31
jui

Les décès du mois...

Pffff, un vrai putain de mois de juillet je dois dire, où, rentrant de quelques jours détente, j'ai appris le passage de la vilaine fauchieuse pour Amy Winehouse (alias Emile Waha, private joke), dont la chanson "rehab" était tellement prémonitoire, pour David Serban-Schreiber (auteur de plein de livres de lutte anti-cancer et décédé d'un... cancer, comme quoi nul n'est prophète en son pays, dirais-je si ce n'était pas dramatique, mais c'est dramatique), pour toutes ces pauvres victimes de Norvège, pour tous les anonymes, et puis pour le soleil... même si là on peut espérer qu'il ressuscite un jour, qui sait...

Je vous le disais, un putain de mois de juillet.

On ne devrait pas mourir en juillet.

Ni en août, septembre, octobre, novembre, décembre, janvier, février, mars, avril, mai et juin, je sais, mais ça ferait vraiment beaucoup beaucoup de monde sur la planète, du coup.

Add. du 2 août : et un de plus... en espérant que là-haut il retrouve ce Nounours qui a bercé mon enfance :

31
jui

Le voleur d’ombres – Marc Levy

« Le dimanche, on lit au lit. »

Vous trouvez que j’ai une guerre, ou plutôt une année, de retard, dans mes lectures ?

Vous avez raison.

J’ai pourtant déjà lu « L’étrange voyage de Monsieur Daldry » dès sa sortie, vu que je me l’étais offert en cadeau (na), mais pour « Le voleur d’ombres », j’ai tant tardé à l’acheter, me décidant en avril, que j’ai opté pour l’attente de la sortie en poche, y’a pas de petite économie ma bonne dame.

Et durant un dimanche plein de soleil (ça fait déjà quelques semaines, vous vous en doutez), j’ai transaté, un verre de coca light à portée de main, et je me suis vautrée avec volupté dans le voleur d’ombres… bougeant mon transat au fur et à mesure de l’arrivée du soleil pour en profiter un peu, vu que, de grand matin, il faisait frisquounet.  Marrant, en vous écrivant cela, je réalise que mon comportement était celui de quelqu’un fuyant l’ombre… comme si, inconsciemment, le titre du livre me faisait réagir.  Psychologie à deux balles ?  Ben oui…

Bon, revenons à nos ombres.

The pitch « Et si l'adulte que vous êtes devenu rencontrait l'enfant que vous étiez ? Enfant, il vole les ombres de ceux qu'il croise... et chacune de ces ombres lui confie un secret. Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de deux qu'il aime. Que faire de cet étrange pouvoir... ? Quelques années plus tard, le « voleur d'ombres » est devenu étudiant en médecine... Est-il encore capable de deviner ce qui pourrait rentre heureux ses proches, comme Sophie avec laquelle il étudie la médecine, ou Luc, son meilleur ami, qui voudrait changer de vie ? Et lui, sait-il où le bonheur l'attend ? Amour d'une mère. Inoubliable premier amour. Amour qui s'achève... Amitié longue comme la vie... Le voleur d'ombres est une histoire d'amour au pluriel. »

Autant vous le dire tout de go, Le voleur d’ombres fait partie de mon top 5 de Marc Levy, dans lequel se trouvent Et si c’était vrai, Vous revoir et Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites.  Je sais, ça fait un top 4, mais je ne parviens pas à me décider pour mon cinquième favori…

Parce qu’il est doté de cette petite touche de fantastique qui anime, sans abuser.

Parce qu’il est gorgé d’amour, sans écoeurer.

Parce qu’il est empreint de rêve, sans déborder dans la guimauve.

Et parce que voilà quoi, j’ai adoré, j’ai ri, j’ai vibré et j’ai pleuré, cocktail d’émotions diverses qui rendent un dimanche de lecture absolument fabuleusement génialement extra.

Et puis aussi parce que j’ai eu, durant la lecture, l’impression que Marc Levy offrait une partie de lui dans son livre, plus encore que dans les autres.  Une simple impression hein, peut-être pas la vérité.  Mais ce rôle si important donné au père, que j’avais découvert déjà dans le sublime « Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites », un père absent, mort ou omniprésent, mais un père sans lequel l’histoire ne serait pas totalement réussie, m’a laissé dans le neurone une impression étrange que ce n’était pas un pur hasard de la part de l’auteur, ô que non.

Une réussite que je vous conseille de découvrir rapido presto si, comme moi, vous avez une ou deux guerres de retard.

29
jui

L'Anaïssade du jour...

Qui n'est pas une Anaïssade, vu qu'elle n'est pas de moi :

Moi "dingue, tu te mets à lire L'élégance du hérisson, et paf, on voit des hérissons dans le jardin"

Elle "dingue oui, heureusement que je ne lisais pas Jurassic parc"

28
jui

I'm back

Vous l'aurez remarqué vu la publication en chaîne de mes billets "making of" de retard : I'm back.

J'ai plein de trucs à vous raconter...

J'ai pas de temps pour vous raconter mes trucs... et je vais pas vous sortir d'excuses bidon, c'est dû au fait que je me fais l'intégrale d'Ally Mac Beal et que je préfère mon lecteur dvd à mon blog en ce moment, je devrais avoir honte, je sais.

Néanmoins, j'ai prévu de vous rédiger les billets suivants, pas encore commencés, bien sûr :

Ode à mon parapluie

J’ai vu deux films que je voulais pas voir et j’ai adoré

J’ai vu deux films que je voulais voir et j’ai détesté

J'ai testé bois ton premier café

Je suis une meurtrière d'oiseau

J'ai testé l'autoroute folle

 

J'ai testé acheter un sandwich

 

Invasion de bestioles

 

Des préférences pour la première publication après le dernier épisode d'Ally ??????

28
jui

Le making of de Flobert

Flobert, vous la connaissez, elle fut la première à illustrer les billets de mon blog, avec, à l’époque, sa co-blogueuse Mako.  Clair que je la voulais dans l’aventure, ma petite Flobert.  Et elle a répondu présente, yes yes yes. 

Année après année, elle continue à me faire rire et à m’émerveiller de par son imagination débordante, qu’elle n’avait pas mise en berne pour sa semaine.

Qu’elle en soit remerciée à jamais, d’autant qu’elle a fourni plein de matos pour son making of, yes yes yes.

 

Sa bio :

Née un certain jour d’un certain mois d’une certaine année, Flobert, la vingtaine bien bien entamée, est tombée dans la bd et dans le dessin quand elle était petite : d’abord en s’entraînant sur les murs et le papier peint chez ses parents, ensuite en recopiant (sur des feuilles) des dessins tirés des bds de Tintin, de Lucky Luke et d’Astérix. Le plagiat la mène naturellement à essayer de créer ses propres personnages et histoires mettant en scène les bonshommes sortis de son esprit torturé.
Avec le développement d’Internet et des forums de dessins, elle essaie de proposer divers dessins à quelques webzines, accepte diverses collaboration de dessins pour illustrer des billets d’humeur de blogs (notamment celui d’une sympathique belge) et autres couvertures de livre et propose en parallèle un projet intitulé English Chronicles  à une association de bd qui accepte ledit projet et l’édite en 2008. Toujours la même année sort Un p't'Hibou de strip poker, avec Fabrice Sigwalt au scénario, et en auto-publication.

Son blog, it's not (http://itsnot.canalblog.com), va fêter sa quatrième année d'existence et recense tout ce que Flobert a pu faire jusque là, cela va du dessin classique, à des trucs plus « torturés », des Bds, des croquis, bref, ce blog est une sorte de petit fourre-tout !

Flobert aime les bds, la musique, les tartes aux fraises, les chats, l’humour (nase ou pas) et parler d’elle à la troisième personne…

Ses crayonnés and co :

07 22 making of 2.JPG

07 22 making of photo.JPG

07 23 making of.JPG

07 25.JPG

07 26 making of.JPG

07 27 making of.JPG

28
jui

Le making of de Lucie

Lucie est la perfection faite illustratrice.  Elle m’a contactée sur les conseils d’une de ses amies participant à l’aventure, qui avait entendu que je subissais les affres d’un désistement.  

J’ai alors réalisé que je l’avais contactée des mois auparavant pour lui proposer de participer, via un mail qu’elle n’avait jamais reçu.  Ouf, le hasard a bien fait les choses et a permis que son talent puisse s’épanouir sur Planète… waw je parle bien hein ?

Aussitôt proposé aussitôt accepté aussitôt bossé, Lucie m’envoyait ses dessins.   En temps et heure, parfaits, jolis, le bonheur quoi.

J’ai même eu droit à deux versions pour le jour de la fête nat’ de mon chtit pays, que je vous montre… choix des couleurs réservé à bibi, j’ai pris le mauve, vous imaginez bien…

Une collaboration parfaite, merci merci Lucie.

Son blog

Ses deux dessins :

07 21 making of.JPG

07 21.JPG

 

28
jui

Le making of de Tamagochan

Tamagochan fait des dessins super choupis, non ?  Moi j'adore.  Hyper talent.  Sauf quand elle a une tendinite... vilaine bête qui surgit au moment où elle est dans sa période "dessinons pour Planète".  Mais sa conscience professionnelle n'a pas de limite, et malgré la douleur, elle parviendra à me faire une grosse partie des dessins avant le délai imparti, avant de prendre un repos bien mérité et d'annoncer sa douleur sur son blog, dans un billet à mourir de rire.  J'adore, surtout l'intervention du félin. 

Sa bio :

Tamagochan est née en 1982 à Paris. Après des études en arts, puis des études de japonais et de nombreux voyages, elle est revenue à ses
premières amours : le dessin. Aujourd'hui illustratrice dans l'univers jeunesse, elle tient également un blog depuis presque 2 ans, dans lequel elle
s'amuse à narrer le quotidien avec son chat et son amoureux, dans un seul but : chahuter les zygomatiques de ses lecteurs!

Son blog


Ses crayonnés :

07 08 making of.JPG

17
jui

A bientôt les petits zamis !

ana_s_cong_spt.jpg

16
jui

Ma salle de bains Provence anglaise (copyright Rachou)

Et voilà, après le dressing, j'ai terminé le plancher de la salle-de-bains et j'ai pris un kilo dans la foulée (mais paraît que c'est le gras qui a muté en muscle avec les efforts fournis, je veux y croire).

Résultat en images.

 

Avant, un vieux vinyle qui avait connu un incident de parcours avec une carpette Ikéa qui y était restée collée (en bonus, la poussière du décapage du plancher du dressing et le brol sur l'évier durant la découpe du vinyle par bibi, ce qui ne fut pas une mince affaire, fort heureusement il était juste collé à trois endroits avec une bande de double face) - dingue comme on voyait la trace des planches sous le vinyle :

plancher sdb avant.JPG

plancher sdb avant 2.JPG

Pendant, découverte d'un plancher dalmatien avec taches et égaline en cadeau (cette mode des planchers à pois, je la hais) :

plancher sdb pendant.JPG

plancher sdb pendant 2.JPG

Après des heures de décapage thermique et poncage, puis de peinture, ma salle de bains Provence anglaise, pas encore totalement rangée - sorry impossible de faire des plans plus larges because les murs mais sur la dernière vous voyez maintenant les deux planchers, dressing et sdb, un retour aux sources, sans vinyle ni tapis plain, que du bonheur :

plancher sdb après (1).JPG

plancher sdb après (2).JPG

16
jui

Big sondage de la mort qui tue la vie sur les blagues animalières

Deux blagues... sondage ensuite.

 

1. Deux éléphantes discutent.

La première "pffff, j'ai mes règles, et j'ai oublié mes tampax"

L'autre "ben fais comme moi, mets un mouton".

 

2. Deux amies voient passer un canard couvert de caca.  Etrange.  Suit un autre.  Puis un autre.  Puis encore un autre.  Tous couverts de caca.

Intriguées, elles se dirigent vers le buisson d'où ils sortent, ces pauvres canards.  Un grand barbu passe alors la tête à travers le feuillage et leur demande "dites, y'a plus de canards, vous n'auriez pas du papier WC ?"

 

Big sondage :

 

Vous avez ri :

1. à la blague 1

2. à la blague 2

3. aux deux blagues

4. à aucune des deux, justifiez ("la souffrance animale me fait pleurer", "c'est pas drôle", "je les connaissais")