31
oct

Le nano m'inspire

"A minuit, on se dit pas bonannée, mais bonano"

"Le plus amusant dans le nano, c'est avant le nano"

Il est 23h, on s'endort, c'est dur le nano...

23:04 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

31
oct

Les minutes blondes du jour

Anonymes of course.

Elle "pas bien d'avoir déguisé comme ça Iguaï pour Facebook". 

Moi "Euh, c'est un montage FB m'chou, j'ai pas déguisé mon toutnu."

 

Elle "196,271 participants au nano, ça fait 196 271 personnes ?"

Moi "non hein, ça fait 196 personnes et une jambe".

yoda-hoodie.jpg

19:32 Écrit par Anaïs dans Anaïs et ses blondieuseries | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

31
oct

Pour Halloween, nous vous offrons nos Histoires à mouriiiiiiiir de viiiiivre

Passqu'aujourd'hui on tremble, parce qu'aujourd'hui à minuit, les fantômes se réveillent, mais aussi passqu'aujourd'hui à minuit, Rachel Colas et moi entamons le Nanowrimo et que nous allons en devenir moins disponibles, passque nous savons que nous allons vous manquer grave de la mort qui tue la vie, pour vous consoler, nous vous offrons, ces 31 octobre et 1er novembre, nos Histoires à mourir de vivre volume 2.

Je sais, notre générosité n'a pas de limite.

Bonne lecture, et si vous avez aimé, faites-nous le plaisir d'un petit commentaire sur Amazon, ce volume 2, que je trouve pour ma part très très chouette (attendez, je ravale ma modestie, glups, voilà), n'en a pas encore, le pauvre petit abandonné.

Et pendant que vous lirez, dès minuit, dans une folle nuit sans sommeil, Rachel et moi, nous écrirons...

Pour avoir gratos pour pas un euro Histoires à mourir de vivre (Vol. 2)

Copie de couverture avant livre vol 2.jpg

28
oct

Après le coyotte dans la tuture de Di Rupo, le chevreuil dans le jardin du buro...

Je l'ai sous les yeux, je le vois de mes yeux vus, pauvre tite bébéte, que faire pour l'aider ? Il est tout paniqué...

Des zidées ?

chevreuil.jpg

08:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27
oct

Le blog d'un con damné, le retour...

J'espérais ne plus jamais en entendre parler, et puis me voilà rattrapée par mon destin...

En cherchant sur google à "agenda nanowrimo", histoire de trouver un joli mois de novembre à imprimer, pour y inscrire de mes jolis petits doigts l'avancée de mon projet que je qualifie d'ores et déjà de foireux, vlà que je tombe sur un article "le défi nanowrimo". Le nom de l'auteur me dit vaguement quelque chose. Et en cliquant, sa photo me dit grandement quelque chose : le con damné ressurgit d'un coup dans ma vie, avec cette bouffée de souvenirs de toutes les conneries qu'il a débitées sur son blog, même que tout le monde le croyait. Souvenez-vous, le con damné a fait croire qu'il était condamné, et nous avons subi ses râles d'agonie, ses délires sur des forums consacrés au deuil et autres choses ignobles, durant un mois, dans le seul but de se faire du fric en vendant un livre sorti lors de sa résurrection.

Bon, le con damné va faire le nanowrimo.

Bon, ben c'est ainsi hein.

Et puis je lis son article.

Et je me dis que c'est bien dommage qu'il n'ait pas été damné au sens premier du terme, passqu'en fait, ce qu'il veut, c'est faire du fric pour faire le nanowrimo.

Siiiiiiiiiiiiiiiii, je vous le jure. Vrai de chez vrai.

Je cite "Par tranche de 100€ reçue pour ce projet, je prendrai un jour de congé dédié entièrement à l’écriture."

Mais y'a un super cadeau en retour "En temps que supporter, vous aurez accès à une communauté privée". En temps que... euh, ça commence mal, pour un futur écrivain, je dis ça je dis rien. Oui, je sais, je suis mauvaise, mais j'ai vraiment du mal les agissements de ce personnages qui passe son temps à réclamer du flouze à son lectorat, juste pour lire le blog, car "son blog est payant mais vous êtes libres de choisir le prix".

Tiens, j'y avais pas pensé moi à ça, vous demander du fric tout le temps, et pour le nanowrimo. Car, s'il parvient à "conger" les trente jours que dure le nanowrimo, il empoche 3000 euros, comme ça, à ne rien faire sinon écrire.

