8
avr

Scène d'un bus quotidien

A l’arrêt, du monde.

Debout, ce monde, sauf deux.  Deux personnes, assises, par la force des choses.  En fauteuil roulant. 

Le bus arrive, elles restent sur le trottoir, avec leurs accompagnateurs. 

Une fois que nous sommes tous entrées, et ça fait du monde, un des accompagnateurs s’adresse gentiment au chauffeur « bonjour, nous sommes avec deux personnes en fauteuil, pouvez-vous ouvrir la plate-forme s’il vous plait ? »

Les bus sont équipés, désormais (enfin peut-être pas tous, mais certaines lignes) d’un accès handicapé, via une plate-forme à l’arrière.

Et le chauffeur de répondre sèchement « non, elle le fonctionne pas ».

Oups, super, les bus, dans ce cas.  Il fait pas bon être handicapé, de nos jours.  Note qu’on ne dit pas handicapé, on dit personne à mobilité réduite, on ne dit pas aveugle mais non-voyant, ni sourd mais non-entendant, question de vocabulaire, because le résultat est le même.

Mais l’accompagnateur ne se laisse pas intimider, il connaît son affaire, il doit vivre ça quotidiennement, ce genre de refus glaciel.  Moi j’ai déjà vécu ça une fois, cette histoire de plate-forme, elle était électrique et s’ouvrait avec un bruit strident d’avertissement.  La vie moderne.

Je pense donc à une panne électrique.  Que nenni, et tous le savent : celle-là, de plate-forme, n’est pas électrique mais manuelle.  Juste de la mauvaise volonté de la part du chauffeur, semble-t-il, puisque l’accompagnateur insiste « mais enfin, c’est manuel, il suffit donc de l’ouvrir ».

Le chauffeur se voit donc contraint d’obtempérer, avec un enthousiasme digne de celui du Schtroumpf grincheux face à une blague hilarante qu’on lui raconterait.  Il souffle, tire, pousse, tente tant bien que mal, et plutôt mal que bien, d’ouvrir cette plate-forme, puis, saisit un genre de crochet, et sous les encouragements de l’accompagnateur, parvient enfin à déplier la chose et à permettre l’accès à nos deux futurs passagers déjà assis.  Tout cela sous le regarde toujours bienveillant et souriant de l’accompagnateur, rôdé à ce genre de problème, semble-t-il.  Sa gentillesse et ses propositions d’aide ont finalement rendu le chauffeur nettement plus motivé et serviable.  Et la plate-forme est opérationnelle, alléluia.

Mon admiration pour cette personne, qui ne s’est jamais départie de son sourire, alors que moi, en réponse au « non, elle le fonctionne pas », signe d’une mauvaise foi et d’une paresse crasse, j’aurais déjà hurlé « tu vas l’ouvrir ta putain de plate-forme, espèce de fainéant égoïste anti-handicapés ».  Ce qui aurait été une mauvaise réaction, je le conçois… et je le conçois encore plus aisément aujourd’hui, car ce billet a été écrit jeudi, avant le drame qui s’est joué hier à Bruxelles, entraînant la mort d’un contrôleur de la STIB suite à ce qui semble être un accès de violence inacceptable et j’en viens à me dire que si chacun y mettait un peu du sien dans notre société, tout irait bien mieux.  Si les passagers disaient bonjour, payaient leur trajet et cédaient leurs places aux plus faibles – ce que je ne fais pas toujours, depuis que j’ai même pas eu un merci en réponse à mon geste. Si les chauffeurs respectaient également les plus faibles en roulant normalement, en attendant que les petits vieux soient assis avant de démarrer comme des hystériques, que les petites vieilles comme moi soient descendues avant de fermer les portes.  Si, si, si… ben tout irait mieux.  Si la violence ne devenait pas la réponse à tout problème actuellement.  Si la malhonnêteté n’était plus la norme.  Bref, si la phrase indiquée dans les bus « pour votre sécurité, le respect du code de la route doit primer sur le respect de l’horaire » se transformait en « pour notre bonheur à tous, le respect du code de la route et de la personne humaine doit primer sur tout autre chose », tout irait pour le mieux.

Je crois à Papa Noël ?  Nan, juste au miracle pascal.

 

Commentaires

Comme je le crie depuis longtemps : "RESPECT !"

Écrit par : Louis | 09-04-2012 à 10:47:02 Hr

Répondre à ce commentaire

oh que oui, son absence va tuer la planète

Écrit par : Anaïs | 10-04-2012 à 22:30:04 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.