28
fév

"Toujours relativiser" – librement inspiré de Rescapé – Sam Pivnik

Depuis quelques jours, je suis plongée dans ce récit aussi horrible que passionnant, celui de Sam Pivnik, l'un des derniers rescapés d'Auschwitz encore en vie.

Avec pudeur et simplicité, il nous raconte l'horreur, l'impensable, l'inimaginable.  J'ai beaucoup vu sur l'holocauste, j'ai déjà pas mal lu également.  Il y a quelques années, un livre m'avait fait ressentir le froid, l'enfer du froid de ces juifs condamnés à l'enfer (ma mémoire défaille, pas moyen de retrouver le titre du livre).  Sam Pivnik me fait ressentir la peur, les odeurs immondes, le quotidien infernal et insupportable, que l'on n'eût pu concevoir dans une fiction, tant cela paraîtrait invraisemblable.  Mais tout cela, vous le savez, et vous allez me dire que c'est un livre de plus sur l'holocauste.  Et moi je vous dis que plus y en aura, mieux ce sera, pour que jamais cet épisode de l'histoire ne tombe dans l'oubli.

Voilà tout ce que je vous dirai sur ce livre, pas envie de faire une big critique ce soir, car j'ai autre chose à vous proposer.

Cet après-midi j'avais mon atelier d'écriture.  Et j'avais l'histoire de Sam en tête, vu que je la lis le matin, le midi, le soir… 

Thème du jour : les couleurs.  Exercice du jour, couper chacune un bout de phrase dans un magazine.  Le mien "toujours relativiser". Et puis, chacune, commencer une histoire avec son bout de phrase, puis, au signal de notre gourou de l'écriture, continuer avec le bout de phrase de notre copine de droite, puis de l'autre, et ainsi de suite.  Improvisation totale, exercice captivant de devoir intégrer ce bout de phrase, paf, comme ça.  Etre cohérente.  Ecrire quelque chose de chouette, comme ça, tout de go.

La vie, le destin, appelez ça comme vous voulez, mais les bouts que j'ai reçus s'intégraient parfaitement à mon récit, ils l'ont complété, façonné, sensation étrange qu'ils tombaient à pic. Ma main s'en souvient encore, tant je grattais comme une damnée. 

Et j'ai écrit cette histoire, librement inspirée de la vie de Sam Pivnik, totalement imprégnée de sa vie.  Pas de relecture, ni de correction.  Je vous la livre brut de décoffrage.

Et maintenant, j'ai envie de peindre quelque chose sur ce texte.  Oui passque je m'amuse à étaler des couleurs sur des toiles en ce moment, totalement régressif, j'adore.

 

(Les bouts de phrases sont en italique, pour vous permettre de les retrouver au fil de la lecture).

 

"Toujours relativiser".  Tel était son leitmotiv depuis des années. Mais comment relativiser lorsque tout s'écroule, lorsque la vie ne tient qu'à un fil, lorsque la balle du SS est en permanence à portée de pistolet, lorsque la seule couleur envisageable, hormis le noir, le gris, le noir, le noir, le noir, le noir, est le jaune, celui de cette étoile qui gangrène son  uniforme strié de blanc et de bleu sale.  "Toujours relativiser", se répétait-il le matin, sortant les cadavres de la nuit, le midi sans repas, orientant les nouveaux arrivées à droite ou à gauche, selon leur capacité à survivre ou non, critères allemands obligent.  "Toujours relativiser", se répétait-il le soir, en se couchant, épuisé par cette journée, mais finalement heureux d'être encore en vie, d'avoir reçu ses 334 calories quotidiennes, de pouvoir plonger dans ce sommeil sans rêve.

Sans rêve ?  Pas toujours.  Cette nuit, il rêva de chocolat.  Jamais on ne se lasse du chocolat.  Jamais on n'oublie le chocolat, même après huit mois de navets et de patates.  Le chocolat chaud de sa mère, qui pansait ses blessures de gamin.  Un rêve aigre-doux.  Un rêve comme une caresse.  Celle de l'enfance.  Un rêve comme une gifle.  Celle de la réalité holocaustienne.  Celle du froid, aussi, une fois la porte ouverte par le kapo hurlant "schnell schnell". 

Et une nouvelle journée sans couleurs qui commençait.  Une journée sans amitié aussi.  A Auschwitz, point d'ami.  Pas le temps.  Il avait déjà perdu sa famille.  Perdue de vue.  Perdue de vie aussi, il le sentait.  Nul besoin de s'attacher alors inutilement à quelqu'un qui risquait de disparaître, paf, d'un coup de crosse, d'un coup de feu, d'un coup de typhus.

"Secouez vos puces", hurla le kapo d'une voix agressive, le sortant de sa légère torpeur, "bande de juifs, bande de parasites immondes".  Alors il accéléra le pas vers la rampe, ne pas sortir du rang, baisser la tête, se faire le plus petit possible.  Même si, tout au fond de lui, là, dans son cœur, dans ses tripes, il était grand.  Il n'était pas ce parasite immonde.  Il était juif.  Juste juif.  Ah ben voilà, il repartait dans sa torpeur, comme si c'était le moment, alors que le train suivi de ses wagons à bestiaux puants entrait en gare.  Les chiens grondaient déjà d'impatience.  Les portes s'ouvrirent et le flot humain se déversa sur le quai.  Le tri commençait à peine qu'il la reconnut.  Nathalie était plutôt discrète, mais il la reconnut.  Nathalie, c'était les couleurs de sa vie.  Nathalie, c'était la saveur du chocolat.  Nathalie, c'était son passé, ses joies, sa vie.  Sa vie d'avant.  Sauf que Nathalie était une femme.  Sa femme.  Du moins dans ses rêves les plus fous.  Mais ici les femmes n'avaient pas leur place.  Elles étaient toutes, sans exception, destinée à la file de gauche.  Celle des vieillards, des enfants, des femmes.

Alors, il lui prit tendrement la main, s'assurant qu'aucun SS ne pût le voir, il croisa son regard et, silencieusement, tenta d'y faire glisser toute la tendresse du monde, celle qui avait dû lui manquer depuis tant d'années de souffrance et de répression. 

Il ne sut pas si elle le reconnut on non, mais il sut que, pour ses dernières minutes de vie ici bas, elle avait reçu une dose d'amour, par une simple pression de sa main.  Alors, il se dit que c'était sans doute la raison pour laquelle il avait atterri ici : Nathalie.  Qui, dans quelques instants, en aurait fini de cet enfer.  Et il pensa "nous sommes programmés pour être bons, non ?"  Non ?  Non !

"Toujours relativiser", conclut-il, poussant légèrement Nathalie vers là-bas, vers la chambre à gaz.

Commentaires

Je sais Anaïs, toutes les guèrres ont leurs attrocités et de plus quand il s'agit de fanatisme religieux ou politique. Je cherche un livre d'une autre époque, concernant les 4 fils Aymon et la légende sur le rocher Bayard de Dinant, j'ai trouvé en France un livre écrit par un de nos citoyen, J-Luc Duvivier de Fortemps, mais il ne parle pas de la légende de ce fameux rocher. Peux-tu si tu le veux bien, faire des recherches sur un ouvrage de cette légende, je ne connais ni l'auteur ni le titre et pourtant, cette histoire a été écrite mais qui en est l'auteur. je t'en remercie. Olivier Delsaux.

Écrit par : Olivier Delsaux | 28-02-2013 à 22:34:38 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.