31
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 46

Chouettes rencontres...

Copie de IMG_0398bis.JPG

29
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 45

Jambes et son fameux marché de l'Ascension, qui n'a rien de fameux, mais ce petit verre en terrasse était cool.

Copie de 100happydays45.jpg

 

28
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 44

Fan de mon nouvel appareil...

100happydays44.jpg

27
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 43

 

 

 

 

So real... ça m'a bien fait rigoler, je n'en suis pas à ce point, mais presque... (merci à Rose qui m'a fait découvrir ce dessin sur FB)

100happydays43.jpg

26
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 42

Copie de 100happydays42.jpg

Première photo avec mon nouvel appareil et son zoom de compétition, yesss.

Et ça m'a rappelé ce joli texte :

Le petit prince s'en fut revoir les roses.
-Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.
Et les roses étaient gênées.
-Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. on ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu' elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c'est elle que j'ai arrosée. Puisque c'est elle que j'ai mise sous globe. Puisque c'est elle que j'ai abritée par le paravent. Puisque c'est elle dont j'ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c'est elle que j'ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même Quelquefois se taire. Puisque c' est ma rose.

25
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 41

Deux heures de sieste en trio, pur bonheur de leur tenir compagnie. Y'en a que les élections laissent totalement indifférents...

100happydays41.jpg

 

25
mai

J'aime cette ambiance électorale...

8h20. Certains reviennent déjà du bureau de vote. J'aime cette ambiance où on se croise et se décroise, tous mus par le même but : œuvrer pour notre pays (nan je rigole : ne pas se choper une amende pour refus de vote).

Cela m'aura pris treize ans mais j'ai enfin trouvé, non pas le parti pour lequel voter (là j'hésite encore, mais trop tard), l'heure à laquelle aller voter en évitant la file jusque la rue, passque mon bureau est LE bureau maudit, THE maudit buro, celui oùsqu'on attend un temps de dingue pour faire rougir ses bulletins de vote.

8h20 est donc l'heure idéale : trop tard pour être un assesseur remplaçant de tire-au-flan, trop tôt pour la file du bureau oùsque c'est la file. Youpie.

Et de me transformer en guide touristique ce matin :

"Madame c'est où ?", voix limite agressive et un chouia déneuronée, main me tendant une convocation vers le bureau à l'opposé du mien. j'indique la route au monsieur, pas un regard pas un merci. Ambiance jamboise électorale. J'aime pas.

Ensuite, tant qu'à faire, direction le supermarché. Puis demi-tour et retour at home car il est trop tôt. Il est fermé, ma bonne dame. Blonde.

Patience patience.

Envie de croissants, super idée. Dernier regard aux affiches "votez Tatayet" and co, mon choix est désormais fait. A la boulangerie, l'ambiance est bonne, la vendeuse sur laquelle je tombe toujours, d'habitude assez revêche, est joyeuse depuis que nous avons sympathisé autour des quiches. La glace est brisée.

Au supermarché, la porte est encore fermée. J'entame la lecture du 7dimanche en attendant, drame au musée juif. J'enrage de ces morts pour rien, pour des religions, donc pour rien. Les portes s'ouvrent, direction le Coca light, ma drogue.

Guide touristique le retour :

"Madame, elle est où la farine ?", j'indique la route à la madame, un merci et un sourire. J'aime.

Emplir le caddie, payer, emporter un magnifique plat à gratin mauve, merci la collègue qui m'a filé ses autocollants magiques.

Retour at home.

En chemin guide touristique, la fin the end het einde :

"Il est ouvert le magasin ?", voix sèche désignant mon caddie. Envie de répondre "non non, je viens de le cambrioler pour mes courses", mais j'ai peur que mon humour ne passe pas, vu la tête de la madame. Je réponds donc poliment "oui oui, à 9h le dimanche". Pas un merci, rien. J'aime pas.

Dieu que les gens sont désagréables.

Je rêve de vivre dans un village où tout le monde se salue, se sourit, le dimanche matin. Où on ne me regarde pas peiner pour remonter mon caddie plein de Coca light avec mon coude en compote, où on se précipite galamment pour m'aider. Où le "on" est brun, ténébreux et potentiel homdemavie.

Je rêve... mais n'empêche, j'aime cette ambiance électorale.

09:20 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

24
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 40

Je ne regarderai plus jamais la lune du même oeil...

Ou comment un livre jeunesse peut me traumatiser au point que, durant la lecture, j'organise ma propre survie... en m'empiffrant de pâtes, passque ça donne faim, la fin du monde.

Oui c'est du happydays, car c'est bon de lire ça, malgré l'angoisse, et c'est bon de me dire qu'après, il me reste encore le volume 2 et le volume 3 à dévorer... sans mauvais jeu de mots.

100happydays40.jpg

23
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 38

Objectif à atteindre : 2 mètres. Reste 1 mètre 95... je peux le faire, je vais le faire.

(Merci aux Cousettes pour leur accueil dans ce superbe atelier)

Copie de 100happydays38.jpg

22
mai

#100happydays - #100happyendogirlsdays - day 37

Demain j'arrête...

100happydays37.jpg