30
sep

Fiff – day 2 – Avanti

avanti-m-w540.jpg

Histoire bien différente avec Avanti, mais toujours un rôle prépondérant offert aux femmes…

Léa a 28 ans et est en pleine phase de révolte, notamment contre la maladie mentale de sa mère, Suzanne.  Alors que Suzanne bénéficie d'un week-end de sortie de l'établissement où elle est internée, sa fille va l'emmener, contre l'avis de son père et de sa tante, dans la maison familiale.  A l'heure du retour, elle s'enfuit avec elle.  Loin de tout, elles vont apprendre à se connaître vraiment, à s'accepter : Suzanne, la folie douce, qui  danse, rit, virevolte tel un papillon; Léa, qui refuse l'amour et la maladie.  A deux, elles vont avancer.  Avanti.

Grâce à l'alternance de scènes du présent et d'images du passé en images Super8, la réalisatrice Emmanuelle Antille propose une découverte en douceur des souvenirs familiaux de Léa et de leur impact sur son présent.

Avanti est une œuvre originale et sensible sur la difficulté de la maladie mentale, son côté tabou et sur l'acceptation de cette différence.  Plaisir d'y découvrir Hanna Schygulla et Nina Meurisse et d'y retrouver, même pour un petit rôle, Miou-Miou.

Mon moment préféré : le final, dans la piscine, sorte de communion… ou de baptême, au choix.

Avanti-02p.jpg

11:43 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.