29
jui

Yesssssssssssss

Tous les jours, ou presque, on l'entendait : le compte des jours de captivité de Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier.  Au journal, à la fin d'Envoyé spécial, notamment.

Un peu comme à l'époque d'Ingrid Betancourt.  Par moment, ça me filait la chair de poule, toutes ces journées prisonniers.

Et ben voilà une bonne nouvelle tiens : les voilà libres.  Ainsi que leurs accompagnateurs, semble-t-il.

Enfin.

Yesss.

29
jui

Mon dressing

Je ne vous en ai pas encore parlé, mais après la cuisine, alors que j'avais juré "plus de travaux avant l'an 3000 horreur malheur", le virus s'est propagé dans tout mon organisme, au point que j'ai remis le couvert, et pas qu'un peu.

Outre un giga rangement digne de C'est du propre, dont je vous parlerai peut-être un jour (j'ai des photos, mais elles sont traumatisantes), j'ai décidé de transformer mon dressing en véritable dressing.

Cette petite pièce sans fenêtre mais avec deux portes, dont une vers la salle de bains, fait office de débarras depuis toujours.  Même si j'y avais installé de jolis meubles Ikéa assortis, ça restait une ambiance "débarras", avec un vieux tapis plain pourri, une planche à repasser des des godasses dans tous les coins.

Dommage d'avoir un dressing et de ne pas lui rendre hommage.

J'ai donc décidé de lui offrir un placard. Il sera en L, de deux couleurs (beige et taupe) et intégrera les lieux en septembre prochain.

Avec de l'aide, j'ai donc vidé la pièce et offert de nouveaux emplacements à mes jolis meubles Ikéa.  Recyclons recyclons, rien ne se perd.

Et aujourd'hui, j'ai enlevé le tapis plain pour voir ce qu'il cachait, vu que j'ai pris rendez-vous avec une société pour placer un vinyle neuf à la place.  Je savais que c'était du plancher, mais aucune idée de son état.

Fort heureusement, pas le moindre point de colle, que du bonheur à enlever, même si ça m'a pris des plombes car restait un meuble à vider et démonter et un autre à vider et déplacer, puis replacer après le départ du tapis plain.  C'est là que je réalise que les travaux, c'est d'abord un bordel monstre car, étonnamment, le contenu d'un petit meuble, une fois répandu sur le sol, quadruple de volume, ça doit être un phénomène de dilatation des corps à la lumière naturelle.

Et voilà ce que j'ai découvert sous mon tapis plain : un plancher.

En bon état, mais multicolore.

Et du coup, je trouve que mettre du vinyle sur ça, c'est du gâchis.

Mais d'un autre côté, pas envie de me lancer dans de tels travaux herculéens.

Le pire, c'est que la salle de bains est pareillement équipée, et que je me dis qu'il faut que je fasse quelque chose aussi... Mais du plancher dans une salle de bains, c'est pas pratique.

Aaaah, si j'avais un mec pour prendre les choses en main, bordel de dieu.

Votre avis ?

divers 168.jpg

divers 169.jpg

27
jui

Et vous, c’est quoi qui vous énerve ?

Tel est le titre d’un article paru sur le site de L’avenir.

 

Avant de le lire, je vais vous dire, moi, ce qui m’énerve plus royalement qu’Albert II et ses fils réunis :

 

- les ceusses qui crachent leurs glaires putrides en rue

- les ceusses qui augmentent leur personnel en fonction de leur couleur de cheveux ou de la petitesse de leur jupe

- les ceusses qui croient que les coins sombres de certains quartiers sont en fait des décharges publiques

- les ceusses qui ignorent le sens du mot « mouchoir »

- les ceusses qui jettent leurs mégots en rue

- les ceusses qui jettent leurs mégots en rue sans les écraser, les laissant m’enfumer de longues minutes encore, inutilement

- les ceusses qui sont contraints par leur employeur de me vendre un abonnement téléphonique, un canapé ou du vin, en m’appelant trois fois semaine

- les ceusses qui dépassent dans les files, sous prétexte qu’ils sont plus vieux, plus jeunes, plus pressés, plus stressés, plus tout

- les ceusses qui courent pour arriver avant toi devant le distributeur de ticket à la boucherie, pour gagner une place

- les ceusses qui larguent sans jamais expliquer le pourquoi de ce désamour

- les ceusses dans le bus qui occupent les sièges oùsqu’une femme enceinte ou une personne à canne est dessinée, alors qu’ils sont ni enceintes ni à canne

- les ceusses qui ne savent pas à quoi servent ces larges bandes blanches sur le sol, qu’on appelle passage piéton

- les ceusses qui demandent leur chemin sans dire bonjour avant

- les ceusses qui transforment leur tuture en boîte de nuit, enfin de jour

- les ceusses qui te balancent la porte dans la tronche

- les ceusses qui disent pas bonjour quand tu franchis la porte de leur commerce

- les ceusses qui pensent que la rue est un pissodrôme géant

- les ceusses qui pensent que la rue est un chiodrôme canin géant

- les ceusses qui ne comprennent pas le sens du logo représentant un mossieur ou une madame dans une chaise roulante

- les ceusses qui sous prétexte de la liberté d’expression et de la prospection économique inondent nos boîtes mail de pourriels plus pourris que les fruits d’Amélie Nothomb

- les ceusses qui n’apprendront jamais à leurs gosses à ne pas devenir les ceusses précités

 

Et vous, c’est quoi les ceusses qui vous énervent ?

13:38 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

25
jui

Wallons V S Flamands : une vieille histoire déjà

Au hasard du big méga rangement de la mort qui tue que j'ai entrepris dans tout mon home sweet home, j'ai retrouvé ceci... et je me demande si ces dessins qui datent déjà de pas mal d'années pourraient encore être publiés de nos jours dans mon chtit pays.  J'ai comme un doute.

divers 151.jpg

divers 149.jpg

divers 150.jpg

20:40 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

25
jui

La pensée du jour

Ne confondez jamais les chakras et le chat gras : les chakras se vident, le chat gras se remplit...

Pensée inspirée par le rat, en ce vendredi 24 juin.

23
jui

Le making of d'Emma Poz

Emma Poz fait des dessins que j'adore, véritable coup de foudre.  Mais vous l'aurez remarqué vous-mêmes, que ses dessins sont géniaux.  Ce que vous n'aurez cependant pas remarqué, c'est sa distraction légendaire.  Quasiment à chaque mail (nan, j'exagère... juste un peu), Emma m'envoyait des dessins... qu'elle ne joignait pas.  On en a bien ri.  Sans oublier qu'elle mélangeait parfois les dates, mais sur ce coup-là, croyez-moi, elle n'était pas la seule.

En plus, à croire que le destin s'y mettait, pour la traduction néerlandaise de "retournons dans le passé", que j'ai demandée à la traductrice de Skynet, j'ai reçu comme réponse "back to the future"... euh, c'est pas un film ça ? et c'est pas en english ?

Sa bio : Je m'appelle Emma et j'ai 20 ans, 6ème enfant dans une famille plutôt nombreuse. Mon bac STI Arts Appliqués en poche j'ai tenté un BTS design de produit. C'est durant cette année là que je me suis mise à dessiner autre chose que des objets, des des espaces et autres patati et patata d'arts appliqués, c'est-à-dire....moi dans mes petites aventures de tous les jours. Depuis j'ai laissé tombé le BTS pour m'épanouir dans une toute autre branche en commençant une licence d'anglais cette année. Je dessine depuis pour mon plaisir et celui des autres.

Son blog.

22
jui

Une histoire de montre… pour mec : la Tudor

« Ah si j’avais un homme… », à chanter sur l’air de « Moi si j’étais un homme », pourrait être la chanson type de ce billet.

Passque clair que ces montres, aussi jolies soient-elles, je les imagine bien mieux sur un bras masculin velu. Nan, je rigole, pas velu, j’aime pas trop l’abondance de poils, ça fait trop orang-outang, voilà tout.

Tudor définit sa montre comme une icône de style rétro-chic, et en effet, elle a un petit côté rétro, un petit côté chic, mais aussi un petit côté glamour je trouve.  Dieu, ça y est, je me mets à fantasmer et à l’imaginer sur un grand brun ténébreux au regard de braise qui me prendrait dans ses bras, bras orné de cette montre, m’embrasserait, me ferait une déclaration d’amour, me … et me… (censuré).  Puis je le titillerais en lui sussurant  "tu dors ?", ouais, je sais, elle est facile. Je n’imaginais pas qu’une photo de montre puisse être aussi érotique, ma bonne Dame.

Bon, trêve de fantasme, passons aux choses sérieuse.  La ligne Grantour de Tudor rend hommage au sport automobile, en redessinant ses modèles Grantour Date et Grantour Chrono et en introduisant un nouveau modèle : le Grantour Chrono Fly-Back, qui permet de mesurer rapidement plusieurs intervalles de temps grâce à la remise à zéro du chronographe en cours et à sa relance instantanée.  Un truc de mec quoi…  Elle est disponible en acier ou en acier et or rose, pour un brun ténébreux totalement classe.  

Ses caractéristiques techniques, au cas zoù vous y comprendriez des choses, ce qui n’est pas trop trop mon cas :

Tudor Grantour Chrono Fly Back :


Références 20550N et 20551N
Boîtier acier, 42 mm, finition polie et satinée
Lunette acier ou or rose 18 ct fixe graduée, laquée noire
Mouvement chronographe mécanique
à remontage automatique
Réserve de marche d’environ 42 heures
Poussoirs de chronographe acier ou or rose 18 ct,
bi-stables, verrouillables, avec marquages rouges et noirs
Compteur totalisateur 60 minutes à 9 h
Petite seconde à 3 h
Date à 6 h
Glace saphir
Couronne acier ou or rose 18 ct, vissée
Étanche à 150 m
Bracelet acier ou acier et or rose 18 ct,
ou cuir avec grandes perforations ou micro-perforé
avec boucle déployante et fermoir de sécurité

Moi, perso, je comprends pas grand-chose à des termes comme « petite seconde », « boucle déployante » ou « bi-stables », mais soit, elle est jolie, et c’est finalement tout ce qui compte non ?

22
jui

Votre "songoscope" paru dans 7mag

Le « songoscope » décalé d’Anaïs

 

Bélier
21 mars - 20 avril

Allongez-vous, si possible en charmante compagnie et laissez-vous bercer par la suavité de Je t’aime moi non plus made by Serge Gainsbourg et Jane Birkin.  Si ce qui suit est classé X, tant mieux pour vous, on n’a que le bien qu’on se fait ma bonne Dame.


Taureau
21 avril - 21 mai

Plutôt envie de rester dans le virtuel ?  Goodbye Marylou, susurrée par Michel Polnareff, vous conviendra parfaitement.  A vous de voir ensuite si ces paroles vous tentent pour une rencontre réelle, et plus si affinités.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Votre candeur n’a d’égale que votre attirance pour les friandises. Ecoutez donc Les sucettes, chanté par France Gall, aussi candide que vous à l’époque, et tentez d’en découvrir le sens caché.  A vous de voir ensuite, parmi les deux sens de cette friandise, lequel vous choisirez.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Besoin de vous déhancher à l’approche de l’été ?  La lambada de Kaoma est faite pour vous.  Peu importe les paroles, ici c’est le pas de danse langoureux qui va vous entraîner dans un tourbillon de bonheur et de chaleur.


Lion
24 juillet - 23 août

Pour vous, la gourmandise n’est pas un vilain défaut, que du contraire.  Ruez-vous sur Banana split de Lio.  Cet air enfantin, si vous l’écoutez bien, se révélera bien mutin.  Profitez de ce dessert si sucré et si… enfin vous voyez quoi.


Vierge
24 août - 23 septembre

Vous êtes seule et pour vous ce n’est pas extra.  Ecoutez donc C’est extra de Léo Ferré.  L’histoire de cette femme décrite à la manière d’un bateau ne pourra que vous entraîner sur les flots de la romance à laquelle vous aspirez.  Amen.

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Entre le 69 et la brouette espagnole, votre cœur balance (je sais, elle est facile).  Ruez-vous sur votre homme et lancez Pour le plaisir d’Herbert Léonard.  Démodée ?  Mais non.  Et puis, peu importe la chanson, pourvu qu’on ait (enfin que vous ayez) l’orgasme.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Combien d’années d’abstinence déjà ?  Combien ?  Oups, il est temps de vous ressaisir.  A force d’écouter Tous les garçons et les filles, vous allez finir par vous encroûter, comme le pâté.  Puisse cette chanson de Françoise Hardy vous rendre un tantinet plus… hardie.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Incorrigible romantique va.  Vous écoutez en boucle Savoir aimer, pour vous convaincre que vous en êtes capable.  Et si vous cessiez de tenter de savoir pour tout simplement passer à l’acte, et aimer.  Bonheur assuré.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Vous aimez vous la jouer ingénue.  Like a virgin de Madonna est faite pour vous.  Traduisez et décryptez les paroles, vous comprendrez que sous ce titre qui clache se cache un brin de romance.  Vous ne connaissez pas l’anglais ?  Ben achetez-vous un dictionnaire.


Verseau
21 janvier - 19 février

Une petite vague de nostalgie vous assaille et vous écoutez, Fais-moi l’amour comme à seize ans de Marie Laforêt.  Ça vous aidera à vous persuader que non, oh non, vos seize ans ne sont pas loin.  Ils sont là, tout près tout près, il vous suffit de vous retourner.


Poissons
20 février - 20 mars
Sans mauvais jeu de mots, sus à Etienne, Etienne de Guesh Paty.  Sensuelle et claire et nette, cette chanson se passe de commentaires.  Alors, ne commentez pas, savourez l’instant, la musique et ses conséquences.

21
jui

Pourkwa je fais pas de zolis rêves, moi ?

L’autre jour une amie me raconte qu’elle faisait un rêve hyper drôle, dans lequel, vu que c’était drôle, logique, elle se marrait comme une baleine ayant inhalé des gaz hilarants.  Et qu’elle riait riait riait, dans son sommeil, puis, basculant doucement de sommeil à veille, dans un état de semi-conscience.  Fameux fou rire.

Alors je me demande pourquoi, moi, je fais pas des rêves qui font rire sans devoir fumer de l’herbe magique, hein ?

Passque ma nuit à moi elle fut bof bof.

Ça commençait pourtant bien, il avait fait beau toute la journée, j’avais donc profité de ma terrasse, surtout en soirée, en arrosant sur le coup de 22 heures, tentant par la même occasion de voir l’éclipse de lune.  Mais rien vu, logique non, si c’est une éclipse, on la voit plus, ou me trompe-je ?  Bon, j’ai bien dû affronter une armée de hannetons mâles tournoyant autour de moi et faisant un bruit d’enfer avec leurs ailes.  Que des mâles, d’après internet.  Et même qu’il y en a eu un qui s’est posé sur moi et m’a fait hurler de peur.  J’ai beau savoir, maintenant, qu’ils sont inoffensifs, ça me fiche la trouille, cherchez pas à comprendre.

Sur le coup de 23 heures je suis allée rejoindre Morphée.

En plein sommeil, je suis réveillée en sursaut par un bruit infernal.  Mais infernal.  J’émerge lentement du sommeil pour entendre un bruit énorme de moteur d’avion.  Tellement énorme que l’avion, ben, il doit être juste au-dessus de ma tête.  Non, pire, il doit être en train de se crasher, je ne vois que ça.  Sur cette pensée, j’émerge totalement du sommeil alors que le bruit se fait plus fort encore.  Dans un vain réflexe pour sauver ma peau, je mets mes bras devant mon visage en guise de protection.  Et je hurle.  J’ai toujours trouvé ça bête, dans les films, les ceusses qui se protègent de leurs bras.  Bon, ça peut servir pour éviter des brulures ou des projections d’objets dangereux en plein visage, mais c’est bien souvent inutile.  Surtout si on reçoit un avion sur la tête, ce qui me pend au nez.  Mais j’ai compris hier soir que c’est un réflexe inné.  Je l’ai fait sans réfléchir, et j’ai hurlé hurlé hurlé.  Puis l’avion passe et le silence revient.  Il continue sa route ou il se crashe plus loin, je n’en sais trop rien.

Dans le pesant silence qui suit, je n’entends plus que les battements de mon cœur survolté.  Hausse intense et totale d’adrénaline.  Il est 00h43 sur mon réveil.  Impossible de me rendormir durant une bonne demi-heure, ma bonne Dame.

Puis je me rendors, mais j’ai été tellement traumatisée que j’en rêve, encore et encore et encore.

Voilà que, dans mon rêve, le crash a bien eu lieu, plus loin.  Et dans le GSM d’une des victimes, ils ont retrouvé mon numéro.  Je suis convoquée dans un lieu étrange, genre FBI à la belge une fois.  Une victime me connaissait, mais je n’ai pas le droit de savoir qui elle était.  J’ai beau chercher dans mon gsm, je ne vois.  Je pense à Rachel, mais non, je lui ai parlé, elle va bien.  Pourtant, l’enquêtrice tique sur ce prénom.  La victime s’appelait-elle aussi Rachel ?  Je ne connais qu’une Rachel.  J’ai beau faire ou dire, refus total de me donner le nom de la victime.  Va comprendre pourquoi.

Alors, en attendant je ne sais pas quoi (absurdité des rêves), mes deux accompagnatrices mangent d’énormes glaces.  En forme de nuages.  L’une avec du chocolat, à 3,80 eur mais 11 et des poussières le litre, l’autre avec du spéculoos, à 3,80 eur aussi mais 13 et des poussières le litre.  Désolée, je manque de précision pour les chiffres après la virgule, je ne les vois plus distinctement.

Le temps passe, je peux partir, sachant toutefois que je devrais revenir, je ne sais toujours pas pourquoi, plusieurs fois la semaine prochaine.  Je me dis que ça va être galère au bureau de devoir m’absenter ainsi, avec tous ces dossiers à gérer.

Je me réveille à plusieurs reprises, mais chaque fois que je me rendors, je replonge dans ce rêve de crash aérien.

Au matin, je suis à l’état de loque angoissée.

J’enquête auprès de mon voisinage.

Personne n’a entendu le moindre avion cette nuit, sur le coup de 00h43. 

Personne.

 

PS : Dix minutes plus tard, j'ai été rassurée, quelqu'un avait enfin entendu ce bruit stupéfiant, ouf, chuis pas folle, enfin pas complètement.

07:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs a des rêves | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20
jui

Planète célibataire = blog BD du jour

A découvrir ici !!!

 

Et le texte de l'interview :

Date de création?

Le 1er janvier 2011, et il mourra le 31 décembre 2011, voire un peu plus tard je pense, pour que les lectrices fassent un sevrage tout en douceur (je ne voudrais pas susciter de crises de manque)

En quelques phrases, comment décririez-vous votre blog?

Il s’agit d’un blog lancé avec l’appui de Skynet Lili et de 52 illustratrices et -teurs, une sorte d’agenda qui offre chaque matin un conseil rigolo, une recette ou une idée de méditation ou de réflexion, pour les célibataires, afin qu’elles soient heureuses de leur statut durant toute une année. Le conseil est écrit par mes soins et chaque semaine une illustratrice différente (et quelques –teurs) propose ses œuvres pour mettre en avant le conseil, avec un talent fou.

Quelle est la fréquence des mises à jour?

Chaque matin à dix heures précises.

Combien de temps consacrez-vous à votre blog?

Actuellement, une heure ou deux par semaine, pour la mise en place des billets, mais j’y ai consacré de nombreuses heures en 2009 et 2010 : rédiger les 365 billets à l’avance, trouver les 52 illustratrices (et quelques –teurs), organiser tout ça, faire traduire (car le blog existe en français mais également en néerlandais)

Quelle est la la fréquentation quotidienne de votre blog?

Je ne sais pas trop, je ne consulte plus les statistiques d’aucun de mes blogs, je sais juste, d’après Skynet Lili, que la fréquentation a doublé en avril dernier, et que c’est un big succès de fréquentation.

Quelles sont les raisons qui vous ont poussées à publier votre travail sur internet?

J’ai un blog totalement perso (http://le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.skynetblogs.be) que je tiens depuis octobre 2006, quotidiennement. J’ai eu l’idée de cet « agenda » en 2009, je l’ai rédigé puis j’ai proposé à mon hébergeur habituel, Skynet, de le mettre en place, ce qui fut fait le 1er janvier de cette année.

Avez-vous d'autres activités ou d'autres projets dans le domaine du dessin et de la bande dessinée?

Je n’ai aucun projet dans le domaine du dessin, vu que je ne dessine pas J, mais j’ai écrit trois livres et collaboré à deux autres, j’ai également écrit des chroniques dans un féminin belge et dans divers journaux, de plus j’ai quelques projets top secret en attente…

Pour terminer, Pouvez-vous citer trois blogs bd que vous suivez avec assiduité?

Trois seulement ? Je tente de suivre les blogs des illustratrices qui ont collaboré à Planète célibataire, même si cela n’est pas facile, il y a tellement de talentueux blogs à visiter. Sinon j’adore le blog de Pénélope Bagieu, comme tout le monde, celui de Petit bordel qui est à mourir de rire et celui de Happychikubi, totalement beauuuuuuuuuuuuu. Mais il y en a plein plein d’autres que je visite et qui sont superbes, j’en bave de jalousie.

L'avis de Bédé News:

Venez célébrer les grands plaisirs et petits avantages de la vie de célibataire! Avec le blog Planète célibataire, Anaïs Valente, accompagnée d'un(e) illustrateur(trice) différent chaque semaine, s'amuse à relever les bons moments mais aussi les déconvenues de ceux qui ne sont pas en couple. A visiter dès maintenant: le blog devrait s'éteindre le 31 décembre prochain.