29
jui

Un peu de douceur dans ce monde de brutes

Photo 684 pt.jpg

08:26 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime les jolies photos | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

28
jui

Aujourd'hui, tout le monde ne porte pas de lunettes

Moi si :)

16:43 Écrit par Anaïs dans 366 réels à prise rapide | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27
jui

Aujourd'hui, des nombres concrets

2 caisses pleines de livres

1 caisse pleine de brol

5 boîtes à chaussures

10 aller retour pour tout descendre, tout mettre en voiture puis tout retirer, tout monter

2 coussins recyclés dans mon jardin (merci Mostek)

1 joli cadre cadeau assorti à ma new kitchen plus si new que ça

3 litres de sueur

1 glace bounty

1 sieste au soleil

27
jui

L'Anaïssade du jour

Moi "chuis tellement fatiguée que je dois avoir été piquée par la mouche tsé tsé"

Moi (encore) "y'en a en Belgique des mouches tsé tsé ?"

Moi (toujours) "en tout cas y'en a dans notre bureau, elles disent tout le temps "hé, tsé quoi !"

(Oui, bon, c'est une Anaïssade d'Anaïs fatiguée, je vous dis)

25
jui

Aujourd'hui, ceux qui s'accrochent

Ceux qui s'accrochent à la vie car ils ne veulent pas abandonner ceux qu'ils aiment, qu'ils veulent voir grandir, apprendre, évoluer, se marier, avoir des bébés, ils s'accrochent tant bien que mal, plutôt mal que bien, en vain. Et la fauchieuse fait son job, la garce.  Petite pensée pour eux en ce lundi matin, jour de funérailles.

25
jui

Aujourd'hui, ce qui s'accroche

Une limace accrochée à une crotte, voilà ma vision matinale empreinte de beurkitude intégrale.

Autant j'aime les escargots (et pas que dans mon assiette), autant les limaces me débectent, pas vous ?

07:42 Écrit par Anaïs dans 366 réels à prise rapide | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

22
jui

Aujourd'hui, feu de

Feu de bois bien sûr, le comble du romantisme.  Lui et moi, allongés sur une peau de bête, champagne à portée de main, boudoirs, fraises, chips, saumon fumé, foie gras, scampis et moelleux au chocolat à portée de l'autre (ben quoi, chuis gourmande moi) et un feu de bois pour nous réchauffer.  

A défaut de feu de bois, de mec, de peau de bête, de champagne, de boudoirs, de fraises, de saumon, de foie gras, de scampis et de moelleux, je vais m'offrir une xième vision de "Firelight", ce sublime film méconnu avec Sophie Marceau, na.

07:38 Écrit par Anaïs dans 366 réels à prise rapide | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

21
jui

Un arrêt de bus rouge à pois noirs

Arrêt de bus.

Un banc en bois, quasi neuf.

Je m'y installe, chargée comme un baudet d'une boîte glissée par un vendeur dans un sac bien trop petit, que je ne peux dès lors tenir par ses poignées.  Ça m'a donné chaud, de tenter de tenir ce sac.  Alors je m'avachis sur ce banc et j'attends mon bus.

Le soleil est là, malgré l'orage annoncé.  La pluie a cessé de tomber.  Il fait lourd comme des seins siliconés.

Soudain, un insecte se pose.

Je retiens un petit cri, angoissée que je suis encore par une attaque en règle de guêpe subie une demi-heure auparavant.  La vilaine s'est ruée sur mon bout de tartine au gouda et là, distinguant bien ses zébrures caractéristiques, impossibles à confondre avec celles de mes amies les abeilles, je n'ai pu retenir un cri.  Plutôt un gémissement.  D'effroi.  On est phobique ou on ne l'est pas, ma bonne dame.  Je le suis.  Cri d'effroi.  Suivi d'une accélération de la marche, because les zébrées, j'ai pu le constater à de nombreuses reprises, aiment suivre les humains.  Et puis la pluie d'orage les énerve, j'ai également pu le noter. 

Je suis heureusement immédiatement rassérénée en notant la couleur du bestiau : rouge à pois noirs.  Nan, ce n'est pas une chaussette de Dorothée, révisez vos classiques, elles sont rouges et jaunes à petits pois, les siennes.

C'est une coccinelle.

Qui s'est posée sur le trottoir.

La folle.

Suicidaire ?

J'ai envie d'aller la cueillir sur le bout de mon doigt, pour la sauver des passants.  Mais mes paquets m'en empêchent.  Me lever sera un challenge.  Alors, me baisser avec mes trois sacs dont un trop petit, ce serait un exploit.  Et chopper une coccinelle sur le sol une gageure.  Et puis j'ai honte.  Honte qu'on me voie, penchée, en train de réaliser un sauvetage que peu comprendraient.

Alors je me contente de l'observer.  De regarder ses déplacements sur le trottoir.  Ça va vite, une coccinelle, trente centimètres en une ou deux minutes à peine.  Et moi de continuer à la mater.

Et de pousser un cri interne à chaque passage humain, voyant la mort roder.

