20
jui

samedi 20 juin

Il y a six mois.

J'allais acheter mon pain.

J'allais bosser sans me poser de question.

J'allais au Delhaize deux fois par jour si besoin.

J'allais à la brocante tous les dimanches.

Je connaissais les noms de mes trois chats, en fait je savais que j'avais trois chats.

Iguaï mon toutnu me voyait chaque matin, il ne connaissait que moi.

J'allais coller des fleurs sur les arbres et les bancs.

J'allais chez moi car c'était chez moi.

Il y a six mois, jour pour jour, le 20 décembre, c'était un samedi, je me préparais à mon Noel, je décidais dêtre heureuse car c'est bon pour la santé (cf Facebook), pas de bol.

Une connasse (oui, mon assistant social m'a dit que j'avais le droit d'avoir des pensées comme ça) m'a renversée, sans raison.

Depuis, je ne vais plus chercher mon pain, bosser, au Delhaize, à la brocante, coller des fleurs, chez moi voir tous les jours mes chats ou mon toutnu, du moins plus pour l'instant, mais je vis d'espoir.

J'ai rencontré des gens supers, soignants, infirmiers, kinés, psys, malades, qui m'ont énormément aidée ou appris, même si ça fait cliché et chier.

Je les remercie du fond du coeur, par contre je ne remercie pas la connasse qui m'a renversée.

Amen.

 

 

 

 

 

18:35 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Commentaires

Il manque le reste ma belle mais le fond y est!!!!!! Je suis d accord une connasse t a enlevé ton quotidien mais tu t es battue et tout doucement tu nous reviens alors continue à te battre parcelle que nous on t attend et on te soutient !!!!!

Écrit par : Beatrice | 20-06-2015 à 19:00:00 Hr

Répondre à ce commentaire

On espère que jamais cela nous arrive et un jour la vie bascule.
L'injustice est tellement puissante, les pourquoi innombrables, les efforts à produire pour remonter la pente, vivre sa vie autrement sont tellement durs, quotidiens que le droit à exploser, hurler cette incompréhension fait du bien.
Tu as trouvé des ressources en toi insoupçonnées. Utilise-les, crie quand tu le sens, cela vide la rage et permet de repartir vers du mieux, de l'autonomie.
Accroche toi à tes chats, à l'amitié, à l'écriture.
Je t'envoie de gros bisous

Frederique

Écrit par : lienart Frederique | 20-06-2015 à 19:55:00 Hr

Répondre à ce commentaire

Courage Anaïs ! T'es pas du genre à jeter l'éponge (ou j'ai mal lu pendant toutes ces années).
Mon fils s'est lui aussi fait renverser par une connasse (je suppose que c'est une autre) il y a un an. Il vient de remonter sur son vélo pour la première fois.

Écrit par : Walrus | 20-06-2015 à 20:15:00 Hr

Répondre à ce commentaire

Anaïs, comme ça fait plaisir de te revoir sur ton blog !

Écrit par : Catherine | 20-06-2015 à 20:15:00 Hr

Répondre à ce commentaire

je crois que les commentaires vont être très répétitifs ;-)
je ne vois encore que les 4 premiers et j'ai déjà envie de dire tout pareil, notre sympathie, des souhaits de courage et de persévérance, le bonheur de te relire et de te retrouver battante!
des bises, Anaïs

Écrit par : Adrienne | 21-06-2015 à 07:20:00 Hr

Répondre à ce commentaire

Contente de te relire Miss Anaïs....et comment que tu peux la traiter de "connasse", surtout si c'est un peu libérateur ; non mais....je te fais plein de bisous en attendant de bientôt te revoir ...encore tout plein de courage!

Écrit par : Titine | 21-06-2015 à 13:45:00 Hr

Répondre à ce commentaire

Anaïs, ou comment faire d'un drame une chance. Celle des nouvelles rencontres et de la vie qui se reconstruit. Tu te serais bien passée de tout cela, c'est peu de le dire. Mais aujourd'hui, un jour après l'autre, tu cherches et peut-être donnes un sens à cet arrêt provoqué. Tout est différent, mais reste fidèle à cette décision du 20 décembre : être heureuse parce que c'est bon pour la santé. Je t'embrasse.

Écrit par : Anne | 21-06-2015 à 15:46:02 Hr

Répondre à ce commentaire

Courage Anaïs. Tu fais preuve d'un courage exemplaire. Quand on sait d'où tu reviens.
Tu es super bien entourée par ceux qui t'aiment. Et ma super amie s'occupe de toi comme personne, ainsi que son mari !
Donc, continue comme ça et avec de la patience, et tu en as déjà tellement fait preuve, tu y arrives. Gros bisous. Lily.

Écrit par : Liliane Requin | 21-06-2015 à 18:56:39 Hr

Répondre à ce commentaire

de retour ma belle:-), un jour à la fois, on a tous cru en toi, il faut profiter de chaque instant même si ce n'est pas simple
bravo pour ta combativité, bisous

Écrit par : lou ly | 27-06-2015 à 21:26:12 Hr

Répondre à ce commentaire

Ow... Eh bien, que dire...

On ne s'imagine pas ce qui se passe dans la vie des blogueurs, quand on passe sur leur page et qu'on découvre qu'ils n'y écrivent plus.

Par pur égoïsme, on se voit déçu d'être délaissé, en colère d'être abandonné, lassés du manque de mises à jour ou parfois heureux de trouver d'autres blogueurs à suivre...

Mais six mois d'absence à cause d'un accident, je ne m'y attendais pas. Et, toujours en pure égoïste, je remets en question mon mode de pensée qui m'a poussée à tout imaginer sauf qu'il t'était arrivé quelque chose de grave.

Toutes mes excuses et tout mon courage pour reprendre à 100% le dessus ! Heureuse de pouvoir te lire à nouveau.

Annick*
lectrice habituellement muette

Écrit par : Annick | 04-07-2015 à 09:39:46 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.