Rassurez-moi, y'a quand même pas des pigeons qui vont payer ?

Ce mec était infâme y'a quelques mois, je vois qu'il n'a pas changé...

Et avec tout ça, j'ai pas trouvé mon agenda nanowrimo.

 

Par contre, je viens de me souviendre que quand j'étais en blocus, avec une copine étudiante, on s'était préparé des petits mots d'encouragement fermés, et chaque matin, avant de s'y mettre, on les lisait, ben c'était motivant.

Ditez, vous voulez pas m'envoyer des petits mots gratuits d'encouragement, car je stresse au point que je vais en faire un malaise cardiaque le 31 octobre je pense (ce qui tomberait bien, je serai à l'hôpital, tant qu'à tomber quasi raide morte, autant être sur place...)

15:17 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27
oct

Réédition des bons plans pour les filles (histoire de vous faire tenir jusque fin novembre sans moi)

Coucou les petits zamis, comme je vais être peu dispo à partir du 1er novembre et jusqu'au 30, Nanowrimo oblige, je vous ai préparé un nouveau chtit kindle, la réédition des Bons plans pour les filles, que j'ai totalement checké et remanié pour que toutes les infos y soient toujours d'actualité.  Vu la crise, voici un incontournable, et je suis ravie de vous annoncer qu'il est disponible dès aujourd'hui.

Et puis rejoignez-moi sur Facebook pour m'encourager durant le Nanowrimo ou m'adresser votre petite phrase, que j'ajouterai dans chaque chapitre du livre, il reste encore de la place... (vous pouvez aussi me mettre votre phrase + votre pseudo en commentaire).

Découvrir Les bons plans pour les filles

couverture amazon.jpg

 

Et si vous avez plutôt envie de fiction, histoire de rêver ou frissonner un peu, ben y'a le choix aussi, allez zieuter par ici pour découvrir tous mes livres.

27
oct

La bible selon le chat – Philippe Geluck

« Le dimanche, on lit au lit ».

Le chat, c’est ma bible depuis toujours, enfin depuis qu’il existe et que j’ai acheté le premier tome, que j’ai dévoré, adoré, vénéré. Ça fait un bail déjà. Un bail de bibles, dévorées.

Le chat me fait rire, son humour, j’adore, le chat c’est mon idole, j’aimerais avoir son humour jamais vulgaire.

Alors quand la bible sort en version chat, je m’en pourlèche les babines.

Le coffret est super joli, et en l’ouvrant, je découvre deux volumes, comme l’ancien et le nouveau testament quoi.  Mais en fait les deux volumes résument seulement l’ancien testament.   

Et puis je me plonge les mystères de la création de l’univers et de l’homme, si dieu avait été le chat, ou si le chat avait été dieu, j’ai un doute sur ce coup-là.

Hyper drôle, y’a du très bon, et puis y’a du moins bon, étonnamment, parfois chocking, parfois un tantinet vulgaire, c’est qu’il en deviendrait grossier, notre chat transformé en dieu, ce à quoi il ne m’avait pas habituée…  

Et  je vous avoue que ma préférence va au chat qui se prend juste pour le chat, car finalement, ça lui va bien, d’être juste un chat.

Je fus cependant ravie de retrouver le chat, après sa disparition de la presse, j’avais peur qu’il soit mort, mais cette résurrection est rassurante (faut-il l’appeler Jésus du coup ?)

Le Chat, Tome 18 : La bible selon le chat

bible selon le chat.jpg

23
oct

Rendez-vous

J’ai rendez-vous.

C’est important un rendez-vous.

C’est rare un rendez-vous.

C’est précieux un rendez-vous.

Ou pas.

Mais partons du principe que si.

Alors, je me prépare.

Me rafraîchir la tignasse, avec petite teinture (cette fois, j’ai pas envoyé la teinture partout dans ma salle de bain, tachant mon armoire et mon sol de châtain acajou rouge, je m’admire).

Prendre le temps d’une coupe de printemps de foufoune, on sait jamais ce qui peut arriver dans une vie, ou plutôt durant un rendez-vous.

