9
oct

FIFF - Le beau monde

 Après « Pas son genre », que j'avais beaucoup aimé malgré certaines longueurs et une envie de donner des baffes aux personnages (Emilie Dequenne était fabuleuse de crédibilité, comme toujours), revoici un film traitant de la différence de classe sociale, mais avec une approche toute différente, bien plus subtile et légère, en apparence.

 Alice a 20 ans, elle vit avec sa mère chômeuse et se passionne pour la laine et la broderie. Un peu paumée, elle cherche à intégrer une école d'art. Aidée inopinément par Agnès, une Parisienne aisée, elle rencontre son fils, le bel Antoine, avec qui elle commence une relation. La voilà plongée dans un milieu dont elle ignore tout. Oscillant entre ce monde guindé et celui plus populaire dont elle provient, Alice perd peu a peu ses repères. Fascinée, elle se laisse vampiriser par Antoine, qui en profite pour s'échapper de ce monde qui est le sien, grâce à elle.

 Une histoire sensible et belle, jalonnée d'images et de moments de broderie tout en finesse, finesse qui n'a d'égal que celle de ses deux personnages principaux, à la fois beaux et désabusés, plein d'espoirs et d'autodestruction, parfois.

 Je pensais Ana Girardot liée à Annie, mais que nenni, elle est la fille d'Hippolyte, mais a la grâce d'Annie, c'est indéniable. Je lui trouvais d'ailleurs une ressemblance...

beau monde.jpg

 

20:07 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.