9
oct

FIFF - Vie sauvage

Incroyable histoire que celle de Vie sauvage, car elle est vraie... C'est celle d'un homme qui, privé de leur garde, enlève ses deux fils et parvient à échapper à la justice française durant onze ans. Onze ans de cavale, de vie dans la nature, au milieu des animaux, de marginaux parfois, dans des fermes, des communautés, de petits villages, une vie faite de débrouillardise, dans un monde presque irréel parfois. Onze ans de recherche par leur mère, désespérée, qui n'abandonnera jamais.

Ici, le parti pris est clair : nous ne verrons que la vie des enfants durant ces onze années. Une vie à la manière de « robinsons » durant les premières années, comme une aventure, une vie plus complexe à l'adolescence, qui mènera au retour dans la lumière, et à la prison pour le père. De la mère, il sera rarement question.

Le réalisateur a réussi le challenge de faire valider son projet tant par la mère que par le père et les enfants (lesquels ont écrit deux livres séparés, un par la mère, un par le trio, dont la lecture devrait être un complément utile à ce film). Difficile pari s'il en est. Montrer ce qu'on ne sait jamais des faits divers si brièvement évoqués à la télévision : que s'est-il passé durant ces onze années ? Et moi d'osciller, durant le film, entre de l'empathie pour l'un, puis pour l'autre. De me dire que si ce n'est pas le bonheur, ça y ressemble fortement, puis de songer que ce père a fait vivre l'enfer à ses fils, que cette mère ne rattrapera jamais le temps perdu (ce que la fin du film laisse supposer)...

Un film qui fait s'interroger, au-delà du mot fin. Peut-on priver des enfants de l'un de leurs parents ? Cette question me trottera en tête durant des heures...

vie sauvage.png

20:46 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.