Cet homme qui tourne autour de l'horaire du bus, aaaaaaargh, il va la spotchiiiiie, ma bête à bon dieu.  Ouf, elle y échappe de peu.

Ces étudiants fêtant la fin des examens, avec leurs pieds si grands (dieu comme la jeunesse est géante), ils vont scrabouiller ma bébête à bonheur.  Elle passe encore entre les mailles du filet.

Ce couple amoureux qui se mate dans le blanc de l'œil, sûr que la dernière heure de ma petite rouge à pois noirs est venue.  Et bien non.

Ces trois hommes qui vont je ne sais où, mais sans doute manger (me dit mon estomac affamé), bon c'est foutu cette fois, six pieds vont la transformer en carpette rouge à pois aplatis.

Et voilà, le sort en est jeté. Je vois un pied se précipiter sur ma bestiole.  Le talon se pose, puis les orteils, et ma choupinette disparaît un instant, pour réapparaitre, totalement immobile.

Paix à son âme.

Je la surveille, espérant encore une parade de sa part, une feinte : jouer la morte pour échapper à la godasse, qu'elle aurait confondue avec un prédateur.

Mais non, elle est morte.

Immobilisée à tout jamais.

Et cette image, ce point rouge sur un trottoir gris, me rappelle ce symbole de La liste de Schindler, cette petite fille habillée de rouge parmi les décors en noir et blanc, mobile jusqu'à ce que la machine hitlérienne la transforme en cadavre immobile.  Emouvant.  Inoubliable.  Dramatique.

J'aurais dû aller la cueillir sur le bout de mon doigt…

coccinelle_01.jpg

20
jui

Brèves d'un site de rencontres : comment se faire blacklister

Discussion passionnante :

Lui : bonjour

Moi : bonjour

Lui : que fais-tu par ce beau dimanche ?

Moi : blabla sur mon dimanche

Lui : tu as une voiture ?

Moi : non

Lui : tu as ton permis ?

Moi (intriguée) : tu cherches quelqu'un pour te véhiculer ?

Lui : non, je ne cherche pas qqun pour véhiculer, juste pour voir si on te met une voiture en main, est ce que tu serais autorisée de rouler avec

(oui, bon, il est pas très doué en conception de phrases, mais que soit, comme dirait l'autre)

Moi : …

Ben oui, je ne sais que répondre à ce sujet de conversation aussi passionnant que la reproduction des crevettes en Mer du Nord.

Lui : es-tu fidèle ?

Moi : …

Non, là, vraiment, ses sujets de conversations me stupéfient de plus en plus

Lui : je te plais ?

Moi : …

Oserais-je répondre "de moins en moins ?"

Lui : tu m'évites ?

Moi : non, mais je n'aime pas tes questions

Mon honnêteté me perdra, je sais, mais je me crois dans la quatrième dimension

Lui : c'est ca, tu aimes mieux qui parlent bien, qui te couchent pour un soir ,ok, bon amusement Gamine

Et hop, blacklistée l'Anaïs.  Alors que j'ai mon permis et que je suis fidèle, comme c'est dommage.  Mais bon, il me plaisait pas, tout réfléchi, et puis il était bien plus âgé que moi, d'où le "gamine" sans doute.

Mais bon, Gamine avec majuscule hein !

Chais pas vous, mais il a dû être trompé par une femme bien plus jeune que lui, qui n'avait pas son permis de conduire, et qui a commis ses ébats dans sa voiture à lui, non ?

20
jui

J'ai testé "fais-toi arnaquer sur Seconde main"

Depuis des années, je suis une adepte d'Ebay, j'y ai vendu mes vieilleries, j'y ai acheté plein de trucs aussi, et je m'y suis fait arnaquer un jour, achetant un coffret de DVD jamais reçu, qui m'a coûté les yeux de la tête.  Plainte avait été portée à l'époque, car nous étions des dizaines dans le même cas, mais la police n'a jamais rien fait, ayant pourtant les informations nécessaires.  Depuis lors, j'ai compris que la justice belge, c'est caca boudin, parfois.  Mais je suis restée adepte d'Ebay, surtout depuis que les frais d'insertion ont été supprimés. 

Ce qui m'horripile cependant sur Ebay, ce sont les enchères, stressantes au possible, surtout lorsqu'on loupe un achat trente secondes avant la fin, bisque bisque rage.

Voulant acquérir des tupperwares pour y cuire mon riz, mes pâtes et mes omelettes, j'ai donc testé Seconde main il y a quelques jours.  Ce site qui porte mal son nom puisque ses membres vendent aussi du "neuf" (entre guillemets, vous comprendrez pourquoi en me lisant), c'est Mostek qui m'en a parlé, et j'ai pu constater qu'il regorgeait d'objets en tous genres, bonheur suprême.

