long sommeil. Il est midi, je mange puis je pars à La Plante à mon cours d'écriture. J'ai un nouveau manteau gris clair de chez L'ensorceleuse qui va super bien et ma robe bordeaux/mauve qui me va aussi super bien et que j'ai achetée à une vente à domicile.

J'ai traversé et une gentille dame m'a vue et laissée passer.

Je suis allée à mon cours d'écriture ou comme d'hab j'ai beaucoup écrit et beaucoup lu.

J'ai bu du thé et mangé des biscuits sans sucre aussi, puis je suis rentrée à pied chez moi, après  m'être offert un bon souper que je mangerai à la maison.

 J'ai fait câlin à mes félins, qui étaient demandeurs, puis je suis montée faire dodo.

Le lendemain, dimanche, j'ai glandé toute la journée avec mes chats en mettant quelques histoires sur mon blog.

Le lundi je suis allée bosser chez le notaire, et chaque jour, j'étais la première, celle qui arrive tôt, j'ai vu le sympathique monsieur du ménage qui me donne des oeufs (ceux qui sortent du cul de la poule - ne comprendront que ceux qui m'ont vue) et des timbres, puis j'ai bossé jusque midi.

Après, je suis retournée câliner mes petites bêtes, sans doute après avoir mangé chez Quick comme souvent.

Je n'ai pas pensé à William Lennox.

Je n'ai pas pensé que certains enfants étaient fort malades.

Je n'ai pas pensé que beaucoup d'adultes s'y trouvaient, parfois pour quelques jours, parfois pour quelques années.

Je suis rentrée chez moi, vivre ma vie pépère.

Quelques heures plus tard, je me suis réveillée, on était le 20 juillet 2015, adieu le 20 décembre 2014.

Ce n'était qu'un rêve après un long sommeil, c'était la réalité, ma réalité, que je vis depuis maintenant sept mois.

 

16:17 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

19
jui

hep

Helloooooooooooooooooooooooooooo, my cat loves meeeeeeeeeeeeee..................

17:56 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

4
jui

Mon accident

C'était un samedi, il faisait plein soleil. Non, je rigole, j'ai oublié, c'était un samedi de décembre, il faisait ... comme un samedi de décembre. Le matin, j'avais été chez ma voisine installer son appareil, son Ipad ou sa liseuse, enfin du genre, je ne m'en souviens pas (oublié je vous dis). Elle me l'a raconté. A 14 h, après mon repas dont j'ai aussi oublié le contenu, j'ai été à La Plante (mon cours d'écriture) à pieds, comme tous les samedis, où à chaque fois on fait des tas de choses passionnantes et on rentre chez soi en ayant beaucoup appris alors qu'on pensait le contraire.

Ce samedi-là, je n'ai rien appris, vu que j'ai été renversée par la connasse en voiture. J'ai donc "préféré" aller au CHR pour me faire opérer en urgence plutôt que suivre mon cours à l'aise.

Et c'est là que tout a commencé. Le 20 décembre.

20 décembre - 21 janvier : j'ai tout oublié (quand tu m' as oubliiiiiée -  comme chantait l'autre - tchu c'est qui ???). Étonnant pour quelqu'un qui a perdu son cerveau et qui ne parle qu'anglais (va comprendre...). Pas moyen de me souvenir de quoi que ce soit de décembre a janvier : note que ça vaut sans doute mieux.

Depuis lors, je commence à me souvenir de tout mais c'est une autre histoire que je vous conterai un jour.

le 21 janvier donc, j'étais conduite en ambulance à William Lennox après quelques semaines de coma; une opération et un mois comme un légume ambulant, que j'étais malgré moi.

Petit à petit, et Dieu sait comme le mot "petit" est long et dure longtemps, longtemps, longtemps, j'ai récupéré une partie de mes fonctions, celles auxquelles on ne pense même pas avant d'être renversée, comme parler, pisser, manger ou se brosser les dents. 

Tout ça semble rapide, mais ce fut long comme un jour sans pain, à savoir six mois, et plus de six mois plus tard, je suis loin d'avoir tout récupéré (c'est ici qu'on verse une chaude larme sur ma triste vie et puis qu'on rigole).

Je sais toujours pas marcher, même si j'ai commencé couchée, mais je suis désolée je sais toujours pas marcher, pas comme avant. Jamais comme avant. Ma vie ne sera plus jamais comme avant (c'est là qu'on verse une seconde larme). Petit à petit (long, long, long), j'espère récupérer un maximum, rentrer chez moi, revoir mes 3 chats et faire mes courses sans perdre six litres de sueur tellement ça m'épuise, je ne demande que ça.

Juste ça.

 (ps : et que finisse la canicule pitiéééééééééééééééééééé)

11:33 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |