20
oct

Histoire d’âme

L’autre jour, j’ai reçu ce message « merci pour tous ces petits mots que tu distilles au gré de tes interventions sur ton blog, pour leur justesse, pour leur drôlerie, pour leur impertinence... et c'est avec beaucoup de plaisir que je les découvre régulièrement. Mais que deviendraient ces mots sans leur catalyseur ? Peut-être devraient-ils alors être moins bouffons, plus profonds, laisser la carapace d' « Anaïs » s'ébrécher pour que ta véritable âme puisse s'exprimer... »

Au-delà de la gentillesse de ce message, sa dernière phrase m’a interpelée. 

Quand j’ai créé mon blog, il y aura bientôt cinq ans (un birthday qui va se fêter avec quelques cadeaux pour vous, of course) je l’ai fait pour m’exprimer, tout simplement.  Mais je ne voulais pas d’un blog triste, à la manière d’un journal intime censé le rester, où je me lamenterais sur ma triste et sordide existence, jour après jour après jour après jour, ce qui ferait pleurer à chaudes larmes dans les chaumières, les loft et les maisons de pain d’épice.  Je n’y ai pas réfléchi, en fait, lors de la création du blog : j’ai publié ce que j’avais déjà écrit préalablement, qui l’était sous forme d’humour. Et l’humour a pris le dessus, tout naturellement, pour tout exprimer.  Presque tout.  Parce que, parfois, au fil des jours, il laissait place à autre chose.  Pas fréquemment non, mais parfois. 

Ici par exemple.

Ou encore là.

Et là aussi.

Et à tant d’autres endroits, en cinq ans, il y en a eu, des billets nostalgiques, tristes ou lamentationnels.

Et ceux qui connaissent bien ce blog et mes écrits savent que, sous chaque billet, avec ou sans humour, avec ou sans larmichette au coin de l’œil, avec ou sans râlerie profonde, il y a ma véritable âme, ni plus ni moins.

Ça vous plairait, à vous, un blog où je distillerais mes sordides états d’âme à longueur de billets, enfin de notes, comme on dit maintenant.

Où je déprimerais parce qu’en deux heures à peine, j’ai reçu 24 propositions de plan Q sur le net, et 0 proposition de rencontre romantique. 

Où je vous ferais part de toutes mes interrogations sur l’utilité de l’existence, sur la futilité du quotidien et sur l’abominabilité de la mort. 

Où je me lamenterais sur les deux kilos que j’ai pris et qui se sont logés de façon tellement visible sur ma carcasse.

Où je vous énumérerais les traumatismes de mon passé, qui font ce que je suis en ce jour précis et que j’aime pas ça, les traumatismes traumatisants. 

Où je serais au 36e dessous car j’ai même pas été foutue de ne pas faire cramer ma quiche, en bonne à rien que je suis. 

Où je vous conterais qu’hier, j’étais plantée dans ma jolie nouvelle cuisine, victime d’une envie irrépressible d’avaler une boîte de cachets et de ne plus subir cette existence qui me lasse de plus en plus et que je ne me sens plus capable d’assumer...  Je n'avais pas de boîte de cachets sous la main, heureusement.  Ou malheureusement.

Tout cela, tous ces thèmes, toutes ces situations pénibles, en y réfléchissant bien, se retrouvent distillés au gré de notes, mais toujours saupoudrées de cet humour qui m’est propre.

Car comme l’a dit je sais plus qui « je m’empresse de rire de tout, de peur d’être obligée d’en pleurer ».

Âme(icalement) vôtre.

11:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des coups de blues | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Commentaires

Et voilà de l'Anaïs du vrai de vrai comme toujours, du début à la fin !
Du toi de toi de chez toi avec toi et toi !

Et nous aimons cela !

Et même si tu ne révèle pas tout, c'est déjà vachement bien !

Allez hop, n'y pense plus...

Je suis certaine que cette personne est juste un peu trop curieuse ou amoureuse de toi et VEUT TOUT SAVOIR de A à Z... hihihi

Écrit par : Magali | 20-10-2011 à 11:20:41 Hr

Répondre à ce commentaire

Que dire après un tel billet ? La personne qui t'a envoyé le message n'a-t-elle jamais pensé à regarder au-delà des mots ?

Écrit par : Catherine | 20-10-2011 à 12:39:25 Hr

Répondre à ce commentaire

Tu ne révèleS... avec un s GRRRRRRRRRR

Je déteste les fautes d'orthographe...

Écrit par : Magali | 20-10-2011 à 20:20:15 Hr

Répondre à ce commentaire

Ne change rien ! Nous, on aime te lire tel quel =)

Écrit par : Lila | 21-10-2011 à 11:14:33 Hr

Répondre à ce commentaire

Dis toi que la personne qui a écrit ce mot, bien que partant surement d'un bon sentiment, n'a pas su te lire. Parce qu'il est clair que derrière chaque pointe d'humour de ta part, chaque dédramatisations de situations pas toujours agréables, je sens toujours poindre ton vrai toi, ta sensibilité. Je sais que tu "fais le clown", écrivant plein de bons mots mais on sent aussi au delà ta fragilité.
Et je sais d'autant plus ça, que je ne ris jamais autant, de façon hystérique même, que lorsque je suis vraiment triste.
L'hurmour est la politesse des gens malheureux.
Continue à t'exprimer comme tu l'entend surtout que j'imagine au vu des dernière slignes de ton billet que c'est ta soupape, to moyen de te sentir vivante.
Continue et ne me fais plus peur avec une éventuelle boite de médocs.
Crois moi c'est pas la solution.

Écrit par : Nad | 22-10-2011 à 16:55:14 Hr

Répondre à ce commentaire

Elle est sérieuse là ?! Elle a déjà eu des cours de français ? Non mais vraiment, je préfère de loin tes billets où tu racontes tes misères et mésaventures à travers l'humour. Déjà ça passe mieux, ça accroche le lecteur et en plus, il n'en a jamais assez.

Alors tu arrêtes de te lamenter sur ton sort et pense à autre chose !

Écrit par : Céline . | 23-10-2011 à 12:42:58 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.