14
jui

Pauvre Lampil

Moi : "j'ai trop de cholestérol"

Mon neveu, tout sérieux : "ah oui, Lampil il a ça aussi".

Conclusion : les traditions se perpétuent, les références nazes sont déjà passées à la génération suivante de la famille, qui dira tout bientôt "on ne laisse pas bébé dans un coin" et "cette connasse de Cendrillon".

00:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.