23
fév

C’était mieux avant… ou pas ?

Avant, je mangeais des Treets, des Bonitos et des Raiders, et non des M&Ms et des Twix.

bonitos.jpg

treets.jpg

Avant, j’avais un double deck et j’étais au taquet pour enregistrer le hit parade du samedi matin sur mes cassettes.

doubledeck.jpg

Avant, je pouvais lire dans mon bain sans risquer de bousiller ma liseuse numérique, courant le seul risque de gondoler mon livre.

Avant, pour téléphoner, ça coûtait 1 franc la minute et fallait former le numéro en tournant un cadran, et entendre maman venir dire toutes les dix minutes « t’as pas encore fini ? »

téléphone.jpg

Avant, j’attendais toute la semaine impatiemment l’épisode suivant de ma série, sans la charger sur internet.

Avant je recevais des cartes pour mon anniversaire (elles sont toutes dans un tiroir), pas un mot sur Facebook.

Avant, on ne subissait pas les conversations passionnantes sur gsm dans le bus « c’est moi, t’es où, oui j’arrive, je suis dans le bus ». On se donnait rendez-vous aux escargots à Namur, et si on était en retard, ben on n’avait qu’à pas l’être, car on n’avait pas un gsm pour prévenir.

Avant, on pouvait frauder en se prêtant les abonnements de bus.

Avant, j’allais au cinéma pour 90 francs, je mangeais une glace pour 25 francs et je buvais un coca (plein de sucre, pas plein d’aspartame) pour 45 francs.

Avant, j’avais pas de cheveux blancs (c’est juste pour la rime).

Bref, c’était mieux avant… ou pas…

C’est sans doute le propre de l’homme (et de sa supérieure la femme) de se retourner vers avant avec une petite, voire une grosse, émotion, même si c’était pas toujours mieux avant.

Avant, mon premier magnétoscope coûtait 100.000 francs (si je vous jure) et le vidéoclub louait Dirty dancing que pour 48 heures, fallait s’en empiffrer avant de le rendre.

Avant, quand je cherchais le mot « métaphore », je pouvais pas demander sur Facebook et avoir une réponse presque immédiate, non, avant, je me torturais les méninges durant dix heures.

Avant, pour mon élocution, je devais aller à la bibliothèque et faire quatre heures de recherches (mais je savais pas qu’un jour le net existerait, donc ça me dérangeait pas).

Avant, je réchauffais mes spaghet bolo à la poêlle, ça prenait du temps. Mais ils étaient super croustillants.

Bref, c’est bien aussi, maintenant.

Mais le règne de « l’avant », c’est cool, parfois, c’est moelleux, la nostalgie, c’est cosy, c’est cocoon, et ça rassemble les ceusses du même âge.

Stéphane Ribeiro surfe sur cette vague nostalgique en proposant « C’était mieux avant, 500 bonnes raisons de regretter d’avoir plus de 30 ans. Ou pas ».

Et j’adore. Of course.

C’est top fun, ça rappelle de bons souvenirs, ça fait rigoler ou ça émeut.

Morceaux choisis parmi ces 500 propositions toutes plus chouettes les unes que les autres :

- Avant, personne à l’école ne s’appelait Kevin

- Avant, y’avait Grosquick

 

grosquick.jpg

- Avant, des extraterrestres enlevaient des vieilles dames pour leur faire des pâtes

 
Pub Lustucru : Les extra terrestres (1984) par tartenpion333

- Avant, la pub était annoncée par une fleur qui poussait dans une pomme en faisant « ahhhbdubdubdubdubdu… » (tiens je pensais qu’elle faisait « Ahhh2222222 » moi

 

- Avant, on disait déjà que c’était mieux avant

 

Seul reproche : l’auteur aurait pu éviter les « avant » blessants et même pas drôles, genre « avant, Isabelle Adjani était belle » et « avant, Catherine Deneuve était maigre », ça, ben j’aime pas. Ça me fait pas rire.

Zappons sur cette grosse faute de goût, et régalons-nous des autres « avant ». Moi, je me régale comme d’une glace à 25 francs la boule…

Acheter C'etait mieux avant : 500 bonnes raisons de regretter d'avoir plus de 30 ans, Ou pas

mieux avant.jpg

Commentaires

Ahhhh comme ça fait du bien ce retour en arrière!! Punaise j'avais complétement oublié les bonitos tiens ! comme c'était bon...moi j'étais fan des barres "mousquetaires" et de vos fameux "zip" qui comme dirait Renaud "me niquaient les dents". Le vieux téléphone à cadran qui traine dans un de mes cartons, la console Atari, le mange disque...Je regrette aussi cet échange de courrier, de cartes postales que nous faisions par envie car je sais que certains sms comme pour le nouvel an sont envoyés "comme ça" parce que notre nom est dans la liste des contacts et non par une réelle envie de la personne qui l'écrit. Certes c'est super bien maintenant le progrès, la technologie etc etc... Mais en sommes nous plus heureux?? perso moi non je regrette cette période ou nous vivions peut être avec une certaine insouciance...Cette société de consommation nous tue et nous rend de plus en plus individualiste mais ce n'est que mon opinion :-)

Ceci dit il y a des inventions dont je ne pourrai plus me passer : papier wc, essuie tout, Gps et le lave vaisselle.... Et j'attends toujours le super mec ou nana qui inventera une machine à changer les housses de couettes !!!

Écrit par : Isa DF | 23-02-2014 à 10:44:07 Hr

Répondre à ce commentaire

ouiiiiiiiiiiiii, en rédigeant j'ai repensé au jeu de tennis sur la TV, avec une balle carrée, puis ça plus moyen de me souvenir de mon idée, merci tu l'as fait revenir. perso moi c'est le micro ondes dont je ne sais me passer (je n'ai pas de lave-vaisselle, larmes larmes). quant aux housses de couette, as-tu vu la technique nem ? attends je te la mets sur fb

Écrit par : Anaïs | 23-02-2014 à 10:54:47 Hr

Répondre à ce commentaire

Avant j'étais acro à la super nitendo.
J'attendais avec impatience le nouvel épisode de Beverly Hills le samedi.
Avant quand j'étais au collège et que j'avais une recherche à faire je cherchais dans mon encyclopédie France Loisir.

Écrit par : Emilie | 23-02-2014 à 20:49:55 Hr

Répondre à ce commentaire

oh ouiiiiiiiiii moi aussi beverly hills, ancienne version, keske j'étais impatiente... surtout le premier baiser de brenda et dylan (à cause de ça, y'a aussi des dylan en classe maintenant)

Écrit par : Anaïs | 23-02-2014 à 20:55:33 Hr

Répondre à ce commentaire

Les RDV aux escargots Place d'Armes, il y en a eu tellement! Ils n'y sont plus d'ailleurs :-(
Pour le cinéma, on allait au Caméo ou à l'Eldorado, pas de grand machin genre Acinapolis (ou encore au Forum avec l'école pour voir des films genre Gandhi).
L'Inno prenait 2 blocs avec la passerelle au-dessus de la rue de la Monnaie.
On traînait chez Godenne rue de Bruxelles, on achetait des feutres parfumés de toutes les couleurs.
J'oublie plein de choses mais quelle nostalgie...

Écrit par : Natalie | 14-03-2014 à 13:02:19 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.