Je repère un tupperware pour cuire le riz, présenté comme neuf.  Mue par un engouement suprême, je contacte le vendeur, qui est une venderesse, pour connaître les modalités et demander si elle a pas les zautres, des fois.  Je reçois rapidement réponse.  Y'a pas les zautres, mais y'aura un cadeau et des recettes.  Vu que j'hésite sur les frais d'envoi, assez onéreux, vive la poste Belge, la madame me propose de les diminuer de moitié, ce qui finit par me convaincre. 

Pour éviter tout malentendu, je confirme donc mon accord sur le prix, qui comprend l'envoi, le cadeau, les recettes.  Je ne précise pas que ça comprend aussi le mode d'emploi, considérant qu'un tupperware neuf va m'être livré dans son joli sac plastique tupperware et avec tout le matos prévu pour un tupperware neuf.

Je paie le jour même et, trois jours plus tard, soit un délai bien rapide, je reçois mon colis, joie intense, intersidérale et suprême.

Joie intense, intersidérale et suprême de courte durée.  Vingt secondes, le temps d'ouvrir le colis et de découvrir l'objet, comme on dit.  Et là, ma joie intense, intersidérale et suprême se mue en déception intense, intersidérale et suprême.  Mon tupperware neuf ne l'est nullement.  Il est tout griffé.  Il a la poignée droite (ou la gauche, selon que vous vous placez devant ou derrière) toute pleine de coups. Il a aussi la poignée gauche (ou la droite) abimée, moins, mais un peu.  Il à l'intérieur tout crade, avec même du blanc dans les jointures, même que ça ressemble à du blanc d'eau de cuisson de riz.  Il a même une tache brune suspecte pleine de beurkitude.  Et dedans, ya pas le cadeau, ya pas les recettes (bon, ça, je le savais, la madame elle m'avait dit avoir oublié et me les a envoyées par mail) et surtout, y'a pas le mode d'emploi du cuiseur riz.  Pratique.  Malhonnête.  Je crie à l'escroquerie, à l'arnaque intense, intersidérale et suprême.  Je crie au scandale.  Et je le dis à la madame, que c'est un scandale.  Qu'il manque le cadeau, que c'est sale et abimé et pas neuf pour un sou (neuf).  Que c'est pas bien de mentir, que son nez va s'allonger comme celui de pinocchio. 

L'amusant est que chaque argument que j'ai sorti pour étayer ma sensation d'arnaque, savoir objet non neuf, sale, abimé, pas de cadeau, pas de mode d'emploi, n'a reçu aucun contre-argument de la part de l'arnaqueuse (je préfère de loin les arnacoeurs moi, j'avais aimé ce film, adoré même).  La logique voudrait une réponse du genre "m'enfin vous vous trompez, c'est pas vrai, c'était totalement neuf, en parfait état, y'avait bien le cadeau et le mode d'emploi".  Mais non, la seule réponse est que je tiens des "propos diffamatoires". 

Que de grands mots ma bonne dame, "diffamatoires", rien que ça.  Ben moi, mon cuit riz, je vois bien qu'il est pas diffamé hein, il est bien cradingue, d'occaze et abimé, et dedans, je vois ni cadeau ni mode d'emploi.  Et ça, c'est pas diffamatoire, c'est la vérité vraie de vraie.

Me vlà donc condamnée à bouffer du riz trop cuit ou pas assez, vu que je sais pas comment le cuire, mon riz, dans mon tupperware, tchu. 

La morale de l'histoire c'est que ces sites sont hyper pratiques et que je ne les bouderai pas à l'avenir, même s'il est regrettable que quelques personnes malhonnêtes nuisent à leur réputation.  

Bon, y'a bien plus grave dans la vie, la faim dans le monde, la fin du monde le 21 décembre prochain et la fin annoncée des écharpes Strelli, et vu que j'ai une amie démonstratrice tupperware honnête, je vais finir par avoir le mode d'emploi, et vu que j'ai une cuisine équipée avec évier je vais laver la crasse, et vu que les coups partiront pas j'en ferai mes amis, mais si y'a une chose qui m'insupporte, c'est la mauvaise foi crasse.  

Alors, pour que personne parmi vous ne se fasse arnaquer comme je l'ai été, pour que, chers lecteurs, vous puissiez acheter du vrai tupperware neuf et propre et pas abimé, passque cette personne sévit encore sur le site en vendant des dizaines de tupperware, je vous suggère juste de zapper les annonces de Van Damme habitant Léglise, sur Seconde main.  Non mais sérieux, avec un domicile pareil, on lui donnerait le bon dieu sans confession non ?

Allez, je vous laisse, je vais cuire du riz… enfin essayer du moins !

Et les photos de mon magnifique cuiseur "neuf" :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Sa poignée droite toute neuve :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Sa poignée gauche toute neuve :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Le dessous de sa poignée, tout neuf :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Son dessous, totalement neuf, avec ses griffes partout, bien neuves :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Son contenu tout neuf :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Ses traces de cuisson totalement neuves :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Une vue d'ensemble de sa neuvitude :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Ses coups bien neufs :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Son couvercle extrêmement neuf :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

18:37 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : seconde main, arnaque, van damme, léglise |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |