2
oct

FIFF – La tendresse

Comme il porte bien son nom, ce film !

Tout y est tendresse. Et si ce n’est pas tendre, c’est drôle, mais d’un humour empreint de tendresse. Pari gagné, Madame Hänsel, votre film transpire la tendresse à chaque image, dans le regard d’Olivier Gourmet, dans l’espièglerie de Marylin Canto, qu’est-ce que je les aime, ces acteurs. Et dans l’attitude des enfants aussi. Et dans l’apparition de Sergi Lopez, tant qu’à faire. Tendresse d’amour à venir, ou tendresse d’amour passé.

Tout cela sans « gnangnanterie » hein, fort heureusement, la frontière est fine entre tendresse et « mieleuserie », mais elle n’est pas franchie.

Bon, l’histoire maintenant : un couple séparé depuis quinze ans se retrouve, le temps d’un voyage en voiture, pour aller rechercher leur fils blessé dans une station de ski. Et voilà, aussi simple que cela… mais ce pût être compliqué.

Enfin une histoire de couple séparé qui ne se déchire pas, ne se hait pas. Comme ça fait du bien.

Voilà, La tendresse, c’est un film qui fait du bien.

(tiens, il existe plein d'affiches pour ce film, perso, ma préférée est la première, totalement à l'image du film, je vous laisse faire votre choix)

la tendresse.jpg

 

la tendresse 3.jpg

la tendresse 2.jpg

la tendresse 4.jpg

la tendresse 5.jpg

21:54 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.