4
aoû

Larry Crowne

J’ignore pourquoi, mais quand j’ai découvert le titre de ce film, sans rien en savoir de plus, je me suis mis en tête que c’était un thriller.

Ensuite, j’ai réalisé que non, ça c’est clair et net comme clarinette.  Et je me suis réjouie de retrouver Julia Roberts, qui m’avait fait tant rire dans Pretty Woman, et Tom Hanks, qui m’avait fait tant pleurer dans Philadelphia. 

Et je les ai retrouvés…

Et j’ai adoré…

C’est mignon sans être guimauve.

C’est drôle sans être de l’humour gras, comme je dénomme cet humour tellement lourd qu’il en devient indigeste (comme le gras, quoi).

C’est tendre sans être gnangnan.

Et puis c’est avec des acteurs qui ont des rides et un vécu.  Et les comédies romantiques dont les personnages ont plus de 25 ans et ne sont pas parfaits physiquement ni richissimes peuvent se compter sur les doigts d’une main, ou presque, alors, quand y’en a une, faut pas s’en priver…

Je ne m’en suis pas privé et j’ai passé un merveilleux moment, dont je suis sortie des étoiles plein les yeux, à défaut du ciel, tellement nuageux, aussi lourd que l’humour gras évoqué ci-avant.

Le pitch : "Fraîchement licencié d’un poste qu’il occupait depuis des années, Larry Crowne décide de s’inscrire à l’Université pour reprendre ses études. Ce changement de vie professionnelle prend une tournure plus personnelle lorsqu’il tombe sous le charme de son professeur d’expression orale, Mme Tainot. Belle, cynique, désabusée par le niveau affligeant de ses étudiants et déçue par son mariage, elle est également à un tournant de sa vie… Auront-ils droit à une seconde chance ?"

larry crowne.jpg


08:07 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.