6
oct

Fiff – day 6 – Hiver nomade

hiver nomade.png

Quand j'ai dit que j'avais passé un moment extraordinaire en regardant Hiver nomade, documentaire d'une heure trente qui raconte un épisode de transhumance en Suisse, j'ai bien senti qu'on me prenait pour une folle dingue…

Et pourtant…

La transhumance, bien sûr, je savais ce que c'était, mais je l'imaginais dans les montagnes.  Ici, c'est d'une transhumance dans les villages dont il s'agit, durant les quatre mois d'hiver, afin que les moutons trouvent de l'herbe, engraissent, pour le plaisir de nos palais.  Quatre mois à parcourir le territoire suisse, les routes, les autoroutes, les champs, les villages de plus en plus envahis par les lotissements, de moins en moins fournis en nourriture pour nos herbivores laineux.

Avec Hiver nomade, j'ai suivi Carole et Pascale durant quatre mois.  J'ai vu leur complicité.  Je les ai vus se chicaner, aussi.  Je me suis demandé s'ils étaient ensemble, car ce n'était pas visible clairement.  J'ai su qu'ils étaient ensemble lors d'un long échange de regards. 

J'ai vu 800 moutons courir.  De dos.  J'ai réalisé que certains moutons avaient une toute petite queue, d'autre une bien longue.  Ouais, je sais, ça importe peu, mais c'est étrange non ?  Ben si !

J'ai vu un chiot apprendre son métier très rapidement.

J'ai vu Polo, l'âne, prendre la relève de son congénère blessé, et être peu motivé.  Je l'ai vu se coucher sur le sol, épuisé ou fainéant, j'ai eu pitié de lui, j'ai eu envie d'aller l'aider.

J'ai vu Marylin la brebis avoir une promotion, devenir meneuse, avec sa chtite clochette.  J'ai cru comprendre qu'elle aurait alors la vie sauve, en fin de carrière, contrairement à tous les autres qui finiront en gigot.

J'ai vu des images superbes, la neige, la lune, la campagne.

J'ai eu froid, mais tellement froid, durant toute la séance, de les imaginer dormir à même le sol, avec cette neige, cette humidité.

J'ai entendu peu de musique et pour une fois c'était tant mieux, car la "musique" naturelle, le bruit des sabots, de la course des animaux, de la nature, suffisait amplement à créer l'ambiance.

J'ai été émue de l'accueil chaleureux qui leur était réservé sur leur passage.  Enervée de ceux qui les chassaient.

J'ai ri aussi, en voyant les moutons s'éparpiller au grand dam de Carole et Pascale, en voyant Polo imposer son museau de façon incessante, alors que Carole tentait de manger, en voyant les chiens renverser certains moutons dans leur enthousiasme à faire leur job.

J'ai salivé en voyant les bergers fêter Noël à grand renfort d'huîtres et de foie gras.  Puis en voyant un repas entre amis, fondue fromage, que je n'ai plus mangée depuis l'enfance, dégoûtée que je fus.  Ça m'a donné envie de retenter le coup…

J'ai été émue à la fin, après quatre mois en leur compagnie.

J'ai été stupéfaite de ma propre capacité à m'émouvoir rien qu'en matant des bestiaux, alors que ça n'avait rien de triste.  La larme à l'œil que j'ai eu, je vous le dis, mais ne le répétez pas, il en va de ma réputation.  Rien qu'en revoyant la bande-annonce, j'ai à nouveau la larme à l'oeil, je savais pas que les moutons me faisaient un tel effet pardi, je vais peut-être devoir me mettre au tricot !

J'ai entendu une chanson magnifique que je ne parviens pas à vous retrouver, qui disait notamment "to observe the world with open eyes".  C'est ce que font Carole et Pascale, et c'est ce qu'ils m'ont appris à faire durant une heure trente.  (On entend la chanson dans la bande-annonce)

Bref, j'ai vu un magnifique film, qui sort prochainement en Suisse.  J'espère qu'il sera visible en Gelbique, car il vaut vraiment le détour.

Le site : http://www.hivernomade.ch/

HIVERNOMADE01p.jpg

HIVERNOMADE03p.jpg

19:05 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.