1
mai

Troublant corps à corps (Kathy Lyons) – Un défi délicieux (Lisa Renee Jones)

« Le dimanche, enfin le mardi quand c’est comme un dimanche, on lit au lit… et on ne fait pas qu’y lire… »

Tout qui a déjà lu des romans Harlequin sait que LA scène de sexe y est totalement incontournable.  Une scène bien souvent empreinte d’érotisme débridé et de clichés très… clichés.

J’ai donc fait le choix, en ce mois d’avril, d’un double roman de la collection « passions extrêmes », laquelle est supposée être encore plus hot que hot.

Et je n’ai pas été déçue…

Bon, les titres sont assez décevants, car ils manquent cruellement d’originalité.  Non mais, sérieusement, « troublant corps à corps », y’avait pas moyen de trouver mieux ?  Apparemment, non, faut que le titre soit très explicite… enfin très sexplicite (tchu, j’admire mon néologisme, qui vient de tomber, paf, d’un coup, dans mon neurone).

Par contre, niveau scènes torrides, j’ai été servie, car cela commence quasiment à la première page.  Non, j’exagère, ça commence à la page 40… sur 200, ce qui n’est pas si mal.  Bizarre, pourquoi ai-je eu l’impression que ça commençait si tôt ?  Passque, en grosse cochonne que je suis, je n’attendais que ça, cette fameuse scène.  Faut dire qu’il y en a pas mal durant tout l’ouvrage (ce qui est le but), qui distille son lot de moment excitants à tour de bras. 

Mais, et je me dois de l’avouer, tout cela au milieu de deux histoires, somme toute pas mal ficelées, même si parfois peu crédibles (passque moi je couche pas le premier soir, surtout dans un ascenseur, c'est totalement inconfortable hé j'ai plus vingt ans).  Rien à voir donc, avec un film porno sans histoire aucune à part je te prends par devant, tu me prends par derrière, le premier qui rira aura une fessée.  Non, là, il y a bien une histoire, à la Harlequin bien sûr, dans laquelle les scènes d’amour sont juste vachement plus poussées.  J’y ai même appris que manger des aliments vivants était bon pour la santé, au point que j’ai été me renseigner sur le net, tentée par l’aventure, pour son côté « bonne santé » mais aussi pour son côté potentiellement « rien à cuisiner »… à suivre.

Bref, de la lecture, des scènes torrides mais parfois très clichés (note que comment ne pas être cliché quand on raconte un orgasme, une fellation ou une pénétration – je place en douce trois mots pour attirer plein de petits lecteurs pervers).  Une histoire que je me ferai un plaisir de relire (enfin relire, façon de parler, j'irai page 40 quoi) lorsque j’aurai trouvé mon brun ténébreux, car, et je vous parle d’expérience, y’a rien de plus émoustillant que de lire des textes coquins en guise de préliminaires.

Pour la petite histoire, on s’est payé un fou-rire mémorable au bureau lorsque je racontais la lecture de cet ouvrage et de ses expressions sexuelles parfois bateau, qui m’ont donné l’idée de me lancer, moi aussi, dans un roman piquant de chez piquant, dont j’ai déjà trouvé la réplique phare : « elle se pencha alors pour butiner son gros dard dressé fièrement, et en récolta la gelée royale avec gourmandise ».  Et mon titre, ben ça sera « La ruche ».  Mystérieux, original, plein de promesses…

Bon, je vous laisse, je m’en vais écrire…

Commentaires

Je dois dire que je n'ai jamais testé les livres Harlequin mais je le ferai une fois afin de découvrir ;) Tu m'as bien fait rire en tous cas!

PS: je me suis permise de mettre sur mon blog un lien vers ton site car je le trouve vraiment super! Bravo!

Bonne semaine

Écrit par : Joe | 01-05-2012 à 15:25:04 Hr

Répondre à ce commentaire

merci Joe

Écrit par : Anaïs | 02-05-2012 à 19:25:30 Hr

J'aime bien le titre de ton futur livre :-) Il y a un fort potentiel.

Écrit par : celine | 01-05-2012 à 23:31:29 Hr

Répondre à ce commentaire

merci Céline, je trouve aussi :)

Écrit par : Anaïs | 02-05-2012 à 19:26:32 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.