Dans la foulée, transformer mes jambes de yéti en jambes de danseuse (hé, si vous êtes sur fesse, vous savez que j’ai testé hier « tiens en équilibre sur une demi buche, côté plat, côté rond, et puis balance-toi, et puis tourne, et puis bouge, et puis prends-toi pour bébé sur sa poutre dans Dirty dancing sans le beau Patrick, et puis attrape un sac de marron, donc oui, un jour, quand je serai grande, je serai danseuse).

Choisir une jolie tenue mauve (je peux mettre du mauve sans complexe depuis que je sais que c’est plus la couleur de la frustration sexuelle mais celle de je ne sais plus quoi, mais quelque chose de positif).

Me maquiller un chouia, pour éliminer ce teint blafard, rougeaud, boutonneux (j’ai une haute estime de ma peau, je sais, mais c’est la faute aux pilules blanches ça, avant j’avais une peau digne d’une pub Vichy).

Me spritcher de Angel, ouais, ça sent fort, mais keske c’est bon, un peu comme l’ail quoi (ou pas).

Et puis partir, pour être à l’heure. Ne jamais être en retard à un rendez-vous.

Arriver une demi-heure à l’avance. Ne jamais être en avance à un rendez-vous.

Attendre.

Et puis il est là.

Il m’accueille, me propose un rafraîchissement.

Hyper charmant, hyper sympa.

Le courant passe bien, faut l’avouer.  Cool.

Quand il me propose de me déshabiller, j’hésite peu. Confiance. Moment rare en perspective.

Je me déshabille.

Il me fait me coucher.

Et après quelques préliminaires, histoire de me détendre, il passe à l’action, m’écarte délicatement les jambes et introduit sa grosse… sonde en moi, et c’est parti pour une batterie de tests passionnants, dont je vous passe le détail, car je sens que d’un coup d’un seul, tout cela est passé du glamour au pas glamour du tout.

Sachez seulement que j’ai passé une chouette demi-heure à marcher non stop dans tout l’hôpital, que je connais maintenant de long en large, dedans comme dehors, et la pêche fut bonne.

Je vais tenter de les peindre à l’aquarelle, après les raisins aux allures de prunes, ça sera les marrons aux airs de noix de coco, qui sait (si vous êtes sur fesse, vous comprendrez, sinon, il serait temps de venir).

PS : ce billet contient un mensonge, qui le trouvera ?

IMG_6861 (2).JPG

 

23
oct

boucle de marron et les trois félins (et la crampe au pied)

Ouais, boucle de marron, c'est moi, et les trois félins, y'en a trois. Niveau taille, c'est comme les trois ours, l'équivalent de papa ours, maman ourse et bébé ours.

Sauf qu'ici, bébé ours, il a l'appétit de papa ours. Le sphynx mange pour deux, paraît. Iguaï mange pour trois, c'est clair. Tenez, tout à l'heure, je dépose sur la table de salon une tranche de cake aux pommes reçue à mon cours d'aquarelle (cours d'aquarelle à Namur, objectif de fin d'année : dix jolies aquarelles, dix kilos dans le popotin), bien emballée dans de l'alu. Puis j'ai le malheur de m'assoupir un bref instant devant une série télé. Je suis réveillée par un bruit étrange. Un bruit de chute. Suivi d'un bruit d'alu qu'on déchire. J'ai sauvé le cake de justesse. Bref, ce bestiau a tout le temps faim, comme moi d'ailleurs.

Mais là n'est pas le sujet du jour.

Ou plutôt la question du jour.

Question du jour : avez-vous déjà eu une crampe en versant des croquettes pour chat ?

Moi non plus. Jusqu'à ce jour.

Résultat en image (je vous épargne le stock de croquettes tout autour des gamelles), merci à maman félin de se dévouer pour manger ce qui traîne au sol.

Je me suis pris un sacré fou-rire, malgré tout, en voyant le résultat... d'autant que la crampe à gauche fuit suivie d'une à droite, et que je me tordais de douleur en riant comme une folle.

Dès ce soir, je reprends du magnésium.

Et pendant que je vous écris, bébé félin s'empiffre encore et encore...

IMG_6863.JPG

19:03 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

22
oct

Adieu Papa Fouettard

L’ONU a décidé d’enquêter sur l’image rendue par le Père Fouettard, because il est noir, because il est méchant, tandis que Saint-Nicolas est blanc, et il est gentil. Un méchant noir et un gentil méchant, c’est pas bien du tout ça, c’est mal, très mal, vilaine société raciste tout plein.

Non mais allô quoi, comme dirait Nabilla, et on sait que ce que dit Nabilla, c’est la vraie vérité car elle a ses neurones dans les nibards, ce qui lui donne sans doute le QI de deux Einstein, si si, je vous le jure.

Bref, à l’ONU, on doit s’emmerder ferme, pour chercher à enquêter sur de telles choses. Question subsidiaire : ils ont le statut de fonctionnaires, les employés de l’ONU ? Non car ça fait vraiment fonctionnaire qui glande de toutes ses glandes (et dieu sait que l’homme en a, des glandes) devant sa tasse à café et ses réussites sur son écran de PC et qui cherche à trouver l’idée du siècle : tiens, si je tentais de convaincre le monde que Papa Fouettard noir, c’est pas bien, vraiment pas bien.

J’ai d’autres suggestions pour les fonctionnaires de l’ONU, tant qu’à faire, alors :

- Changer le nom de Papa Fouettard, passque fouetter, c’est mal, on l’appellera papa Caresse, parce qu’inciter à faire usage du fouet, non non non

- Changer le nom de Papa Caresse, tout bien réfléchi, car ça peut pousser les papas à trop caresser leurs enfants, incitation à la pédophilie ça s’appelle, donc appelons-le Papa … ben je sais pas, finalement ne l’appelons pas, qu’il reste chez lui

- Changer Papa sans nom en Maman sans nom, passque c’est quand même très misogyne, tous ces mecs, Saint-Nicolas, Papa sans nom, Père Noël. A part les cloches de Pâques, dont on ignore réellement le sexe, où sont les femmes ?

- intégrer de nouveaux personnages dans l’histoire, car dans la vie, y’a pas que les noirs et les blancs, y’a les jaunes, les rouges, les café au lait, les bruns, les verts (qui viennent de mars) et j’en passe

- supprimer tout signe de religion sur Saint-Nicolas, après tout il a qu’à plus être saint.  Nous aurons donc Papa et Nicolas (passque Père, ça prête aussi à confusion, faut pas qu’on croie que c’est un curé, des fois).

- mettre un pantalon à Nicolas, cette robe, ça fait un peu homosexuel non ?

- Lui supprimer sa barbe blanche, passque ça cache son visage, et sauf erreur la loi interdit de trop cacher son visage, puis on a beau dire, une barbe, ça fait un peu taliban, ah ben si hein, même blanche, un peu

- et d’ailleurs pourquoi une barbe blanche, pourquoi pas une barbe noire, blonde, rousse, hein, oui, rousse, comme ça les enfants pas sages seraient enfermés dans la chambre sanglante, ça serait top fun ça non ?

- Lui enlever sa bague avec ce si gros rubis, les signes extérieurs de richesse, ça peut traumatiser le peuple, parfois, et ça peut inciter les délinquants à cambrioler et ça leur fera des circonstances atténuantes « c’est pas sa faute Monsieur le Juge, à force de voir Saint-Nicolas tout riche tout bijouté, ça lui a donné des envies, il a pas su résister, il a eu une enfance difficile, blablabla ».

Bon, et si on supprimait tout simplement le 6 décembre, ce serait plus simple non ? Allez adjugé, partez partez Saint-Nicolas, partez partez Saint-Nicolas, partez partez Saint-Nicolas, l’ONU t’aime pas !

Quant à Papa Noël, pareil : supprimer la traite des rennes, supprimer  les nains, oups pardon, les personnes de petite taille, pas bien de faire trimer ainsi des animaux et des personnes de petite taille. Et pour quel salaire, hein, on se le demande. 

Puis pour Halloween, arrêtons ce massacre des citrouilles, totalement inutile. Elles souffrent, les citrouilles, elles ont la trouille dès le 1er octobre, et plutôt six fois qu’une (citrouille, six trouilles, ça va, vous avez pigé ma bonne blague ?)

Enfin, rebaptisons le chocolat, car « chocolat blanc », « chocolat noir », c’est un tantinet tendancieux. Pareil pour « raisin blanc » et « raisin noir », of course.  Déjà qu’ils sont verts et mauves, alors autant les appeler de leur couleur véritable.  Et pour le chocolat, ça sera chocolat marron et chocolat beige.

Voilà, content l’ONU, d’autres idées de réformes ?

Allez maintenant un petit exercice : colorie ce dessin dans des tons qui ne choqueront pas l’ONU.

pere fouettard.jpg

20:17 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |